02/06/2016

Saab prépare le premier GlobalEye pour les EAU !

Saab-GlobalEye-1.jpg

Les Emirats Arabes Unis (EAU) ont passé commande pour deux appareils d’alerte précoce et de contrôle aéroporté (AEW&C) de type « GlobalEye » en novembre dernier. Le contrat d’une valeur de 1, 27 milliards de dollars a été signé avec l’avionneur suédois Saab.

Premier Appareil en préparation :

Saab-GlobalEye-6.jpg

Le premier des deux appareils Bombardier Global 6000 est arrivé en suède chez Saab à Linköping. La première phase de modifications a débuté en vue de la modification de la cellule de l’avion Global pour y recevoir l’ensemble des systèmes électronique de Saab. La grande cabine du biréacteur Global 6000 offre un espace confortable pour l’installation des postes de commandes et de surveillance. Le personnel pourra se tenir debout. Le poste de pilotage est doté du nouveau système d’avionique Bombardier Vision. Offrant les plus récentes technologies, cet impressionnant biréacteur peut relier Paris à Tokyo sans escale avec huit passagers et de trois à quatre membres d’équipage (en mode jet privé). Il peut franchir 6’000 milles marins (11’100 km) à Mach 0,85 avec jusqu’à huit passagers.

De son côté la Société de Défense et de la sécurité Saab installera sa nouvelle version du système de radar Saab « Erieye ». Le système « Swing Role Surveillance System » (SRSS) capable de détection simultanée et le suivi des cibles multiples dans les airs, sur terre et en mer.

Le GlobalErye :

globaleye-system-overview_2.jpg

Le système AEW&C GlobalEye disposera donc de la nouvelle version du radar « Erieye », le SRSS de type AESA qui offre une détection supérieur à 600 kilomètres. Les caractéristiques du système comprennent, la production d'onde adaptative (y compris la compression numérique, codées en phase d'impulsion), le traitement du signal et de poursuite de cible (TWS) tout au long de la couverture angulaire du système à l’aide de fréquences basses et moyennes. Le système permet une capacité de détection avant et en arrière du cap de l'avion.

En matière de détection maritime, le système est couplé avec le radar Selex-ES 7500E en bande I (8 à 12,5 GHz) ventral. Le GlobalEye est capable de détecter des navires à environ 400 km et même des contacts plus petits, comme par exemple un jet ski et des bateaux gonflables (CPCR) et un périscope de sous-marin à très longue portée au-delà des 100 nautiques miles. L’ensemble du système est capable de fonctionner dans un environnement de guerre-électronique et de cyberguerre. L’identification de piste aérienne est facilitée par un IFF Mode 5 (ou norme nationale du client).

Un second client :

La semaine dernière, l’avionneur Saab a annoncé avoir reçu une nouvelle commande pour son "GlobalEye" d’un client qui désire pour l’instant rester anonyme.

 

ge_design3_close_2340_1316.jpg

Photos : 1 & 2 Images de synthèse du Global Eye @ Saab

 

Le Kazakhstan commande des Mi-35M !

764.jpg

Un jour avant le début du salon KADEX 2016 à Astana, Russian Helicopters confirmé la commande par le Kazakhstan d’hélicoptères de combat Mil Mi-35M 'Hind-E'. Les premières livraisons sont prévues pour la fin de 2016.Toutefois, la société, a omis de mentionner combien d'hélicoptères Astana avait sur commande.

Le Mil Mi-35M :

Le Mi-35M est version modernisée du Mi-35 au niveau de l’avionique. La motorisation est dotée des turbines Klimov VK-2500 de 2’400 chevaux. Des capteurs de nouvelle génération comme le GOES-342 géostabilisé équipent l’appareil. L’armement comprend des missiles anti-char AT-6 « Spiral », AT-9 « Spiral-2 » et AT-12 « Ataka », missiles air-air SA-18 « Grouse », canon bitube GSh-23V de 23mm avec notamment des éléments communs avec l’hélicoptère de combat Mi-28N, comme son rotor et sa transmission. Le poids à vide de l’appareil est réduit à 8,09 tonnes augmentant ses performances. Le Mi-35M est proposé principalement à l’exportation.

 

Photo : Mil Mi-35M @ Rostec

01/06/2016

Présentation du premier AW101 norvégien !

yourfile.jpg

L’hélicoptériste Leonardo-Finmeccanica a présenté le premier exemplaire des 16 Hélicoptères  AgustaWestland AW101 destiné à la Norvège lors d’une cérémonie qui s’est tenue à Yeovil dans le sud-ouest de l'Angleterre.

Remplacer les Sikorsky S-3 « Sea-King » :

La Norvège a choisi l’AW101 « Merlin » en novembre 2013 pour venir remplace la flotte actuelle flotte de Sikorsky S3 «Sea-King» en service depuis près de trente années. Les hélicoptères devront être livrables entre 2017 et 2020.

Selon le ministère royal norvégien de la Justice et de la Sécurité publique, l'AW101 est l'hélicoptère qui «répond le mieux aux exigences» en environnement difficile de jour comme de nuit, ce qui inclut des missions dans le cercle arctique. Selon le cahier des charges norvégien, le type d’hélicoptère choisi, est capable de sauver jusqu'à 20 personnes à partir d'un navire à 150nm (277 km) de la base d'exploitation et l'hélicoptère doit avoir d'une portée maximale de 240 à 360nm.

Les AW101 norvégiens vont être équipés d'un ensemble d'équipements SAR de pointe, y compris le nouveau radar Selex-ES Osprey dernière génération opérant à 360 ° et doté d’une antenne active Actif Electronically Scanned Array (AESA). Basé autour d'une conception d'antenne à écran plat, le radar Osprey est le premier radar de surveillance aérienne léger au monde a être construit avec aucune pièce mobile. L’avionique comprend un système à quatre axes numérique automatique pour les commandes de vol (AFCS). De plus, l’hélicoptère est doté de deux treuils de sauvetage, d’un projecteur, d’un dispositif électro-optique, un système de détection de téléphone mobile. L’appareil comprend également deux détecteurs soit un Obstacle Laser Avoidance System (de LOAM) et un Obstacle Proximité système LIDAR (OPLS) qui fournissent des avertissements de contre les et d'autres obstacles dont le sol.

 Les grandes portes de la cabine et la rampe arrière offrent un accès facile pour le personnel.

2365667703.jpg

 L’AW101 «Merlin» : 

L’AgustaWestland AW101, l’appareil de type tri-turbine doté de structure en nid d’abeille à base d’alliage en aluminium-lithium et composite surmonté d’un rotor à 5 pales vola pour la première fois en 1987. Les difficultés financières rencontrées par Westland obligèrent une réorganisation du groupe pour donner naissance à AgustaWestland et la disparition d’EH Industrie. Les premières commandes furent obtenues en 1991.

L’appareil offre deux motorisations à choix soit, le Rolls-Royce-Turbomeca RTM322 ou le General Electric CT7-8. L’AW101 dispose d’un cockpit doté d’écrans EFIS compatible NVG (Night Vision Goggle) d’un système de communication par satellite, d’un TCAS (Terrain ans Collision Avoidance System). 
Il offre une capacité opérationnelle accrue tout en répondant aux exigences de sécurité les plus récents, qui comprennent la redondance dans les systèmes critiques quand il vole et il est capable de voler durant 30 minutes après que la boîte de vitesses soit à court de lubrifiant.

 

original_8Y5A2444_g.jpg

Photos : 1 & 3 Cérémonie de présentation du premier AW101 norvégien 2 Image de synthèse @ Leonardo-Finmeccanica

 

Le second MRJ rejoint les essais en vol !

MRJ_FTA-2-700x485.jpg

Mitsubishi Aircraft a réussi le premier vol du second prototype de son jet régional MRJ n°FTA-2. L’avion va pouvoir ainsi participer aux tests destinés à la campagne de certification.

Au total, l’avionneur japonais a prévu cinq appareils d’essai pour la campagne de certification. Ceux-ci devront 2.500 heures de vol. Cet été, Mitsubishi va transférer son centre d’essai et ses avions vers les Etats-Unis, dans l’Etat de Washington pour la suite des tests. La livraison du premier MRJ est prévue la mi-2018.

Le MRJ :

Mitsubishi Heavy Industrie décline sont MRJ en deux classes, soit : le MRJ 70 (72 à 76 places) et le MRJ 90 (92 à 96 places), les deux versions seront également proposées aux standards : ER (Extended Range) et LR (long Range). Le MRJ sera le « Regional jet » qui comprendra le plus de matériaux composite afin de diminuer l’impact sur l’environnement. Des recherches ont été menées par l’Energy and Indusrial Development Organization en collaboration avec l’Agence spatiale japonaise JAXA à ce sujet.

Le MRJ devrait pouvoir concurrencer en matière de coûts les actuels Bombardier CRJ900 et Embraer E175 avec une consommation en kérosène inférieure de l’ordre de 11% au premier et 13% au second. Toujours selon le constructeur, le MRJ doté des moteurs Pratt & Whitney PurePower PW1217G réduira l'empreinte de bruit au décollage de 40% par rapport à l’Embraer E190. Le MRJ pourra effectuer des vols sans escale au départ de Denver à New York ou à Miami par exemple.

Question confort, la cabine du MRJ permet l’installation de la nouvelle génération de «sièges minces», qui disposent d'un dossier de siège plus fin et qui prendront moins de place entre les rangées, en offrant un espace pour les genoux des passagers de 31 pouces. Ces sièges contribuent également à la réduction du poids de l’avion.

 

yourfile.jpg

Photos : Le deuxième MRJ FTA-2 @ Mitsubishi Heavy Industrie

WestJet commande 9 Q400 !

original.jpeg

Bombardier Avions commerciaux a annoncé aujourd’hui que le transporteur de Calgary, WestJet Encore Ltd., a passé une commande ferme pour neuf biturbopropulseurs Q400. La transaction consiste en une conversion d’options souscrites par WestJet, société mère du transporteur, et portera la flotte de WestJet Encore à 45 avions Q400. Au prix courant de l’avion Q400, la transaction est estimée à quelque 293 millions de dollars US.

Le Q400 :

Conçu comme un biturbopropulseur moderne du 21e siècle, l’avion Q400 est le dernier-né de la gamme d’avions Q Series. Très performant, il offre une souplesse opérationnelle et de confort pour les passagers égale aux gros avions. Outre sa configuration standard à classe unique, l’avion Q400 est disponible en plusieurs options : intérieur biclasse offrant un confort accru aux passagers, configuration à capacité assise supplémentaire offrant jusqu’à 90 sièges pour les marchés à haute densité et configuration combi fret-passagers. En offrant une consommation de carburant de 30 % moindre que celle des avions à réaction, le Q400 réduit radicalement les émissions de carbone et accroît la rentabilité. Ses grandes hélices tournent à un plus faible rapport de tours/minute, générant plus de puissance avec moins de bruit, ce qui en fait une option conviviale pour les centres-villes.

À ce jour, Bombardier a enregistré des commandes fermes totalisant 556 avions Q400.

 

Photo : Q400 aux couleurs de WestJet @ Bombardier