05/03/2016

Le premier A321 construit aux USA !

csm_First_U.S.-built_A321_exits_paint_shop__1_d72a294247.jpg

L’avionneur européen Airbus a dévoilé hier le premier A321 construit au sein des installations de l’usine d’assemblage de Mobile en Alabama aux Etats-Unis. L’avion destiné à la compagnie JetBlue est apparu à sa sortie de l’atelier de peinture.

Un site privilégier :

Le choix du site de l’aéroport de Mobile n’est pas un hasard. Airbus avait déjà retenu le site en 2009 lorsqu’il avait répondu, sans succès, à l’appel d’offres lancé par le Pentagone pour la fourniture d’avions ravitailleurs A330MRTT.  Pour le groupe européen, les atouts de l’Alabama sont nombreux. Cet Etat du sud des Etats-Unis est un site historique de l’aéronautique outre-Atlantique. On y construisait déjà des bombardiers pendant la seconde guerre mondiale. De plus, la ville possède aussi un port capable de réceptionner les tronçons d’avions venus de Hambourg.

Répondre à la forte demande du marché :

La demande en matière d’avions monocouloirs est particulièrement forte, l’Orient, l’Asie et le marché américains sont actuellement entrés dans une phase de renouvellement. On estime les besoins à pères de 5’880 avions dont 4’730 appareils monocouloirs comme les A320 d’Airbus ou le B737 de Boeing, dans les vingt ans à venir.

Ce nouveau site va permettre deux choses à Airbus, d’une part le site de Mobile va permettre la montée en cadence de la production d’A320. Airbus prévoit en effet, de produire 46 A320 chaque mois au début de 2016. De l’autre côté, le groupe européen devrait améliorer son image aux Etats-Unis avec les emplois directs.

 

2711004646.jpg

Photos : 1 Le premier A321 produit aux USA 2 Site d’assemblage @ Airbus

 

04/03/2016

Brésil, les F-5 modernisés pour rien !

896.jpg

La Force aérienne brésilienne (FAB) recevra en novembre prochain les deux derniers avions de combat Northrop F-5 E « Tiger II » modernisés. Le nombre de « Tiger » améliorés a cependant été revu à la baisse et pour cause !

En 2001, la Force aérienne brésilienne a commencé à travailler sur un programme de modernisation de ses Northrop F-5 pour un montant estimé à 230 millions de dollars. La mise à niveau de 56 F-5E/F, redésigné comme F-5EM et F-5FM, étant principalement centrée sur l'installation de nouveaux systèmes de guerre électronique et la modernisation de l'avionique avec l’adjonction d’un radar à antenne mécanique plus moderne le Grifo-F de Selex Es, un système de guerre électronique, des communications modernisées, un nouveau système de production d'oxygène et un cockpit en verre numérique produit localement par AEL Sistemas avec trois écrans couleurs multifonctions.

Au final se sont 46 F-5 qui auront été modernisés. Pourtant,- le « bon vieux F-5 » va commencer à être retiré progressivement du service entre 2017 et 2020 avec l’arrivée des Gripen E.

Une modernisation pour rien :

Si, cette modernisation paraît intéressante de prime abord, il n’en est rien du point de vue de la réalité. Le radar Grifo-F est certes, bien meilleur que l’Emerson An/APQ-157 datant du début des années 1970. Cependant, la conception de celui-ci, date du milieu des années 1990 est se retrouve déjà dépassé vis-à-vis des systèmes PESA et surtout AESA qui arrivent sur le marché. Les autres améliorations ont certes améliorés l’usage du F-5, mais n’ont en réalité, rien changé en matière de combat aérien. Autrement dit, la modernisation des F-5 brésiliens n’aura servi qu’a prolongé la vie de celui-ci, mais sans réelle garantie en matière de combat.

De l'avis de l'Etat major de la FAB, le F-5EM ne peut en aucun cas rivalisé avec les Sukoi Su-27 de nos voisins ou appareils récemment acquis dans la région!

532.jpg

Photos : 1 F-5EM @ Ralf Blok 2 F-5EM @ FAB

 

Le second KC-46A a réussi son vol inaugural !

EMD 4 First Flight 3-2-16.jpg

Everett, Washington, Boeing a effectué avec succès le premier vol du second avion ravitailleur KC-46A « Pegasus ». L’avion a décollé des installations de l’avionneur de Paine Field près de Seattle. Durant le vol, les pilotes d'essai de Boeing ont effectué des contrôles opérationnels sur les moteurs, les commandes de vol et les systèmes environnementaux.

« L’arrivée d’un second appareil pour les essais en vol est très important pour la suite des tests en vue de l’option des certifications » a déclaré le colonel John Newberry de US Air Force, responsable de la gestion du programme KC-46.

L'équipe de Boeing va maintenant procéder à une inspection après vol et étalonner les instruments avant la prochaine série de tests. Dans le cadre du programme d'essais en vol, le KC-46 doit démontrer qu'il est capable de ravitailler 18 types d’avions différents. Ce deuxième ravitailleur va aider à répartir la charge de travail qui est importante avant l’obtention des nombreuses qualifications. Le programme va pouvoir s’accélérer et permettre de tenir les impératifs du calendrier de livraison.

Le programme d’essais du « Pegasus » est effectué sur la base de deux B767-2C et de deux KC-46A. L’avion d’essais EMD-1 (767-2C) a effectué plus de 260 heures d'essais en vol à ce jour depuis son premier vol en décembre 2014. L’EMD-2, premier ravitailleur KC-46A du programme, dont le vol inaugural date du 25 septembre 2015 a maintenant exécuté plus de 180 heures d'essais en vol. L’EMD-3 (767-2C) va commencer les essais en vol un peu plus tard cette année.

Le KC-46A «New Generation Tanker»:

Le KC-46A«New Gen Tanker» est un gros porteur multi-mission, basé sur la cellule du B767 commercial. Pour ce faire, l’avion reprend les dernières innovations en matières d’écrans multifonctions en test actuellement sur le B787 «Dreamliner». Un nouveau système de ravitaillement permettra une augmentation du rythme de transfert de carburant, de plus, les charges et les opérations en sont simplifiées. Selon Boeing les risques d’industrialisations sont faibles, car l’avion s’appuie sur des moyens existants. Le «New Gen Tanker» se caractérise par une conception du contrôle de vol qui place l‘équipage aux commandes de l’ensemble de l’appareil, au lieu de permettre aux logiciels de limiter la manœuvrabilité au combat. Le «New Gen Tanker» met à la disposition des pilotes de l’USAF un poste de pilotage numérique avancé équipé des affichages électroniques du Boeing B787 «Dreamliner». Le «New Gen Tanker» dispose d’une technologie de ravitaillement en vol éprouvée et d’une perche KC-10 « NewGen » modernisée avec des capacités de ravitaillement étendues, un débit accru pour le transfert du carburant et un système à commandes de vol électrique (Fly by Wire).

 

1223432898.jpg

Photos : 1 Le second KC-46A lors de son premier vol 2 Premier ravitaillement d’un F-16 @ Boeing

03/03/2016

Air Zermatt client de lancement du Skye SH09 !

marenco_skye_sh09_prototype.jpg

Air Zermatt va devenir le client de lancement du l’hélicoptère suisse Marenco Swisshelicopter. La société n’a pas précisé le nombre d’hélicoptère concerné.

Pour Air Zermatt, le choix de l’hélicoptère léger SKYE SH09 répond à la demande toujours croissante en terme de performances et de bruit. L’hélicoptère SH09 offre également une très bonne flexibilité.

Du côté de chez Marenco, on met en avant que l’expérience en matière d’hélicoptère d'Air Zermatt en combinaison avec le savoir-faire de la société qui va apporter des conditions idéales pour le développement de l’hélicoptère.

Par ailleurs Marenco Swisshelicopter vient tout juste de commencer les essais en vol du second prototype SKYE SH09, et espère obtenir la certification de l'AESA en 2017 avec la validation de la FAA un an plus tard. La société a également reçu au salon Heli-Expo une lettre d'intention de l'opérateur canadien Horizon Helicopters.

Le SH09 Skye : 

L'aéronef est capable de transporter une cargaison de 1,3 tonne. Il peut atteindre une vitesse 269 km/h et dispose d’une autonomie de vol de 800 km. Concernant l’équipement du SH-09, l’appareil est motorisé par une turbine Honeywell HTS900-2 de 1000SHP, mais le constructeur espère pouvoir offrir un choix plus large de motorisation pour ses futurs clients. Question avionique l’appareil est doté d’un équipement du fournisseur français SAGEM Cockpit Display Systems (ICDS), le cockpit est entièrement numérique, compact et léger, le système d'affichage est intégré et offre une parfaite connaissance de la situation, renforçant ainsi le niveau de sécurité. Le rotor est à cinq pales, sans roulement et l’appareil est pourvu d’un rotor arrière de type «fenestron» offrant une diminution de bruit et une plus grande sécurité.

Pour le constructeur, le Sky SH09 aura un cycle d’entretien réduit, un faible niveau de vibration et ceci grâce aux matériaux composite ainsi qu’un excellent aérodynamisme qui offrira une très grande visibilité. L’appareil pourra être très flexible et remplir des missions multirôle que doivent remplir plusieurs aéronefs à l’heure actuelle.

 

660_fotogallery_718.jpg

Photos : Marenco Swisshelicopter SKYE SH09 @ Marenco

 

Singapore Airlines reçoit son premier A350 !

897.jpg

Toulouse, la compagnie Singapore Airlines a pris livraison de son premier Airbus A350XWB, lors d’une cérémonie de remise. 

L’A350 XWB de Singapore Airlines est configuré dans un aménagement tri-classe premium avec 253 sièges, comprenant 42 Classe Affaires, 24 Premium Economy et 187 Economy. Après une période initiale de vol sur les services régionaux à Kuala Lumpur et Jakarta, l'avion sera déployé sur les vols long-courriers à partir de mai, en commençant par Amsterdam et Dusseldorf.

Au total, la compagnie a commandé 67 A350-900 qui seront exploités sur les vols à longue distance, ainsi que sur les services régionaux sélectionnés. Sept appareils seront livrés avec une capacité de gamme ultra-longue pour les vols jusqu'à 19 heures, ce qui permet au transporteur de reprendre des vols sans escale à destination des États-Unis. Au sein de la compagnie, l’A350 se joindra à une flotte d’avion Airbus qui comprend actuellement 19 à A380 et 29 A330-300.

 

965.jpg

 

Photos : 1 le premier A350 de Singapore Airlines 2 la cérémonie de remise @ Airbus Gousse/Masclet