12/07/2016

L’aéronavale dit adieu à ses Super Etendard !

324.jpg

Ce mardi, après près de 42 ans de bons et loyaux services, la Marine française a dit adieu à ses cinq derniers Super Étendard encore en service. Un dernier vol a eu lieu aujourd’hui sur la base de l’aéronavale de Landivisiau.

Une première étape du retrait avait eu lieu en mars dernier, avec la fin de la carrière embarquée de l’avion. Le dernier appareil de la flotille 17F avait décollé pour la dernière fois du pont du « Charles-de-Gaulle ».

 Le Super Etendard modernisé (SEM) :

La Marine avait reçu dernier exemplaire du Super Etendard modernisé au standard 5 (SEM 5) le 14 mai 2012. L’atelier industriel de l’aéronautique (AIA) de Cuers-Pierrefeu avait livré le Super Étendard modernisé (SEM) n°62, dernier SEM sorti des chaînes de maintenance du service industriel de l’aéronautique (SIAé).

Durant 30 ans, l’AIA de Cuers-Pierrefeu a été un acteur prépondérant dans la disponibilité de la flotte SEM en réalisant plus de 140 visites d’entretien majeur. L’atelier a également assuré toutes les modifications et les mises au standard de l’avion demandées par la marine nationale, en raison de l’évolution des technologies et des besoins opérationnels.

A l'origine, le Super Étendard ne devait être qu'une évolution de l'Étendard IVM. Mais la refonte de l'avion et de son système d'armes fut si complète que le Super Étendard ne partage plus guère aujourd'hui qu'une partie de son nom (et d'excellente qualité de vol) avec le glorieux ancêtre. Le Super Étendard est un appareil dont les qualités manœuvrières en basse et moyenne altitude en font un remarquable avion d'assaut capable de traiter des objectifs maritimes ou terrestres avec des armements aussi diversifiés que l'armement nucléaire, les missiles anti-surfaces et air-sol, les bombes et le canon.

1261229851.jpg

Les missions :

La première des missions du chasseur-bombardier embarqué était la dissuasion nucléaire. Mais l'avion est également bien connu pour avoir formé un couple redoutable avec le missile AM-39 "Exocet", conçu pour la lutte antinavire. Il assura également des missions d'appui-feu au profit des troupes à terre.

Les missions de reconnaissance se sont éffectuées à l'aide d'un châssis amovible CRM 280, qui s'installe à la place des deux canons de 30 mm et qui contient deux caméras très différentes : la première panoramique, offre des clichés de très grandes précisions en couleur ou en noir et blanc pour les vols à basse altitude. La deuxième caméra, optimisée pour la reconnaissance à moyenne ou haute altitude, est numérique et filme en continu le sol.

Toutes ces évolutions ont été rendues possibles grâce à différents programmes de modernisation, qui ont successivement porté les Super Étendard au standard 1, 2 puis 3 et 4 et en ont fait des "SEM", alias "Super Étendard Modernisé". Puis se fut le standard 5 qui permis à l'avion de faire bonne figure jusqu'en 2015, date à laquelle, il céda complètement sa place au Rafale. Ce futur standard offert une capacité nocturne totale au SEM et à ses pilotes, avec la mise en oeuvre d'un pod de désignation laser Damocles couplé à un FLIR pour la navigation nocturne. En attendant, les pilotes combattaient la nuit à l'aide de JVN (jumelles de vision nocturne) dont l'emploi est rendu possible par une adaptation de l'instrumentation de bord.

Dès 1985, il est apparu que pour maintenir l'appareil en service jusqu'en 2010, maintenir ses capacités opérationnelles à un niveau suffisant et se prémunir des risques d'obsolescence de certains équipements ou composants, le système d'armes de l'appareil devait être modifié en profondeur. Un programme de modernisation fut lancé en juin 1986. Il concernait trois domaines principaux: la détection radar, le système de navigation et d'attaque, et l'ergonomie du poste de pilotage. Le Super Etendard modernisé (SEM) aura des capacités qui évolueront progressivement jusqu'au standard 5 de fin-2006.

L'intégration du radar Anémone en remplacement de l'Agave permit de multiplier par deux les portées de détection sur des cibles maritimes tout en assurant une meilleure discrétion des émissions électromagnétiques. Les nouveaux modes de fonctionnement de ce radar offrent des possibilités qui permettent d'optimiser l'utilisation des missiles AM 39 et ASMP. Le système de navigation et d'attaque conçu dans les années 1970 utilisait des calculateurs dont les possibilités d'évolution étaient très limitées. Pour permettre l'introduction de nouvelles conduites de tir et pouvoir dialoguer avec le nouveau radar Anémone, les calculateurs ont été modernisés: accroissement de la capacité de calcul, augmentation du nombre des liaisons de transfert de données, possibilité de modifier la programmation des équipements majeurs.

La charge de travail du pilote au cours des passes de tir est notablement allégée grâce à l'amélioration de l'ergonomie du poste de pilotage. L'intégration d'un combiné de visualisation tête haute et tête moyenne remplaçant l'ancien viseur et l'écran radar permet au pilote de disposer d'une image radar collimatée à l'infini supprimant ainsi le temps d'adaptation de la vue lors de la lecture des informations présentées. Le regroupement sur la poignée de pilotage et sur la manette de puissance de l'ensemble des commandes utilisées pour la mise en oeuvre du système d'armes lors des passes d'attaque, permet d'optimiser les enchaînements des actions du pilote et procure une plus grande souplesse en cas de situation imprévue : mauvaises conditions météorologiques ou évolution de la situation tactique autour de l'objectif. Bien qu'aucun armement nouveau n'ait été introduit dans la panoplie du Super Etendard dans la première phase de la modernisation, l'efficacité militaire de l'avion s'est trouvée nettement améliorée grâce à son nouveau radar et à la nouvelle ergonomie de son poste de pilotage. La livraison du premier appareil modernisé équipé du radar Anémone est intervenue en décembre 1993, la première flottille étant déclarée opérationnelle sur Super Etendard modernisé (SEM) en novembre 1995. Le dernier SEM a été livré en 1998. Le premier standard SEM est le standard 2, le standard 3 est introduit en 1995, le standard 4 en 2000, et le standard 5 en 2006.

 

942338591.jpg

Photos : 1 SEM avec le pod Damocles pour la « Reco »@MN 2 & 3 SEM @ Laurent Casaert

Farnborough, Airbus annonce ses commandes !

800x600_1468315802_A320neo_Germania.jpg

Salon de Farnborough, l’avionneur Airbus annonce ses commandes pour la journée :

Germania :

Germania a passé une commande ferme pour 25 Airbus A320neo. Germania Groupe exploite une flotte de dix A319 et cinq A321 vers des destinations en Europe, Afrique du Nord et au Moyen-Orient à partir de bases principalement allemandes, suisses et britanniques. Germania basée à Berlin est également le fournisseur de services de charte pour doubles vols quotidiens d'Airbus entre ses plus grands sites de production à Toulouse et Hambourg.

WOW Air :

800x600_1468315828_A321_WOW_air.jpg

La compagnie aérienne à bas prix basée en Islande a signé une commande ferme portant sur quatre A321. Cet accord d'achat de la compagnie aérienne directement avec Airbus fait également de WOW air un nouveau client d'Airbus. WOW air est un tout opérateur Airbus avec 11 avions dans sa flotte à jour et passera à 12 d'ici la fin de l'année 2016.

 

Photos : 1 A320neo Germania 2 A321 WOW Air@ Airbus

 

Farnborough, Boeing annonce 67 commandes !

TUI FAS 2016.jpg

Salon aéronautique de Farnborough, l’avionneur américain Boeing continue d’annoncer des commandes. Ce matin Boeing à confirmer 67 commandes de la part de quatre clients.

Le groupe Tui :

Le groupe TUI, numéro un des affaires du tourisme dans le monde, a finalisé une commande aujourd'hui portant sur 10 B737-800 MAX un B787- 900 « Dreamliner ». La commande, évaluée à 1,4 milliard de dollars au prix catalogue de l’avionneur et inclut également une option supplémentaire pour un B787-900. Avec cet ordre, le groupe TUI a maintenant trois commandes en carnet pour le B787-900 et 70 pour le B737 MAX.

Air Lease Corporation :

Air Lease Corporation (NYSE: AL) a annoncé une commande portant sur 6 B737-800 MAX Trois des commandes sont nouvelles, et trois ont déjà été attribués à un client non identifié sur le site Commandes et livraisons de Boeing. La commande est évaluée à 660 millions de dollars au prix catalogue.

Kunming airlines:

Boeing a annoncé aujourd'hui un engagement portant sur 30 B737 de la part de Kunming Airlines. L'engagement comprend un mélange de B737-700 MAX et B737 « Next-Generation » d'une valeur de plus de 3 milliards de dollars au prix catalogue.

Volga Dnepr-Groupe :

Volga-Dnepr Group, leader dans le transport de cargaison unique, a annoncé la finalisation d’une commande portant sur 20 B747-800 « Freighters » dont quatre avions qui ont déjà été livrés en leasing.

 

KUNMING FAS 2016.jpg

Photos : 1 B737MAX et B787 aux couleurs de Tui 2 B737-700MAX Kunming Airlines @ Boeing

 

Missile ukrainien pour les MiG-29 polonais !

2600270.jpg

La Pologne doit compléter sa gamme de missile air-air en vue du maintien de sa flotte d’avions de combat de type MiG-29 « Fulcrum » jusqu’en 2025. Pour ce faire, Varsovie a commandé la variante du missile R-27R1 fabriquée en Ukraine.

Jusqu’ici cette version du missile provenait d’une usine en Russie, mais la situation politique oblige la Pologne à se fournir chez le second pays qui fabrique ce type de missile. La variante commandée par la Pologne est le R-27R1 dotée d’un autodirecteur radar semi-actif, produit par la société ukrainienne SpetsTechnoExport appartenant à l'Etat.

Le missile R-27 :

Le missile R-27 (AA10 « Alamo » code Otan) est entré en service en 1985 pour équiper les chasseurs MiG-29 et Su-27. Il est fabriqué en Russie et en Ukraine. Il est capable d'engager des cibles aussi bien à longue distance que dans des combats rapprochés sous forts facteurs de charges. Il peut intercepter des cibles en mouvement dans plusieurs directions, supportant des accélérations latérales jusqu'à 8 g et peut être tiré dans n'importe quelles conditions météo.

Il est doté d'une configuration aérodynamique à plans « canards » et est équipé de 4 surfaces aérodynamiques arrangées selon une disposition cruciforme, au milieu du fuselage. Ces gouvernes, de forme un papillon, permettent d'employer les mêmes surfaces pour contrôler à la fois le tangage et le lacet du missile, tout en lui apportant une importante stabilité en roulis. Chacune est dotée d'un circuit de commande hydraulique indépendant, et un accumulateur hydraulique fournit une pression hydraulique constante et élevée. Les plans « canard » sont montés en avant de ces gouvernes.

Ce missile est fabriqué en 4 versions différentes : R-27 à guidage infra-fouge, le R-27R guidé par radar semi-actif, le R-27P à radar passif et le R-27A guidé par radar actif.

 

2.jpg

Photos : 1 MiG-29 avec des R-73 polonais @ Bartosz Bera 2 le R-27R1 @ Redstar

11/07/2016

Une nouvelle version pour le M-346 !

M-346FT_low.jpg

Leonardo-Finmeccanica a présenté une nouvelle variante multirôle de son avion école M-346. La nouvelle version nommée M-346FT doit permettre aux opérateurs de l'utiliser soit comme un entraîneur ou comme avion d’attaque au sol léger spécialisé antiguérillas.

La variante combat-formateur M-346FT est le résultat d’un développement d’une durée d'environ 24 mois de l’avionneur italien. Les principales différences dans la nouvelle variante sont les armes et un équipement de liaison de données et de contre-mesures électroniques tactique.

Une réponse à plusieurs demandes :

Cette nouvelle variante du M-346 doit permettre aux utilisateurs actuels de pouvoir grâce à l’armement de bord préparer les pilotes à l’attaque au sol avec des moyens modernes. Mais cette nouvelle version peut aussi venir concurrencer les actuels Embraer EMB-312 « Super Tucano » et Beechraft AT-6 notamment sur les marchés de la contre-insurrection et de l’anti-guerilla. La nouvelle plate-forme offre un potentiel de croissance en termes de capteurs et d'autres armes, selon l’avionneur. La nouvelle version M-346FT devrait voler cette année et sera certifié en 2018

636037724974527603-20160710-161817.jpg

 

Les principales caractéristiques de l’Aermacchi M-346FT:

C configuration Twin-moteur et commandes de type fly-by-wire quadruplé pour assurer la redondance et la meilleure sécurité opérationnelle.

 Capacité de ravitaillement en vol pour les missions de longue portée ou la persistance opérationnelle prolongée.

 Haute vitesse à basse altitude et la vitesse de montée élevée.

 Communication en réseau centré.

 Data Link tactique.

 Récepteur d'alerte radar (RWR);

 Distributeur de Chaff et de Flares (CFD)

 kit pour la réduction de la signature radar.

 Bombe Paveways II GBU-12 (500 lb) LGB.

 Bombe Enhanced Paveways GBU-49 (500 lb) GPS / LGB.

 Bombe Lizard 2 LGB

 Bombe JDAM GBU-38 (500 lb).

 Bombe Lizard 4 LGB (500 lb).

 Bombe de Petit diamètre (SDB).

 lance-roquettes

 Bombe Mk.82 (500 lb) à usage général.

 Bombe MK.82HD Snakeye (500 lb) à usage général.

 Gun pod

 Air-to-Air missiles IR

 Réservoir auxiliaire de 630 lt.

 Pod de Reconnaissance.

 Pod de Désignation Laser.

Le M-346 :

L'AleniaAermacchi M-346 se présente comme un monoplan à aile delta construit essentiellement en alliage d’aluminium. L’empennage horizontal est entièrement mobile et l’appareil, biplace en tandem, repose sur un train d’atterrissage tricycle. Les deux Honeywell/ITEC F124-GA-200 de 2’880 kgp sont produits sous licence par Fiat-Avio. Le M-346 dispose d’un groupe auxiliaire de démarrage (APU) MicroturboRubis. Le cockpit est pressurisé et climatisé sous une verrière articulée à droite, doté de sièges éjectables « Zero-Zero » Martin-Baker Mk16D. Il dispose également d’un système embarqué de génération d’oxygène (OBOGS) éliminant le besoin de bouteilles, d’écrans multifonctions et d’un affichage HUD (Head Up Display), d’un équipement digital « Fly-by-Wire2 programmable en fonction du niveau de l’élève ou simulant différents types d’avions. Un équipement de navigation à longue distance est prévu, ainsi que 3 points sous chaque aile pour une capacité de 1 800 kg et des rails en bout d’aile pour missiles air-air. Un bidon largable peut être emporté sous chaque aile, un bidon de convoyage sous le fuselage, et une perche de ravitaillement

 

body_Credits_Aeronantica_Militare_Troupe_Azzurra_W.jpg

Photos : Le M346FT@ Leonardo-Finmeccanica