06/03/2016

Assemblage final des premiers M-346 polonais !

yourfile-3.jpg

Les travaux d'assemblage finaux ont débutés pour les deux premiers exemplaires du nouvel avion école de l’Armée de l’air polonaise. Alenia Aermacchi a publié une photographie montrant le premier exemplaire du M-346 destiné à la Pologne. Le M-346 va remplacer progressivement la flotte de PZL Mielec-produits Iskras TS-11 vieille de 38 ans.

C’est en décembre 2013, que le ministère polonais de la Défense a annoncé le choix de son nouvel avion école, soit le M-346 d’Alenia Armacchi. Le contrat est évalué à 384 millions de dollars pour la fourniture de huit d’appareils, plus quatre en options et un simulateur. Selon l’avionneur italien, le premier M-346 polonais effectuera son vol inaugural en mai prochain. La certification devrait être obtenue en octobre pour une première livraison en novembre de cette année.

Le M-346 :

L'Alenia Aermacchi M-346 se présente comme un monoplan à aile delta construit essentiellement en alliage d’aluminium. L’empennage horizontal est entièrement mobile et l’appareil, biplace en tandem, repose sur un train d’atterrissage tricycle. Les deux réacteurs Honeywell/ITEC F124-GA-200 de 2'880 kgp sont produits sous licence par Fiat-Avio. Le M-346 dispose d’un groupe auxiliaire de démarrage (APU) MicroturboRubis. Le cockpit est pressurisé et climatisé sous une verrière articulée à droite, doté de sièges éjectables « zero-zero » Martin-BakerMk 16D. Il dispose également d’un système embarqué de génération d’oxygène (OBOGS) éliminant le besoin de bouteilles, d’écrans multi-onctions et d’un affichage HUD (Head Up Display), d’un équipement digital Fly-by-Wire programmable en fonction du niveau de l’élève ou simulant différents types d’avions. Un équipement de navigation à longue distance est prévu, ainsi que 3 points sous chaque aile pour une capacité de 1’800 kg et des rails en bout d’aile pour missiles air-air. Un bidon largable peut être emporté sous chaque aile, un bidon de convoyage sous le fuselage et une perche de ravitaillement en vol est prévue en option.

 

3136813380.jpg

Photos : 1 le premier M-346 polonais 2 M-346 en vol@ Alenia Aermacchi

 

 

 

Un ATR 72 teste le « tout électrique » !

853.jpg

L’avionneur ATR Aircraft a repris les essais en vol avec un ATR 72 dans le cadre du programme européen Clean Sky. Cette nouvelle phase d’essais en vol a pour but de tester un nouveau système de gestion de l'alimentation électrique, afin d’optimiser la distribution électrique. Des tests sont également effectués sur un nouveau système de conditionnement d’air entièrement électrique.

Le « tout électrique » :

Le programme de tests en vue d’un « Avion tout électrique » (AEA, « All Electrical Aircraft ») fait suite à une première campagne d'essais en vol du programme Clean Sky, réalisée en juillet 2015, avec le même ATR 72. L'objectif de la première campagne était de tester les derniers isolants composites, plus efficaces, et les nouveaux capteurs vibro-acoustiques intégrés à un panneau du fuselage de l'ATR. Les vols avaient également permis de mettre à l'épreuve la dernière génération de fibres optiques en vue d'une meilleure identification des micro-fissures et d'une maintenance simplifiée.

Les technologies testées lors de la campagne d’un « Avion tout électrique » ont été développées par Finmeccanica l’un des deux actionnaires d'ATR, et par des membres du programme « Clean Sky, tels que Liebherr pour le système de climatisation électrique ou Thales pour le système d’alimentation électrique. L'objectif est de développer un large éventail de technologies au service d'un système de transport aérien plus écologique, innovant et compétitif.

 

Photo : l’ATR 72-600 du programme Clean Sky @ ATR Aircraft

05/03/2016

Le premier A321 construit aux USA !

csm_First_U.S.-built_A321_exits_paint_shop__1_d72a294247.jpg

L’avionneur européen Airbus a dévoilé hier le premier A321 construit au sein des installations de l’usine d’assemblage de Mobile en Alabama aux Etats-Unis. L’avion destiné à la compagnie JetBlue est apparu à sa sortie de l’atelier de peinture.

Un site privilégier :

Le choix du site de l’aéroport de Mobile n’est pas un hasard. Airbus avait déjà retenu le site en 2009 lorsqu’il avait répondu, sans succès, à l’appel d’offres lancé par le Pentagone pour la fourniture d’avions ravitailleurs A330MRTT.  Pour le groupe européen, les atouts de l’Alabama sont nombreux. Cet Etat du sud des Etats-Unis est un site historique de l’aéronautique outre-Atlantique. On y construisait déjà des bombardiers pendant la seconde guerre mondiale. De plus, la ville possède aussi un port capable de réceptionner les tronçons d’avions venus de Hambourg.

Répondre à la forte demande du marché :

La demande en matière d’avions monocouloirs est particulièrement forte, l’Orient, l’Asie et le marché américains sont actuellement entrés dans une phase de renouvellement. On estime les besoins à pères de 5’880 avions dont 4’730 appareils monocouloirs comme les A320 d’Airbus ou le B737 de Boeing, dans les vingt ans à venir.

Ce nouveau site va permettre deux choses à Airbus, d’une part le site de Mobile va permettre la montée en cadence de la production d’A320. Airbus prévoit en effet, de produire 46 A320 chaque mois au début de 2016. De l’autre côté, le groupe européen devrait améliorer son image aux Etats-Unis avec les emplois directs.

 

2711004646.jpg

Photos : 1 Le premier A321 produit aux USA 2 Site d’assemblage @ Airbus

 

04/03/2016

Brésil, les F-5 modernisés pour rien !

896.jpg

La Force aérienne brésilienne (FAB) recevra en novembre prochain les deux derniers avions de combat Northrop F-5 E « Tiger II » modernisés. Le nombre de « Tiger » améliorés a cependant été revu à la baisse et pour cause !

En 2001, la Force aérienne brésilienne a commencé à travailler sur un programme de modernisation de ses Northrop F-5 pour un montant estimé à 230 millions de dollars. La mise à niveau de 56 F-5E/F, redésigné comme F-5EM et F-5FM, étant principalement centrée sur l'installation de nouveaux systèmes de guerre électronique et la modernisation de l'avionique avec l’adjonction d’un radar à antenne mécanique plus moderne le Grifo-F de Selex Es, un système de guerre électronique, des communications modernisées, un nouveau système de production d'oxygène et un cockpit en verre numérique produit localement par AEL Sistemas avec trois écrans couleurs multifonctions.

Au final se sont 46 F-5 qui auront été modernisés. Pourtant,- le « bon vieux F-5 » va commencer à être retiré progressivement du service entre 2017 et 2020 avec l’arrivée des Gripen E.

Une modernisation pour rien :

Si, cette modernisation paraît intéressante de prime abord, il n’en est rien du point de vue de la réalité. Le radar Grifo-F est certes, bien meilleur que l’Emerson An/APQ-157 datant du début des années 1970. Cependant, la conception de celui-ci, date du milieu des années 1990 est se retrouve déjà dépassé vis-à-vis des systèmes PESA et surtout AESA qui arrivent sur le marché. Les autres améliorations ont certes améliorés l’usage du F-5, mais n’ont en réalité, rien changé en matière de combat aérien. Autrement dit, la modernisation des F-5 brésiliens n’aura servi qu’a prolongé la vie de celui-ci, mais sans réelle garantie en matière de combat.

De l'avis de l'Etat major de la FAB, le F-5EM ne peut en aucun cas rivalisé avec les Sukoi Su-27 de nos voisins ou appareils récemment acquis dans la région!

532.jpg

Photos : 1 F-5EM @ Ralf Blok 2 F-5EM @ FAB

 

Le second KC-46A a réussi son vol inaugural !

EMD 4 First Flight 3-2-16.jpg

Everett, Washington, Boeing a effectué avec succès le premier vol du second avion ravitailleur KC-46A « Pegasus ». L’avion a décollé des installations de l’avionneur de Paine Field près de Seattle. Durant le vol, les pilotes d'essai de Boeing ont effectué des contrôles opérationnels sur les moteurs, les commandes de vol et les systèmes environnementaux.

« L’arrivée d’un second appareil pour les essais en vol est très important pour la suite des tests en vue de l’option des certifications » a déclaré le colonel John Newberry de US Air Force, responsable de la gestion du programme KC-46.

L'équipe de Boeing va maintenant procéder à une inspection après vol et étalonner les instruments avant la prochaine série de tests. Dans le cadre du programme d'essais en vol, le KC-46 doit démontrer qu'il est capable de ravitailler 18 types d’avions différents. Ce deuxième ravitailleur va aider à répartir la charge de travail qui est importante avant l’obtention des nombreuses qualifications. Le programme va pouvoir s’accélérer et permettre de tenir les impératifs du calendrier de livraison.

Le programme d’essais du « Pegasus » est effectué sur la base de deux B767-2C et de deux KC-46A. L’avion d’essais EMD-1 (767-2C) a effectué plus de 260 heures d'essais en vol à ce jour depuis son premier vol en décembre 2014. L’EMD-2, premier ravitailleur KC-46A du programme, dont le vol inaugural date du 25 septembre 2015 a maintenant exécuté plus de 180 heures d'essais en vol. L’EMD-3 (767-2C) va commencer les essais en vol un peu plus tard cette année.

Le KC-46A «New Generation Tanker»:

Le KC-46A«New Gen Tanker» est un gros porteur multi-mission, basé sur la cellule du B767 commercial. Pour ce faire, l’avion reprend les dernières innovations en matières d’écrans multifonctions en test actuellement sur le B787 «Dreamliner». Un nouveau système de ravitaillement permettra une augmentation du rythme de transfert de carburant, de plus, les charges et les opérations en sont simplifiées. Selon Boeing les risques d’industrialisations sont faibles, car l’avion s’appuie sur des moyens existants. Le «New Gen Tanker» se caractérise par une conception du contrôle de vol qui place l‘équipage aux commandes de l’ensemble de l’appareil, au lieu de permettre aux logiciels de limiter la manœuvrabilité au combat. Le «New Gen Tanker» met à la disposition des pilotes de l’USAF un poste de pilotage numérique avancé équipé des affichages électroniques du Boeing B787 «Dreamliner». Le «New Gen Tanker» dispose d’une technologie de ravitaillement en vol éprouvée et d’une perche KC-10 « NewGen » modernisée avec des capacités de ravitaillement étendues, un débit accru pour le transfert du carburant et un système à commandes de vol électrique (Fly by Wire).

 

1223432898.jpg

Photos : 1 Le second KC-46A lors de son premier vol 2 Premier ravitaillement d’un F-16 @ Boeing