13/07/2015

Troisième AW139 pour les Forces armées de Malte !

342.jpg

 

 

AgustaWestland a annoncé la commande d’un troisième exemplaire de l’hélicoptère AW139 pour les Forces armées de Malte. L'aéronef sera utilisé principalement pour effectuer des missions maritimes de contrôle des frontières.

 

Les AW139 maltais sont équipés d'un paquet « state-of-the-art" pour les missions de patrouille maritime et de recherche et sauvetage (SAR) qui comprend une caméra haute définition FLIR, un radar météorologique, une console de mission en cabine, un système de communication par satellite.  Un pilote automatique 4 axes avec des modes SAR, un treuil de sauvetage externe et quatre sac de flottaison..

 

AgustaWestland AW139 : 

 

L’AgustaWestland AW139 est devenu l'hélicoptère le plus vendu de sa catégorie pour une variété impressionnante de rôles commerciaux et gouvernementaux qui répondent aux exigences les plus exigeantes à travers le monde. Depuis sa certification en 2003, l'AW139 a été constamment amélioré pour atteindre des niveaux toujours croissants de performance, la sécurité, l’efficacité de la mission et la capacité de répondre aux dernières exigences très difficiles des clients actuels et futurs. Le seul hélicoptère de nouvelle génération dans sa catégorie de poids, l'AW139 établit de nouvelles normes de performance dans sa catégorie, avec la plus grande cabine de sa catégorie, une vitesse de croisière maximale de 165 noeuds (306 kilomètres par heure) et une portée maximale au-delà de 570nm (1060 km) avec carburant auxiliaire. Le poste de pilotage intégré et avancé, doté d’une avionique de dernière génération, minimise la charge du pilote permettant à l'équipage de se concentrer sur les objectifs de mission. 500 appareils sont déjà en service dans des nombreux rôles y compris EMS / SAR, VIP / transport corporate, application de la loi et de transport militaire. Près de 200 clients de plus de 60 pays ont commandé plus de 850 hélicoptères AW139 jusqu’ici.

 

Photo: AW139 des Forces armées de Malte @ FAM

 

 

12/07/2015

Trop cher, le F-35 sera un avion secondaire !

v31882_f35-joint-strike-fighter.jpg

 

Une nouvelle inquiétude se profile parmi les utilisateurs du Lockheed-Martin F-35, en effet,  les soucis et nombreuses corrections auxquels le « Lightning II » doit faire face inquiètent de plus en plus ses futurs utilisateurs.

 

L’Eurofighter en tant qu’épine dorsale:

 

L’Angleterre et l’Italie qui ont opté tous les deux pour le binôme Eurofighter et F-35, sont aujourd’hui conscient que seul l’Airbus Eurofighter « Typhoon II » pourra correctement assurer une capacité de défense dans les années avenir. De fait, l’Eurofighter sera amené devenir la "colonne vertébrale" de la puissance aérienne européenne jusqu'en 2030, selon un document de la Royal United Services Institute publié fin juin.

 

Le nombre de F-35 en service restera clairement inférieur aux besoins réels en terme de dotation minimale pour les deux pays. De fait, seul l’Eurofighter pourra combler l’ensemble des besoins et ceci après le retrait des Tornado.

 

L’Angleterre et l’Italie se retrouvent donc en liés pour porter au plus vite la mise en service du standard T3 de l’Eurofighter, indispensable à l’avenir. Ce qui réjouit du même coup l’Allemagne, qui disposera d’ici 2025 d’une flotte unique d’Eurofighter. 

 

Du côté des israéliens, on souligne depuis longtemps que le F-35 ne sera que complémentaire dans la défense du pays. Le F-35 permettra à l’Etat d’Israël de maintenir une suprématie aérienne et son avance qualitative technologique dans la région, notamment en matière de dissuasion, mais également en cas de frappes préventives. Par contre, du fait du nombre réduit de F-35, l’ossature du combat aérien sera maintenu avec les F-15 et F-16 modernisés. Un officier israélien expliquait dernièrement que la maintenance du F-35 couterait trois fois plus cher que celle d’un F-16. Autrement dit en cas de conflit, lorsque le pays est sous pression financière, la réparation d’un aileron furtif du F-35 fallait la prix de trois ailerons de F-16. Bref, faut-il cloué au sol trois F-16 pour faire voler un F-35 ? Telle était sa question en conclusion !

 

Commentaire: 

 

Cette nouvelle analyse démontre une fois de plus que l’Eurofighter, le Rafale et le Gripen sont de solutions attrayantes qui répondent aux réels besoins des forces aériennes et ceci en adéquation avec les budgets fluctuants des armées.

 

eurofighter,f-35,infos aviation,blog défense

Tir d’une bombe nucléaire B61-12 depuis un F-15 !

f-15e-strike-eagle-2.jpg

 

 

 

L'US Air Force et l'Administration nationale de sécurité nucléaire (NNSA) ont mené un premier essai en vol avec largage, depuis un avion de combat Boeing F-15E « Eagle» de la bombe nucléaire B61-12 inerte  guidée.

 

yourfile-1.jpg

 

Ce premier essais grandeur nature avec un engin inerte s’est déroulé sur les installations de Tonopah Test Range, dans le Nevada. La bomba nucléaire B61 datent des années soixante, la nouvelle version B61-12 dispose d’un ensemble de kit de queue produit par Boeing. Cette nouvelle version de la B61, doit devenir l'arme nucléaire tactique primaire pour les forces américaines et de l'OTAN une fois qu'elle entrera en service au début des années 2020.

 

mkaodpdqg900tegisisl.jpg

 

Ce premier test effectué avec un Boeing F-15E a permis de démontrer la performance de de la bombe dans un environnement de vol complet. Les prochains essais concerneront l’intégration de la B61-12 sur le F-35A Block 4 « Joint Strike Fighter » ainsi que sur le F-16 « Fighting Falcon », le B-2A « Spirit » et les Tornado britanniques. 

 

La B61-12 est appelée à remplacer les modèles B61-3, -4, -7 et -10 ainsi que la bombe 

B83.

1425093_-_main.jpg

 

Photos : 1 F-15E Eagle @USAF 2 largage de la B61-12 3 Bombe B61-12NNSA

 

11/07/2015

L’E-Fan d’Airbus a traversé la Manche !

F-WATT_EADS_Innovation_Works-ACS_E-Fan_mock-up_PAS_2013_01.jpg

 

 

C’est petit exploit qui va marque l’aéronautique pour longtemps, le petit avion entièrement électrique E-Fan enduit par l’avionneur européen Airbus a réussi ce vendredi à traversé la Manche. Un exploit qui n’est pas sans nous rappeler celui de de Louis Blériot en juillet 1909. 

 

Le petit avion électrique E-Fan a donc réussi a traverser la Manche en 37 minutes après avoir décoller de l’aérodrome de Lydd en Angleterre, l’avion piloté par Didier Esteyne s’est posé sur l’aérodrome de Marck près de Calais.

 

Un vol important : 

 

Pour l’avionneur européen, ce vol doit permettre d’apprendre et de tirer une expérience importante sur la motorisation électrique. Si, il n’est pas encore question de doter les gros porteurs d’une telle technologie pour l’instant, elle le sera peut-être en 2050, avance-t-on prudemment chez Airbus. Silencieux et non polluant, l’E-Fan est certainement à l’aube d’une aviation plus respectueuse de l’environnement. De plus, il s'agit d'un projet ayant un véritable venir à court terme, ce qui le différencie de ses concurrents.

 

Un avion concret : 

 

l’E-Fan offre une multitude de possibilités à très  court terme, et vise les aéroclubs et les écoles de pilotage et ceci dès 2017. Dans un premier temps, l’E-Fan sera sensiblement plus cher qu’un avion moteur thermique, soit au pris de 200’000 euros contre 150’000 pour un avion classique. Mais ce prix devrait rapidement baisser au vue des possibilité et du coût à l’heure de vol, en effet, le plein d’électricité ne coûtera que 2 euros.

 

E-fan-Bleriot-XI-comparison.2015-07-06-14-05-33.jpg

 

 

Airbus E-Fan: 

 

Monoplace de 9,5 m d’envergure pour 6,7 m de long, il ne pesait que 500 kg à vide à l’origine et utilise désormais des batteries lithium-ion, pesant 167 kg, venues remplacer les modèles lithium-polymère (et qui pesaient 137 kg). Elles sont logées dans les ailes, côté emplanture. Deux moteurs électriques, développant 60 kW au total, entraînent deux hélices carénées. Au sol, un troisième moteur électrique (6 kW) entraîne, lui, la roue unique du train d’atterrissage, située sous le fuselage. L’avion a une vitesse de croisière d’environ 150 km/h.

 

L’actuel modèle de l’E-Fan 1 qui a réussi ce vol devrait donné naissance à deux modèles pour la production, l’E-Fan 2.0 avec deux sièges côte à côte et l’E-Fan l'E-Fan 4.0 à quatre sièges, avec une autonomie programmée de plus de trois heures.

 

Meeting_Ferté_Alais-0008.JPG

 

 

Photos : 1 E-Fan au Bourget 2 La motorisation @ Airbus 

 

10/07/2015

Inde, moteur F414 pour le Tejas MKII !

2643853.jpg

 

 

 

L’Agence de développement aéronautique de l'Inde (ADA) annonce que le premier, des huit moteurs de préséries General Electric F414-GE-INS6, destiné à la nouvelle version de l’avion de combat HAL Tejas MkII sera livré pour la fin de l’année.

 

Le moteur de F414-GE-INS6 qui génère 90-98 kN de poussée, remplacera le General Electric F404-GE-IN20 offrant 80-85kN de poussée et qui équipe actuellement le standard MkI du Tejas.

Au total, l’avionneur indien HAL a pré-commandé 99 moteurs General Electric F414-GE-INS6 pour lancer la production du Tejas MkII et équipera notamment la version marine de l’avion.

 

GE-F414-Engine.png

 

Par ailleurs, HAL envisage d’obtenir une licence pour construire le moteur F414 en Inde, HAL prévoit la fabrication de 500 à 600 unités du moteur pour équiper les Tejas MKII et marine dont les commandes sont encore en attentes.

 

Calendrier du Tejas MkII : 

 

L'ADA affirme qu’avec cette livraison le premier prototype du Tejas MkII devrait effectuer son vol inaugural en 2017 et pourra entrer en production deux ans plus tard. Les ingénieurs de HAL ont dû modifier la partie arrière du Tejas pour pouvoir recevoir le nouveau moteur plus puissant et plus lourd que l’ancien. 

 

Le Tejas MKII : 

 

hal_tejas_sanskrit_by_pandora and bagera.PNG

 

L'armée de l'air indienne a prévu de se doter de quatre escadrons (80 avions) de la variante MkII d’ici 2020, puis d’augmenter la commande d’ici 2025.

Les appareils de série sont dotés du General-Electric F414-GE-INS6, le moteur Kaveri indien ayant été abandonné. 

 

 Un radar AESA: 

 

Par ailleurs, l’Indian Defence Research and Development Organization (IDRDO) travaille sur le développement du radar à antenne active (AESA) pour équiper le Tejas MkII. L’Inde a débuté la production de modules TR pour la futur antenne du radar. Une maquette du futur radar a été récemment montrée, lors du dernier salon aéronautique de cette année. Rien n’est précisé par contre, sur l’éventuelle aide du radariste israélien Elta Systems, il semble en effet, que le futur radar AESA du MkII, soit issu du radar Elta ELM2052.

 

tejas-rad-02.jpg

 

Commentaires:

 

L’Inde démontre une fois de plus vouloir développer son Tejas et entrer dans le cercle privilégier des pays capables de construire un avion de combat. Cependant cette annonce montre un nouveau glissement en matière de calendrier (non avoué), le MkII sera donc livré avec un retards 12 mois supplémentaires, du moins pour l’instant. Autre information non négligeable, le commentaire de l’IAF qui précise que, celle-ci aurait besoin de 44 Rafale supplémentaires, "si" (on remarquera le conditionnel) les livraisons devaient être encore reportées. Bref, l’avion français est bien un plan « B » et celui-ci pourrait à juste titre (tant pis pour HAL) tirer son épingle du jeu avec une nouvelle commande, si d’aventure le Tejas MKII devait être retardé un fois encore. On serait loin des 126 Rafale prévus, mais au moins, cette dotation aurait un peu de bon sens. Ceci dit, l’historique nous montre qu’il faut être prudent en Inde, les affirmations de certains sont en contradiction avec les décisions des autres . 

 

 

 

 

 

 

Photos : 1 Hal Tejas MkI @ Vishal Jolapara 2 Moteur General Electric F414-GE-INS6 3 maquette radar AESA du MKII@IDRDO