10/01/2018

Boeing: record de livraisons et carnet de commandes en hausse !

B787-10-N528ZC-BEOING-CO-.jpg

Comme chaque début d’année, le monde de l’aviation se passionne pour connaître les chiffres des livraions d’avion et commandes obtenues l’année courante chez les deux principaux avionneurs. Pour certains, il s’agit d’une bataille avec un gagant et un perdant. La réalité en est autrement, d’une part la concurrence entre Airbus et Boeing et de nature saine et permet de nombreuses avancées technologique entraînant dans leurs sillages des centaines de sous-traitants et des milliers d’emplois. De l’autre, cette saine concurrence offre des oporturnités aux transporteurs aériens que ne pourrait tenir un seul grand avionneur. Par ailleurs, la bonne santé ou non du duopole permet de reflèter la situation économique internationale.

Pour la sixième année consécutive, Boeing a livré davantage d’avions commerciaux que tout autre constructeur et établi un record industriel avec 763 livraisons en 2017. Ces résultats sont liés à la forte production des modèles B737 et B787. Parallèlement, Boeing a augmenté son carnet de commandes avec 912 commandes nettes, ce qui reflète la solidité de la demande que suscitent ces avions monocouloir et bicouloir.

Dans le cadre du programme B737, Boeing a atteint de nouveaux sommets en portant sa production à 47 avions par mois au cours de l’année et en livrant les premiers exemplaires de son nouveau B737 MAX, contribuant à un record de livraisons (529 unités, dont 74 de la série MAX). En ce qui concerne le programme B787 « Dreamliner », Boeing a poursuivi la construction avec les cadences de production les plus élevées pour un avion bicouloir et 136 livraisons à la clé au cours de l’année.

 

boeing-fr-0118-table.jpg

« Ces performances record soulignent les efforts de nos employés et de nos fournisseurs partenaires qui innovent sans cesse pour concevoir, construire et livrer les avions les plus économes en carburant à nos clients du monde entier », a déclaré Kevin McAllister, président et CEO de Boeing Aviation Commerciale (BCA).

Sur le front des commandes, 71 clients ont passé les 912 commandes nettes comptabilisées pour une valeur de 134,8 milliards de dollars au prix catalogue. Ce total porte le carnet de commandes de Boeing au nombre record de 5’864 appareils à la fin de l’année, ce qui correspond à environ sept années de production.

« Ces fortes activités commerciales reflètent la demande soutenue des compagnies en faveur de la famille B737 MAX, et notamment du modèle ultra-efficient MAX 10 que nous avons lancé l’an dernier, ainsi que la préférence croissante du marché pour la famille d’avions bicouloir de Boeing », a ajouté Kevin McAllister. « La hausse des cadences de production prévue au cours des années à venir permettra de satisfaire cette forte demande. »

En 2017, la famille B787 « Dreamliner » a enregistré près de 100 commandes nettes, et la famille B777, 60 commandes nettes. Parmi les autres faits marquants accomplis par la division BCA au cours de l’année écoulée, citons le premier vol du B737 MAX-9 et du B787-10 « Dreamliner », ainsi que l’entrée en production du B737 MAX-7 et du nouveau B777X.

 

l_boeing.jpg

Photos : 1 B787-10 2 B737MAX-10 @ Boeing

 

09/01/2018

Le Nigéria achète le JF-17 « Thunder » !

345.jpg

Le Nigéria confirme officiellement l’achat prochainement de l’avion de combat sino-pakistanais JF-17 « Thunder ». Le projet de budget militaire 2018 du Nigeria confirme que le pays engagera un montant de 36 millions de dollars au paiement partiel (première tranche) de trois JF-17. Le paiement couvrira également l'équipement de soutien et les pièces de rechange.

Le pays devient ainsi le second acheteur de ce type d’avion à l’exportation à être officiellement nommé. Le premier client à l’exportation du JF-17 est le Myanmar (ex-Birmanie) dont le premier exemplaire a volé cette année.

En plus de l’achat du nouvel avion de combat, le pays devrait commander deux hélicoptères Leonardo AW109, ainsi que du matériel d’entretien pour deux Dassault Alpha-Jet et un Lockheed-Martin C-130H.

A propos du JF-17 « Thunder » / FC-1 Xiaolong :

Le JF-17 «Thunder» (Pakistan) ou FC-1 «Xiaolong» (Chine) est une association sino-pakistanaise. Conçu en Chine par le constructeur d’Etat AVIC, il est cofinancé par le Pakistan et produit par  Pakistan Comlex (PAC). Chasseur mono-réacteur propulsé par une version chinoise du réacteur RD-93, dérivé du RD-33 russe, qui équipe le MiG-29. L’avion a effectué son premier vol en septembre 2003. Avion multirôle d’un faible coût, soit environ 20 millions de dollars, il est équipé d’une avionique moderne par rapport aux A-5C et F-7P (dérivés des MiG-19/21).

L’armement comprend un canons GSh-23 (23mm), jusqu’à 3.700kg de charge utile. Doté d’armement occidental pour la version JF-17 comme des Sidewinder AIM-9P ou des PL-7/8/9 chinois. La version chinoise dispose d’une capacité de tir à grande distance avec le missile PL-12/SD-10.

234.jpg

Photos : JF-17 « Thunder » pakistanais@ Weimeng

 

Airbus présente le Beluga XL !

IMG_0455.JPG

La première cellule structurellement complète du nouveau BelugaXL est sortie de son hangar d'assemblage à Toulouse en France ce mois-ci. Une fois opérationnelle, une flotte de ces avions de la prochaine génération sera utilisée pour transporter des sections complètes d'avions Airbus parmi les sites de production européens de l'entreprise et pour ses lignes d'assemblage final en France, en Allemagne et en Espagne.

Le BelugaXL est l'un des avions les plus volumineux, et tout à ce sujet en témoigne. Avec un fuselage avant bombé et une énorme surface de chargement, le BelugaXL est difficilement reconnaissable en tant que version de l'avion de ligne surdimensionné de l'avion de ligne Airbus A330-200 dont il est dérivé. "Nous avons l'A330 comme base", a déclaré Bertrand George, responsable du programme BelugaXL, "mais de nombreux changements ont été conçus avec succès, introduits dans l'avion et testés. Transformer un produit existant en super transporteur n'est pas une tâche simple. "

Ce BelugaXL initial devrait être opérationnel mi-2018. "Toute l'équipe a vraiment hâte de voir son premier vol et, bien sûr, sa livrée souriante", a déclaré George, se référant au sourire surdimensionné qui sera peint sur le «visage» du transporteur, le design gagnant de six options présenté aux salariés d'Airbus pour un vote début 2017.

airbus,belugaxl,a330,avions cargos géants,trnasport éarien,gros avions d eligne,infos aivation,les nouvelles de l'aviation

Avant que cela ne se produise, l'avion subira une batterie de tests pendant un mois après l'installation de ses deux moteurs à réaction, assurant ainsi que chacun des systèmes du BelugaXL fonctionne comme prévu. "Nous effectuerons des tests sur bancs à Toulouse et à Hambourg en Allemagne, testerons nos systèmes sur des simulateurs de vol et dans des laboratoires", et nous utiliserons des vérins hydrauliques pour simuler des charges de vol sur des copies grandeur nature de joints spécifiques entre les deux.

"Les données de ces tests seront utilisées pour dégager l'avion de son vol et, plus tard, pour obtenir la certification de type", a déclaré George, la déclaration officielle de sécurité et de navigabilité de l'avion.

Le programme BelugaXL a été lancé en novembre 2014 pour répondre aux besoins de transport croissants d'Airbus. Avec six mètres de plus, un mètre de plus et une capacité de levage de charge utile supérieure de six tonnes à la version BelugaST, le BelugaXL pourra transporter les deux ailes de l'A350 XWB en même temps, au lieu de l'aile simple actuellement sur le BelugaST. Au total, cinq BelugaXL devraient entrer en service pour les besoins de transport aérien d'Airbus.

 

IMG_0456.JPG

Photos : Beluga XL @ Airbus /H.Goussé/P.Masclet

08/01/2018

La Chine test la poussée vectorielle sur le J-10 !

Chengdu-J-10A-PL-11+PL-8-2S.jpg

Le petit monde des passionnés d’aviation s’affole depuis quelques jours, suite à la parution sur les forums en ligne chinois d’un avion de combat multirôle Chengdu J-10 propulsé par ce qui semble être un moteur équipé d'une tuyère dotée de contrôle vectoriel (TVC).

Un vol d’essai :

La photographie granuleuse, apparue pour la première fois sur la plate-forme de médias sociaux Weibo, montre l'avion de l'armée de l'air de la Libération populaire. Plusieurs commentaires suggèrent que le chasseur a effectué un vol d'essai réussi le 25 décembre dernier. L’un de mes contacts en Chine me confirmait la nouvelle ce matin en précisant que l’avion avait effectué de nombreux tests au sol depuis le mois d’octobre.

Le système installé sur le J-10 est doté d'actionneurs pour déplacer les «pétales» qui forment la tuyère, similaire à celle développée par les motoristes américains General-Electric avec sa buse d'échappement à vecteur axisymétrique (AVEN) et la buse d'équilibrage Pitch-Yaw de Pratt & Whitney (PYBBN).

25 ans de recherche :

On sait aujourd’hui que les ingénieurs chinois s’intéressent à la poussée vectorielle depuis près de 25 ans. Les Universités d'ingénierie chinoises ainsi que la socitété Shenyang Liming Aero-Engine et Aero Engine Corporation of China (AECC) sont engagés dans un processus de développement de la TVC.

chenyang j-10,poussée vectorielle,tvc,aviation chinoise,dragon véloce,blog défense,aviation et défense,infos aviation,les nouvelles de l'aviation

Jian J-10 :

Initialement le projet du J-10 de la CAC (Chengdu Aircraft Industrial Co) devait permettre à la Chine d’obtenir un appareil équivalent aux MiG-29 et Sukhoi 27 russe. Mais voyant le développement croissant d’avions de hautes technologies, dit multirôle en Occident (F/A-18, Rafale, Gripen, Typhoon II), le programme évolua vers un avion pouvant soutenir la comparaison. Mais les ingénieurs chinois se heurtèrent rapidement à des problèmes techniques insurmontables et durent faire appel à des entreprises étrangères pour mener à bien un tel projet. Le Pakistan tout d’abord, qui livra une cellule de F-16 A/B, puis le constructeur Israélien IAI qui venait d’abandonner son projet LAVI et qui accepta de vendre un peu de technologie à la Chine. Ce transfert de technologie a été particulièrement limité et ne touchait pas à des éléments sensibles. Sans oublier, un peu d’espionnage industriel en Europe notamment.

Le premier prototype effectua son vol inaugural à la mi-1996, le second prototype, dont on ne connaît pas exactement la date du premier vol, fut perdu fin 1997, semble-t-il à cause d’une panne des commandes de vol électriques. C’est à partir de 1998 que la version dite officielle, du J-10 commença ses essais en vol. Il faudra attendre le 29 décembre 2006 pour la Chine reconnaisse officiellement l’existence de cet avion.
La première escadrille de transformation sur le Jian-10 commença sa transition en 2003 au centre de formation et d'expérimentation de Guangzhou, mais de façon pénible car la dizaine de machines ne disposaient pas de radar et de nombreux problèmes de mise au point du réacteur WS-10A chinois pénalisèrent la formation des pilotes. A ce jour, les J-10 ont reçu un réacteur russe de type Liulka Saliout AL-31F. Fait incroyable, le J-10 ne dispose pas d'aérofrein, mais utilise un bon vieux parachute de freinage, lors de l'atterrissage.
A ce jour, environ 300 exemplaires du Jian-10 « Dragon véloce » ont été construit.

Photos : 1 J-10 « Dragon Véloce »@ Weimeng 2 le J-10 doté d’une tuyère TVC

La nouvelle avionique NXi de la gamme M500 et M350 de Piper certifiée !

unnamed-1.jpg

Piper Aircraft a annoncé la certification par la FAA de sa nouvelle avionique Garmin G1000 NXi sur le turbopropulseur monomoteur M500 et le monomoteur pressurisé à pistons M350. L’avionneur offrira une option de retrofit avec le G1000 pour les appareils déjà en service.

Le système Garmin G1000 NXi offre une connectivité sans fil, une meilleure connaissance de la situation et d'autres fonctionnalités. La puissance de traitement supplémentaire prend en charge un rendu de carte amélioré et un panoramique plus fluide sur l'ensemble des affichages. Des fonctionnalités optionnelles telles que le mode « SurfaceWatch », « Flight Stream 510 » et permet de respecter les règles FAA et EASA en ce qui concerne l’ADS-B. Les améliorées sont désormais disponibles dans les produits Piper M350 et M500 de prochaine génération.

La version NXi du G1000 représente un saut technologique important avec la possibilité d’une synchronisation des données. Le système permet notamment d’obtenir des informations en temps réelles visuelles et auditives en ce qui concerne la distance de décollage d’une piste ou une erreur de celle-ci.

Le Piper M500 :

vs-piper-meridian-m500.jpg

Le M500 se caractérise par de multiples améliorations de performances non typiques dans cette classe d'avions turbine. Le Piper M500 est un petit turbopropulseur de six places motorisé par une turbine Pratt & Whitney PT6A-42A de 500shp, il arbore une vitesse de 482 kmh max en vitesse de croisière et offre un rayon d’action 1.852 km. L’avion intègre la dernière génération d’avionique de type Garmin G1000. 

La nouvelle gamme «M-Class » de l’avionneur Piper, offre des performances et une sécurité construite sur une cellule éprouvée. Elle comprend trois dérivés raffinés le M600, M500 et M350. La gamme de prix débute à 1,99 millions de dollars.

Le Piper M350 :

M350Header-1024x413.jpg

Le Piper M350 est le seul avion à moteur à pistons pressurisé actuellement disponible sur le marché. Il conduit le pack piston avec une vitesse de croisière impressionnante de 213 ktas, ainsi que la capacité de croisière jusqu'à 25 000 pieds de confort sous pression. Avec les deux turbocompresseurs standard, les propriétaires peuvent s'attendre à une consommation de carburant constante à n'importe quelle altitude, ce qui réduit les coûts d'exploitation.

 

Photos : 1 Cockpit M500 G1000 NXi 2 Piper M500 3 Piper M350@ Piper Aircraft