12/04/2016

Black-Hawk supplémentaires pour le Mexique !

3369788320.jpg

Sikorsky reçu un contrat du Mexique pour 7 hélicoptères UH-60M « Black-Hawk » pour un montant de 54.9 millions de dollars. Les livraisons doivent être achevées pour février 2019. L'UH-60M est déjà en service au Mexique au sein de la Force aérienne, la marine et la police fédérale.

 

Le Sikorsky UH-60M sélectionné pour le Mexique : 

Les hélicoptères Sikorsky UH-60M «Black-Hawk» mexicains reprennent la motorisation de type General-Electric T-700-701D et sont dotés des équipements standards en service dans l’armée américaine avec par exemple : les systèmes de navigation GPS/INS embarqués, deux mitrailleuses M134 de 7,62 mm, un  systèmes de planification de mission de type AN/AVS-9 et des lunettes de vision nocturne. En matière de communication, les radios Rockwell Collin AN/ARC-210 et RT- 8100 équiperont les appareils.

L’UH-60M est déjà en service dans la Marine mexicaine avec trois hélicoptères livrés en août 2011. Ces appareils ont été remis par l’US Northern Command dans le cadre de l’Initiative Merida, qui est conçue pour aider les forces mexicaines dans leur lutte contre les cartels de la drogue et d’autres activités criminelles organisées. La police dispose également de 3 UH-60M livrés en 2011.

 

Photo : UH-60M Balck-Hawk de la marine mexicaine @ Marine Mexiciane

Démonstration de la Patrouille Suisse pour la Patrouille des Glaciers !

 

2921986916.jpg

La Patrouille Suisse se produira à l’occasion de la Patrouille des Glaciers (PdG) : Les F-5E Tiger survoleront Verbier (VS) le samedi 23 avril 2016, de 15h15 à 15h45 pour effectuer leur show aérien à couper le souffle. Le dimanche 24 avril servira de jour de réserve (horaire identique au samedi) en cas de mauvais temps.

Un entraînement de la Patrouille Suisse se déroulera sur le même site le mercredi 20 avril de 15h15 à 15h45. Le jeudi 21 avril servira de jour de réserve (horaire identique au mercredi) en cas de mauvaises conditions météorologiques. Tous ces engagements s’effectueront à partir de la base aérienne d’Emmen (décollage et atterrissage).

11/04/2016

Global 6000 supplémentaires pour Zetta Jet !

342.jpg

Zetta Jet, exploitant privé d’avions d’affaires basé à Singapour, a exercé des options pour deux biréacteurs d’affaires très long-courriers Global 6000 supplémentaires. Zetta Jet exploite actuellement une flotte composée exclusivement de six avions de la gamme Global. Au total, l’entreprise a passé des commandes fermes pour quatre biréacteurs Global 6000 avec des options pour deux autres avions d’affaires du même modèle.

Le Global 6000 :

Le biréacteur Global 6000 offre plus de volume en cabine et plus d’espace de plancher que tout autre avion dans sa catégorie. Aucun autre biréacteur d’affaires de la catégorie des très long-courriers d'aujourd'hui n’affiche pareille autonomie à grande vitesse. Offrant le confort ultime en cabine, cet impressionnant biréacteur peut relier Vienne à Brasilia sans escale avec huit passagers et de trois à quatre membres d’équipage à bord. Il peut franchir 6’000 milles marins (11’100 km) à Mach 0,85 avec jusqu’à huit passagers.

 

Photo : Bombardier Global Jet 6000 @ Zetta Jet

Arrivée des B-52H au Qatar !

B-52H_USAF.jpg

Les premiers bombardiers Boeing B-52H « Stratofortress » ont atterri sur la base aérienne d’Al Udeid au Qatar. Les appareils en provenance de Barksdale AFB en Louisiane, vont venir soutenir la campagne contre les militants de l'Etat islamique en Irak et en Syrie.

Ce déploiement est sous la responsabilité de l’US Central Command (Centcom) qui couvre une zone regroupant 20 pays du Moyen-Orient, Afrique du Nord et en Asie centrale. Le B-52 emporte une charge utile de 70.000 livres et peut larguer des bombes guidées de précision, des mines, des missiles et des missiles de croisière air-sol.

Selon le Pentagone, l’engagement du célèbre bombardier n’implique pas un changement de stratégie sur le terrain. Les B-52 cibleront les objectifs avec précision, il n’est pas question de réaliser un tapis de bombes. L’occasion pour les Etats-Unis de démontrer la diversification d’emploi du « Stratofortress ».

En date du 5 avril, les États-Unis ont annoncé avoir mené 8’719 frappes aériennes en Irak et en Syrie dans le cadre de l'opération « Inherent Resolve » en partenariat avec la coalition qui regroupe en Irak : l’Australie, la Belgique, le Canada, le Danemark, la France, la Jordanie, les Pays-Bas et le Royaume-Uni et en Syrie: l’Australie, Bahreïn, le Canada, la France, la Jordanie, les Pays-Bas, l'Arabie Saoudite, la Turquie, les Emirats Arabes Unis et le Royaume-Uni.

 

Photo : B-52H @ USAF

 

 

 

10/04/2016

A propos du groupe d’accompagnement pour le nouvel avion de combat !

home.parsys.54375.Image.gif.jpeg

Berne, en cette fin de semaine, notre nouveau et réactif chef du DDPS a constitué un groupe d’accompagnement chargé de l’évaluation et de l’acquisition d’un nouvel avion de combat. L’objectif de ce groupe est d’obtenir une vue d'ensemble du projet.

Les buts :

Ce groupe d'accompagnement abordera tous les aspects des menaces présentes dans l'espace aérien et de celles qui en proviennent pour définir le rapport approprié entre les moyens de défense sol-air et les avions de combat. Ce groupe traitera en outre toutes les questions en lien avec l'évaluation et l'acquisition d'un nouvel avion de combat. Il accompagnera les travaux d'un groupe d'experts interne au DDPS s'occupant de la partie technique des dossiers. Une première séance est prévue avant la fin avril.

Le groupe actuel :

Présidé par l’ancien conseiller aux Etats Hans Altherr, le groupe de travail est formé de représentants des quatre partis gouvernementaux, de la Société suisse des officiers, de Swissmem, du DFAE, du DFF, du DEFR, ainsi que du DDPS et de l’armée.

Composition:

- M. l'ancien conseiller aux Etats Hans Altherr, président et représentant du PLR

- M. l'ancien conseiller aux Etats Peter Bieri, représentant du PDC

- M. l'ancien conseiller national Roland Borer, représentant de l'UDC

- Mme la conseillère aux Etats Géraldine Savary, représentante du PS

- M. le colonel EMG Stefan Holenstein, président de la Société suisse des officiers

- M. Beat Brunner, membre de la direction de Swissmem

- M. Simon Plüss, responsable du secteur Contrôles à l'exportation/Matériel de guerre, SECO, DEFR

- M. Jon-Albert Fanzun, collaborateur personnel du chef du DFAE et chef de cabinet, DFAE

- M. Karl Schwaar, directeur suppléant de l'Administration fédérale des finances, DFF

- M. le commandant de corps Dominique Andrey, conseiller militaire du chef du DDPS

- M. l'ambassadeur Christian Catrina, chef de la Politique de sécurité et secrétaire général suppléant du DDPS

- M. le commandant de corps Aldo Schellenberg, commandant des Forces aériennes

- M. Hans-Rudolf Sieber, chef des Finances du DDPS

- M. Peter Winter, directeur du domaine de compétences Systèmes aéronautiques, armasuisse

Ne manque-t-il pas des acteurs ?

Si l’on peut saluer ici, la création de ce groupe par notre Ministre de la Défense en vue des travaux préparatoire sur l’achat du nouvel avion de combat et d’une manière générale de l’ouverture du débat sur l’avenir de nos Forces aériennes, il n’en reste pas moins que, si la liste des représentants est démocratique avec notamment, une représentante du parti socialiste qui milite contre l’armée, il semble que les principaux représentants ne sont pas présents. Comment définir une ligne de conduite adéquate au sein de ce groupe, sans la participation d’un pilote de chasse? Sans remettre en cause les compétences de chacun, comment peut-on avoir une vision précise d’un sujet aussi complexe qu’un avion de combat et des tâches qui en découlent, sans avoir avec soi un pilote de chasse susceptible d’apporter ses « compétences métiers », son expérience ? Soit, une plus-value indéniable. Il ne s’agit pas pour l’heure de décider du choix de l’avion A, B ou C, mais bien de disposer de l’ensemble des connaissances nécessaires à l’établissement d’une feuille de route irréprochable. D’ailleurs, pour bien faire, un mécanicien devrait également être présent, car l’on néglige bien trop souvent le travail de la maintenance. Un avion de combat est un outil compliqué, que seul le binôme mécaniciens et pilotes est capable de mettre en œuvre correctement.

Il n’est donc pas trop tard, pour compléter ce groupe de travail, il n’en sera que plus « transparent » et « crédible ».