29/12/2018

L’Armée russe va recevoir ses premiers Mi-38T !

Mil-Mi-38T-1er-vol_AFP.jpg

Les forces armées russes vont recevoir les premiers hélicoptères de transport Mil Mi-38T l'année prochaine, a annoncé le ministère de la Défense (MoD). Le vice-ministre russe de la Défense, Alexei Krivoruchko, a déclaré lors d'une démonstration du Mi-38T à l'usine de production de Kazan que les livraisons des deux premiers hélicoptères aux unités opérationnelles débuteraient au troisième trimestre de 2019.

Le Mi-38T est le dernier dérivé de l’hélicoptère Mi-8/17 «Hip». Il présente toutes les améliorations de la ligne de base Mi-38, ainsi que des améliorations supplémentaires. Les améliorations du Mi-38 comprennent des commandes de vol électriques, un cockpit avec écrans EFIS, un radar météo, un pilote automatique, un auto-survol et un système d’atterrissage automatique, un système de navigation automatique, des pales composite. L’hélicoptère est motorisé par deux turbomoteurs Klimov TV7-117V.

Le MiL Mi-38-2 d’une avionique russe IKBO-38 avec cinq écrans LCD. La cabine est réalisée en matériaux composites. Le Mi-38-2 a été dévoilé pour la première fois en 2011 et a remporté la certification de type en décembre l'année dernière. Selon Russian Helicopters, le Mi-38 est l'un des hélicoptères les plus automatisés au monde. Son système de commande de vol prévoit un mode automatique pour l'atterrissage, la stabilisation en vol stationnaire.Il est également doté système d'alimentation en carburant avec protection anti-explosion, d'un équipement de communication spécial et de réservoirs de carburant supplémentaires pour augmenter la distance de vol. 

Pour le Ministère russe de la Défense, il est aujourd’hui primordial que le Mi-38 ne possède pas de composants importés. En effet, la plupart des modèles d’aéronefs produits à ce jour par Mil et Kamov sont dotés de moteurs en provenance d’Ukraine, comme le TV3-117. Ce qui provoque maintenant des problèmes pour la Russie en matière d’approvisionnement. Pour la Russie, il est devenu nécessaire de devenir autosuffisant. 

Un record du monde : 

En août 2012, le Mi-38 a établit un nouveau record du monde d’altitude avec un vol qui a atteint les 8'600 mètres en classe E-1H, soit un poids au décollage compris entre 10 et 20 t, selon les normes de la Fédération Aéronautique Internationale.

mi-38t-ngua-tho-duong-khong-sieu-ngau-cua-quan-doi-nga-Hinh-5.jpg

Photos : 1 Le MIL Mi-38T Cockpit @ United Helicopters

28/12/2018

Les Sukhoi Su-35 chinois au complet !

sukhoi,su-35 flanker-3,plaaf,aviation russe,vks,force aérienne de libération du peuple,blog défense,nouveaux avions de combat,les nouvelles de l'aviation,romandie aviation,les nouvelles francophone de l'aviation

La Force aérienne de Libération du Peuple (PLAAF) a pris livraison de ses 24 avions de combat Sukhoi Su-35 « Flanker-E » fabriqués en Russie. Cette livraison a été éffectuée dans le cadre d'un contrat de 2,5 milliards de dollars finalisé en novembre 2015.  La Russie doit encore d'expédier du matériel supplémentaire couvert par le contrat, notamment des pièces détachées et des armes jusqu'en 2020.

Un premier lot de quatre avions Su-35S a été livré en décembre 2016. L'année suivante, le client a accepté 10 avions sur deux lots de cinq. L’avion est officiellement entré en service au sein de la PLAAF en avril 2018. Cette année, les livraisons ont eu lieu en juin et en novembre, à chaque fois avec cinq avions.

Les Sukhoi Su-35 ont rejoint la 6e brigade de l’aviation de la PLAAF basée à la base aérienne de Suji, dans la province du Guangdong, dans le sud-est de la Chine. Cette unité utilisait auparavant des intercepteurs monoplaces  de type Su-27SK.

La Chine est le premier client étranger en ce qui concerne le Su-35 et le deuxième opérateur après les forces aériennes et spatiales russes (VKS). Ce dernier a commandé un premier lot de 48 chasseurs Su-35S en 2009 et ajouté un contrat de suivi pour 50 d'entre eux en décembre 2015. Les livraisons devraient s'achever en 2020. Le 11 décembre, United Aircraft Corporation (UAC), a publié communiqué notant l'acceptation par le ministère russe de la Défense du 100e Su-35S devant être assemblé à l'usine de Komsomolsk-sur-Amour.

Le Sukhoi Su-35 chinois :

La version chinoise du Su-35 conserver les symboles cyrilliques d'origine sur les écrans LCD du poste de pilotage du Su-35S au lieu d'utiliser des hiéroglyphes en anglais ou en chinois  et ceci, afin de préserver l'intégrité du champ d'informations du pilote. De plus, les appareils sont modifiés pour permettre un mélange de munitions russes et chinoises.

Le Su-35 « Flanker-E » est un appareil de la génération 4++.  Les caractéristiques de l'avion comprennent une nouvelle avionique numérique avec fusion des données, un nouveau réseau d'antennes radar progressive avec une longue portée de détection et de cibles aériennes. Son noyau est le système de gestion de l'information (SGI), qui intègre les sous-systèmes fonctionnels, logiques, d'information et de logiciels en un complexe unique qui assure l'interaction entre l'équipage et l'équipement. L'IMS comprend deux ordinateurs centraux numériques, dispositifs de commutation et de l'information. Le pilote dispose de deux écrans MFI affichage multi-fonctions de 9x12 pouces et une résolution de 1400x1050 pixels.

Le noyau du Su-35 dispose de deux doubles radars en bande X en réseau, à antennes progressives Irbis-E, soit un N-12 à l’avant et un N-011 dans la queue arrière. A l’avant le N-12 est monté sur une unité de commande hydraulique à deux étapes (en azimut et en rouleau). Le dispositif d'antenne scanne par un faisceau électronique dans l'azimut et l'angle d'élévation dans les secteurs non inférieure à 60°. L'unité d'entraînement en deux étapes électro-hydraulique tourne en outre l'antenne par des moyens mécaniques à 60 ° en azimut et 120 ° en roulis. Ainsi, en utilisant la commande électronique et mécanique tour supplémentaire de l'antenne, l'angle de braquage maximal du faisceau peut atteindre 120 °. Le radar Irbis-E détecte les cibles aériennes jusqu’à une portée maximale de 400 km. Le tout avec une nouvelle génération d'optique frontale. L’avion est doté de la suite de guerre électronique L-265 Khibiny-M de la société KRET basée à Moscou.

La durée de vie de la cellule est de 6’000 heures de vol, soit un cycle de vie de 30 années d'exploitation. La durée de vie assignée des moteurs AL-117S dérivé de l’AL-31F avec poussée vectorielle est de 4’000 heures. L’avion dispose d’une vitesse maximale de Mach 2,25 à 11’000 m (36 089 pi), un taux de montée de 16’800 m/min au niveau de la mer, une charge utile de combat de 8’000 kg et un rayon d’action maximum avec un carburant interne de 1’529 km (niveau de la mer).

572775625.jpg

Photos : Su-35 chinois @ PLAAF

Des M-346 supplémentaires pour la Pologne !

IMG_2173.JPG

La Pologne passé commande pour 4 avions d'entraînement M-346 auprès de l’avionneur italien Leonardo.  Il s’agit d’options qui sont ainsi libérées et porteront le nombre de M-346 à 12 au sein de l’école de pilote de chasse de l’armée de l’air polonaise basée à Debin.

Le M-346 en remplacement des Sukhoi Su-22 ?

Le M-346 dans sa version d’attaque au sol légère pourrait-il à l’avenir venir remplacer les derniers Sukhoi Su-22 « Fitter » en service en Pologne ? La question est ouvertement posée. Des discussions sont engagées depuis 2015 entre Leonardo et le Ministère polonais de la défense. Le modèle qui pourrait avoir les faveurs de Varsovie et le standard « LCA » du M-346. Un avion qui pourrait de fait intégrer rapidement l’armée de l’air et ceci pour un coût relativement modeste.

Le M-346 « LCA »

Le M-346 LCA (Light Combat Aircraft) est issue du programme M-346 FA  (Fighter Attack). Il s’agit d’une réponse adaptée aux besoins opérationnels les plus divers du client. L’appareil est équipé du radar multimode Leonardo Grifo (Selex ES) dont une version et maintenant disponible avec une antenne AESA. L’avion dispose également d’un capteur IRST issus de la famille qui équipe l’Eurofighter et le Gripen E. L'avion représente une solution tactique efficace et économique pour le champ de bataille moderne, tout en conservant toutes les fonctionnalités du M-346 offrant aux forces aériennes un maximum de souplesse opérationnelle. Le M-346 « LCA » dispose de 7 points durs externes pour l'utilisation d'une grande variété d'armes air-air et air-sol (guidées ou non par laser / GPS) ainsi que d’une nacelle de canon, de reconnaissance ou de désignation de cible. Il est possible d’intégrer une liaison de données tactique, un système d’autoprotection extrêmement complet, un système d’affichage à casque (HMD), une commande vocale, un système d’identification ami ou ennemi (IFF), un système de communication sécurisée, un module de guerre électronique.

IMG_2174.JPG

Le M-346 :

Le Leonardo M-346 se présente comme un monoplan à aile delta construit essentiellement en alliage d’aluminium. L’empennage horizontal est entièrement mobile et l’appareil, biplace en tandem, repose sur un train d’atterrissage tricycle. Les deux réacteurs Honeywell/ITEC F124-GA-200 de 2'880 kgp sont produits sous licence par Fiat- Avio. Le M-346 dispose d’un groupe auxiliaire de démarrage (APU) MicroturboRubis. Le cockpit est pressurisé et climatisé sous une verrière articulée à droite, doté de sièges éjectables « zero-zero » Martin-BakerMk 16D. Il dispose également d’un système embarqué de générateur d’oxygène (OBOGS) éliminant le besoin de bouteilles, d’écrans multifonctions et d’un affichage HUD (Head Up Display), d’un équipement digital Fly-by-Wire programmable en fonction du niveau de l’élève ou simulant différents types d’avions. Un équipement de navigation à longue distance est prévu, ainsi que 3 points sous chaque aile pour une capacité de 1’800 kg et des rails en bout d’aile pour missiles air-air. Un bidon largable peut être emporté sous chaque aile, un bidon de convoyage sous le fuselage et une perche de ravitaillement en vol est prévue en option.

Photos : 1 M-346 école polonais 2 Le M-346 LCA @ Leonardo

27/12/2018

Nouvelle étape pour la Police du ciel !

 

4024564136.jpg

 

Au 1er janvier 2019, la disponibilité du service de police aérienne franchit une nouvelle étape en élargissant ces horaires de 6h à 22h, 365 jours par année, week-ends et jours fériés compris. La disponibilité permanente du service de police aérienne sera atteinte à la fin de l’année 2020. À partir de cette date, deux avions armés seront disponibles 24 h sur 24 et 365 jours par an. Cette nouvelle étape, fixée au 1er janvier 2019, permettra de couvrir plus que 90% du trafic aérien qui passe au-dessus de la Suisse. 

Le projet de service de police aérienne 24 (PA24) remonte à une motion présentée par l’ancien Conseiller aux Etats Hans Hess (PRD/OW) en 2009. Celui-ci avait, à l’époque, demandé d’étendre la disponibilité dans le service de police aérienne au-delà des heures de travail normales. Le projet PA24 permettra de garantir la disponibilité permanente de deux avions de combat armés prêts à décoller dans un délai de 15 minutes au maximum.

La première étape a été réalisée début 2016 : pendant 50 semaines, deux avions armés se sont tenus prêts à intervenir en semaine, de 8 h à 18 h. Depuis janvier 2017, la disponibilité a été étendue à 365 jours par année, donc aussi pendant les week-ends et les jours fériés. À partir de 2019, les jets seront prêts à intervenir entre 6 h et 22 h. Ce sont les heures pendant lesquelles 90% du trafic aérien passe au-dessus de la Suisse. Fin 2020, l'Armée suisse assurera une couverture 24 h sur 24, 365 jours par année.

Les deux avions sont affectés principalement à des « Hot Missions » et à des « Live Missions ». Dans le premier cas, il s’agit d’engagements déclenchés par la présence d’aéronefs qui violent la souveraineté de l’espace aérien de la Suisse ou qui commettent de graves infractions aux règles du trafic aérien. Les « Live Missions », quant à elles, sont des contrôles ponctuels d’avions officiels appartenant à des Etats étrangers qui, pour survoler la Suisse, ont besoin d’une autorisation de vol diplomatique (Diplomatic Clearance).

Le site principal choisi pour le projet PA24 est la Base aérienne de Payerne. Pendant la durée de la fermeture de la piste, les avions décolleront depuis Emmen ou Meiringen. Avec PA24, il faudra s’attendre, à l’avenir, à des mouvements d’avions de combat, même à des vitesses supersoniques en cas de nécessité, en dehors des périodes de vols militaires habituelles. Il s’agit là de mesures nécessaires à la garantie de la sécurité du trafic aérien et à la protection de la souveraineté de l’espace aérien suisse 24 h sur 24.

Comme les pilotes PA24 disposent de relativement peu de possibilités d'entraînement en vol de nuit – comparé aux standards internationaux – il est nécessaire d'augmenter leur entrainement pour être prêt à toute heure pour les missions de police aérienne. C'est pour cette raison qu'à partir de 2019, l'équipage en alerte pourra effectuer des vols d'entraînement les lundis (intégrés aux entraînements des vols de nuits hebdomadaires en hiver) et en plus les mercredis soirs. (sources DDPS)

 

Boeing/Sikorsky présentent le SB-1 « Defiant » !

IMG_2980_high-res.jpg

Boeing & Sikorsky, ont présenté pour la première fois l'hélicoptère SB-1  « Defiant » qui répond au  programme de démonstrateurs technologiques multi-rôles destiné à l’US Army. Le SB-1 « Defiant » est conçu pour voler deux fois plus vite que les hélicoptères classiques et offre une agilité et une maniabilité avancées.

L’hélicoptère participe au programme conjoint de démonstrateurs technologiques multi-rôles et moyens de l’Armée de terre. Les données du récoltées avec le  SB-1 « Defiant » aideront l’Armée de terre des Etats-Unis à définir les exigences applicables aux nouveaux hélicoptères utilitaires qui devraient entrer en service au début des années 2030. L'objectif du programme « Defiant » est de maximiser les connaissances acquises et la réduction des risques en vue d'un futur programme d’hélicoptères.

Le démonstrateur SB-1 « Defiant » est sur le point d'accomplir son premier vol, a annoncé l'équipe conjointe Sikorsky-Boeing. Cependant, la découverte de problèmes non identifiés sur le banc d’essai du système de transmission, doivent être corrigée avant que l’appareil ne puisse décoller. Les ingénieurs vont encore effectuer au moins 15 heures de tests sur le banc d’essai du groupe propulseur avant l’approbation par le comité de la sécurité des vols du premier vol du SB-1. Les deux sociétés se concentrent maintenant sur la mise en œuvre de correctifs, afin que le banc d’essai puisse reprendre ses activités d’ici une à deux semaines.

Le SD-1 « DEFIANT » :

boeing,sikorsky,sb-1 defiant,nouveaux hélicoptères,blog défense,les nouvelles de l'aviation,aviation romandie,les nouvelles de l'aviation en français

Le SB-1 est un hélicoptère doté d’un double rotor coaxial avec une hélice propulsive montée sur la queue. Il s’agit d’un hélicoptère de démonstration de taille moyenne destiné au programme conjoint de démonstrateurs technologiques multi-rôles de l’armée américaine. Les futurs hélicoptères issus du démonstrateur sont destinés à remplacer le Sikorsky UH-60 « Black Hawk » et le Boeing AH-64 « Apache ». Le SB-1 est en concurrence avec le Bell V-280 « Valor » pour le modèle de transport tactique.

IMG_2977_high-res.jpg

Photos : Le SD-1 « DEFIANT » @ Boeing/Sikorsky