07/12/2015

Challenger 605 spécialisé pour Hong Kong !

original.jpeg

Bombardier a annoncé avoir avait livré le premier de deux avions Challenger 605 spécialisés commandés par les services de support aérien du gouvernement de Hong Kong.

Cet avion multirôle peut être utilisé pour la recherche et sauvetage, le transport de personnalités, les évacuations médicales, ainsi que d’autres missions spéciales. L’avion multirôle Challenger remplacera l’avion de recherche et sauvetage présentement exploité par les services de support aérien du gouvernement de Hong Kong pour les opérations de recherche et sauvetage long-courrier.

Plusieurs avions de type « Challenger » sont déployés en service multimission au Canada, au Danemark et en République de Corée du Sud. Ils servent également comme avions du chef d’État de plusieurs pays.

 

La gamme Challenger :

Le Challenger 300 permet le transport de  Huit passagers sans escale sur des distances de 3’065 miles marins (5 646 km) à une vitesse de croisière de Mach 0,80. Disposant d’une large cabine au sol plat elle permet aux passagers puissent de se tenir debout. Le poste de pilotage du Challenger 300 dispose d’une avionique Rockwell Collins Pro Line 21 totalement intégrée

Le Bombardier Challenger 605 est doté de la cabine la plus large chez tous les gros biréacteurs d’affaires sur le marché  8 pieds et 2 pouces de largeur (2,49 m)  et permet de se tenir debout grâce à une hauteur confortable de 6 pieds et 1 pouce (1,85m). Sa cabine inégalée rendent le Challenger bien adapté pour des missions diversifiées, dont l’inspection de vol, la formation aux systèmes électroniques et la surveillance maritime. Il atteint une vitesse de croisière maximale de Mach 0,82 (470 nœuds; 541 mi/h; 870 km/h).

Le poste de pilotage du Challenger 605 est équipé de la suite avionique Rockwell Collins Pro Line 21 qui supporte les affichages de graphiques météo par satellite en temps réel et de tableaux électroniques pour améliorer la conscience situationnelle et réduire la charge de travail des pilotes. L’ensemble avionique intégré comprend quatre écrans à cristaux liquides de 10 pouces par 12 pouces (25,4 cm par 30,5 cm) à alignement vertical de dernière génération, accroissant la surface d’affichage de 55 % par rapport au poste de pilotage du Bombardier Challenger 604. Le poste de pilotage est également doté d’un écran tactile du côté du copilote, fournissant une seconde copie des tableaux électroniques et permettant un environnement de pilotage « sans papier ».

 

private-jet-charter-bombardier-challenger-605_02.jpg

Photos : 1 Challenger 605 aux couleurs d’Hong Kong 2 le Challneger 605 @ Bombardier

06/12/2015

Mise à jour des EA-18G !

1510991.jpg

 

L'US Navy a décidé de mettre à niveau ses avions de combat Boeing EA-18G « Growler » avec une nouvelle liaison de données et une modernisation du système qui permet à l'appareil d'identifier des navires à longue distance sans utiliser le radar.

L’US Navy prévoit de mettre à jour le système de liaison de données Rockwell-Collins, ce qui permettra d’installer le nouveau système de ciblage tactique (TTNT) sur les EA-18G. L'EA-18G utilise son radar à balayage électronique (AESA) Raytheon APG-79, afin d'identifier des cibles à longue portée, mais en utilisant cet émetteur, il expose l'aéronef à la détection par les systèmes d'alerte de radar de la cible visée. Par conséquent, la marine veut doter ses appareils d’une mise à jour du système de détection passif, le AN/ALQ218 de Northrop-Grumman.

 

Nouvelle version de l’ALQ-218 :

Le AN/ ALQ-218 est un système de récepteur qui fournit une haute probabilité d'interception (POI) et de géolocalisation. Le système détecte et analyse les signaux adverses (IMOP) et permet d’identifier l’émetteur ennemi et ses caractéristiques. Il s’agit d’un système d’analyse à large spectre lui permettant de différencier les types de radars (surveillances, poursuites, sol ou embarqué) et l’analyse des types de fréquences. Le système enregistre  et répertorie l’ensemble des menaces pour permettre leur restitution sur un écran tactique, avec une plus grande précision que par le passé.

Une fois les signaux ennemis identifiés, le système les partages via la liaison de données avec les autres « Growler », les avions de détection avancée Northrop E-2D « Advanced Hawkeye ».

Les Boeing EA-18G « Growler » possèdent déjà un système similaire, mais celui-ci ne fonctionne que pour la courte portée. Le nouveau système longue-portée viendra remplacer l’actuel dans les nacelles de bouts d’ailes.

 

Rappel concernant les EA-18G & Super Hornet :

L’EA-18G dispose du radar AN/APG-79 à antenne active (AESA) lui permettant non seulement d’être autonome en comparaison de son prédécesseur  EA-6B en mode air-air, mais intègre des possibilités de liaisons de données numériques et de brouillage dirigé indépendant du reste des systèmes embarqués.

Pour la lutte contre les défenses ennemies, l’EA-18G dispose de pod ALQ-99 de brouillage. L’EA-18G du radar AESA (Active Electronically Scanned Array) APG-79 de Raytheon.

 

img_8.jpeg

 Photos : 1 Boeing EA-18G « Growler » @Anthony Osborne 2 nacelle de bout d’ailes qui emporte l’ALQ-218 @ Northrop-Grumman

 

Nouvelle hausse du trafic de passagers !

DSC_6278.jpg

Décembre 2015 (Genève), l’Association du transport aérien international (IATA) a publié ses statistiques sur le trafic passagers mondial en octobre, qui indiquent que la forte croissance de la demande se maintient dans le secteur passagers, tant sur les marchés intérieurs qu’internationaux, en comparaison avec la même période l’an passé.

Le nombre total de kilomètres-passagers payants (RPK) a augmenté de 7,5 %, ce qui correspond à la croissance de 7,4 % d’une année sur l’autre observée en septembre. La capacité (nombre de sièges- kilomètres disponibles, ou ASK) a augmenté de 5,7 % en octobre et le coefficient d’occupation des sièges a gagné 1,4 point de pourcentage pour atteindre 80,5 %. La croissance du trafic aérien a été stimulée par des tarifs moins élevés, en particulier pour les voyages touristiques. Les données des 8 premiers mois de l’année indiquent une baisse de 5 % des tarifs moyens, au taux de change constant. On estime que la chute des tarifs a entraîné une hausse du trafic cumulatif de 3 points de pourcentage.

« La situation du transport aérien est généralement bonne. Mais il y a des points faibles. Par exemple, le secteur du transport aérien au Brésil est dans la tourmente en raison d’une récession qui s’accentue, des coûts élevés et de la faiblesse de la monnaie. Dans la plupart des parties du monde, nous observons une forte croissance de la demande, excédant la croissance de capacité. Les coefficients d’occupation des sièges sont en moyenne supérieurs à 80 % et les consommateurs sont les grands gagnants de cette tendance à la baisse des tarifs », a déclaré M. Tony Tyler, directeur général et chef de la direction de l’IATA.

Marchés de passagers internationaux :

La demande dans le secteur passagers internationaux en octobre a augmenté de 7,6 % par rapport à octobre 2014, et les compagnies aériennes de toutes les régions ont enregistré une croissance. La capacité totale a augmenté de 6,1 %, de sorte que le coefficient d’occupation a gagné 1,1 point de pourcentage pour atteindre 79,2 %.

  • Chez les transporteurs d’Asie-Pacifique, le trafic a augmenté de 8,6 % en octobre, par rapport à l’année précédente. Le déclin important de l’activité commerciale à destination et à partir des pays émergents d’Asie et la croissance plus lente que prévu de l’économie chinoise ne semble pas avoir d’incidence sur la demande de billets d’avions. La capacité a augmenté de 6,6 % et le coefficient d’occupation des sièges a gagné 1,5 point de pourcentage pour s’établir à 76,7 %.
  • Les transporteurs d’Europe ont enregistré une hausse de 6,7 % de la demande, soutenue par la reprise économique dans la zone euro. La capacité a augmenté de 4,2 % et le coefficient d’occupation a gagné 1,9 point de pourcentage pour atteindre 83,8 %, le plus élevé parmi toutes les régions.

231.jpg

  • Les transporteurs d’Amérique du Nord signalent une augmentation de trafic de 4,6 % par rapport à octobre 2014, ce qui indique que la saine tendance des derniers mois se maintient. La capacité a augmenté de seulement 2,2 %, de sorte que le coefficient d’occupation a atteint
    82,1 %, en hausse de 1,9 point de pourcentage. L’amélioration prévue des résultats économiques soutient la demande de transport aérien.
  • Les transporteurs du Moyen-Orient ont enregistré une augmentation de trafic de 10,3 % en octobre. Toutefois, la capacité a augmenté de 12,7 %, de sorte que le coefficient d’occupation a perdu 1,5 point de pourcentage, pour s’établir à 72,5 %. Le Moyen-Orient est la seule région à avoir subi une baisse du coefficient d’occupation en octobre.
  • Les compagnies aériennes d’Amérique latine ont connu une croissance de la demande de 10 % en octobre, par rapport à octobre 2014. La capacité a augmenté de presque autant, et le coefficient d’occupation a gagné 0,1 point de pourcentage pour s’établir à 80,5 %. Une solide activité commerciale a stimulé les voyages d’affaires internationaux, en dépit de la faiblesse économique du Brésil et de l’Argentine.
  • Les transporteurs d’Afrique ont enregistré en octobre une hausse de trafic de 6,7 %, ce qui marque un quatrième mois consécutif d’amélioration par rapport à l’année précédente. Toutefois, les moteurs économiques fondamentaux demeurent faibles, et les résultats pourraient aussi refléter la volatilité des volumes déclarés. La capacité a augmenté de 5,2 %, de sorte que le coefficient d’occupation a gagné 1,0 point de pourcentage pour atteindre 67,4 %.

 

4828.jpg

Source : IATA

Photos : 1 A320 British Airways @ P.Kummerling 2 Embraer 195 Lufthansa @R.Weckhaert 3 B777 Emirates @ Saël

05/12/2015

Entrée en service de l’Iliouchine Il-476 !

dsc01117.jpg

Moscou, la force aérienne russe (Voyenno-Vozdushnye Sily Rossii / VVS) a pris livraison de son premier avion de transport IL-476 en ce début du mois de décembre. Cette livraisons fait suite à un contrat en signé en 2012 d’une valeur de 3,5 milliards d’euros, portant sur 39 appareils. L'avion, rejoint sa base de déploiement à Ivanovo-Severnyy à environ 200 km au nord-est de Moscou.

 

l’Iliouchine Il-476 (Il-76MD-90A) :

 

images1234233_b1-1140d.jpg

L'avion de transport lourd Il-476 ((Il-76MD-90A) est une version profondément modernisée de l'Il-76 qui était produit à Tachkent (Ouzbékistan) à l'époque de l'URSS. Il rappelle son prédécesseur, 

l’IL-476 présente une voilure revue et corrigée ainsi qu’une structure simplifiée, mais sa construction a beaucoup changé et l'avion est maintenant doté de nouveaux systèmes de commande et de navigation. Le nouvel appareil a une autonomie de vol de 5.000 km avec une charge utile de 52 tonnes (contre 4.000 km et une charge utile de 47 tonnes pour son prédécesseur). Son poids au décollage a augmenté de 190 tonnes à 210 tonnes. L'avion requiert un équipage moins nombreux (six membres d'équipages contre sept pour l'Il-76 de base). Doté d’une nouvelle avionique avec des systèmes de navigation modernisés, il a reçu des moteurs de conception récente de type Aviadvigatel PS-90, déjà montés sur les Tupolev 204/214.

Un premier prototype de l’IL-476 est sorti en juillet 2012 de la chaîne d’assemblage de l’usine Aviastar-SP, située dans la région d’Oulianovsk. Le développement de cet appareil, lancé en 2006, repose sur le quadrimoteur IL-76 (code Otan : Candid), dont l’origine remonte aux années 1960 et qui a été vendu à de nombreuses forces appartenant notamment à la sphère d’influence soviétique, ainsi qu’à des compagnies aériennes.

Dans le cadre de sa modernisation, la Russie développe également un système aéroporté d'alerte et de contrôle (AWACS) variante devant être désignée l'A-100 (les AWACS actuelles base-76-Il, dont il existe 20 exemplaires actuellement en service avec le VVS, est désigné l'A-50 'Mainstay'.

 

001fd04cf34a12b3688d5a.jpg

Photos : 1 & 3 l’il-476 2 cockpit @ Iliouchine

04/12/2015

Brésil, intégration de l’Exocet sur le H225M !

2319.jpeg

Helibras a terminé la première étape du travail de laboratoire visant à intégrer le missile anti-navire MBDA AM39 « Exocet » sur l’hélicoptère Airbus H225M destiné à la marine brésilienne.

Durant trois semaines, la filiale Airbus Hélicoptères, a travaillé à la réalisation de plusieurs lancements de missiles simulés. Cette phase de travail devait vérifier le lien entre les lanceurs de missiles et le système de mission naval installé dans un H225M d’essais. Différents modes de fonctionnement ont été testés et validés lors d’essais en vol

La marine brésilienne prévoit de doter 16 hélicoptères avec le système de tir destiné au missile « Exocet ».

 

Le H225M « Caracal » :

Le H225M en cours d'acquisition par le Brésil est la dernière version du Super Puma d'Eurocopter et de la famille Cougar. Cet hélicoptère de 11 tonnes  bimoteur est équipé d'un rotor à cinq pales et d'un réservoir de carburant de grande capacité, offrant des performances et une autonomie plus grande de vol. Il a été conçu pour effectuer de multiples missions, telles que la recherche et sauvetage de combat (SAR), Le  de transport aérien tactique, longue distance le  transport en ambulance aérienne (MEDEVAC), l'appui logistique et  les  missions navales.

Cet appareil très sophistiqué est le premier hélicoptère  équipé d'un système de blindage et d'autoprotection comprenant la détection radar des missiles. Le H225M est également équipé d'une tourelle Flir qui lui donne une capacité d'intervention nocturne et tout temps. Une flotte de 14 appareils équipe l'armée de l'air et l'aviation légère de l'armée de terre française. Il a participé à l'opération Baliste d'évacuation de ressortissants au Liban en 2006.

 

MBDA AM39 « Exocet » :

Produit par le missilier européen MBDA, l’AM39 « Exocet » fait partie des missile antinavire de type subsonique autonomes, volant à basse altitude (quelques mètres au-dessus de la surface de la mer).Il peut être lancé par des bâtiments de surface, des aéronefs ou batteries côtières.

Durant sa phase d'approche à basse altitude, il est très difficilement détectable par les bâtiments de surface, car il reste en-dessous de l'enveloppe de détection des radars de défense du navire visé. Par ailleurs, son radar n'est activé qu'en phase terminale, ce qui rend donc plus difficile la mise en place et l'activation de contre-mesures à son encontre. Dans la toute dernière phase du vol, il effectue des manœuvres évasives pour éviter les défenses terminales adverses. Il dispose de contre-mesures électroniques pour déjouer les leurres. Il pénètre le navire au-dessus de la ligne de flottaison pour exploser à l'intérieur du bâtiment, avec un léger décalage entre l'impact et la détonation

 

275px-Exocet_AM39_P1220892-detoured.jpg

Photos : 1 H225M de la marine brésiliène avec un Exocet @ Helibras 2 MBDA AM39 Exocet @ MBDA