18/01/2022

F-35, l’article toxique de Republik.CH !

Insignes-NEW-FIGHTER-AIRCRAFT-AIR2030-PAYENE-Kampfjet-fur-d.jpeg

Le petit médias indépendant (il paraît) Republik.CH fait le BUZZ chez ceux qui ont une dent contre le F-35. On peut ne pas aimer cet avion, à plus forte raison, lorsque l’on est d’un pays dont l’avion a été recalé, on peut également être anti-armée et chercher de bonnes raisons pour argumenter. Sauf, que là, nous avons un concentré d’intoxication impardonnable. Encore une fois, remettons les choses au point sur les éléments principaux, mais ils y en auraient d’autres :

Confusion sur les dossiers et dates

Le 7 juin c’est le rapport de l’audit (cabinet d’avocats zurichois Homburger SA) sur les coûts à l’heure de vol, qui a été remis à Mme Amherd. Le dossier d’armasuisse avec le choix final avait été remis à fin février.  

Méconnaissance des domaines

Prix à l’heure de vol de 55'000 à 60'000 CHF selon Republik, c’est faux le prix estimé est de 20'000 à 23'000 CHF. La comparaison faite avec les USA est fausse, les USA achètent l’avion « nu » en Suisse ou en Finlande c’est un paquet complet. (avia news du 30.08.21 les coûts du F-35 sous la loupe et 04.12.21 le F-35, à quel prix).

L’armement comprend le Raytheon AIM 9X-II uniquement, les AIM-120C7 sont encore en phase finale de livraison et pourront être utilisés sur le F-35. Un remplacement est prévu en 2035. Il en aurait été de même avec le choix d’un autre appareil.

Pas besoin d’adapter l’infrastructure pour avions des bases (Meiringen, Emmen) seule la construction d’un centre spécifique est prévu à Payerne. Le budget infrastructure publié en même temps que le programme d’armement le mentionnera le moment venu.

Les mise à niveaux sont prévues via le système ODIN. Il y a confusion entre les mises à jour et modernisation d’un appareil.

Les décollages se feront principalement sans postcombustion, avec une diminution des heures de vol de l’ordre de 20% ce qui va générer une diminution du volume de décibels annuel, seul des pics auront lieu, lors de décollages en urgence et avec certains exercices.

Le conseil National a demandé une étude du dossier comme cela se fait pour les achats importants. Rien d’anormal et il cela fait partie du travail de nos élus à Berne.

Pas de plaintes

Aucun avionneur ne s’est plaint, ils connaissaient tous l’objectif des essais, le cahier des charges et la méthode d’évaluation et les ont acceptés. Il n’y a ce jour aucune plainte déposée.

Étrangement les critiques reprises dans l’article sont similaires à celles d’un cadre d’Airbus, faites-en automne dernier. Ces accusations n’engageaient que sa personne et Airbus s’est depuis distancé de ces propos.

Politique

Dans le premier volet on laisse croire que la France aurait voulu faire pression sur la Suisse à travers les recettes fiscales des frontaliers. Ce faisant, on peut penser à une forme de chantage. C’est faux, cette approche n’a pas été prise en compte et il s’agit uniquement d’une maladresse politique qui n’a pas de conséquence pour nos deux pays. D’ailleurs des systèmes d’armes français sont aujourd’hui en évaluation chez armasuisse en vue de futurs choix.

Transparence

Contrairement à l’article, si le travail d’évaluation n’avait pas été correctement fait et rendu transparent (pour les données qui le peuvent) jamais le projet n’aurait pu obtenir une distinction dans un projet de leadership international d’IPMA World Congress.

 

Conclusion

Méconnaissance du dossier dans son ensemble (déroulement, dates), approximations faites sur la base de « On dit ». Affirmations non vérifiées et avancées sur des point qui diffèrent d’un pays à l’autre. Nous avons dans cet article non pas de l’information, mais bien de la désinformation. Il semble bien d’ailleurs que certains lecteurs ont beaucoup de mal à repérer cette dernière, d’autres s’en accommodent bien volontiers.

Liens : 

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2021/08/30/les-couts-...

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2021/12/04/le-f-35-a-...

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2021/11/12/f-35-le-ch...

 

Maldivian commande des  ATR !

AFFICHE_03-scaled.jpeg

La compagnie nationale des Maldives, Island Aviation Services Ltd (Maldivian), a passé commande pour deux ATR 72-600 et un ATR 42-600. Les trois avions seront livrés courant 2022.

Ces ATR 72-600 et ATR 42-600 seront équipés des nouveaux moteurs PW127XT, permettant de réduire de 3% la consommation de carburant et de 20% les coûts de maintenance, ainsi que d’utiliser des carburants d’aviation durables (SAF). Tout comme pour l’avionneur, le développement durable est une préoccupation majeure pour la compagnie aérienne. Les ATR sont déjà les appareils avec la plus faible consommation de carburant et les émissions de CO2 les plus basses parmi les avions régionaux. Ainsi, un ATR 72-600 consomme jusqu’à 40 % de carburant de moins qu’un jet régional de même capacité.

Maldivian s’allie à ATR pour contribuer au développement économique de l’archipel. Cette initiative vient compléter la politique de mobilité aérienne du Gouvernement des Maldives, et permet à Maldivian d’offrir une meilleure connectivité au sein des Maldives.

Pratt & Whitney Canada PW127XT

L’avionneur ATR est le premier a doté ses appareils du PW127XT pour sa gamme d’avions ATR 42 et 72. La nouvelle série de moteurs bénéficie des derniers matériaux et technologies disponibles sur le marché, permettant une efficacité de niveau supérieur et un temps supplémentaire (XT) sur l'aile pour ses avions. Le moteur établit une nouvelle norme en matière de durabilité et d'économie d'exploitation dans l'aviation régionale. Le PW127XT offre une amélioration de 3 % du rendement énergétique grâce à la technologie d'injection. Le moteur est compatible avec les carburants d'aviation durables (SAF), conformément à l'objectif d'ATR de 100 % de compatibilité SAF d'ici 2025 et aide les clients d'ATR à tenir leurs engagements en matière de développement durable pour atteindre une aviation à zéro émission d'ici 2050.

L’ATR 72

L'ATR 72 a été officiellement lancé en janvier 1986, la première livraison ayant eu lieu en octobre 1989 pour le transporteur finlandais Finnair. Le programme a été lancé avec l'ATR 72-200 avant l'introduction de l'ATR 72-500 (avec American Eagle. L'ATR 72-600 a été lancé en 2009 et est entré en service chez Royal Air Maroc en 2011.

Depuis plus de 30 ans, la popularité croissante de l'ATR 72 auprès de nos clients et de nos opérateurs témoigne de la qualité de nos avions et des innombrables innovations qu'il a connues au fil des décennies. Sa polyvalence opérationnelle, son éco-efficacité et sa rentabilité inégalée.

Photos : ATR 42 et 72 aux couleurs de Maldivian @ ATR Aircraft

 

 

17/01/2022

Au revoir « Buffalo » !

DSC_1990.jpg

 

 

La Royal Canadian Air Force (RCAF) a effectué le dernier vol opérationnel avec le CC‑115 Buffalo (DHC-5) le 15 janvier dernier. Dorénavant, c’est la flotte d’Airbus CC-295 « Martin-pêcheur » qui reprend les missions de sauvetage.

C’est l’escadron 442 de transport et de sauvetage, basé à la 19e Escadre Comox, en Colombie‑Britannique  qui a eu l’honneur de voler une dernière fois l’avion. Pour ce dernier vol, l’avion a effectué une mission dans le cadre d’un exercice de recherche et de sauvetage aérien. L’exercice comprenait des sauts en parachute de techniciens en recherche et sauvetage et le parachutage d’équipements d’urgence alors que l’aéronef se rendait à certains endroits autour de l’île de Vancouver.

Le CC-115 « Buffalo »

Le  CC-115 « Buffalo » est la version militaire du Havilland Canada DHC-5 turbopropulseur de transport utilitaire à décollage et atterrissage courts (STOL) développé à partir de l'ancien DHC-4 « Caribou » à pistons. L'avion a des performances STOL extraordinaires était capable de décoller sur des distances beaucoup plus courtes que même la plupart des avions légers ne peuvent le faire.

Le Buffalo est né d'une exigence de l'armée américaine en 1962 pour un transport STOL capable de transporter la même charge utile que l'hélicoptère CH-47A « Chinook ». De Havilland Canada a basé sa conception pour répondre à l'exigence sur une version agrandie de son DHC-4 « Caribou », déjà en service à grande échelle avec l'armée américaine, qui sera propulsé par des turbopropulseurs General Electric T64 plutôt que par le Pratt & Whitney R-2000 moteurs à pistons du Caribou.

Le design du DHC-5 a été choisi comme vainqueur du concours de l'armée américaine au début de 1963, avec quatre DHC-5, désignés YAC-2 (plus tard CV-7A puis C-8A) commandés. Le premier de ces appareils a effectué son vol inaugural le 9 avril 1964. Les quatre avions ont été livrés en 1965, le Buffalo transportant près de deux fois la charge utile du « Caribou » tout en ayant de meilleures performances STOL. Le prototype CV-7A a été exposé par le constructeur au salon du Bourget de 1965 portant les inscriptions de l'US Army. Aucune autre commande américaine n'a suivi, cependant, car au début de 1967 (voir l'accord Johnson-McConnell de 1966), la politique interservices a conduit au transfert de grands transports à voilure fixe à l'United States Air Force qui considérait eux-mêmes équipés de manière adéquate avec le fournisseur Fairchild C-123. En 1974, lorsque la société a constaté une demande continue pour le Buffalo, elle a commencé la production du DHC-5D amélioré. Les moteurs plus puissants de ce type permettaient des masses opérationnelles plus élevées et des performances de vol globales améliorées. La production de Buffalo a pris fin en 1982. Le dernier d'un total de 122 exemplaires construits n'a été livré qu'en avril 1985.

Les opérateurs civils ayant également manifesté leur intérêt, de Havilland Canada a développé la version DHC-5E, qui a reçu la certification de type canadienne en 1981. Essentiellement similaire au Buffalo militaire, le DHC-5E peut accueillir 44 passagers en configuration standard. L'intérieur pouvait être changé rapidement pour les vols cargo et VIP. De son côté la RCAF a reçu 6 CC-115 « Buffalo » en 1970 pour ses unités de recherches et sauvetage.

aae_cc-115_buffalo635846542956392808.jpg

Photos : CC-115 « Buffalo » @ RCAF

16/01/2022

Les Philippines commandent 32 S-70i « Black-Hawk » !

2143940804.jpg

Les Philippines confirment l’achat de 32 hélicoptères S-70i « Black Hawk » auprès de la filiale polonaise de Sikorsky Aircraft PZL Mielec pour renforcer la flotte existante de 12 appareils. L’annonce a été officialisée ce dimanche par le ministre de la défense du pays. 

Le secrétaire à la Défense, Delfin Lorenzana, a déclaré qu'un avis d'attribution avait été publié le 28 décembre pour l'achat d'hélicoptères neufs dans le cadre d'un projet comprenant un soutien logistique et un programme de formation pour les pilotes et l'équipe de maintenance pour un coût de 624 millions de dollars. Le contrat était en cours de rédaction, la livraison des cinq premières unités étant prévue en 2023. Les autres seront livrés en trois lots, 10 unités en 2024, 10 unités en 2025 et 7 unités en 2026.  

Le Sikorsky S-70 

Le Sikorsky S-70i est un dérivé des versions MH-60 destiné à l’exportation. La nécessité d'une plate-forme d'un tout nouveau Black-Hawk. Le HAWK «M» a émergé durant les années 1990 avec l'obligation de mettre à jour l’avionique analogique des UH-60A et UH-60L avec un cockpit numérique intégré, des commandes de vol numériques doublées et des moteurs plus puissants et des améliorations structurelles. Conçu par Sikorsky est doté d’une interface de Lockheed-Martin, le S-70i (MH-60) représente l’évolution des versions précédentes, grâce aux leçons apprises durant les différents déploiements et durant les nombreuses opérations de ces dernières années. Cette nouvelle version permet un engagement multi-missions en utilisant un équipage de trois personnes.

Photo : S-70i « Black-Hawk » @ PZL-Mielec

15/01/2022

La Malaisie réceptionne ses MD530G !

Malaysia Looking Down-1.jpg

Le ministère malaisien de la Défense a réceptionné ses 6 hélicoptères MD 530G Light Scout Attack chez le constructeur. Les aéronefs vont maintenant être transférés en direction de la Malaisie.

Rappel

C’est en février 2016 que la Malaisie est devenue le client de lancement de l’hélicoptère MD Helicopters MD530G, avec une commande de six exemplaires dotés d’un armement complet. Le dossier a été longuement retardé notamment à cause du COVID, la livraison aurait dû être effectuée il y trois ans déjà.

Dans le cadre du contrat, huit pilotes et neuf mécaniciens du 881e régiment de l'aviation de l'armée malaisienne ont suivi une formation aux opérations d'armement avancé et de point de ravitaillement (FARP) dans l'ouest du Texas. 

Le MD530G malaisien

Le MD530G pour la Malaisie continue d'élever la barre des performances avec l'intégration du capteur Wescam L3 MX10D et du système de gestion des armes Pathfinder Ares de Tek Fusion. Ces systèmes intégrés sont utilisés pour prendre en charge les modules Dillion M134 Mini Gun, FN Herstal Heavy Machine Gun et Rocket Machine Gun, ainsi que des roquettes de 2,75 pouces (guidées et non guidées). L'aéronef offre un soutien rapproché de jour comme de nuit, ainsi qu'une capacité de reconnaissance exceptionnelle.

Le MD530G : 

Le premier vol de cette nouvelle version du MD530 date de 2013, le MD530G dispose d'un poids plus élevé de 3.75t au décollage et une vitesse de pointe de plus de 240 km/h. L'hélicoptère MD 530G d’attaque est le dernier d'une lignée, qui couvre plus de 50 ans d’aéronefs spécialisés dans l’attaque légère et la reconnaissance. Avec l'intégration de systèmes embarqués qui comprennent un système de gestion de magasins, un capteur infrarouge avant et une suite de communication de pointe, le MD Helicopters a évolué en une plate-forme éprouvée, pour assurer le commandement du champ de bataille et la coordination de contrôle pour l'exécution réussie de l'attaque et de la reconnaissance et des missions de sécurité. Cette version est issue du célèbre MD530F.

3879922348.jpg

Photos : 1 Les MD530G malaisiens 2 MD530G @ MD Helicopters