30/08/2015

La RAF va moderniser ses « Apache » !

AgustaWestland_Apache_AH1_10_(5968018661).jpg

 

 

Le Royaume-Uni va moderniser ses 50 hélicoptères AgustaWestland-Boeing WAH-64D Apache « Longbow » Block I AH.1. Le contrat est évaluer à près de 3 milliards de dollars. La demande doit d'abord être approuvée par le Congrès avant d'être mise en œuvre.

 

Modernisation des Apache anglais :

 

La RAF prévoit de porter ses Apache Block I AH.1 au standard Block III AH-64E. Pour se faire Les apache anglais recevront le nouveau système de détection optique et de désignation AN / ASQ-170 M-TADS (Target Acquisition and Designation Sight), le nouveau système de visons nocturne AN / AAR-11, le radar AN/APG-78 Fire Control Radars de Northrop-Grumman, les mise à jour du système d’alerte AAR-57(V)3/5 Common Missile Warning Systems et AN/PRQ-7 Combat Survivor Evader Locators. La mise en réseau du système (Net Centric Warfare) avec une nouvelle architecture de communication de type JTRS (Joint Tactical Radio System) et de nouvelles commandes électriques.

Par ailleurs, on apprend que la motorisation actuelle par deux Rolls-Royce RTM 322  sera remplacée par le General Electric T-700-GE-701d standard.

 

Rappel :

 

A l’origine, l'armée britannique disposait de 67 hélicoptères Apache, l’un a été perdu lors d’un accident et 16 ont été mis à la retraite  en janvier dernier, suite à la fin des opérations de combat en Afghanistan. Ces appareils avaient particulièrement soufferts.

Pour conserver sa capacité d'hélicoptère d'attaque au-delà de 2040, le ministère de la Défense (MoD) avait examiné deux projets , soit l’achat de nouveaux AH-64 E neufs ou la modernisation de la flotte actuelle.

 

Photo : AH-64 apache Block I RAF @ RAF

Journées spéciales à Clin d’Ailes !

453.jpeg

 

Les 5 et 6 septembre, le Musée Clin d’Ailes propose ses traditionnelles journées spéciales, avec de sympathiques nouveautés pour tous.

En mai dernier, la seconde aile du Musée de l’aviation militaire a été inaugurée. Et les bénévoles du musée vous propose deux après-midi fort animées afin de découvrir ce joyaux broyard, dont la surface a plus que doublé.
On retrouvera les fidèles radioamateurs de HB4FR. Les enfants pourront se faire photographier assis dans le cockpit d’un simulateur en train de faire leurs premières expériences de vol. Les jeunes auront aussi l’occasion d’apprendre à souder un petit avion ou un hélicoptère qu’ils pourront emporter.
L’équipe du Flight Simulator Center (FSC) proposera des démonstrations dans son installation de simulation. Vols en formation, opérations aéronavales, démonstrations de police aérienne, vols en montagne ou dans la cabine d’un avion de ligne, avec décollage de Genève pour un atterrissage à Payerne. D’autre part, des animations sont aussi proposées par l’animateur Claude Castella. Comment se diriger dans les nuages ou la nuit, vol IFR (aux instruments) seront expliqué par ce spécialiste. Des démonstrations de vols virtuels seront aussi mises en place par LPassion & SionFly, avec Michel Oggier aux commandes. Programme complet sur www.fscenter.ch.
Les visiteurs auront aussi la possibilité de voir le vénérable Mirage III que fait voler Espace Passion, depuis la nouvelle galerie du musée. Tandis que le vénérable et imposant simulateur du même Mirage sera remis en activité pour ces deux journées exceptionnelles. Cette installation unique au monde ne fonctionnera que le samedi.
Une cafétéria agrandie et la boutique permettront de compléter ces moments divertissants en compagnie de passionnés d’aviation.
Toutes ces animations sont gratuites. L’entrée du musée est payante.

493.jpeg

 

A voir le samedi 5 et le dimanche 6 septembre 2015, de 13 h 30 à 17 h au Musée de l’aviation militaire de Payerne Clin d’Ailes à la Base aérienne.
www.clindailes.ch - tél. 026 662 15 33.

 

3506061942.jpg

Photos : Musée Clin D’Ailes@P.Kummerling

29/08/2015

Yak-130 amélioré !

1023243219.jpg

 

Salon MAKS de Moscou, l’avionneur Irkut Corporation a dévoilé pour la première fois son Yak-130 doté d'un télémètre laser monté sur le nez.

Un représentant Irkut a déclaré que «le télémètre laser permet d'utiliser les Yak-130 sur un terrain très irrégulier, pour le suivi de terrain. De plus, cela améliore la précision de ciblage pour l’attaque au sol.

Ce télémètre laser a été installé sur le Yak-130 en conformité des exigences d'un client étranger, en vue de l’amélioration des capacités de frappe de l'avion.

 

Le Yakovlev Yak-130 : 

 

Le Yak-130 a été développé par Yakovlev pour remplacer les L-29 et L-39 d’entraînement dans les Forces aériennes russes et dans les pays membres de la CEI. L’Union Soviétique avait exprimé ses besoins pour un nouvel appareil dès le début des années 90. Le Yak-130 fut retenu avec son principal concurrent, le MiG-AT.

Le premier vol du Yak-130 a eu lieu en 1996 et il fut officiellement retenu par la force aérienne russe en 2002  Initialement, il devait être développé et produit en coopération avec la firme italienne Aermacchi, mais suite à de nombreuse différences de point de vue, chacune des deux parties continua de son propre chef, d’où l’extrême ressemblance entre le Yak-130 et le M-346.

Le Yak-130 a subi une longue phase d’essais de 2005 à 2009 impliquant 3 appareils. Les Yak-130 sortent de deux chaînes de production, l’une à Nizhny Novgorod et l’autre se situe à Irkutsk. 

Le Yak-130 est un avion très maniable subsonique avec un rayon d’action de 1.250 miles (2.000 kilomètres) et une vitesse maximale de 600 mp/h (1.060 km / h) en vol en palier. Il peut transporter une charge utile de combat d'un maximum de £ 6.600 (3.000 kg), composé d'une variété d'armes russes et occidentales

Le Yak-130 peut être utilisé à partir de pistes non goudronnées et de petits aérodromes non préparées. L'appareil dispose d'un cockpit en tandem climatisée et pressurisée à deux places équipé de sièges éjectables NPO Zvezda K-36LT3.5  de type zéro-zéro (zéro altitude, zéro vitesse). Le Yak-130 de production est le premier avion russe avec une suite avionique entièrement numérique. 

Comme un avion d'entraînement avancé, Yak-130 est adapté pour la formation des pilotes ou le recyclage pour permettre de transiter sur des appareils de quatrième et cinquième génération. 

Il peut également effectuer diverses variétés de missions comme l’attaques au sol et les missions de reconnaissance.

1642760_-_main.jpg

 

Photos : Yak-130 amélioré @Sergy

 

28/08/2015

P-8A pour l’Australie et second lot pour l’USN !

P-8A_Poseidon_VX-20_Squadron.jpg

 

 

Seattle,l’ordre a été validé aujourd’hui pour une commande portant sur 13 avions de patrouille maritime de type P-8a « Poseidon ». Cette commande d’un total de 1,49 milliard de dollars comprend neufs appareils supplémentaires pour l’US Navy et les quatre premiers aéronefs destinés à la Royal Australian Air Force.

 

"En travaillant ensemble depuis les premiers stades de développement du P-8A, les Etats-Unis et l'Australie ont créé une configuration d'avion qui répond aux besoins des deux pays", a déclaré le Capt. Scott Dillon, gestionnaire de programme de l'US Navy pour le  P-8A. "

Il faut remonter au mois de février 2014, lorsque à cette date, Canberra a confirmé qu'elle fera l'acquisition de huit avions de patrouille maritime de type Boeing P-8A «Poseidon». L’objectif étant d’obtenir les premiers exemplaires en 2017 et rendre la flotte opérationnelle pour 2021. L’Australie devient ainsi le deuxième client à l’exportation pour le P-8A, après l’Inde.

 

Le Boeing P-8A «Poseidon» : 

Le P-8A "Poseidon" est un avion de longue portée de lutte anti-sous-marine (ASM) et anti-surface (LAN), renseignement, surveillance et reconnaissance (RSR). Le P-8A est capable de longues patrouilles proche et loin des côtes.

Le P-8A "Poseidon" est conçu pour assurer l'avenir de la Marine à long rayon d'action dans les missions de patrouille maritime. Le P-8A offre une plus grande capacité de combat et demandera moins d'infrastructure tout en se concentrant sur la réactivité et l'interopérabilité avec les forces traditionnelles. L’avion pourra échanger ses informations avec l’ensemble des bâtiments de surface, sous-marins, avions et drones en service dans l’US Navy.

Pour Boeing, le choix de base d’une cellule de B737 NG permet une importante réduction des coûts, le constructeur estime cette base permettra de décliner d’autres versions du P-8A afin de remplacer plusieurs appareils actuellement en services et destinés à des opérations spéciales. Pour Boeing, il sera possible par exemple de remplacer les B707 et autres C-130 spécialisés dans les domaines de l’écoute électronique, commandement volant, guerre psychologique (PsyOps), brouillage.

Cet avion équipé de liaisons 11 et 16 et de systèmes internet, doit agir dans un concept de guerre en réseau en collaboration avec la quarantaine des drones.

2424350857.jpg

 

Photos : P-8A « Poseidon » de l’USN @ USN

 

 

 

PC-21 pour la Patrouille du Qatar !

unnamed.jpg

 

 

Le Qatar a passée commande pour 24 appareils d’entrainement de type Pilatus PC-21, soit un système complet d'entraînement PC-21, pour plus de 600 millions de francs. Le contrat comprend notamment la vente de 24 avions militaires non armés, mais une partie de ces appareils vont également servir à la futur Patrouille de démonstration aérienne de l’armée de l’air du Qatar.

 

La gamme Pilatus représentée en patrouilles :

Avec la création de cette nouvelle patrouille de démonstration aérienne sur PC-21, c’est l’ensemble des aéronefs écoles de l’avionneur suisse, qui dorénavant sont représentés à travers des équipes acrobatiques, appartenant à des forces aériennes ou des équipes civiles de voltiges. En effet, du « bon vieux » P3 avec les P3 Flyers, les NPC-7 de la patrouille des instructeurs des Forces aériennes, en passant par la Patrouille sud-africaine sur PC-7MKII, le PC-9M qui vole avec les Patrouilles croates, australienne et thaïlandaise. Pilatus peut être fier aujourd’hui, d’être l’unique avionneur au monde a être ainsi représenté !

 

Photo : Pilatus PC-21 aux couleurs de la patrouille acrobatique du Qatar@ Stephan Widmer