19/01/2016

Pilotes australiens en formation sur le PC-21 !

12509803_10153598383112639_8764732829457112257_n.jpg

Stans, les premiers instructeurs de la Royal Australian Air Force (RAAF) ont débuté leur formation sur le Pilatus PC-21, qui viendra bientôt moderniser l’école de pilotage du pays.

Les cinq premiers instructeurs australiens sont arrivés récemment en Suisse, il s’agit des Lieutenant Andrew Lynch, chef d'escadron, Scott Van Ginkel, le commandant d’Escadre, Colin O'Neil, les chefs d'escadron, Steve Bekker et Jay Tuffley. Ces pilotes formeront l'équipe de transition, qui sera chargée de l'élaboration du nouveau programme de formation sur le PC-21 et les simulateurs.

Rappel :

Le Pilatus PC-21 est l'avion de formation le plus avancé au monde. Dans le cadre du projet AIR 5428, le PC-21 remplacera l’actuel PC-9 au sein de la RAAF, en Australie occidentale. Les capacités du PC-21 permettent une enveloppe de formation très large. Il peut être utilisé dès le premier jour dans le système de formation, ce qui élimine la nécessité d'une flotte d'entraînement de vol élémentaire, mais comble également l'écart de performance entre les formateurs à turbopropulseurs traditionnels et le jet d’entrainement. Le PC-21 est capable de vitesses de bas niveau, les ailerons et spoilers avec assistance hydraulique peuvent produire des taux de roulis de plus de 200 degrés par seconde.

Le contrat de services d'une valeur de 1,2 milliard de dollars, verra Lockheed-Martin Australie livrer en partenariat avec l’avionneur suisse Pilatus, 49 avions écoles de nouvelle génération PC-21. Le contrat comprend également sept simulateurs de vol, ainsi que l’ensemble des systèmes d’apprentissage au sol et pièces détachées. La Ministre de la défense Marise Payne a déclaré, que le nouveau système de formation assurerait aux pilotes les connaissances et les compétences nécessaires leurs permettant de passer directement sur des avions militaires de pointe, comme le Super Hornet et le futur F-35.

1884063527.JPG

Photos : 1 Les instructeurs australiens en Suisse@ RAAF 2 Le PC-21 en Australie @ Pilatus

 

18/01/2016

L’Australie a choisi le G550 de guerre-électronique !

d_g550_sema_print_1330_425_70.jpg

Canberra, l’Austalie a choisi son futur avion de guerre électronique, il s’agit du système monté sur deux Gulfstream G550. La nouvelle a été confirmée par le ministère australien de la Défense (DOD. Le contrat est estimé à près de 93,6 millions de dollars.

Les avions de base seront des Gulfstream G550 qui seront dotés d’un système complet de guerre électronique et de renseignement fournit par L-3 Communications à Greenville au Texas. Le système doit fournir le renseignement aérien en matière de surveillance, de reconnaissance et de guerre électronique (ISREW) en vue du soutien des opérations de la Force de défense australienne.

Basé sur une cellule de Gulfstream G550, le système permettra d’analyser les communications adverses et de mener la guerre-électronique. Le G550 permet de patrouiller sur 12.500 km et dispose d’une autonomie de 11 heures de vol. Ce nouveau système viendra compléter la flotte de Boeing P-8A « Poseidon » qui entrera en service en 2017 ainsi que les drone de surveillance de type Northrop-Grumman MQ-4C.

A noter, que ce système est également en compétition aux Etats-Unis dans le cadre du remplacement des actuels E-8C JSTAR. Le Pentagone n’a pour l’instant pas donnée sa réponse en ce qui concerne le choix du système.

Photo : Système L-3 monté sur un G-550 @ L-3

17/01/2016

La dernière année pour l’OH-58 « Kiowa » !

1280px-OH-58D_2.jpg

L'armée américaine le confirme, 2016 sera la dernière année opérationnelle pour la flotte d’hélicoptère de reconnaissance OH-58 « Kiowa » avant le retrait définitif de celui-ci.

« En ce qui concerne l'OH-58, ça me brise le cœur, mais nous devons le faire», s’est exprimé en fin de semaine dernière, le Maj Gen Michael Lundy, qui dirige le centre d'excellence aéronautique à Fort Rucker, lors d'une conférence à Washington.

 

Remplacement partiel :

Pour la version de reconnaissance de type OH-58 « Kiowa », l’US Army n’a pas encore décidé, quel appareil viendra le remplacer. La compétition est toujours d’actualité avec l’AAH-72X « Lakota » d’Aribus Helicopter, l’AgustaWestland AW-109 et le Sikorsky S-97 « Raider ». Par contre la version Bell TH-67 « Creek » école va être remplacée par l’Airbus UH-72A « Lakota ».

 

bell-oh58-kiowa_15.jpg

Le Bell OH-58 « Kiowa » : 

Le Bell OH-58 Kiowa est un hélicoptère militaire léger de reconnaissance, dérivé du célèbre Bell 206 « Jet Ranger ». Il entra en service en mai 1969 sous la dénomination OH-58A et fut ensuite maintes fois amélioré. Il est un des hélicoptères les plus polyvalents de l'US Army. Son armement est extrêmement variable, les versions A et C disposaient d'un minigun M134, tandis que l'OH-58D porte une mitrailleuse M2 et un pod de 7 roquettes "Hydra" de série et d'optiques améliorées, la caméra sur la photo au-dessus des pales n'existait pas dans les version A et C. La version Kiowa « Warrior » est quant à elle équipée de quatre missiles Raytheon AGM-114 « Hellfire ».

 

OH-58D_850x-3.jpg

Photos : 1 & 3 OH-58 « Kiowa » 2 Th-67 « Creek » @ US Army

15/01/2016

Syrie, la Russie déploie des Ka-52 & Mi-8AMTS !

3611-kamov-ka-52-alligator-1280x800-aircraft-wallpaper.jpg

La Russie complète son dispositif aérien en Syrie, avec l’arrivée de deux nouveaux types d’hélicoptères de type Kamov Ka-52 « Alligator » et Mil Mi-8MTS. Les hélicoptères sont basés sur les installations de Humaymin près de la ville syrienne de Lattaquié.

Le Kamov Ka-52 « Alligator » :

Le Kamov Ka-52 «Alligator» est un hélicoptère de combat de hautes performances avec une capacité jour et nuit, doté d’une capacité de survie élevée. Doté d’une conception de rotor coaxial, il offre un plafond de vol stationnaire de 4000m et la vitesse verticale de montée atteint 10m seconde à une altitude de 2.500 m. Equipé d’un cockpit blindé qui résiste aux projectiles de 12,7. Les deux pilotes disposent en outre d’un système d’éjection inédit qui éjecte en premier le rotor coaxial. puis déclenche l’éjection des deux sièges, du pilote et du mitrailleur.

Les systèmes de vol comprennent un système de navigation inertielle (INS), un pilote automatique et affichage tête haute (HUD). Les capteurs comprennent pod infrarouge (FLIR) et un radar de suivi de terrain. Le Ka-52 est équipé d'un récepteur d'alerte radar couplé à un système de guerre électronique. Le Ka-52 est propulsé par deux turbines Klimov117VMA, fournissant chacune 2.200 CV (1660 kW). Les moteurs sont placés de chaque côté du fuselage pour renforcer la capacité de survie au combat. L'hélicoptère a également une unité de puissance auxiliaire (APU) pour le fonctionnement autonome. L'hélicoptère disposant de petites ailes équipées chacune rails de suspension, ainsi, que les contre-mesures de bout en bout d'aile. L’Alligator peut emporter jusqu’à 12 missiles anti-char «Vikhr» d’une portée de 10 km.  Le Ka-52 est armé d'un canon  2A42 à tir rapide de 30mm, sans restriction d’azimut. 

Le MIL Mi-8AMTS avec système de guerre électronique:

Par ailleurs, une source de l’agence russe TASS confirme que les Mi-8AMTS sont doté du nouveau système de guerre-électronique L370 Vitebsk. Ce système de guerre-électronique de nouvelle génération est spécialement étudié pour lutter contre les systèmes de missiles portables à guidage infra-rouge (MANPAD).

Le MIL Mi-8AMTS est une version améliorée et blindée du célèbre Mi-8. Cette variante est construite par l'usine de Kazan. Ce standard du Mi-8 dispose d’une cabine blindée pour l’équipage de réservoirs de carburant supplémentaires et d’un radôme monté dans le nez.

L’hélicoptère dispose d’une tourelle électro-optique avec vision de nuit. Les pylônes peuvent transporter des missiles air-air «Igla», des missiles air-sol «Spiral», des mitrailleuses de  23 mm et des nacelles lance-roquettes B8V20A de 80 mm. Le Mi-8AMTS se caractéristique également par des moteurs améliorés qui offrent de meilleures performances dans des conditions chaudes et en altitude.

Le Mi-8AMTS est commercialisé internationalement sous la dénomination Mi-171 et a été vendu à la Croatie, la République tchèque, l'Equateur et le Pérou. La Russie a reçu ses premiers hélicoptères Mi-8AMTS en décembre 2010.

 

1886832717.jpg

Photos : 1 KamovKa-52 « Alligator » VKS 2 Mil Mi-8AMTS@ Sergy

50 Sukhoi Su-35 supplémentaires pour la Russie !

userimage.php.jpeg

Moscou, la Force aérospatiale russe (VKS) a ordonné une commande portant sur un lot de 50 avions de combat Sukhoi 35 « Flanker-E ». Avec le contrat pour l’Indonésie et celui de la Chine, l’avionneur russe dispose de 134 commandes pour cet appareil d’ici 2020. A ce jour, 72 Su-35 ont été livré à la Force aérospatiale russe.

 

Le Sukhoi Su-35 « Flanker-E » :

Le Su-35 est un appareil de la génération 4++.  Les caractéristiques de l'avion comprennent une nouvelle avionique numérique avec fusion des données, un nouveau réseau d'antennes radar progressive avec une longue portée de détection et de cibles aériennes. Son noyau est le système de gestion de l'information (SGI), qui intègre les sous-systèmes fonctionnels, logiques, d'information et de logiciels en un complexe unique qui assure l'interaction entre l'équipage et l'équipement. L'IMS comprend deux ordinateurs centraux numériques, dispositifs de commutation et de l'information. Le pilote dispose de deux écrans MFI affichage multi-fonctions de 9x12 pouces et une résolution de 1400x1050 pixels.

Le noyau du Su-35 dispose de deux doubles radars en bande X en réseau, à antennes progressives Irbis-E, soit un N-12 à l’avant et un N-011 dans la queue arrière. A l’avant le N-12 est monté sur une unité de commande hydraulique à deux étapes (en azimut et en rouleau). Le dispositif d'antenne scanne par un faisceau électronique dans l'azimut et l'angle d'élévation dans les secteurs non inférieure à 60°. L'unité d'entraînement en deux étapes électro-hydraulique tourne en outre l'antenne par des moyens mécaniques à 60 ° en azimut et 120 ° en roulis. Ainsi, en utilisant la commande électronique et mécanique tour supplémentaire de l'antenne, l'angle de braquage maximal du faisceau peut atteindre 120 °. Le radar Irbis-E détecte les cibles aériennes, jusqu’à une portée maximale de 400 km. Le tout avec une nouvelle génération d'optique frontale. La durée de vie de la cellule est de 6’000 heures de vol, soit un cycle de vie de 30 années d'exploitation. La durée de vie assignée des moteurs AL-117S dérivé de l’AL-31F avec poussée vectorielle est de 4’000 heures.

 

1518069.jpg

Photos : 1 Su-35 Pavel Osipovitch/Sukhoi 2 Su-35 Sergy