03/08/2017

Manille va moderniser ses C-130 « Hercules » !

AIR_C-130H_Philippine_Torsten_Maiwald_GFD1-2_lg.jpg

Les Philippines vont mettre à niveau l'avionique de trois avions de transport Lockheed-Martin C-130 « Hercules ». Les appareils concernés sont Deux C-130H et un C-130T. L'âge moyen de ces avions est de 40,2 ans. La mise à jour est basée sur celle des C-130 de l’US Air Force.

La mise à niveau de l’avionique des appareils C-130 «Hercules» s’articule autour d’un cockpit numérique "verre" doté de six écrans multifonctions. Les  pilotes disposent d’un affichages tête haute, d’un nouveau système de communication numérique sécurisé. Les panneaux de commande de navigation sont compatible avec la vision nocturne. Cette modernisation permettra à moyen terme d’uniformisé les configurations cockpit des C-130 philippins qui sont aujourd’hui particulièrement disparates. Ce nouveau cockpit permettra également de rendre les C-130 en conformité avec les exigences moderne de gestion du trafic et permettra à la flotte de continuer de servir durant 30 années supplémentaires.

 

735822232.jpg

Photos : 1 C-130H philippins@ PAF futur cockpit@ Lockheed Martin

 

Le prototype du S-97 « Raider » rate son atterrissage !

S-97-crash-landing.jpg

Le prototype de l’hélicoptère tactique léger S-97 « Raider » a raté son atterrissage après un vol d’essai, au centre de vol de Sikorsky Development à West Palm Beach. Deux pilotes étaient à bord, mais aucun n’a été blessé selon les déclarations de Sikorsky. Il faudra plusieurs semaines avant que l'appareil puisse être réparé et reprenne sa campagne de vol. Mais il semble déjà que cet incident ne remette pas en cause la participation de l'appareil, lors de la compétition pour venir équiper l'US Army.

Le « Raider » de Sikorsky a débuté sa campagne d’essai en vol en mai 2015. Le S-97 « Raider » avec son rotor coaxial rigidedoit être testé à des vitesse jusqu'à 220kt - soit environ 50 kt plus vite que la limite de vitesse de la plupart des hélicoptères classiques.

Le Sikorsky S-97 « Raider » :

Le «Raider» est basé sur la technologie du X-2 développé par Sikorsky à la fin des années 2000. Le démonstrateur X-2 est une plate-forme de 5’000 livres, alors que le «Raider» est d'environ 11’000  livres et permettra d’emporter jusqu’à six soldats en mode assaut. En mode reconnaissance, cet espace pourrait être utilisé pour l'équipement supplémentaire ou des munitions avec 2 pilotes et réservoirs de carburant auxiliaire. Outre, sa vitesse maximale presque deux fois supérieure, à 250 nœuds, le S-97 sera plus manœuvrable et aura une signature acoustique plus faible qu’un hélicoptère standard.

Le principe des rotors contrarotatifs coaxiaux à hélices propulsives offrent des vitesses de croisière allant jusqu'à 250 kt (253 mph), plus du double de la vitesse des hélicoptères classiques, selon Sikorsky. Le S-97 est propulsé par un moteur General Electric YT706, une variante du CT7. 

Pour Sikorsky, ces attributs permettront au S-97 d’égaler ou dépasser les exigences de l’US Army pour son prochain hélicoptère léger polyvalent, car celui-ci, sera en plus, très performant dans les opérations à haute altitude qui posent problème aux hélicoptères légers actuels.

 

408129044.jpg

Photos : 1 Le 97 accidenté 2 lors de son premier vol en 2015@ Sikorsky

BOC Aviation commande 10 B737 MAX10 !

K66692-02.jpg

Seattle, Boeing et BOC Aviation Limited ont finalisé un accord pour 10 B737MAX10. Le contrat est évalué est évalué à environ 1,25 milliard au prix catalogue de l’avionneur. L’intention d’achat avait été annoncée lors du dernier Salon du Bourget.

« Nous sommes heureux d'être un nouveau client pour le Boeing B737MAX10 qui offrira aux compagnies aériennes une plus grande capacité combinée avec d'excellents coûts d'exploitation et une réduction de la consommation de carburant », a déclaré Robert Martin,directeur général et chef de la direction de BOC Aviation.

BOC Aviation a rejoint les 15 autres client pour le lancement de la toute nouvelle version « MAX10 » de la famille « 737 MAX » lors du salon du Bourget. Le bailleur est basé à Singapour et gère une flotte de plus de 300 avions Boeing depuis sa création. 

Le B737MAX10 :

Selon l’avionneur, le B737MAX10 aura le plus bas coût par siège de tous les avions monocouloirs jamais produit. Les modifications de conception pour le MAX10 comprennent un tronçon de fuselage de 66 pouces par rapport à l’actuel B737MAX9 et un train d'atterrissage principal à effet de levier. L'avion aura la capacité de transporter jusqu'à 230 passagers. Comme les autres modèles de Boeing, le MAX10 intègre les dernières technologies en matière de motorisation avec le CFM International LEAP-1B, l’Advanced Technology Winglets, le Boeing Sky Interior, les grands écrans du poste de pilotage et d'autres améliorations pour le meilleur confort des passagers dans le marché monocouloir.

L'avion a gagné une large acceptation du marché avec plus de 255 commandes et engagements garantis de plus de 16 clients dans le monde entier. 

 

Photo : B737MAX10 aux couleurs de BOC Aviation@ Boeing

02/08/2017

ATP Flight commande 15 Skyhawk !

Cessna_Skyhawk_Photo1.jpg

L’école de pilotage  ATP Flight a passé commande auprès de l’avionneur américain Cessna de 15 avions écoles de type C172 « Skyhawk ». Avec l'ajout de ces appareils, la flotte de formation de l'école sera portée à 130 « Skyhawk ».

« Nous sommes ravis que l'ATP a choisi le célèbre « Skyhawk »  pour former ses nouveaux pilotes », a déclaré Doug May, vice-président, de la division avions à pistons de Cessna Textron.

Les livraisons des nouveaux Cessna 172 dotés de la nouvelle avionique Garmin G1000 NXi, commenceront au troisième trimestre de cette année. Le Cessna C172 « Skyhawk »  est en soi une référence pour la formation des pilotes et est réputé pour offrir une excellente combinaison de fonctionnalités modernes, notamment grâce à sa nouvelle avionique. La conception de type aile haute  permet des caractéristiques de vol supérieures et une finesse de pilotage très appréciée des pilotes.

Depuis son entrée en service, plus de 44'000 Cessna C172 ont été livrés dans le monde entier.

Commentaire :

Cette nouvelle commande doit permettre d’une part de moderniser le parc d’avions formateurs au sein de l’ATP Flight et de l’autre de disposer d’une flotte plus étendue pour pouvoir augmenter le nombre de pilotes en formation afin de pouvoir répondre à la demande. En effet, entre les départs à la retraites et les besoins futurs des compagnies aériennes, les centres de formation devront augmenter leurs capacités d’enseignement. Selon les dernières statistiques, il faudra pas moins de 266'000 nouveaux pilotes d’ici 2036, afin de répondre à l’augmentation de la flotte mondiale d’avions de ligne qui passera de 21'000 appareils à 40'000.

 https://www.rts.ch/play/radio/forum/audio/laviation-confrontee-a-une-penurie-de-pilotes-selon-une-etude?id=8786850

 

Photo : C172 « Skyhawk » @ Cessna

01/08/2017

1 août 1955, premier vol de l’U-2 « Dragon lady » !

u-2_science_04b.jpg

Si, le 1 août est l’anniversaire de la Suisse, ce même jour en 1955 l’avion a effectué par accident son vol inaugural.

Le premier vol de l’avion espion Lockheed l'U-2 « Dragon Lady » a eu lieu accidentellement le 1er août 1955, lorsque les ailes ont soulevé celui-ci par inadvertance le prototype qui effectuait des essais de roulage à grande vitesse.

Le véritable premier vol planifié eu lieu trois jours plus tard avec le légendaire pilote de test de Lockheed, Tony LeViera aux commandes.

Le Lockheed-Martin U-2 : 

Le Lockheed U-2 est un avion de reconnaissance à haute altitude qui fut utilisé intensivement durant la Guerre Froide pour observer les territoires de l’ex-URSS. La caractéristique principale de l'U-2 est sa capacité à voler à haute altitude (70 000 pieds, soit environ 21 000 mètres, deux fois plus haut que les avions de ligne) pour être hors de portée des défenses anti-aériennes. Il dispose d'un important rayon d'action, mais d'une vitesse relativement limitée.

Techniquement, l'U-2 pourrait être considéré comme un "planeur propulsé" en raison de ses énormes ailes qu'on retrouve sur les planeurs. L'atterrissage et le décollage de cet avion étaient très délicats : en effet, le Lockheed U-2 dispose d'un train avant et d'un train arrière en tandem (à l'inverse des autres avions qui ont deux trains arrières et un train avant), auxquels sont rajoutées des roulettes de stabilisation aux extrémités des deux ailes. Ces roulettes tombent au décollage, allégeant l'avion, mais rendant l'atterrissage d'autant plus difficile et impose que du personnel au sol intervienne à chaque atterrissage.

Les premiers vols d'espionnage du Lockheed U-2 ont lieu en 1956. Testé depuis la Zone 51. Le premier objectif était de repérer et de photographier les sites de missiles stratégiques intercontinentaux dans le cadre des programmes de reconnaissance aérienne.

1400697601204.jpg

 

Photos : 1 Un U-2 en vol au-dessus de la zone 51 2 U-2 en vol @ USAF