04/07/2020

La fin annoncée du B747 « Jumbo Jet » !

boeing,b747,jumbo jet,les grands avions de l'histoire,les nouvelles de l'aviation,transport passagers,aviation francophone

Chronique d’une mort annoncée, après le début du démantèlement progressif des A380, voici que l’emblématique « 747 » ne devrait pas survivre non plus. Les temps sont durs pour les gros « paque bots » quadrimoteurs des airs qui ne font plus recettes.

Selon l’avionneur américain, celui-ci devrait définitivement stopper la production du B747 « Jumbo Jet » après avoir terminé l’assemblage du dernier des 15 appareils actuellement en commande. Selon le calendrier de l’avionneur cet appareil sera remis à son client d’ici deux ans. Ces B747 de dernière génération sont de type B747-8F « Freighter » est destinés à United Parcel Service (UPS) et Volga-Dnepr.

Pan_American_World_Airways_-_Pan_Am_Boeing_747-121(A-SF)_N747PA_%22Clipper_Juan_T._Trippe%22_(21493349240).jpg

Pas de disparition immédiate :

Pour autant, le Boeing B747 restera dans le ciel pendant des décennies, car il est devenu très populaire au sein des compagnies aériennes de fret. Trois transporteurs, Air China, Korean Air et Lufthansa exploitent tous les derniers modèles de passagers B747-8F. Il faudra également compter avec le nouveau B747i « Air Force One » qui transportera les présidents américains.

 

La Reine du ciel :

Le B747 incarne la réussite, il a été l’avion de qui a fait rêver de nombreuses générations. Devenir Commandant de bord d’un « 747 » était le summum de la réussite pour de nombreux pilotes. La « Reine des cieux » de Boeing a fait ses débuts en 1970, un pari qui a payé et transformé les voyages, mais a failli mettre l'entreprise en faillite. Le Boeing « 747 » a accumulé 1’571 commandes au cours des décennies, deuxième parmi les avions gros-porteurs seulement après le B777 de Boeing.

Après avoir introduit le B707 en octobre 1958, Pan Am voulait un jet 2½ fois sa taille, pour réduire de 30% le coût de son siège afin de démocratiser le transport aérien.  En 1965, Joe Sutter quitte le développement du B737 pour concevoir le B747, le premier avion de ligne à deux couloirs. En avril 1966, Pan Am commande 25 B747-100. Le 30 septembre 1968, le premier B747 est déployé à l'usine Everett. Le premier vol a eu lieu le 9 février 1969. L’avion obtient sa certification en décembre de la même année. Il entre en service avec Pan Am le 22 janvier 1970, ce fut le premier avion surnommé un "Jumbo Jet".

SetWidth1200-K14142.jpg

Le B747, produit d'un processus de conception collaboratif complexe et exigeant, est devenu une icône de l'ère moderne, à la grande surprise de Boeing. Avec un calendrier foudroyant qui a vu l’achèvement du processus de production en seulement 28 mois. Demandez à n'importe qui de nommer le premier type d'avion qui vous vient à l'esprit et la réponse sera probablement le Boeing B747 « jumbo jet ». De 1970 à l'introduction en 2007 de l'A380 d'Airbus, il était le plus grand transporteur de passagers de tous les temps et l'image remarquable de sa tête volumineuse fait désormais partie de notre conscience culturelle. Il peut être surprenant que cette forme unique ne soit pas un choix de conception, mais plutôt le sous-produit d'un processus de développement extrêmement compliqué qui impliquait des efforts exténuants, des formalités administratives interminables, un débat véhément et peu d'attention aux valeurs visuelles.

SetWidth1200-K64768-01.jpg

Photos : 1 B747-400 KLM 2 B747-100 Pan Am 3 intérieur de l’époque en 1ère  4 Chaine de production @ Boeing

03/07/2020

L’Inde passe commande pour des MiG et Sukhoi additionnels !

fg_3224862-jdw-6796.jpg

Je vous l’annonçais le 21 juin dernier, l’Inde désirait en urgence acquérir un complément d’avions de combat pour venir renforcer ses flottes de MiG-29 et Sukhoi Su-30MKI. Le ministère indien de la Défense (MoD) a approuvé l'acquisition d’un contrat d’une valeur de 2,43 milliards de dollars portant sur 21 avions de combat Mikoyan MiG-29 et 12 Sukhoi Su-30MKI destiné à l'Indian Air Force (IAF).

Dans une déclaration du 2 juillet, le ministère de la Défense a déclaré que le Conseil d'acquisition de la défense (DAC), dirigé par le ministre de la Défense Rajnath Singh, avait autorisé l'acquisition de 21 MiG-29UPG et de 12 licences pour construire sous construit 12 Su-30MKI.

Les 21 plateformes complèteront les 59 MiG-29UPG intronisés dans l'IAF à partir de 1986.

Les 12 Su-30MKI supplémentaires seront acquis pour remplacer un nombre égal d'avions perdus dans des accidents au fil des ans. Ces chasseurs seront construits sous licence par Hindustan Aeronautics Limited (HAL). Les responsables ont déclaré que HAL, qui, d'ici mars 2021, aura achevé le dernier des 222 Su-30MKI construits sous licence dans le cadre de la flotte de 272 de ce type de l'IAF, avait souhaité recevoir des commandes supplémentaires pour maintenir ses chaînes de montage actives. 

Le MiG-29 UPG :

3707431123.5.jpeg

Les MiG-29 de l’IAF sont techniquement plus proches de la version MiG-29KUB de la marine indienne qui est entrée en service en 2010. L’avion est doté d’une nouvelle architecture informatisée qui fonctionne avec le nouveau radar de Phazotron-NIIR Corp Zhuk-M2E de type AESA capable de suivre dix cibles à 245km couplé avec le nouvel IRST de type NPK-SPP OLS-UEM qui combine un capteur infrarouge 320x256 pixels et une caméra TV 640x480 pixels portées comprises entre 200 mètres et 20 kilomètres. L'OLS-UEM a été conçu pour détecter des cibles aéroportées à des distances comprises entre 15 et 55 kilomètres. Il offre une couverture en azimut de +/- 90 degrés et de + 60 degrés à -15 degrés en élévation

L’avionique est entièrement nouvelle avec un cockpit doté d’écrans couleurs et d’éléments occidentaux comme le viseur de casque « Top-Sight » de Thales, d’une centrale de navigation SAGEM. L’avion est également doté d’une perche de ravitaillement en vol rétractable. En ce qui concerne la guerre électronique, les MIG-29UPG sont dotés de capteurs de fabrication indienne, mais reliés à des systèmes actifs/passifs d’origine israélienne. 

Question armement, les MiG-29UPG sont dotés des mêmes systèmes que les MIG-29SMT et MIG-29KUB avec les missiles RVV-AE R-77 de portée moyenne, le missile KH-31P antinavire et les bombes à guidage optique KAB-500KR. Conçu au départ pour la supériorité aérienne le standard l’UPG permet maintenant les attaques au sol et de surface. Selon le constructeur MiG, la durée de vie des avions modernisés est étendue à 3’500 heures de vol pour 40 ans.

Le Sukhoi Su-30MkI :

4255164962.JPG

Le Sukhoi Su-30MKI ou « Super 30 » bénéficie des capacités similaires à celle des avions de combat de cinquième génération. L’appareil est doté d’une avionique améliorée, du radar AESA de type Phazotron Zhuk-AE* en bande X qui peut suivre 30 cibles aériennes en mode suivi pendant le balayage et engager six cibles simultanément en mode attaque. Ce dernier, équipe la dernière version du Su-30MKI doté du missile BrahMos. Ce radar a montré qu’il permettait également un niveau plus élevé de connaissance de la situation. La suite de guerre-électronique (EW) est un plus grand défi dans la mesure où la grande section radar de l'avion rend obligatoire une capacité d'autoprotection robuste. La suite EW actuelle de l'avion est une variante du système monté sur nacelle KNIRTI SAP-518 de fabrication russe, qui peut être complétée par le module de brouillage SAP-14.

Le Sukhoi Su-30MKi ainsi modernisé est nommé « Super 30 », il bénéficie des capacités similaires à celle des avions de combat de cinquième génération. L’avionique dispose d’un mode carte numérique avec une capacité de guidage longue portée TV. L’appareil est doté de la version des moteurs AL-31FP de Saturn Corporation, dont la durée d’entretien est montée à 2’000 heures en lieu et place des 1’000 actuels. Un nouveau logiciel de contrôle de la poussée vectorielle (TVC) permet une meilleure sécurisation en cas de manœuvre extrême. L’autre nouveauté concerne l’adaptation des missiles indiens BrahMos et du KH-59M Ovod-M. 

*Sur les versions antérieures indiennes, l’avion est doté du radar PESA N011M BAR.

Photos : 1 Mig-29 et Su-30 indiens 2 MiG-29UPG 3 Su-30MkI@ IAF

02/07/2020

Le H160 a obtenu sa certification EASA !

H160-EASA-certified-Eric-Raz.jpg

L’hélicoptère bimoteur multirôle H160 d'Airbus Helicopters a obtenu son certificat de type de l'Agence européenne de la sécurité aérienne (EASA), marquant ainsi un nouveau chapitre du programme. La société prévoit que la certification de la FAA suivra peu de temps avant la première livraison à un client américain non divulgué plus tard cette année.

Airbus Helicopters s'est appuyé sur trois prototypes, le premier avion en série, et deux moyens de test supplémentaires, l'hélicoptère dynamique zéro et l'hélicoptère système zéro, pour développer et certifier l'avion et continue de mûrir l'avion avant sa mise en service. Les hélicoptères ont volé plus de 1’500 heures pour des tests en vol et des vols de démonstration afin que les clients puissent découvrir de première main l'innovation et la valeur ajoutée que le H160 apportera à leurs missions. 

Conçu comme un hélicoptère polyvalent capable d'exécuter un large éventail de missions telles que le transport offshore, les services médicaux d'urgence, l'aviation privée et d'affaires et les services publics, le H160 intègre les dernières innovations technologiques d'Airbus Helicopters. Celles-ci incluent des fonctionnalités de sécurité révolutionnaires avec l'assistance au pilote accumulée par Helionix et des fonctionnalités automatisées ainsi qu'une protection de l'enveloppe de vol. L'hélicoptère offre également aux passagers un confort supérieur grâce aux pales insonorisantes Blue Edge et à une superbe visibilité extérieure qui profite aux passagers et aux pilotes.

Le H160 n'a pas été conçu uniquement pour les passagers et les pilotes. Les opérateurs apprécieront sa compétitivité grâce à son efficacité énergétique accrue et son écosystème de maintenance simplifié centré sur le client: l'accessibilité des équipements a été facilitée par l'architecture optimisée de l'hélicoptère, le plan de maintenance a été minutieusement vérifié lors des campagnes Operator Zero, et il est livré avec une interface intuitive Documentation de maintenance 3D.

Le H160 : 

Le H160 bimoteur de moyen-tonnage est capable d’effectuer les missions les plus variées, du transport de passagers aux évacuations sanitaires, en passant par la desserte des plateformes pétrolières. Un segment de marché qui représente plus de 30 % des ventes d’hélicoptères civils. Le H160 est un condensé de technologies, avec notamment le nouveau moteur Arrano de Turbomeca qui offre un gain de consommation de carburant de 10% à 15% comparé aux hélicoptères actuels.  Le H160 dispose d’un fuselage 100% composite plus léger. Les ingénieurs d’Airbus ont opté pour un rotor de queue décentré et un stabilisateur biplan. 

Avec 68 brevets, le H160 intègre les dernières innovations technologiques d'Airbus Helicopters visant à offrir aux passagers un confort supérieur grâce aux lames Blue Edge réductrices de bruit et à une superbe visibilité extérieure pour les passagers et les pilotes, sans oublier les fonctionnalités de sécurité supplémentaires qu'offre Helionix protection de l'enveloppe et réduction de la charge de travail du pilote. Le nouveau modèle industriel d'Airbus Helicopters, basé sur la spécialisation du site et un processus d'assemblage de composants prêt à l'emploi, qui réduit le temps de mise sur le marché du H160 à 24 semaines, offrant ainsi plus de flexibilité aux clients. Cela permettra aux clients de confirmer leur configuration de mission à un stade ultérieur en fonction des besoins du marché.

1266111761.jpg

Photos : le H160 @ Airbus Helicopters

01/07/2020

Des TA-50 « Golden Eagle » additionnels pour la Corée !

92374134_3535012663191909_4133239907332128768_o.jpg

Séoul, a passé une commande pour 20 avions formateurs supplémentaires auprès de Korea Aerospace Industries Co. (KAI) pour un montant estimé à 575 millions de dollars.  Ces appareils rejoindront les 60 aéronefs en service au sein de la South Korea Air Force (ROKAF) d'ici 2024.

KAI a exporté un total de 148 avions d'entraînement d'une valeur de 3,1 milliards de dollars américains, soit 64 avions d'entraînement avancés T-50 d'une valeur de 2,4 milliards de dollars et 84 avions d'entraînement de base KT-1 d'une valeur de 700 millions de dollars - vers des pays, tels que l'Indonésie, l'Iraq, la Thaïlande, la Turquie, Pérou et Philippines depuis sa fondation en 1999.

Les T-50 & TA-50 :

Les T-50 « Golden Eagle » et TA-50 sont largement dérivé du Lockheed-Martin F-16 « Fighting Falcon » et disposent de nombreuses similitudes, les ingénieurs de KAI se sont largement inspirés de la production sous licence des F-16 pour la ROKAF. La gamme T-50 dispose par contre d’une avionique entièrement coréenne, mais couplée à un certain nombre d’éléments d’origine américaine comme le GPS fournit par Honeywell.

Le plafond pratique est de 14’600 mètres (48.000ft) et la cellule est prévue pour une de durée de 8’000 heures de vol. Question motorisation les deux versions sont dotées d’un General Electric F404-102 à double flux produit sous licence par Samsung Techwin. Le T-50 atteint la vitesse maximale de Mach 1,4.

La version TA-50 se différencie par une capacité d’armement soit : un canon General Dynamic A-50 de 20mm en interne, l’appareil peut être doté de missiles AIM-9 Sidewinder et AIM 120 AMRAAM ou des Python 5, d’AGM-65 Maverick et de lance-roquettes LOGIR. Il peut également emporter diverses bombes de types : CBU-58, MK-20,82,83,84.

fa-50-1-750x500.jpg

Photos : TA-50 @ROCAF

Début des vols en vue d’une nouvelle certification pour le B737MAX !

PSX_20200628_104324.jpg

La Federal Aviation Administration (FAA) a entamé lundi des vols en vue de la nouvelle certification du Boeing B737MAX. Il s’agit d’une étape clé en direction de la remise en service des avions après deux accidents mortels, il y a plus d'un an. 

Rappel :

Le B737 Max, le best-seller de l’avionneur Boeing, est immobilisé dans le monde depuis mars 2019 après deux crashs, un en Indonésie et un autre en Éthiopie dans un délai de cinq mois. Boeing a depuis changé un système le système de contrôle de vol qui était impliqué dans les deux accidents et a apporté d'autres modifications. Un examen supplémentaire de l'avion a contribué à des retards répétés dans le processus de mise en place de la nouvelle certification.

Pas d’empressement :

De son côté la FAA suit un processus délibéré et prendra le temps nécessaire pour examiner en profondeur le travail de Boeing, selon un communiqué.  « Nous ne lèverons pas l'ordre d'interdiction de vol, qu'après avoir constaté que l'appareil répond aux normes de certification.»

Le premier vol a décollé à 10heures lundi, heure du Pacifique, de Seattle, tandis que d'autres vols sont prévus sur environ trois jours. "es tests sont effectués par des pilotes d'essai et des ingénieurs de la FAA et de Boeing.

L'évaluation des avions par les régulateurs se poursuivra pendant plusieurs semaines et Boeing prévoit qu'ils seront de nouveau en service commercial d'ici la fin de l'automne. D'autres étapes comprennent une évaluation internationale des exigences minimales de formation des pilotes.

Il est important de noter que cette étape ne signifie pas que la FAA a terminé son évaluation de la conformité ou tout autre travail associé au retour en service. La FAA n'a pas pris de décision concernant la remise en service. Il reste un certain nombre d'étapes après la fin des vols de certification.

Boeing a de son côté repris à la fin du mois dernier la production des avions après une pause plus tôt cette année.

Bien qu'il ait toujours un carnet de commandes solide, Boeing a enregistré des dizaines d'annulations de clients. La pandémie de Covid-19 devrait également entraîner une demande de voyages inférieure à la normale pendant des années, ce qui pourrait encore peser sur la demande de nouveaux avions.

NYSB415-1211_2019_025753-scaled.jpg

Photos : B737MAX en tests pour la nouvelle certification @ Boeing