20/01/2011

Air Seychelles

image1.jpg

 

Les vacanciers helvétiques méconnaissent cette perle créole de l'Océan Indien qu'est l'archipel des Seychelles, pourtant ses voisins européens ne s'y trompent pas, français, italiens et allemands s'y rendent de plus en plus.

 

Royaume des lunes de miel entre amoureux avec couché de soleil sur la plage, les Seychelles augmentent d'années en années le potentiel d'accueil haut de gamme et les complexes touristiques présents débordent d'imaginations à proposer à leurs hôtes, il faut dire que depuis l'amélioration des infrastructures aéroportuaires de l'aéroport international de Mahé, certaines compagnies et non des moindres se présentent depuis peu à l'approche radio, sans oublier quelques beaux jets privés.

 

La compagnie nationale Air Seychelles a rapidement anticipé ce marché qui est estimé à 325 000 entrées (175 000 actuellement) pour les mois à venir, sa suite Pearl (de 24 à 30 sièges selon le Boeing 767 utilisé), pour les passagers haute contribution a totalement été revue, par groupe de deux sièges-lits dont la forme à l'arrière fait penser à un magnifique papillon procurant un espace de liberté sous "la protection de ses ailes", le siège se configure par la console des commandes, qui proposent des positions définies puis une adaptation individuelle par niveaux mais aussi quelques options comme un massage du dos.

 

Dès l'embarquement tout est fait par le personnel naviguant commercial pour nous mettre à l'aise.

 

Un petit écran LCD sans aucune connexion filaire sert d'interface multimédia pour les voyageurs, il propose en langues anglaise, française, italienne et créole une présentation de l'archipel, une diversité de films et musiques pour tout un chacun. La tablette rangée dans le profil du siège s'extrait pour les repas mais aussi se configure en espace de travail multimédia pour ordinateurs portables le tout alimenté par le secteur

Les repas à bord propagent déjà les odeurs chaudes et épicés des îles et ce n'est pas le bel accent créole du personnel qui viendra nous dire le contraire.

 

Un petit coffret à base de produits naturels de noix de coco est offert aux passagers pour améliorer la détente durant le vol et nous préparer à l'orientation touristique de l'archipel qui confirme le standard luxueux de la destination mais aussi la très importante image d'îles propres, écologiques et surtout de développement durable que se sont forgées Les Seychelles.

 

 

image2.jpg

 

À l'approche de l'aéroport de Mahé, après neuf heures de vol, le corail et les plages blanches donnent immédiatement le sourire à tous les occupants de l'appareil, dès l'annonce de la descente les températures annoncées par l'hôtesse confirment le caractère agréable de l'archipel situé à 4° sud de l'équateur ce qui lui confère une protection naturelle contre les cyclones et autres ouragans.

 

Une fois l'appareil posé, le passage aux services douaniers s'effectue très rapidement et la signalétique oriente facilement les visiteurs vers les vols locaux réalisés par Air Seychelles où les compagnies d'hélicoptères pour aller se poser directement dans les dropping zones des complexes touristiques 5 étoiles ou sur les yachts.

En plus des destinations historiques que sont Paris, Londres et Rome, Air Seychelles s'est positionnée au départ de Milan, et propose Johannesburg, Le Cap, Singapour et récemment Chennai en Inde.

 

 

 

L'aéroport de Mahé International s'est considérablement agrandi en gagnant de la surface sur la mer, pour augmenter les parcs de stationnement, pendant que les clients attendent et déjeunent dans le lounge situé au premier étage de la zone d'embarquement avec vue sur la piste de décollage.

 

De nouveaux grands noms de l'aérien ont décidé depuis peu de faire escale à Mahé, on peut citer maintenant Emirates et Qatar qui dispose même d'une importante représentation commerciale dans un immeuble en plein centre de Victoria, la capitale des Seychelles. Ce choix n'est pas anodin, car les états du Golf investissent de plus en plus dans l'archipel tant pour leurs résidences privées que pour quelques beaux complexes à venir.

 

Cette plus-value commence aussi à se sentir dans les îles voisines comme Praslin, où l'aéroport local subit une modernisation d'infrastructures ainsi qu'une déserte horaire de l'île en Twin Otters ou en Shorts.

 

image3.jpg

 

 

Les dropping zone d'hélicoptères se situent dans des espaces publiques, mais aussi dans des lieux surprenant comme pour le Constance Lémuria Resort

où l'arrivée se trouve entre le 14 e et le 15 e trou du golf de l'hôtel 5 étoiles de Praslin en ayant survolé quelques instants avant une des plus belles anses de l'île. C'est tout simplement fantastique comme approche.

 

Le directeur général de l'hôtel, M. Jacques Charles, nous a précisé que son personnel a subi une formation aéroportuaire et de sécurité incendie spéciale pour la desserte héliportée.

 

image4.jpg

 

 

La vie aéronautique seychelloise continue de jour en jour son évolution, et n'est pas prête de s'arrêter suite à la commande de Boeing 787 Dreamliner par Air Seychelles et la venue prochaine d'autres grands noms du milieu, et il y a fort à parier que la compagnie insulaire ouvrira son réseau vers d'autres destinations car il est bien évident que si Emirates et Qatar et d'autres se positionnent sur Mahé, ce n'est pas pour y faire "du tourisme".

 

image5.JPG

 

Pour plus d'informations :

 

Seychelles Tourist Office (Allemagne, Autriche, Suisse) :

info@seychelles-service-center.de

Air Seychelles Paris

http://www.airseychelles.com/fr

 

 

Paul Marais-Hayer

 

 

 

 

Titre image :

 

Image 1 : Atterrissage du 767 Air Seychelles

Image 2 : Classe Pearl en vol

Image 3 : Twin Otter Air Seychelles à Praslin

Image 4 : Dropping Zone du Costance Lémuria Praslin

Image 5 : image de synthèse du Boeing 787.

 

© Paul Marais-Hayer images 1, 2, 3 et 4

© Boeing / Air Seychelles image 5

08:00 Écrit par Pascal dans Aviation & Tourisme | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : air seychelles, tourisme, b767, b787 |  Facebook | |

29/09/2010

IFTM TOP RESA, le salon international B2B du marché touristique français

 

Les portes viennent de se refermer sur l'IFTM Top Resa Paris, il convient de dresser un premier bilan des annonces et nouveautés qui préfigurent l'évolution du transport aérien et du tourisme pour la prochaine saison.

Ce salon professionnel qui reste un des baromètres du secteur, nous a agréablement surpris par le nombre croissant d'exposants, ainsi que la présence de sociétés high-tech orientées vers des solutions dédiées au secteur. ; on ne compte plus le nombre d'iPad de chez Apple présents

nouvelles-tech.jpg

 

Toutefois, il est à signaler l'absence majeure de la Star Alliance qui de part son actualité aurait eu toute sa place ici.

 

stand_air_france.jpg

 

 

Air France qui nous a présenté sa nouvelle configuration affaire qui se retrouvera en 2011 sur une vingtaine d'appareils, une quarantaine prévue pour l'horizon 2013.

Cette nouvelle configuration propose d'avantage de confort : un lit de plus de deux mètres, de nouveaux rangements et un système astucieux de repose-pieds intégré dans le siège du passager de devant.

L'ambiance lumineuse du bloc cabine est elle aussi complètement revue, ainsi que la gastronomie.L'application iPhone a elle aussi été annoncée cette semaine, elle prend en compte votre compte Flyingblue.De plus, de nouvelles destinations ont elles aussi été annoncées, Orlando et Lima à partir de juin 2011.

Corsairfly a été sous les feux de l'actualité ces deux dernières semaines suite à la sulfureuse campagne de publicités osées, qui a fait un "buzz" sans précédent sur la toile avec sa campagne publicitaire "A ce prix là, j'emmène..."

L'arrivée de son nouveau Directeur général, tent à annoncer une montée en puissance de la compagnie, des orientations osées pour sa classe affaire ainsi qu'un renouvellement prochain de la flotte par le remplacement d'une partie des 747-400 actuels par des A330.

 

pear_air-Seychelles.jpg

 

 

Air Seychelles, qui attendait depuis longtemps sa nouvelle classe affaire "Pearl" a eu l'immense plaisir de nous la présenter, il convient d'ajouter aux standards des grandes compagnies, un écran LCD qui se pose comme une tablette graphique autonome, ainsi qu'une trousse atypique et exotique pour les passagers. La compagnie attend elle aussi quelques renouveaux de sa flotte, qui accompagnera   l'arrivée de deux grands hôtels de très haut de gamme sur l'archipel.

Finnair a quand à elle fait savoir qu'une nouvelle charte graphique de sa flotte sera présentée, à partir du 4 décembre, sur un Airbus A330.

Nous nous attendions à quelques informations concernant le rapprochement de LAN (Chili) avec TAM (Brésil), hélas rien n'a filtré ! Il faut avouer que le sujet est sensible et risque bien d'être à rebondissements, car nous nous trouvons dans le cas précis où l'une des compagnies est membre de l'alliance One World et l'autre de la Star Alliance. Ce duel risque bien d'être le feuilleton à suspens pour la fin de l'année.

Non présente sur le salon, Jet Airways, compagnie indienne ouvre une nouvelle ligne sur Milan.

 

stand_panama.jpg

 

 

Passons à la partie tourisme, où là chaque pays présent a rivalisé d'ingéniosité dans les décors pour nous apporter chaleur et envie sur leurs stands. Le salon était configuré par zones géographiques, où la présence de petites îles ou pays apportait un réel plaisir : tenues folkloriques, gastronomie locale, et bien entendu musique. À ce jeu-là, l'Amérique du sud est difficile à battre, tellement le rythme est soutenu, entre le Brésil, la Colombie, l'Argentine et quelques îles des Caraïbes.

 

danseuse.jpg

 

 

L'Asie était nettement moins représentée que l'an dernier, avec une Chine discrète.

L'Afrique emmenée par l'Afrique du sud - qui surfe toujours sur l'effet Coupe du Monde -  a fait le plein.

Malgré les situations géopolitiques (tensions, otages) nous ne pouvons que féliciter les initiatives de participation de l'Iran, la Libye et du Niger, qui recèlent réellement de trésors cachés qu'il est encore difficile de découvrir.

La mauvaise note du salon sera attribuée, hélas, à la Nouvelle-Calédonie, qui par un petit stand perdu au fond d'une allée, se retrouve dans l'impossibilité de promouvoir une destination qui reste pour beaucoup comme le plus bel endroit du monde, un paradis merveilleux aux antipodes de l'Europe !

Paul Marais-Hayer


 

29/09/2009

Salon Top Résa Travel Paris 09

air_tahiti_nui.JPG

 

Durant toute cette semaine, à Paris, les professionnels du voyage se sont donnés rendez-vous.

Ce salon, très attendu en cette période de crise durable, amorce des mutations fondamentales aussi bien dans le monde du voyage d'affaire que dans les vacances de chacun.

 

accueil.JPG

 

Dans le domaine des passagers à hautes contributions, les compagnies rivalisent d'imagination pour ralentir l'effet "crise" et le déplacement des cadres et dirigeants vers l'arrière de leurs appareils.

Elles s'activent à réactualiser leurs classes affaires, d'autres introduisent une classe "éco +" et les plus courageuses, s'orientent même vers encore plus de services et de qualité dans leur haut de gamme ainsi que des désertes nouvelles.

 

nouvelle_calédonie.JPG

 

On notera une évolution, quand au choix des routes aériennes sur les longues distances, avec un attachement tout particulier à choisir stratégiquement ses escales.

L'exemple type est l'exploitation récente de 777-300ER par Air Austral au départ Paris pour l'île de la Réunion (trajet usuel) qui se prolonge sur Sydney (Australie) pour se conclure à Nouméa (Nouvelle-Calédonie). Avec un peu d'imagination, un zeste de code-share, il y a fort à parier que d'ici quelques mois, le trajet se poursuivra sur Papeete (Polynésie Française), puis Los Angeles (U.S.A.) pour un retour sur Paris. Cette version exotique du tour du monde approcherait l'optimal dans son exploitation, si ce dit code-share, exploitait ce type de trajet simultanément dans l'autre sens, quand on sait qu'Air Tahiti Nui propose déjà la légendaire route sur Papeete via Los Angeles, il n'y a plus beaucoup de miles nautiques à combler...

 

air_austral.JPG

 

Dans le même temps, la conjoncture actuelle fait émerger des pays à découvrir à travers le monde qui proposent une variante touristique nouvelle plus orientée sur le développement durable (très tendance actuellement), le Chili, Panama en sont quelques exemples soutenus par des liaisons régulières au départ des grands aéroports européens. C'est aussi cette similitude que l'on retrouve sur certaines îles ensoleillées plus proche de l'Europe comme les Caraïbes et les îles Australes (pour ne citer qu'Air Seychelles qui vient de recevoir son 5e 767-300ER).

 

La zone Europe connaît elle aussi une forte mutation avec la montée en puissance de Star Alliance et tout particulièrement Lufthansa qui après Austrian, intègre dans quelques semaines Brussels Airlines et son réseau africain (héritage de la Sabena).

 

Le Proche-Orient, qui dispose d'une bulle financière passe la crise plus confortablement, toutefois nous pouvons constater des changements rapides, la montée en puissance d'Abu Dhabi face à Dubaï, promet d'ici quelques mois une grande bataille des airs entre les compagnies des pays du golf (Ethiad, Emirates, Qatar et la très silencieuse mais efficace Saoudia).

 

L'Inde qui exploite tranquillement son potentiel interne de croissance, se place stratégiquement sur l'internationale, il est impossible de passer sous silence, le travail réalisé en quelques années par Jet Airways qui a posé pied à Bruxelles pour la déserte de l'Europe, pour ensuite, rebondir sur les USA et le Canada. Jet Airways continue à s'approcher petit à petit du podium des très grandes compagnies aériennes.

 

L'Asie et les USA étaient peu présents sur ce salon, nous ne pouvons donc en tirer des évaluations fiables.

 

jet airways.JPG

 

 

Le texte et photos sont une collaboration de Paul Marais-Hayer.

1 Air Tahiti Nui, 2 l’entrée du salon, 3 Stand Nouvelle Calédonie, 4 sièges Air Austral, 5 A330 Jet airways.

 

13:25 Écrit par Pascal dans Aviation & Tourisme | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |