14/05/2016

F-35B, 1’000ème atterrissage vertical !

f-35bvtol.jpg

Une fois n’est pas coutume, voici une bonne nouvelle dans le cadre du programme F-35 avec le cap des 1'000 atterrissages verticaux réussi pour la version F-35B « STOVL ».

Le pilote d’essai Peter Wilson de la RAF a passé le cap du 1’000ème atterrissage vertical avec un F-35B « Lightning II » dans le cadre des essais en vol continu. Cette étape a été réalisée sur le site de Patuxent River dans le Maryland aux Etats-Unis et ceci 6 ans après le premier atterrissage vertical.

La variante F-35B :

La variante du F-35B STOVL (Short TakeOff/Vertical Landing, ou décollage court et atterrissage vertical) cette version possède une soufflante intégrée verticalement dans le fuselage, à l'arrière du cockpit (utilisée uniquement pour le décollage ou l'atterrissage), ainsi qu'une tuyère principale orientable vers le bas. La soufflante est reliée à la turbine basse pression du réacteur principal. La capacité interne en carburant est réduite à 6,35 tonnes (- 24,22 % par rapport à la version F-35A).Cette variante du F-35 est celle qui sera livrée à l'US Marines Corps, et la Royal Air Force.

À la suite des premiers essais, Lockheed a annoncé que le F-35B ne décollerait verticalement qu'en configuration « lisse » (sans arme ou réservoir auxiliaire) et avec un minimum de carburant sur de courts déplacements, afin de se repositionner à un emplacement où il pourra décoller de manière plus conventionnelle (Short TakeOff). Lors des missions nécessitant des munitions ou du carburant pour obtenir une capacité opérationnelle, le F-35B devra être utilisé comme un avion STOL (Short Take Off/ Landing) avec le tremplin du bâtiment porteur.

Cependant, lors des essais d'évaluation effectués sur l’USS Wasp de la Navy, ont mis en évidence d'énormes problèmes de fiabilité, avec seulement deux à trois appareils disponible sur les six embarqués. La déclaration de capacité opérationnelle, établie en 2001, aurait du intervenir en avril 2010 et n'est toujours pas prononcée. Le logiciel doit être modifié pour permettre à l'appareil d'emporter une caméra avec flux en diffusion continu, la capacité vision de nuit et surtout plus d'armement, en particulier un canon en nacelle. Le problème de résistance thermique des ponts d'envol sur les navires amphibies, a été résolu par l'usage de Thermion, une peinture appliquée au pistolet et à base de céramique et de poudre d'aluminium.

 

lockheed-martin,f-35b,avions stovl,raf,us marines corps,programme f-35,blog défense,infos aviation,les nouvelles de l'aviation

 

Photos : F-35B STOVL @ Lockheed-Martin

Arrivée des premiers MH-60R danois !

1678871_-_main.jpg

Les trois premiers hélicoptères Sikorsky (Lockheed-Martin) MH-60R « Seahawk » destinés à la Royal Danish air Force (RDAF) ont été livrés cette semaine. Les MH-60R doivent progressivement venir remplacer les actuels huit Lynx Mk.90B.

Au total neuf Sikorsky MH-60R « Seahawk » qui ont été commandés pour un montant de 686 millions de dollars. Ces appareils seront exploités par l’escadrille 723 basée à Karup près de Viborg. Le Danemark est le deuxième client à l’exportation pour cette version de l’hélicoptère après l’Australie.

L'exigence danoise est principalement axée sur la surveillance de la surface, la guerre antisurface, les opérations de services publics et les opérations de recherche et de sauvetage.

 

Le MH-60R «SeaHawk» :

La version MH-60R et le dernier développement du SH60-SeaHawk destiné à la lutte anti-sous-marine et de bâtiments de surface. Il remplace et reprend l’ensemble des missions actuellement dévolues aux actuels SH-60B et SH-60F. Conçu par Sikorsky est doté d’une interface de Lockheed-Martin, le MH-60R représente l’évolution des versions précédentes, grâce aux leçons apprises durant les différents déploiements et durant les nombreuses opérations de ces dernières années. Cette nouvelle version permet un engagement multi-missions en utilisant un équipage de trois personnes.

Outre, l’attaque de navires et de sous-marins, le MH-60R est susceptible de remplir l’ensemble des missions secondaires telles que : la recherche et le  sauvetage (SAR), le  ravitaillement vertical, le soutien aux incendies de surface, l’évacuation médicale (MEDEVAC)  ainsi que le relais des communications.

Lockheed-Martin qui est responsable de l'intégration numérique de poste de pilotage de l'hélicoptère, du radar multi-mode, du sonar acoustique à longue portée et l’adjonction d’une caméra infrarouge. Le MH-60R dispose également d’une architecture électronique permettant de protéger l’aéronef contre les menaces missiles. 

 

2523454666.jpg

Photos : 1 les premiers MH-60 danois 2 Equipage à l’entrainement aux USA @ Sikorsky

13/05/2016

L’Harpoon II bientôt qualifié sur « Super Hornet » !

F18_Super_Hornet_4_Harpoons_Boeing.jpg

L'US Navy va terminer les essais en vol de développement en vue de la qualification du missile antinavire AGM-84Harpoon II sur les Boeing F/A-18 E/F « Super Hornet » la semaine prochaine. L’objectif de la Navy est de pouvoir aligner la nouvelle version du missile, d’ici la fin juin de cette année.

La dernière variante du missile « Harpoon » dispose d’un système de navigation assisté par satellite introduit dans le bloc II, ainsi qu’une liaison de données, qui lui permet d’être reciblée selon les besoins. De plus, cette amélioration permettra au missile une plus grande précision contre des navires ennemis de surface, dans les régions côtières encombrées.

Les améliorations principales de la version Block II sont obtenues en adaptant la centrale inertielle du Joint Direct Attack Munition (JDAM, Munition d'attaque directe commune), ainsi que de nouveaux logiciels, ordinateurs, et systèmes de guidage, tirés de la version SLAM-ER, version amélioré du SLAM, lui-même dérivé du Harpoon.

 

RGM-84-Harpoon-006.jpg

Photos : Super Hornet doté de Harpoon BlockI @ USN

 

 

 

 

Les B737MAX au complet !

gallery-full-05.jpg

Renton, Washington, l’avionneur américain Boeing dispose désormais des quatre prototypes du B737-800 MAX. Le quatrième appareil a rejoint la flotte d’essai la semaine dernière.

Le quatrième B737-800MAX n°1A004 est doté d’une cabine passagers complètement équipée est servira aux essais de fonctionnement du personnel de cabine et des modulations d’aménagement.

Au total, la flotte d’essai a accumulé plus de 120 heures de vols. L’avionneur confirme que le premier appareil pourra être livré au troisième trimestre de 2017.

Le B737 MAX :

Le B737 «MAX» sera 13 % plus économe en carburant que les plus performants des monocouloirs actuels, avec un coût opérationnel par siège inférieur de 8 % par rapport à son futur concurrent. La configuration inclut les nouveaux moteurs LEAP-1B de CFM International qui sont optimisés pour la famille «MAX», un cône arrière redessiné et les nouvelles ailettes dites « Advanced Technology Winglet » conçues par Boeing pour réduire la consommation de carburant. Parmi les autres modifications intégrées, figurent des améliorations apportées aux écrans du poste de pilotage, au système de prélèvement d’air et au système de commande de vol.

Par ailleurs, le B737 MAX profitera des progrès accompli dans le domaine de la connectivité. Le B737 «MAX» offrira à ses clients la possibilité d’utiliser des données en temps réel, pour prendre en cours de vol des décisions opérationnelles concernant la maintenance au sol.

La famille B737 "MAX" comprend le B737-700 «MAX», le B737-800 «MAX» et le B737-900 «MAX», trois appareils qui occuperont le marché des monocouloirs de 100 à plus de 200 sièges. Le B737 «MAX » se caractérisera par un rayon d’action supérieur à celui de la famille B737 NG, avec une autonomie de 6’482 km (3’500 milles nautiques), soit 741 à 1’000 km de plus que le B737 NG.

gallery-full-04.jpg

Photos : 1 Les quatre B737-800MEX d’essais 2  B737-800MAX @ Boeing

12/05/2016

Le Danemark confirme le F-35 !

Cg9XuClWIAADCVe.jpg-large.jpeg

Copenhague, le ministère de la défense et le gouvernement du Danemark ont ​​recommandé la sélection du Lockheed-Martin F-35A « Lightning II » comme futur avion de combat pour le pays. Cette décision fait suite à une réévaluation. La décision finale a été annoncée par le Premier ministre Lars Løkke Rasmussen et le ministre de la Défense Peter Christensen ce matin.

Trois appareils en compétition :

Pour faire taire les critiques concernant la préférence du F-35A, le gouvernement du Danemark avait décidé de lancer une dernière compétition en vue d’une évaluation définitive. Trois appareils étaient concernés, l’Airbus DS Eurofighter, le Boeing F/A-18 E/F « Super Hornet » et le Lockheed-Martin F-35.

Pour le Danemark, le choix du F-35 offre le meilleur potentiel à long terme et le plus grand potentiel pour la promotion des intérêts danois à l’avenir. Le gouvernement prévoit d’acquérir 27 Lockheed-Martin F-35A. Auparavant, le Danemark prévoyait d’en acquérir 30, mais les coûts prohibitifs de l’avion ne permettent pas pour l’instant d’en acquérir plus.

Une décision qui ne surprend pas :

La décision de ce jour n’est pas une surprise, le Danemark est engagé financièrement dans le programme F-35 depuis près de huit ans. La grande question reste qu’en matière de dotation minimale, ces 27 F-35A sont insuffisants pour compenser le futur départ à la retraite des 77 F-16 en service, dont 44 au standard MLU Block60. Un plan « B » a été imaginé par la Force aérienne qui propose de garder encore quelques les F-16 MLU Block60 pour épauler la petite flotte de F-35.

 

1024px-050618_-_F-16_-_01.jpg

Photos : 1 F-35 Lightning II @ USAF 2 F-16C Block60 @ Danish air Force