20/01/2016

Premiers Super Tucano en Afghanistan !

yourfile-1.jpg

La Force aérienne afghane a réceptionné ses quatre premiers avions légers d’attaque au sol de type Embraer A-29 « Super Tucano ». Les appareils se sont posés sur l'aéroport international d’Hamid Karzaï.

 

Le A-29 « Super Tucano :

Le « Super Tucano » A-29 est doté d’un turbopropulseur Pratt & Whitney Canada PT6A-68C deux fois plus puissant que celui du Tucano de base et dispose d’une hélice Hartzell à cinq pales. Son fuselage est également plus long et deux mitrailleuses de 12,7mm Herstal M3P sont incorporées dans des ailes, dotées d’un nouveau profil. Effectuant fréquemment des missions à basse altitude et donc exposé à des tirs terrestres, l’habitacle du « Super Tucano » est protégé par un blindage en Kevlar. Un train d’atterrissage renforcé permet d’utiliser des pistes sommairement aménagées. L’appareil possède 5 points d’accrochage, dont un sous le fuselage, permettant d’emporter jusqu’à 1’500 kg d’armement selon diverses combinaisons. Ainsi, un canon de 20 mm peut être installé sous le fuselage, auquel s’ajoute, soit des bombes en chute libre ou guidées, des roquettes ou des missiles de types : AIM-9 Sidewinder, des MAA-1 Piranha ou des Python 3/4. Des réservoirs extérieurs de carburant peuvent également être utilisés pour augmenter l’autonomie de l’appareil. 

3968436775.jpg

Photos : 1 Arrivée des Super Tucano en Afghanistan 2 En formation au Etats-Unis @ AAF

CSeries, production à plein régime !

654.jpg

Bombardier Avions commerciaux a annoncé hier que son programme d’avions CSeries de conception entièrement nouvelle a commencé à accélérer la cadence pour atteindre la production à plein régime. L’usine d’assemblage final est dotée de tout l’équipement nécessaire et la production progresse comme prévu pour les avions aux divers stades du cycle de fabrication. De plus, Bombardier a également confirmé que l’avion CS100 qui sera livré au premier exploitant SWISS International Air Lines (SWISS) et qui doit entrer en service au 2e trimestre de 2016 est terminé sur le plan des structures.

 

Début de formation pour SWISS :

Hier, les équipages de SWISS ont entamé leur formation au pilotage de l’avion CS100 à Mirabel (Québec), où ils suivront une formation intensive pour se préparer aux vols d’évaluation d’itinéraires. Les équipages de SWISS assureront ces vols aux côtés des équipages de Bombardier lorsque l’avion CS100 d’évaluation d’itinéraires s’envolera vers l’Europe au cours des prochaines semaines. Ce programme suit la conclusion du programme d’évaluation d’itinéraires nord-américains sur plus de 35 villes. Au cours du programme, l’avion CS100 a assuré des vols selon des itinéraires et des procédures opérationnelles typiques de sociétés aériennes.

linke_spalte_a_story.jpg

Après leur formation, les équipages de SWISS piloteront l’avion CS100 d’évaluation d’itinéraires aux côtés des équipages de Bombardier à partir de la base opérationnelle principale de SWISS. Ils emprunteront les horaires de SWISS, son personnel navigant, ses équipes de maintenance et ses destinations le tout d’ici quelques semaines. 

 

Le CSeries :

La gamme d’avions CSeries, qui représente la fusion entre la performance et la technologie, est de conception entièrement nouvelle et offre aux exploitants des économies potentielles de 7,5 à 12 millions dollars US par avion. En ciblant le segment de marché des avions de 100 à 150 places, Bombardier a conçu les avions CSeries pour qu’ils procurent un avantage économique inégalé aux exploitants et ouvrent de nouvelles possibilités aux opérations par avion monocouloir.

1691459783.jpg

Tous les essais de performances sonores de l’avion CS100 ont été effectués et les données confirment qu’il s’agit de l’avion à réaction commercial de série le plus silencieux de sa catégorie. L’empreinte sonore de ces avions et leur capacité exceptionnelle sur courte piste ont été confirmés durant les essais de certification.

L’autonomie maximale des avions CSeries a été confirmée comme étant de 3 300 milles marins (6 112 km), soit quelque 350 milles marins (648 km) de plus que l’objectif initial.

La gamme assure un avantage de plus de 20 % sur le plan de la consommation de carburant, comparativement aux autres avions de série, et de plus de 10 % comparativement aux avions remotorisés. Les avions de la CSeries émettront également 50 % moins de NOX que ne l’exigent les normes CAEP 6. Dotés des sièges, de coffres de rangement et de hublots plus grands, les avions CSeries sont doté d’un Design qui cré une sensation d’espace digne des gros-porteurs.

Les avions CS100 et CS300 ont en commun plus de 95 % de leurs pièces, ainsi que la même certification de type. Le moteur révolutionnaire PurePowerMD PW1500G de Pratt & Whitney, combiné à un aérodynamisme évolué, permet une réduction de la consommation de carburant, du bruit et des émissions, rehaussant la compatibilité environnementale et sociale de ces avions. Bombardier a enregistré des commandes et engagements pour 603 avions CSeries, dont 243 commandes fermes.

 

original.jpeg

Photos : 1 CS 100 de SWISS 2 Cockpit 3 Intérieur 4 CS 100 d’essais @ Bombardier

 

19/01/2016

Allemagne, deux hélicoptères lourds en concurrence !

heer_c21.jpg

L’Allemagne avance dans son processus de remplacement de sa flotte actuelle d’hélicoptère lourd de type Sikorsky CH-53G « Stallion ». La première phase de sélection est terminée et deux appareils se retrouvent pour la dernière ligne droite de la compétition.

 

Short Liste :

Dans le cadre du remplacement de la flotte de 68 hélicoptères de transport lourd de type CH-53G « Stallion », l’Allemagne a retenu une « Short List » de deux appareils, soit : le nouveau Sikorsky CH-53K « King Stallion » et le Boeing CH-47F « Chinook ». Pour Berlin, il est important de pouvoir disposer d’un hélicoptère déjà en production, plutôt que de lancer un programme de développement national à travers Airbus Helicopters. Selon le cahier des charges, l’Allemagne doit pouvoir prendre possession de son nouvel hélicoptère en 2022, ce qui signifie que la signature du contrat doit avoir lieu au plus tard en 2018.

Du point de vue technique, le nouvel hélicoptère devra notamment pouvoir être ravitaillé en vol et ceci bien qu’actuellement la Luftwaffe ne dispose pas d’une telle capacité et ceci à cause des ennuis de l’A400M. Selon Berlin, si Airbus ne trouve pas de solution, le pays pourrait se tourner vers un nouvel aéronef d’ici 2020 !

 

Le CH-53K « King Stallion » :

2999381134.jpg

Bien que conçu de la même taille que les CH-53E «Super Stallion», qu’il doit remplacer à partir de 2019,  le CH-53K permettra de tripler la capacité de transport de charge externe à plus de 27 000 lbs sur une distance de plus de 110 miles nautiques. Doté d’une nouvelle motorisation General-Electric GE38-1B offrant un meilleur couple  surmonté de d’un rotor de quatrième génération en composite. La cellule est également nouvelle, car entièrement en matériaux composites. Encore plus puissante (ses 3 turbines délivreront environ 6000ch chacune), ravitaillable en vol, équipé de systèmes de communications de dernière génération, le CH-53K est optimisé pour le transport par temps chaud en opérant à partir de terrains peu préparés et deviendra la référence de sa catégorie. En matière de transport, le CH-53K pourra par exemple emporter en interne une Jeep «Humvee».

 

Le Boeing CH-47F « Chinook » : 

2048671636.jpg

Les nouveaux CH-47F disposent de caractéristiques améliorées en vue de la survie, avec notamment un système directionnel de contre-mesures électronique à infrarouges, une meilleure protection balistique et un carénage résistant à l'écrasement. L’équipage dispose de sièges blindés. Le CH-47F possède une cellule et une avionique modernisée, ainsi qu'un poste de pilotage automatique et numérique.

 

Photos :  1 Actuel CH-53G de la Luftwaffe @Luftwaffe 2 Le nouveau CH-53K « King Stallion » @ Sikorsky 3 Le CH-47F « Chinook » @ Boeing

 

Pilotes australiens en formation sur le PC-21 !

12509803_10153598383112639_8764732829457112257_n.jpg

Stans, les premiers instructeurs de la Royal Australian Air Force (RAAF) ont débuté leur formation sur le Pilatus PC-21, qui viendra bientôt moderniser l’école de pilotage du pays.

Les cinq premiers instructeurs australiens sont arrivés récemment en Suisse, il s’agit des Lieutenant Andrew Lynch, chef d'escadron, Scott Van Ginkel, le commandant d’Escadre, Colin O'Neil, les chefs d'escadron, Steve Bekker et Jay Tuffley. Ces pilotes formeront l'équipe de transition, qui sera chargée de l'élaboration du nouveau programme de formation sur le PC-21 et les simulateurs.

Rappel :

Le Pilatus PC-21 est l'avion de formation le plus avancé au monde. Dans le cadre du projet AIR 5428, le PC-21 remplacera l’actuel PC-9 au sein de la RAAF, en Australie occidentale. Les capacités du PC-21 permettent une enveloppe de formation très large. Il peut être utilisé dès le premier jour dans le système de formation, ce qui élimine la nécessité d'une flotte d'entraînement de vol élémentaire, mais comble également l'écart de performance entre les formateurs à turbopropulseurs traditionnels et le jet d’entrainement. Le PC-21 est capable de vitesses de bas niveau, les ailerons et spoilers avec assistance hydraulique peuvent produire des taux de roulis de plus de 200 degrés par seconde.

Le contrat de services d'une valeur de 1,2 milliard de dollars, verra Lockheed-Martin Australie livrer en partenariat avec l’avionneur suisse Pilatus, 49 avions écoles de nouvelle génération PC-21. Le contrat comprend également sept simulateurs de vol, ainsi que l’ensemble des systèmes d’apprentissage au sol et pièces détachées. La Ministre de la défense Marise Payne a déclaré, que le nouveau système de formation assurerait aux pilotes les connaissances et les compétences nécessaires leurs permettant de passer directement sur des avions militaires de pointe, comme le Super Hornet et le futur F-35.

1884063527.JPG

Photos : 1 Les instructeurs australiens en Suisse@ RAAF 2 Le PC-21 en Australie @ Pilatus

 

18/01/2016

L’Australie a choisi le G550 de guerre-électronique !

d_g550_sema_print_1330_425_70.jpg

Canberra, l’Austalie a choisi son futur avion de guerre électronique, il s’agit du système monté sur deux Gulfstream G550. La nouvelle a été confirmée par le ministère australien de la Défense (DOD. Le contrat est estimé à près de 93,6 millions de dollars.

Les avions de base seront des Gulfstream G550 qui seront dotés d’un système complet de guerre électronique et de renseignement fournit par L-3 Communications à Greenville au Texas. Le système doit fournir le renseignement aérien en matière de surveillance, de reconnaissance et de guerre électronique (ISREW) en vue du soutien des opérations de la Force de défense australienne.

Basé sur une cellule de Gulfstream G550, le système permettra d’analyser les communications adverses et de mener la guerre-électronique. Le G550 permet de patrouiller sur 12.500 km et dispose d’une autonomie de 11 heures de vol. Ce nouveau système viendra compléter la flotte de Boeing P-8A « Poseidon » qui entrera en service en 2017 ainsi que les drone de surveillance de type Northrop-Grumman MQ-4C.

A noter, que ce système est également en compétition aux Etats-Unis dans le cadre du remplacement des actuels E-8C JSTAR. Le Pentagone n’a pour l’instant pas donnée sa réponse en ce qui concerne le choix du système.

Photo : Système L-3 monté sur un G-550 @ L-3