03/10/2021

Des Piaggio P180 additionnels pour l’armée de l’air italienne !

P180_APERTURA.jpg

Le Ministère de la Défense italien a signé hier l'acquisition de six avions Piaggio P180 (VC-180) pour l’armée de l’air. Le contrat est estimé à une valeur de 171 millions d'euros.

Le Piaggio P-180 (nommé VC-180 au sein de l’aeronautica militare ) est un avion à hélices bi-turbine extrêmement polyvalent utilisé par l'armée de l'air italienne pour l'exécution de diverses tâches institutionnelles. Il est notamment utilisé par le Multi Crew Training Center (CAE Multicrew) pour la formation et la formation des Pilotes Militaires destinés aux lignes de transport de l'AM, par le 14° Stormo pour l'activité de Mesures Radio et par le 31° Stormo pour les besoins de la Direction de la Protection Civile. Orienté vers le marché Executive, le P-180 est extrêmement bien conçu car il offre les performances d'un avion à double flux de la même catégorie mais avec l'économie des turbopropulseurs. Le concept inspirant du projet est la recherche d'une efficacité maximale soulignée avant tout par les lignes fluides particulières du fuselage et par le profil du nez avec une forme continue et de grandes surfaces vitrées. La configuration propulsive avec les hélices de poussée garantit à l'avion de faibles niveaux de bruit dans la cabine. L'avion offre la possibilité de pratiquer la conduite de vol asymétrique et permet de passer d'une conduite de base à une utilisation pleinement opérationnelle, grâce à l'utilisation des multiples systèmes automatisés embarqués.

Photo : VC-180 @ AM

Air2030 : Attention aux « Fake News « !

D889 (1).jpg

La bataille en vue de seconde votation sur l’achat du futur avion de combat a déjà commencé, de fausses informations circulent dans les médias à ce sujet. Il s’agit pour les opposants aux avions de combat, peu importe le modèle, de maintenir une suspicion sur le sujet et de gagner un peu plus de signataires pour le référendum. Pour ce faire, des parlementaires approchent les journalistes en tentant de donner des « scoops ». Sans remettre en cause le professionnalisme des journalistes, certains se laissent prendre dans les filets, tout comme certains internautes.

Décryptage des dernières Fake News :

 

Le 21 septembre, journal Le Temps : « L’Inflation pourrait rendre le F-35 américain plus coûteux »

Cette affirmation est trompeuse, Le DDPS acquiert les avions par l’entremise du programme américain Foreign Military Sales (FMS) aux conditions qui s’appliquent à l’État américain. Ce dernier gère l’acquisition à travers ses propres contrats avec les entreprises. Les prix et les conditions contractuelles y sont fixés de manière contraignante et soumis à un contrôle strict. En cas de dépassements des coûts, l’État américain interviendrait auprès du constructeur au profit de la Suisse afin de faire respecter le caractère contraignant des prix. Les coûts calculés prennent en compte une possible inflation ainsi que la taxe sur la valeur ajoutée et les frais de vieillissement. Cette manière de faire a été exécutée pour l’achat F/A-18 Hornet.  

Les 25 & 30 septembre, le journal la Liberté et la radio  SRF ont avancé que les données sur les essais seront détruites prématurément et ceci avant que puissent avoir lieu les débats politiques et les examens éventuels sur l’achat de l’avion aux Chambres Fédérales.

Le DDPS ne restituera pas les données classifiées du point de vue militaire avant la signature du contrat pour l’acquisition du F-35A, ce qui signifie que cela n’interviendra qu’après les délibérations parlementaires et après une votation populaire éventuelle.

Il s’agit en outre exclusivement de données classifiées du point de vue militaire. armasuisse doit traiter et protéger ces données conformément aux accords relatifs à la protection des informations en vigueur passés avec les pays producteurs ou l’OTAN. Selon les termes de ces accords, les données classifiées du point de vue militaire ne peuvent en principe être utilisées que dans le but convenu, et en l’occurrence, pour l’évaluation et l’acquisition d’un prochain avion de combat. C’est pourquoi le DDPS est tenu de clarifier avec les pays producteurs des candidats écartés la manière dont il convient de continuer à gérer les données classifiées du point de vue militaire.

Pour l’ensemble des autres dossiers et données non classifiés du point de vue militaire comme les offres financières, il n’y a pas de restitution. Leur conservation et leur archivage se font selon les principes et prescriptions en vigueur. Il en va de même pour tous les autres dossiers et données ayant été établis par le DDPS dans le cadre de l’évaluation relative au prochain avion de combat.

Les délégations parlementaires et organes de contrôle compétents auront d’ici là accès à tout moment aux données, naturellement dans le respect des accords déterminants en matière de protection des informations.

Lettre déclassifiée envoyée aux quatre avionneurs sur le sujet :

 

unnamed-1.png

 

 

unnamed.png

 

Concernant les questions sur différences de coûts du F-35  (article du 30.08.21) :

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2021/08/30/les-couts-...

Photo : F-35A dans les alpes suisse @ DDPS

 

 

 

 

 

 

 

 

02/10/2021

Importante commande pour le Challenger 3500 ! 

challenger3500-800x430.png

L’avionneur canadien Bombardier a annoncé une commande ferme portant sur 20 biréacteurs d'affaires Challenger 3500 à un client qui souhaite rester confidentiel. Il s'agit de la plus importante transaction d'avions d'affaires de Bombardier en 2021, représentant une valeur de 534 millions de dollars américains, selon les prix courants.

« Cette commande importante intervient quelques jours seulement après le dévoilement du biréacteur d'affaires Challenger 3500, renforçant rapidement la suprématie de cette plate-forme sur le marché des super-intermédiaires. Le nouvel avion Challenger 3500 est parfaitement adapté pour répondre à une demande croissante de voyages d'affaires », a déclaré Peter Likoray, vice-président principal, Ventes, Avions neufs, Bombardier. « Il offre une combinaison inégalée de performances, de coûts d'exploitation avantageux, d'expérience en cabine, d'innovation et de douceur de roulement – ​​le package parfait pour les exploitants de flottes, les services de vols d'entreprise et les clients individuels, y compris ceux qui cherchent à entrer sur le marché des jets d'affaires.

Évolution de l'avion d'affaires Challenger 350 le plus vendu, le biréacteur d'affaires Challenger 3500 a été dévoilé le 14 septembre.  L'avion d'affaires Challenger 3500 devrait entrer en service au second semestre 2022.

La cabine est conçue avec pour améliorer la productivité et le confort des passagers. L’avion est doté d’une technologie de cabine qui constitue une première dans l’industrie, de fauteuils révolutionnaires et d’un intérieur somptueux, redéfinissant le confort avec sa position zéro gravité unique, le fauteuil Nuage breveté constitue une première dans l’architecture des fauteuils de l’aviation d’affaires depuis 30 ans. Les sièges ont également été façonnés pour permettre au passager de courber les pieds en dessous. Le divan est équipé de tiroirs coulissants à chaque extrémité qui peuvent être utilisés pour ranger des boissons et des collations. La partie cuisine a été redessinée en y incorporant des caractéristiques telles qu'un refroidisseur à vin transparent et un support en cristal présenté à l'embarquement des passagers. L'espace de travail a été modifié pour permettre à une grande machine à expresso avec un four, d’être installés. 

Le système de gestion de la cabine intègre de nouvelles fonctionnalités telles que des commandes à commande vocale pour l’ensemble des systèmes, de l'éclairage au son et aux médias pouvant être lus sur des écrans 4K de 24 pouces. L'activation vocale fonctionne via une application CMS sur les appareils personnels des passagers. Le système audio est également emprunté au Global 7500 avec optimisation du son, peu importe la position des passagers. 

Les ingénieurs de Bombardier ont abaissé l'altitude de la cabine de 2’000 pieds, à 4’850 pieds, au niveau de vol FL410, marquant une amélioration de 31 %. Le passager souffre moins de l’altitude et se retrouve moins fatigué après un long vol. 

Des innovations éco-responsables :

Bombardier des application écologique développée par SITA, afin de permettre aux équipages d'optimiser les plans de vol afin de réduire la consommation de carburant. Des matériaux plus durables dans les finitions de la cabine incluant les placages d'eucalyptus, qui poussent plus vite et nécessitent moins d'eau. D'autres exemples sont l'utilisation de laine et de polyesters « recyclés » qui sont récupérés des processus de fabrication. D'autres encore sont en cours d'évaluation comme l'utilisation du lin et du chanvre dans les matériaux. 

Le Challenger 3500 est au prix catalogue de départ de 26,7 millions de dollars. 

500749299.jpg

Photos : 1 Challenger 3500 2 Cockpit @ Bombardier

01/10/2021

L''Inde prépare l’arrivée de l’hélicoptère « Dhruv » MK III !

Coastal-security-ALH-LHS-view.jpg

Le Département de la Défense a approuvé la commande d’un premier lot de 32 hélicoptères ALH « Dhruv » Mark III de sécurité côtière en 2017. Mais des retards dû au COVID ont retardés les premières livraisons. Les premiers appareils Advanced Light Helicopter ALH « Dhruv » MKIII destinés à la sécurité côtière devrait être livré prochainement à la marine indienne (IN) et à la garde côtière indienne (ICG).

L'armée indienne et l'armée de l'air ont introduit des versions ultérieures de l'ALH Mk-I plus anciennes ave un cockpit conventionnel et une motorisation Turbomeca TM 333 2B2. Le standard MkIII comprend un cockpit entièrement doté d’écrans EFIS avec le système d'affichage d'architecture intégré (IADS) de HAL, des moteurs «Shakti» (Safran Ardiden 1H1) plus puissants et une multitude de nouveaux systèmes intégrés par le centre de recherche et de conception de l'aile rotative de HAL ( RWRDC).  Pour son rôle de sécurité côtière, l'hélicoptère dispose d'un radar de surveillance monté sur le nez avec une couverture de 270 degrés qui peut détecter, classer et suivre plusieurs cibles marines ; il dispose de fonctions de radar à ouverture synthétique, de radar à ouverture synthétique inverse et de classification d'indication de cible mobile, y compris le mode météo. Il existe également une nacelle électro-optique (EO) multispectrale pour la reconnaissance, la surveillance, l'acquisition d'objectifs et la télémétrie avec une poignée de commande escamotable côté copilote.

Les autres caractéristiques comprennent une unité de soins intensifs médicale amovible pour le rôle d'ambulance aérienne; projecteur haute intensité, porte-voix, mitrailleuse de 12,7 mm), un système d'alerte de trafic et anticollision, système de communication V/UHF avec modem de données, IFF Mk-XII avec transpondeur Mode S, automatique système d'identification, émetteur de localisation d'urgence déployable automatiquement, enregistreur vidéo numérique à semi-conducteurs, système de ravitaillement sous pression, un  treuil de sauvetage électrique avec panier de sauvetage pour double levage (250 kilogrammes/ 550 livres), poignée de commande (mini-manche winchman) dans la cabine pour le sauvetage air-mer, et mise à niveau de l'IADS et du logiciel du système de contrôle de vol automatique.

Un tel ensemble de systèmes n'était jusqu'à présent prévu que sur des hélicoptères polyvalents plus lourds de la marine indienne. Par ailleurs, six des 16 Mk-III ALH navals doivent être équipés d'un sonar d'immersion à basse fréquence (LFDS) indigène développé par le Naval Physical and Oceanographic Laboratory basé à Kochi. Les unités du sonar sont produites par la société d'État Bharat Electronics Limited avec une multitude de sous-fournisseurs en aval. Au début de cette décennie, la marine avait proposé un ALH naval Mk-I comme banc d'essai pour les essais de développement du LFDS.

Photo : ALH « Dhruv » MkIII @ HAL