28/05/2016

Les 75 ans de l’escadre de surveillance !

01.jpg

L’escadre de surveillance des Forces aériennes (Überwachungsgeschwader (UeG) en allemand), respectivement son successeur, le corps des aviateurs professionnels (CAP) - fête ses 75 ans d’existence.

En l’honneur de cet anniversaire, une brochure a été réalisée par le DDPS. Elle retrace la naissance et l’histoire de l’escadre de surveillance et du corps des aviateurs.

Rappel :

Par décision du Conseil fédéral suisse, une escadre de surveillance permanente a été mise sur pied le 28 mai 1941. Sa tâche principale consistait à assurer la neutralité de l’espace aérien suisse. Alors qu’au début de l’escadre de surveillance, les pilotes étaient polyvalents, ils constituent aujourd’hui un corps de pilotes des Forces aériennes hautement spécialisé, qui aussi bien en Suisse qu’à l’étranger, sont engagé pour la formation, l’entraînement, les engagements ainsi que dans tout type de situations d’urgence. 

03.jpg

L’« UeG », une communauté soudée :

30 ans plus tard, en 1997, les Forces aériennes suisses publiaient la brochure «L’escadre de surveillance», qui faisait preuve d’une plus grande sobriété. «L’escadre de surveillance constitue le noyau professionnel de la brigade d’aviation 31. Toutes les escadrilles de l’escadre de surveillance (...) sont subordonnées chacune à l’un des quatre domaines spécialisés Opérations, Reconnaissance aérienne, Défense aérienne et Transport aérien, pour l’accomplissement des différentes tâches. Les bases principales de l’escadre de surveillance sont Payerne, Dübendorf et Alpnach. L’obtention du brevet de pilote est la résultante de l’achèvement d’une instruction de deux ans sur jet ou sur hélicoptère. Ensuite, si le pilote fraîchement breveté décide d’embrasser une carrière de pilote militaire professionnel, il commence l’instruction dans l’escadre de surveillance à l’école des pilotes militaires de carrière. Cette formation, d’une durée d’environ trois ans, transmet aux jeunes lieutenants des connaissances théoriques et un savoir pratique en matière d’aviation, qui les rendent aptes à assurer entièrement un engagement de pilote militaire professionnel dans l’escadre de surveillance. L’instruction de pilote militaire est aussi ouverte aux femmes, depuis 1993 sur hélicoptère et depuis 1996 sur jet.

Depuis la création de l’escadre de surveillance, le métier de pilote militaire n’a probablement jamais été aussi complet qu’aujourd’hui, allant de la fascination éternelle de l’aviation aux aspects terre à terre du quotidien, complexe, composé de technologies de plus en plus pointues et d’exigences élevées en matière de gestion rationnelle. Aussi passionnant que soit l’environnement d’engagement des pilotes militaires professionnels, dominé aujourd’hui par les technologies de pointe, les aspects pénibles de ce travail rationnalisé à l’extrême ne manquent pas. Cependant, l’esprit de l’escadre de surveillance ne s’éteint jamais et donne des ailes à cette communauté soudée, même face à l’adversité, et la pousse à se dépasser sans cesse à l’engagement, au profit de la sécurité de la Suisse. (sources DDPS).

02.jpg

Photos : DDPS

KC-46A, livraisons repoussées à 6 mois !

16BFT000006_14-med-res.jpg

Everett, Washington, Boeing et l’US Air Force ont trouvé un accord pour repousser les premières livraisons du nouveau ravitailleur KC-46A de 6 mois.

Ce nouveau délai doit permettre de solutionner définitivement les problèmes de la perche de ravitaillement. En effet, lors des essais de ravitaillement avec un C-17 celle-ci a démontré une instabilité. De plus. L’avionneur américain doit s’assurer l’approvisionnement en pièces détachées de la part de nombreux fournisseurs.

En conséquence les premières livraisons se feront en août 2017, soit un retard de six mois sur le dernier calendrier. Boeing doit livrer 18 avions pour le mois de janvier ici 2018.

 

Le KC-46A «New Generation Tanker»:

Le KC-46A «New Gen Tanker» est un gros porteur multi-mission, basé sur la cellule du B767 commercial. Pour ce faire, l’avion reprend les dernières innovations en matières d’écrans multifonctions en test actuellement sur le B787 «Dreamliner». Un nouveau système de ravitaillement permettra une augmentation du rythme de transfert de carburant, de plus, les charges et les opérations en sont simplifiées. Selon Boeing les risques d’industrialisations sont faibles, car l’avion s’appuie sur des moyens existants. Le «New Gen Tanker» se caractérise par une conception du contrôle de vol qui place l‘équipage aux commandes de l’ensemble de l’appareil, au lieu de permettre aux logiciels de limiter la manœuvrabilité au combat. Le «New Gen Tanker» met à la disposition des pilotes de l’USAF un poste de pilotage numérique avancé équipé des affichages électroniques du Boeing B787 «Dreamliner». Le «New Gen Tanker» dispose d’une technologie de ravitaillement en vol éprouvée et d’une perche KC-10 « NewGen » modernisée avec des capacités de ravitaillement étendues, un débit accru pour le transfert du carburant et un système à commandes de vol électrique (Fly by Wire).

 

Photo : KC-46A ravitaillant un F-16 @ Boeing

 

27/05/2016

Premier vol pour un E-3 à l’avionique modernisée !

1565691_-_main.jpg

Boeing a annoncé avoir réussi le premier vol d’un E-3G « Sentry » de l’US Air Force dont l’avionique a été modernisée. L’avionneur va ainsi pouvoir débuter la phase de qualification d'essais en vol.

L’objectif a terme doit permettre le remplacement de l'avionique pour l’ensemble des appareils de type E-3 « Sentry » de l’US Air Force et ceux en service au sein de l’Otan.

La mise à jour permettra également de réduire l'équipage de trois à deux et offrir une grande efficacité d'exploitation. Les E-3 « Sentry » seront également à niveau en ce qui concerne les capacités d’intégrations avec les systèmes civiles d’approche.

Le nouveau poste de pilotage dispose de cinq écrans couleurs numériques avec des données de navigation personnalisables pour les moteurs et le radar. Les nouveaux écrans remplacent l’instrumentation analogique qui date des années 1970.

 

boeing-e3-sentry-awacs.jpg

Photos : 1 le nouveau tableau de bord de l’E-3 @ Boeing 2 E-3 Sentry @ USAF

 

France pénurie de carburant pour l’aviation !

1a7e72ad6c8416810bd3d5fa3ec89bdc_large.jpeg

La grève qui se poursuit chez nos voisins Français vient d’atteindre un nouveau seuil avec le risque de pénurie de kérosène pour les avions. Pour parer à toutes éventualité, une mesure demande vendredi que les transporteurs aériens effectuant des vols internationaux doivent impérativement emporter le double de carburant.

La mesure s’applique jusqu’au 30 mai 2016 aux aéroports de Paris-Charles de Gaulle, Paris-Orly, Marseille-Provence et Nice-Côte d’Azur. Pour les compagnies aériennes, cette demande d’emporter plus de carburant que d’habitude représente un coût additionnel et sera très certainement reporté sur le prix des billets au départ de la France.

En règle générale, les aéroports disposent de réserves de kérosène pour 5 à 7 jours maximum.

 

Photo : A340 Air France

Comlux commande un Global 6000 supplémentaire !

DSC_6520.jpg

En toute fin du salon EBACE de Genève, Bombardier a annoncé la signature d’une commande ferme pour un avion Global 6000 opéré par Fly Comlux, la division de vols à la demande pour clients de marque de Comlux qui exploite actuellement une flotte totalisant six biréacteurs d’affaires Bombardier.

Comlux est déjà client pour des Challenger 605, Challenger 850, Global 5000 et Global 6000. Cet avion Global 6000 supplémentaire vient compléter sa flotte d’avions à large fuselage pour clients de marque et contribue à positionner la société comme affréteur de vols à la demande pour des avions long-courriers à large cabine et fournisseur de services de gestion d’avions de premier plan en Europe, en Asie centrale, en Russie et au Moyen-Orient.

Le Global 6000 :

Le biréacteur Global 6000 offre en cabine plus de volume et plus de superficie au plancher que tout autre avion dans sa catégorie. Répondant toujours aux besoins de voyage d’une clientèle diversifiée, Le client peut également choisir de doter son Global 6000 d’une douche  Aucun autre biréacteur d’affaires de la catégorie des très long-courriers d'aujourd'hui n’affiche pareille autonomie à grande vitesse. Offrant le confort ultime en cabine, cet impressionnant biréacteur peut relier Vienne à Brasilia sans escale avec huit passagers et de trois à quatre membres d’équipage à bord. Il peut franchir 6’000 milles marins (11’100 km) à Mach 0,85 avec jusqu’à huit passagers.

 

Photo : Global 6000 à EBACE @ P.Kümmerling