17/01/2020

La Patrouille Suisse au Lauberhorn !

TELEMMGLPICT000186007192_trans_NvBQzQNjv4BqBDCnIxthzPLaVuHdTEmpqJRQxFEnemAQdOy_hncTgwo.jpeg

La Patrouille Suisse sera présente au Lauberhorn où elle fera une démonstration de ses prouesses. La formation de vol acrobatique se produira selon le calendrier suivant :

Samedi 18 janvier 2020, de 11:40 à 12:10 

La 88e édition des courses internationales du Lauberhorn aura lieu du 17 au 19 janvier 2017 à Wengen. Comme à l’accoutumée, SWISS y prendra part en qualité de compagnie aérienne officielle et réserve aux spectateurs des temps forts en complément du spectacle qu’offriront les pistes :

 

16/01/2020

F-35 : un remplaçant pour ALIS !

lockheed martin,f-35,alis,odin,maintenance avions de combat,blog défense,les nouvelles de l'aviation

Le Système Autonomic Logistics Information (ALIS) en ligne informatisé du chasseur furtif F-35 fabriqué par Lockheed Martin ne marche pas, il souffre de nombreux retards. Ce système fortement critiqué sera remplacé par un autre réseau créé par Lockheed Martin. La confirmation a été faite ce mardi par le Pentagone.

Rappel :

A l’origine, le système d’information logistique autonome (ALIS) a été conçu pour soutenir les opérations quotidiennes de la flotte de F-35, allant de la planification des missions et de la planification des vols aux réparations et à la maintenance programmée, ainsi que le suivi et la commande de pièces.

Les problèmes d’ALIS :

lockheed martin,f-35,alis,odin,maintenance avions de combat,blog défense,les nouvelles de l'aviation

La grande taille des serveurs d’ALIS pose des problèmes de transport, de plus le système doit être connecté. Or, dans un environnement de brouillage électronique et de cyberguerre, sans oublier le simple problème d’approvisionnement en électricité dans un contexte de guerre généralisée, rien ne garantit le bon fonctionnement du système. De plus, des doutes apparaissent en ce qui concerne la résistance dans un environnement à haute température typique des opérations au Moyen-Orient par exemple.

La problématique de l’ultra-connectivité est aussi mise en cause, que se passerait-il pour l’ensemble des utilisateurs du F-35, si l’un des pays client se faisait « pirater » son système de maintenance ? Les risques de perturbations pourraient se répandre à travers le système et venir infecter l’ensemble des flottes de F-35.

Le dernier problème soulevé par le fonctionnement d’ALIS provient des essais par le Corps des Marines à bord des navires d'assaut amphibie. En effet, les tests n'ont pas évalué la déployabilité du système et de fait « ALIS » n’est pas opérationnel. Si le système ALIS a pu être transporté et mis en place, l’ensemble de celui-ci n’a pas été testé dans son ensemble à ce jour.

Dans une déclaration en réponse aux conclusions du GAO, les responsables du programme F-35 au sein du Pentagone ont déclaré : «il n'y avait pas de surprises" dans le rapport, les questions associées à ALIS sont bien connues des services, des partenaires internationaux et de l'industrie. Le système ALIS a rendu difficile la maintenance des F-35 en service, alors qu'il était censé la faciliter.

Pour exemple, une unité de l'Air Force a estimé qu'elle passait l'équivalent de plus de 45’000 heures par an à effectuer des tâches supplémentaires et des solutions manuelles parce qu'ALIS ne fonctionnait pas comme il le fallait", a déclaré le GAO dans un rapport de novembre dernier.

De plus, ce printemps Lockheed Martin a dû se résigner à avouer que le système ALIS ne fait que transmettre des mises à jour aux utilisateurs, des données spécifiques de ceux-ci sont ainsi récupérées et envoyée à LM. Le problème de l’hyperconnectivité et de la souveraineté de l’utilisateur est posée.

 Operational Data Integrated Network (ODIN):

Le Pentagone a déclaré que ALIS serait remplacé par le réseau intégré de données opérationnelles (ODIN) de Lockheed Martin, qui sera rationalisé pour plus d'efficacité. Lockheed Martin, le maître d'œuvre du F-35, travaillerait sur ODIN (Operational Data Integrated Network) dans le cadre du profil de financement actuel d'ALIS sans frais supplémentaires pour le contribuable. Selon LM, le système ODIN aura remplacé ALIS dans tous les F-35 en décembre 2022, à l'exception de ceux déployés à distance ou sur des navires. ODIN sera basé dans le cloud et conçu pour fournir des données en temps quasi réel sur les performances des avions et des systèmes dans le cadre de dispositions de cybersécurité renforcées. Mais pour l'heure, pas de garantie d'une meilleure souverainé des données !

De son côté le Government Accountability Office (GAO) a estimé qu'ALIS aurait déjà coûté plus de 16,7 milliards de dollars sur son « cycle de vie » actuelle.

lockheed martin,f-35,alis,odin,maintenance avions de combat,blog défense,les nouvelles de l'aviation

Photo : 1 F-35 2 Techniciens de maintenance F-35 à distance @LM

 

ETIHAD cible le « Zéro » émission de carbone!

2655474797.jpg

Etihad Airways, la compagnie aérienne nationale des Emirats Arabes Unis, s’engage à un objectif minimal de zéro émission nette de carbone d'ici 2050 et de réduire de moitié de son niveau d'émission net 2019 s d'ici 2035. Le transporteur confirme, ainsi sa volonté déjà exprimée pour devenir « Leader » en matière de transport aérien éco-responsable.

Les objectifs environnementaux ambitieux de l'entreprise seront réalisés grâce à une combinaison d'initiatives internes, la collaboration avec des partenaires de l'industrie et de l'adoption d'un programme global de crédits de carbone pertinent, à développer avec un accent particulier sur les besoins des Emirats Arabes Unis et les marchés desservis par la compagnie aérienne.

Le Groupe chef de la direction du groupe Aviation Etihad, Tony Douglas, a déclaré : « L'objectif global sur l'environnement et l'urgence de réduire les émissions de carbone n'a jamais été aussi grande. Le Groupe Etihad Aviation, en collaboration avec ses partenaires, joue un rôle actif dans la réduction de l'impact de l'aviation sur l'environnement grâce à des initiatives allant de la gestion optimisée du carburant à des pratiques de financement durable ».

L'annonce d'aujourd'hui est venu dans le cadre de la Semaine d'Abu Dhabi sur le Développement durable, un événement annuel dans la capitale des UAE, où siège Etihad.

M.Douglas a déclaré l'ensemble de l'industrie du transport aérien, des compagnies aériennes et des fournisseurs aux fournisseurs de l'espace aérien, a été chargé d'aider à réduire les émissions de l'aviation.

« Les compagnies aériennes ont attiré un examen important dans le débat mondial sur l'environnement et notre défi collectif pour une industrie à croissance rapide est de fournir les initiatives qui peuvent rapidement aider à contenir et à réduire les émissions de carbone » a-til dit.

L'Association internationale du transport aérien (IATA) prévoit que le nombre de voyages passagers va plus que doubler dans les 20 ans, de 4,5 milliards en 2019 à environ 9 milliards à la fin des années 2030.

Le Forum international des transports (ITF), l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) ajoute que l'aviation internationale connaîtra une croissance annuelle composée de 3,8 pour cent à l'horizon 2050, les prévisions que le trafic atteindra 16,5 milliards de kilomètres de passagers.

Les initiatives de développement durable prises par la compagnie Etihad comprennent :

L’induction continue de la dernière génération, la plupart des avions économes en carburant, y compris les Boeing B787 « Dreamliner » et des plans pour trois nouveaux types de gros porteurs Airbus A350-1000 et Boeing B777-9 et à fuselage étroit Airbus A321neo.

Mise en place du programme Etihad « Greenliner » où toute la flotte de la compagnie aérienne d'avions Boeing B787 sera utilisé lors des vols normaux programmés comme « bancs d'essai » pour les produits et les pratiques durables.

Devenir la première compagnie aérienne à obtenir sous condition de financement commercial sur le respect des objectifs de développement durable des Nations Unies. En partenariat avec First Abu Dhabi Bank et Abu Dhabi Global Markets, Etihad a récemment obtenu 150 millions d'euros pour aider à financer le développement d'une « résidence écologique » à plusieurs étages pour la vie d'équipage de cabine à Abu Dhabi. La compagnie aérienne étudie maintenant les possibilités de ce style de financement.

L'engagement de réduire les matières plastiques à usage unique de 80 % en 2022 et la mise ne place d’un partenariat pour le développement de carburants durables pour l'aviation y compris les biocarburants développés et raffinés à Abu Dhabi à partir de Salicorne et son engagement à soutenir le développement d'un autre carburéacteur durable des déchets municipaux à Abu Dhabi.

Photos : B787 « Greenliner » d’Etihad @ Etihad Airlines

 

15/01/2020

L’US Navy a choisi le TH-73A de Leonardo !

th-73a-us-navy-contract.jpg

Il semble bien que les présidences républicaines soient favorables aux aéronefs européens. Leonardo vient de remporter un second contrat aux USA pour remplacer les hélicoptères école de l’US Navy. Cette réussite fait suite au choix de l’AW139 de l’US Air Force en fin d’année dernière.

C’est la division américaine de Leonardo, soit AgustaWestland Philadelphia Corp., qui remporte un contrat de 176,5 millions de dollars pour la production de 32 hélicoptères TH-73A (dénomination pour l'US Navy) pour le renouvellement du système de formation avancé sur hélicoptère (AHTS). Le contrat comprend également les pièces de rechange initiales, l'équipement de soutien particulier, les trousses de flyaway, les treuils, les charges d'élingues, la formation des pilotes instructeurs et auxiliaire et du personnel de maintenance.

Les hélicoptères seront produit à Philadelphie, Pennsylvanie (87%); Mineral Wells, Texas (5%); et divers endroits en dehors du continent américain (8%), et devrait être achevé en octobre 2021. 

Le nouvel hélicoptère répondra aux exigences avancées en matière de formation à voilure tournante et à rotor basculant intermédiaire pour la Marine, le Corps des Marines et la Garde côtière jusqu'en 2050.

Le TH-73A/ TH-119 / AW-119 :

maxresdefault.jpg

Le TH-73A /TH-119 est une variante du célèbre AW119 spécialement conçu pour la formation militaire. Il s’agit du seul hélicoptère monomoteur moderne certifié capable de fonctionner dans des conditions de vol aux instruments (IMC), ce qui permet de disposer de plus de jours de formation disponibles qui limitent temps total pour former. Le TH-119 est un hélicoptère d’entraînement à spectre complet, ce qui signifie qu’avec une seule configuration, la Navy peut effectuer des vols d’entraînement fondamentaux, tels que des atterrissages coulissants, des vol stationnaires et des autorotations complètes (sans en décharger aucun d’entre eux pour la simulation), ainsi qu’un entraînement avancé vols, y compris NVG, instruments, navigation, tactique, monte-charge, cargaison externe et recherche et sauvetage.  

Le cockpit doté d’écrans EFIS évolués à double affichage de Genesys Aerosystems permet d’instruire l’un ou l’autre des sièges du pilote avec des capacités IFR complètes, y compris un directeur de vol et un pilote automatique complet à 3 axes. Son siège d'observation unique réglable à 180 degrés offre aux étudiants-pilotes une vue complète du cockpit, offrant un meilleur environnement d'apprentissage, même en tant que passager. Le TH-119/TH-73A combine des marges de puissance exceptionnelles, grâce à son moteur PT6-B Pratt & Whitney Canada de 1’000 shp, populaire et fiable, à la durabilité d'une cellule en métal de type cocon et à des patins renforcés stabilisés pour l'entraînement au toucher. Pour minimiser le temps passé au sol et maximiser la flexibilité opérationnelle, le TH-119/TH-73A peut faire le plein de carburant sous pression.

208900_1F.jpg

Photos : 1 & 3 TH-73A 2 cockpit @ Leonardo

 

14/01/2020

Tragédie du Boeing 737 ukrainien : révélatrice de la faiblesse du concept de la « double sécurité à moitié prix » du parti socialiste ?

Sans titre.jpg

En cas de problèmes d’identification depuis le sol d’un avion dans un espace aérien ouvert au trafic civil, on ne peut pas faire de la police aérienne qu’avec des missiles sol-air. Pour la police aérienne, il faut disposer d’une flotte d’avions de chasse performants, pour pouvoir procéder à une identification visuelle de la cible en toutes circonstances.

L’AVIA romande rappelle que la police aérienne est d’abord un outil de sécurisation de l’espace aérien, en temps de paix comme de crises. C’est une mission des plus exigeantes.

Pour mener à bien de telles missions et assurer ainsi la sauvegarde de la souveraineté sur l’espace aérien suisse, à savoir identifier à temps un avion, sans engager la sécurité de l'appareil, de ses passagers et de la population, il faut disposer d’avions de chasse capables :

  • de décoller en urgence et de monter en altitude très rapidement (QRA15)
  • de voler à des vitesses supersoniques ( à plus forte raison dans un espace aérien réduit comme le notre)
  • d’intervenir de jour comme de nuit, par tous les temps, dans tous les environnements (à haute altitude comme au fond d’une vallée) et face à tout type de cible (rapide ou lente) *;
  • d’être interconnectés avec les systèmes et moyens militaires et civils en charge de la sécurisation de l’espace aérien**.

Non couplés à une flotte d’avions de combat performants, les systèmes de défense sol-air ne sont pas adaptés aux temps de paix ou de crises, car :

  • ils n’ont pas la disponibilité, la souplesse d’utilisation ni la réversibilité nécessaires ;
  • ce sont des moyens de guerre qui ne peuvent tirer que dans un espace interdit à la navigation aérienne, ou ne pas tirer ;
  • leur fiabilité dépend du type de cible à abattre et de son profil de vol ;
  • à moins d'aplatir la Suisse, l'électronique ne peut pas grand-chose dans un relief alpin : les radars ne voient pas à travers les montagnes.

La liste trop longue d’avions civils abattus en raison de l’absence de procédures de police aérienne telles que définies et pratiquées par les Forces aériennes suisses rappelle que mal pondérer l’engagement des moyens – comme dans le concept de « double sécurité à moitié prix » du Parti socialiste – peut entraîner des bévues. Est-ce un luxe qu’on peut se payer ?

Prétendre tout miser sur des systèmes de défense antiaérienne et accepter le risque d’une tragédie semblable à celle du Boeing B737 d’Ukrainian Airlines, c’est un luxe qu’on ne peut se payer au prétexte de vouloir économiser sur le budget de l’armée ou tenter de le réduire.

*Radar puissant capable d’opérer dans un environnement montagneux.

** Capacité de mise en réseau.

Sources : AVIA romande

La sécurité et la liberté n’ont pas de prix, l’espoir n’est pas une solution !