05/08/2018

La flotte de C-5M « Super Galaxy » au complet !

2318537089.jpg

Lockheed-Martin a livré le dernier avion de transport lourd C-5M « Super Galaxy » à l'US Air Force le 2 août, mettant fin au programme de mise à niveau du service pour les avions de transport lourd datant de la guerre du Vietnam.

L'Air Mobility Command a lancé un programme de modernisation des C-5 en 1998 après qu’une étude ait conclu que les avions vieux de plusieurs décennies avaient 80% de leur durée de vie restante. Depuis lors, Lockheed-Martin a mis à niveau 52 C-5 pour l'USAF avec de nouveaux moteurs, systèmes avioniques et systèmes de diagnostic des mises à niveau qui prolongeront la durée de vie de la flotte jusqu'aux années 2040.

Lockheed-Martin affirme que les nouveaux moteurs sont également dix fois plus fiables et plus silencieux. Et la portée de l'avion a été augmentée de 900 à 5’250 nm par rapport à ses prédécesseurs.

Le premier C-5 a été livré en 1970, avec 128 appareils des versions A, B et C d'origine livrés jusqu'en 1989. Les avions dont la mise à niveau n'était pas prévue ont été retirés en septembre 2017.

Le premier C-5M opérationnel a été livré à la base aérienne de Dover, au Delaware, en 2009. Les avions sont fabriqués à l'usine de Lockheed Martin à Marietta, en Géorgie.

Considéré comme le plus grand moyen de transport de l'USAF, les portes arrière et arrière de l'avion s'ouvrent, permettant aux équipes au sol de charger et de décharger simultanément les cargaisons des deux extrémités, réduisant ainsi les temps de transfert de la cargaison. Sa grande couchette et ses rampes d'accès permettent de transporter des doubles rangées de Humvee.

475414441.jpg

Le C-5 peut également transporter deux chars de combat ou hélicoptères M1A1 de 78 tonnes et d’autres grandes distances intercontinentales.

Le C-5M «Super Galaxy»: 

Le C-5 «Super Galaxy» modernisé est doté d’un nouveau tableau de bord est d’une avionique modernisée dont des écrans plats, un nouveau système de communication, un nouveau système de pilotage automatique. Question motorisation, l’avion est doté de moteurs General Electric CF6-80C2 qui offrent 22% de puissance supplémentaire, permettant une course au décollage plus courte de 30% et un taux de montée supérieur de 38% par rapport aux versions antérieures.

Le C-5M peut dès lors,  transporter une charge de 176,610 lb (80,110 kg) à plus de 41.100 pieds (12.500 m) en 23 minutes, 59 secondes. Le C-5M a d’ailleurs battu le record du monde de transport de charge utile à la plus haute altitude, soit une charge de 294,690 kg à 2.000 mètres.

986366377.jpg

Photos :C-5M « Super Galaxy » @ Lockheed-Martin

04/08/2018

Certification du Q400 à 90 places !

original.jpeg

Bombardier Avions Commerciaux a annoncé avoir obtenu la certification de Transports Canada pour la configuration à 90 places de son appareil Q400. Celui-ci devient ainsi le premier avion biturbopropulsé en production au monde à avoir cette capacité.

« Avec l’augmentation continue du nombre de passagers par départ sur le marché des biturbopropulseurs, nous sommes heureux de pouvoir offrir à nos clients une configuration avec une capacité accrue et un coût par place inférieur de 15 pour cent par rapport à la précédente configuration standard du Q400, entraînant ainsi un potentiel de rentabilité accru pour les compagnies aériennes, a déclaré Todd Young, chef, Programme des avions Q Series, Bombardier Avions Commerciaux. Ce jalon en matière de certification met en valeur -- encore une fois -- la polyvalence unique du biturbopropulseur Q400 et la poursuite de notre engagement à l’égard de l’évolution du programme. »

« Au moment de la livraison plus tard cette année, notre client de lancement SpiceJet deviendra, à la suite de sa commande d’un nombre maximal de 50 appareils en 2017, la première compagnie aérienne à tirer parti des activités rentables et efficaces découlant de l’utilisation de l’appareil Q400 de 90 places, » a ajouté M. Young.

Combinée à la flexibilité unique en matière de vitesse du Q400, qui favorise une efficacité accrue en matière d’établissement des horaires, cette nouvelle solution de segment est parfaitement adaptée aux marchés pour lesquels la demande de turbopropulseurs est forte et améliorera davantage la connectivité sur le plan économique entre les petites villes et les grands centres.

La configuration de 90 places représente une autre étape dans l’amélioration continue par Bombardier de l’appareil Q400 pour répondre aux enjeux de croissance du trafic aérien et de la rentabilité de la clientèle. Les autres améliorations en cours de développements sont, entres autres, une hausse de 2 000 lb (907 kg) de la charge utile et une augmentation des intervalles des vérifications A et C de 600/6 000 à 800/8 000 heures de vol. »

Photo :Q400 @ Bombardier aviation

 

03/08/2018

Renaissance du Tejas Marine !

4065341121.jpg

Après une longue basence, l’avionneur indien HAL Hindustan Aeronautics a relancé les essais de la version Marine du Tejas avec la réussite d’une étape importante avec l'engagement d'un crochet d'arrêt dans les essais de taxi.Les travaux ont porté sur le LCA Naval Tejas Prototype 2 en contact avec un fil d’arrêt, l’avion se déplaçant à des «vitesses de roulage modérées», explique HAL.

L’avionneur indien explique par ailleurs, qu’il s’agit du premier d’une série de plusieurs tests au sein du centre technique INS Goa qui développera la capacité du crochet pour l’avion.

yourfile.jpg

"Des essais de compatibilité (CCT) des avions de la marine doivent être effectués dans des installations d'essai à terre construites sur la base navale indienne de Goa", a déclaré HAL. Le "CCT implique l'achèvement de vastes essais à terre avant de s'embarquer sur un pont réel.

Le chasseur LCA de la Marine utilisé pour arrêter des tests de crochet est basé sur le Tejas Mk.1, il est  alimenté par un moteur General Electric F404. Il comprend une cellule renforcée, un train d'atterrissage et le crochet arrière. Si il est développé, le LCA Tajes Navy Mk. II serait une mise à jour majeure du design original des Tejas et utiliserait le moteur plus puissant F414.

Le TEJAS Marine :

Basé sur la version de l’air Force, le Tejas version «Marine» formera donc la composante de la défense aérienne navale aux côtés des MiG-29K, qui agiront dans la profondeur du dispositif. Le Tejas naval dispose d'une structure de cellule renforcée, ainsi que le train d'atterrissage. Il est également doté d'un crochet d'arrêt pour permettre son fonctionnement à partir de porte-avions.

Une surface de contrôle de type vortex a été montée à l'avant de l'aile et permet une vitesse d'atterrissage réduite, tandis que les performances du moteur et de la visibilité ont été améliorés pour les opérations embarquées. Au total, l’Inde prévoit de s’équiper de 260 Tejas pour l’air Force et la Marine.

Rappel :

New Delhi exploite un seul porte-avions d’origine russe, le  Vikramaditya, à partir duquel les RAC MiG-29K sont exploités. Un deuxième bâtiment est actuellement en construction locale, l’INS Vikrant, qui devrait entrer en service au début des années 2020, après des années de retards. Un troisième porte-avions est déjà prévu, qui doit être équipé de systèmes de lancement d’avions électromagnétiques (EMALS).

L'avion qui opèrera à partir des nouveaux transporteurs doit encore être déterminé. New Delhi cherche à obtenir 57 chasseurs multirôles portés par des transporteurs (MRCBF). Cette compétition devrait attirer Boeing avec le F/A-18 E/F, Dassault avec le Rafale et Saab avec son projet de SeaGripen E.

 

HAL-LCA-Tejas-Navy.jpg

Photos : 1Tejas Marine 2 Essais crochet 3Tejas Marine en vol @ HAL

 

02/08/2018

Arabie Saoudite, amélioration des F-15 !

 

DSC9108-768x512.jpg

Alsalam Aerospace Industries a remporté un contrat à prix fixe de près de 59,7 millions de dollars pour la conversion de six chasseurs F-15S de Boeing à la configuration améliorée du modèle SA pour la Royal Saudi Air Force.

Détaillé par le département de la Défense des États-Unis dans un avis de marché daté du 24 juillet dernier, le prix couvre les activités de reconversion qui seront menées aux installations d'Alsalam à Riyad d'ici août 2020, ainsi que la gestion du programme et les coûts de main-d'œuvre.

Alsalam est déjà fournisseur de composants pour la nouvelle construction de F-15SA et assemblage des ailes, des fuselages avant, des pylônes. Boeing a déployé le premier F-15SA de Riyad en avril 2013, décrivant la mise à jour comme offrant «des performances améliorées et une capacité de survie accrue à un coût de cycle de vie plus faible» que les modèles précédents du bimoteur. Au total, 84 nouveaux avions sont produits et 68 autres seront modernisés.

Les mises à jour comprennent l'installation d'un radar à matrice active à balayage électronique Raytheon APG-63 (V) 3, une suite de guerre électronique numérique BAE Systems et l'ajout de deux autres stations d'armes sous les ailes. L'Arabie Saoudite exploite actuellement 191 F-15, ce total comprenant 67 exemplaires du modèles S, âgés de 18 à 22 ans, et 44 dans la configuration SA, y compris trois exemples améliorés.

Photo : F-15SA @ RSAF

01/08/2018

Le Pilatus PC-24, un jet révolutionnaire !

pc-24-p02-switzerland-48.jpg

En ce jour de Fête Nationale Suisse, voici l’occasion de revenir sur les qualité de notre industrie et plus particulièrement sur l’avionneur Pilatus. L’entrée en service du Pilatus PC-24 était très attendue cette année et a surpris en bien beaucoup d’observateurs à travers le monde. Les livraisons ont débuté en février de cette année.

Face à la concurrence :

Le Jet de Pilatus, le PC-24 un avion de de taille moyenne avec une section transversale légèrement plus grande qu'un Cessna Citation XLS +. Certes, il a 7 pouces moins de marge au centre de la cabine, mais, c'est parce qu'il a un plancher plat continu plutôt qu'un 8-in, soit une allée perdue. La zone d'assise principale est plus longue de 2,7 pieds que sur la Citation XLS +, ce qui permet de loger confortablement six personnes dans un intérieur exécutif standard. Avec 500 cu, la taille de l'habitacle à lui seul place le PC-24 dans une catégorie de biréacteurs de taille moyenne peu peuplée, alors que le Gulfstream G150, le Hawker 900XP et la plupart des citations de taille moyenne ne sont plus en production. Le PC-24 occupe donc une place de choix.

Le PC-24, tout comme le PC-12 dispose de plusieurs qualités exclusives qui le font évoluer dans une classe à part. L’une des caractéristiques concerne les 17 pieds carrés de la porte de soute arrière qui pivote vers le haut pour donner accès à un espace de 90 pieds cubes. Compartiment de chargement à l'arrière et pressurisé. L'intégration de la grande porte dès la conception de l'avion n'était pas une mince affaire, compte tenu du système de pressurisation de 8,8 psi de l'avion et du budget strict de poids à vide. La proximité du bord de fuite des ailes et des entrées d'air du moteur montées à l'arrière de la porte de chargement a posé de nombreux défis aux ingénieurs de Pilatus.

Atterrir et décollé presque n’importe où :

344a878602.jpg

Le jet a été conçu dès le départ pour des opérations de piste non améliorées, contrairement à d'autres avions à réaction adaptés à ce rôle après la certification. L'engrenage principal, robuste, à bras oscillant, est équipé de quatre grands de pneus de 73 lb/po2. Chaque roue a un frein à triple disque pour un arrêt sûr. Les moteurs sont montés haut sur le fuselage arrière pour les garder à l'écart des débris soulevés par les pneus. Les rabats ont des peaux en aluminium épais sur les surfaces inférieures et ils sont facilement réparables. Les essais finaux sur les pistes non préparées sont maintenant en cours, l'approbation étant prévue pour la fin de l'année.

Aménagement facile :

L'intérieur permet un aménagement rapide est un des nombreux autres atouts du PC-24 qui lui permet de se distinguer. En quelques minutes, une partie ou la totalité des fauteuils et des meubles peuvent être retirés ou repositionnés, ce qui permet de reconfigurer l'avion en tant que passager à quatre places sur plus 200 pieds cubes. En mode « Combi de fret » ou en mode avec une cabine de double-club pour huit personnes ou de 10 sièges. Toutes les fauteuils peuvent facilement être enlevées pour être une conversion en missions de fret aérien ou d'ambulance aérienne (MEDEVAC).

pc-24-super-versatile-jet-sn-102-cabin-interior-32.jpg

Des prix adaptés :

En se qui concerne la gamme de prix on débute à 9 millions de dollars. Il faut noter que même avec un intérieur « Luxe » le PC-24 est le seul avion d'affaires dont le prix est inférieur à 23 millions de dollars. De plus, il est le seuil appareil qui offre quelque soit le choix d’aménagement une unité de référence inertielle au laser, un élément clé d'un système de navigation compatible RNP 0,1. Le cockpit est construit autour d’une suite avionique développée sur un concept de Pilatus baptisé « Advanced Cockpit Environnement » (ACE), avec quatre écrans de 12 pouces et un système de vision synthétique. Pilatus vise une certification Single Pilot (un seul pilote) IFR (vol aux instruments).

Motorisation et une révolution sur l’APU :

Le contrôle strict du poids a permis à Pilatus d'équiper le PC-24 de deux moteurs à réaction légers Williams FJ44-4A-QPM, ce qui a permis d'économiser plus de 400 lb par rapport aux turbofans traditionnels des avions intermédiaires. Le fait de pouvoir utiliser des moteurs plus légers a eu un effet d'entraînement sur le poids global de la cellule, des structures de support, des ailes et du train d'atterrissage.

Les APU sont pratiquement incontournables dans les avions de taille moyenne, mais Pilatus ne pouvait pas se permettre les 300 livres de poids du troisième moteur. Ainsi, il a travaillé avec Williams pour développer un nouveau mode de puissance silencieuse (QPM) pour que le moteur droit qui réduit le régime au ralenti au sol permette de continuer de fournir une alimentation électrique suffisante pour le climatiseur ou les chaufferettes électriques lorsque l'avion est stationné.

Le moteur droit, fonctionnant avec le QPM, semble également faire moins de bruit qu'un APU typique, soit une bonne nouvelle pour les voisins de l'aéroport.

Un cycle de vie étendu :

Le résultat final de la campagne d'économie de poids a permis d’amélioré la vie de la structure de avec un gain de près de près de 1000 lb selon les dernières estimations de Pilatus. Un PC-24 typiquement équipé pèse toujours environ 1 000 lb de moins qu'un Citation XLS +. De plus, le PC-24 dispose d’un potentiel de 30 000 heures de vol et Pilatus propose déjà des programmes d'extension de durée de vie qui permettront au PC-24 de voler bien au-delà des 30 000 heures, soit des possibilités supérieures à son concurrent brésilien l’Embraer Phenom 300.

Simulateur certifié : 

Le 8 décembre dernier, Pilatus Aircraft a reçu la double certification de l'Agence européenne de la sécurité aérienne (AESA) et de la Federal Aviation américaine administration (FAA) et aujourd’hui le simulateur du PC-24 vient à son tour d’être certifié. Ce simulateur est basé au sein de la prestigieuse école de pilotage FlighSafety Learning Center situé à Dallas. Les premières sessions d’entraînement devraient débuter au printemps 2018. Ce nouveau simulateur va surpasser les simulateurs de génération actuels dans pratiquement tous les aspects. Le dispositif d'entraînement haut de gamme utilise des pilotes logiciels évolués et sophistiqués pour répliquer avec la plus grande fidélité possible toutes les caractéristiques de vol de avion. Le simulateur inclut une gamme complète de conditions de vol et de dysfonctionnements pour assurer le meilleur résultat d'entraînement. La technologie de pointe prolonge l’entraînement bien au-delà du cockpit du simulateur. Les moniteurs PC doubles affichent un modèle 3D de l'expérience d'entraînement complète, montrant exactement ce qui s'est passé à l'intérieur et à l'extérieur du poste de pilotage.

Quelques chiffres :

A ce jour, le PC-24 a déjà accumulé plus de 80 ventes, soit les trois premières années de production de l’avion. Pilatus va livrer en 2018 un total de 23 PC-24. Cela comprend une version exécutive pour Jetfly et le gouvernement suisse, et une version EVASAN pour le Royal Flying Doctor Service de l'Australie. Avec une distance de décollage de 820m et une distance d'atterrissage de 770 m, le PC-24 est destiné à être utilisé également sur des pistes non revêtues (neige, herbe, sable). Le jet offre un rayon d’action de 3’610 km avec quatre passagers (3’300 avec six passagers) et une vitesse de croisière maximale de 787 km/h. Il peut emporter jusqu'à 10 passagers en cabine pressurisée.

 

pilatus-pc-24-cockpit-02-processed.jpg

 

Photos :Le PC-24 @ Pilatus Aircraft