17/02/2019

Début de production pour le Gripen E !

20181112-en-3115716-1.jpg

L’avionneur suédois Saab avance, selon les prévisions de son programme Gripen E. Le directeur général, Hakan Buskhe, a révélé qu'il avait lancé la production en série du chasseur au début de cette année.

S'exprimant lors de la présentation des résultats annuels le 15 février, M. Buskhe a déclaré que l'avancement du programme avait été réalisé "dans la première semaine de janvier". Saab est sous contrat pour produire 60 exemplaires de la nouvelle génération de la famille « Gripen » de type E/F pour l'armée de l'air suédoise (E) et 36 exemplaires des modèles (E/F) en partenariat avec Embraer pour le Brésil.

Après les premières livraisons prévues aux deux clients avant la fin de l'année, le Gripen E devrait être disponible en Suède à partir de 2021, selon l'administration du matériel de défense JVM de Stockholm. La capacité opérationnelle initiale a déjà été définie pour 2023.

brazilian-gripen plant_1502.jpg

Des lots additionnels pour le Brésil et la Suède :

Pendant ce temps, M. Buskhe confirme: "Nous sommes en discussion sur un prochain lot pour le Brésil" et suggère que les achats subséquents pourraient être avancés vers 2021 ou 2022. Le Brésil désire acheté un total de 120 Gripen E/F.

De son côté, le commandant de l'armée de l'air suédoise a également indiqué récemment que son service était intéressé par l'acquisition de 60 Gripen E supplémentaires.

Collaboration avec le Brésil :

L’année dernière, le programme brésilien « Gripen » a été productif, avec plusieurs étapes importantes. Le premier avion brésilien est en production finale à Linköping.  La mise en place effective des résultats importants du développement conjoint des Gripen E et F à Linköping et du Réseau de conception et de développement Gripen (GDDN), dans l’État de São Paulo, au Brésil.

Depuis le début du programme de transfert de technologie en octobre 2015, plus de 120 ingénieurs brésiliens ont participé à des formations théoriques et pratiques sur le tas en Suède dans plusieurs disciplines techniques liées au développement, à la production et à la maintenance de l'aéronef. Ces ingénieurs sont rentrés au Brésil et la plupart d’entre eux travaillent actuellement pour le RDG.

Au total, plus de 350 spécialistes brésiliens (ingénieurs, techniciens et opérateurs d'assemblage) seront formés en Suède jusqu'à la fin du programme de transfert de technologie, qui comprend plus de 60 projets de compensation. Dorénavant, la «formation en cours d’emploi» en Suède sera axée sur les essais en vol, la vérification et la production.

Aujourd'hui, 115 ingénieurs brésiliens et 18 expatriés suédois travaillent dans le GDDN. Ils participent aux travaux de développement du Gripen E/F dans des domaines tels que les systèmes de véhicules, l'ingénierie aéronautique, la conception de cellules, l'installation de systèmes, l'intégration de systèmes, l'avionique, l'interface homme-machine et les communications.


Proche d’un accord sur le Tempest ?

L’avionneur suédois a laissé entendre que la société serait sur le point de se joindre aux efforts du système britannique de combat aérien pour le futur (FCAS). Le directeur général de la société, Hakan Bushke, a déclaré aux investisseurs que la société avait eu «des discussions fructueuses» avec le Royaume-Uni. Il a déclaré que toute stratégie de coopération relative à un futur programme devrait «construire notre capacité, pas le vider. Si cela devrait se concrétiser, la Suède deviendrait le second partenaire des anglais de BAe Systems, après les Italiens de Leonardo.

 

2583336977.jpg

Photos : 1 & 3 Gripen E de présérie 2 Chaine de fabrication @ Saab

15/02/2019

Double tirs de METEOR pour le Rafale !

meteor-rafale-20190215.jpg

Le ministère français des Forces armées a annoncé qu'un chasseur Rafale M de la Marine nationale avait tiré pour la première fois un missile air-air METEOR le 13 février dernier en parallèle à un autre tir effectué par l’Armée de l’air.

L’essai, qui s’est déroulé dans une zone de tir et d’essai dans le sud de la France, a été confié à des experts de la DGA, du Centre d’expérimentation pour la pratique de l’aviation navale de la marine française (CEPA 10). Le Rafale Marine utilisé pour le test était au standard M F-3R livré en décembre 2018.

Le Meteor : 

Le missile METEOR produit par le MBDA  alimenté par statoréacteur est destiné à des missions de défense aérienne. Il va intercepter des cibles à très longue portée. Produit conjointement par l’Angleterre, la France, l’Italie, l’Espagne et la Suède, il est doté d’une zone d'interception assurée nettement supérieure à celle des missiles de même gamme actuellement en service.

Il sera prioritairement réservé aux missions d'interception à grande distance, au-delà de la portée optique (BVR) de tout type d'aéronefs. Son utilisation sera privilégiée pour les cibles de haute valeur telles que l'attaque à plus de 100 km d'avions radar ou de ravitailleurs.

Ce missile doit pouvoir assurer une efficacité de destruction à des distances aujourd'hui encore importantes, de l'ordre de 50 Nm (entre la cible et l'avion tireur au moment de l'impact). 

A cette fin, le système d'arme comporte :

 

  1. Un radar de bord qui doit fournir des informations précises sur la cible avant le départ du missile, et une liaison de données de type Link16 assurant les mêmes fonctions en retransmettant vers l'avion tireur les informations d'un capteur porté par un autre aéronef 

 

  • Des systèmes d'identification des cibles à des distances compatibles avec la portée du missile.
  • Une manœuvrabilité suffisante du missile dans toutes les phases de vol, pour toutes les distances de tir, qui doit lui assurer une grande probabilité de destruction des cibles. 

La propulsion de ce missile est également un défi technologique du fait du concept retenu : celui d'un statoréacteur. Ce statoréacteur à propergol solide et à poussée régulée (Throttleable Ducted Rocket ou TDR) dans sa phase de croisière comporte un accélérateur à poudre intégré dans la chambre de combustion, ce qui permet de donner une impulsion initiale suffisante pour atteindre une vitesse compatible avec le fonctionnement du statoréacteur.

La capacité européenne :

L’Europe peut se targuer de disposer de trois avions de combat qui dans leur standard respectif le plus élevé, soit le Rafale F-3R, l’Eurofighter DA7 tranche 3 et le Gripen E & C/D sont à la pointe de la technologie de demain. Ces trois appareils disposent également de ce qui se fait de mieux en matière de missile de nouvelle génération, le METEOR.

Meteor-em-Rafale-naval-foto-MBDA.jpg

Photos : 1 Tir du Meteor depuis un Rafale M Rafale M doté du Meteor @ SIRPA

14/02/2019

Airbus stoppe la production de l’A380!

 

0B81DCAE-44E1-4B74-9866-996E944DA656.jpeg

 

Ce matin, il n’y pas eu de miracle, l’avionneur européen a annoncé qu’il allait mettre fin à la production de l’A380. Cette décision difficile, fait suite à l’annulation de la compagnie Emirates d’une lettre d’intention en vue de l’acquisition de 12 A380 supplémentaires. Les livraisons de l’A380 vont s’arrêter en 2021.

Adaptation de la flotte d’Emirates :

Le transporteur Emirates a donc décidé d’adapter ses commandes en vue de l’évolution du marché en réduisant le nombre d’A380 au profit  de 40 A330neo et 30 A350WRG.Soit une commande qui avoisine  les 21,4 milliards de dollars.

Une situation complexe pour l’A380 :

Je l’écrivais dans un article précédent, la viabilité du programme A380 était en mode survie depuis un certain temps du fait de la faiblesse des ventes. Les difficultés du « Super Jumbo » d’Airbus trouvent leurs justifications par les fait que la situation du trafic aérien n’est pas la même que lors du lancement du B747 de Boeing. Difficile à remplir pour les compagnies aériennes, problèmes d’infrastructures pour de nombreux aéroports pour son accueil, l’A380 n’a pas séduit. Pourtant l’avion ne manquait pas d’atouts, un confort exceptionnel pour les passagers et une ergonomie très appréciée des pilotes. Pour avoir eu l’occasion de le tester un simulateur, l’avion se pilote extrêmement facilement, il est intuitif, agréable. 

Les bonnes nouvelles qui ne viendront pas :

Un double espoir persistait encore avec l’hypothétique commende d’Emirates et l’intérêt du groupe IAG, mais faute d’un accord sur le prix avec ce dernier. Le couperet est tombé.

L’avion qui fait rêver :

Pour autant l’A380 vieux de ses 12 ans continuera de faire rêver, sa taille, son élégance vont continuer à faire lever les yeux au ciel. La cabine spacieuse et silencieuse, le roulement doux et le plus confortable ont fait de l’A380, le favori des passagers d'aujourd'hui, entraînant des facteurs de charge plus élevés partout où il vole. L'A380 est le plus gros avion du monde, avec deux ponts complets, offrant des sièges plus larges, des allées larges et plus d'espace au sol.

 

FABAD2BB-2A3F-438A-AB4A-A4DE6426A510.jpeg

Photos : 1 A380 ANA 2 Prototype A380 @ Airbus

13/02/2019

La Grèce prépare l’achat de Sikorsky MH-60R !

2200665112.jpg

La Grèce prépare l'acquisition d'hélicoptères maritime multi-mission Sikorsky MH-60R « Seahawk » afin d'augmenter et de remplacer les plates-formes actuelles, a annoncé le gouvernement du pays le 12 février dernier.

La marine hellénique envisage d'acquérir 4 MH-60R venir compléter sa flotte de 11 hélicoptères Sikorsky S-70B-6 et remplacer sept hélicoptères Agusta-Bell AB-212 de guerre anti-sous-marine (ASW) qui sont toujours en service mais sont sur le point de prendre leur retraite.

Les hélicoptères seraient achetés aux États-Unis dans le cadre du programme Foreign Military Sales (FMS) et sont sollicités dans le cadre d'un marché plus vaste approuvé au début janvier par le Conseil des chefs d'état-major des forces armées helléniques (SAGE) qui comprend également l’acquisition de nouvelles torpilles lourdes.

Le MH-60R «SeaHawk» :

La version MH-60R et le dernier développement du SH60-SeaHawk destiné à la lutte anti-sous-marine et de bâtiments de surface. Il remplace et reprend l’ensemble des missions actuellement dévolues aux actuels SH-60B et SH-60F. Conçu par Sikorsky est doté d’une interface de Lockheed-Martin, le MH-60R représente l’évolution des versions précédentes, grâce aux leçons apprises durant les différents déploiements et durant les nombreuses opérations de ces dernières années. Cette nouvelle version permet un engagement multi-missions en utilisant un équipage de trois personnes.

Outre, l’attaque de navires et de sous-marins, le MH-60R est susceptible de remplir l’ensemble des missions secondaires telles que : la recherche et le  sauvetage (SAR), le  ravitaillement vertical, le soutien aux incendies de surface, l’évacuation médicale (MEDEVAC)  ainsi que le relais des communications.

Lockheed-Martin qui est responsable de l'intégration numérique de poste de pilotage de l'hélicoptère, du radar multi-mode, du sonar acoustique à longue portée et l’adjonction d’une caméra infrarouge. Le MH-60R dispose également d’une architecture électronique permettant de protéger l’aéronef contre les menaces missiles. 

1841978860.jpg

Photos :le MH-60R « Sea Hawk » @ Sikorsky

12/02/2019

Kopter Group prépare la production du SH09 !

kopterp1.jpg

Le Kopter Group ex Marenco Swisshelicopter a débuté la construction d'un nouveau bâtiment de pré-assemblage de 66 000 mètres carrés à son siège de Mollis, en Suisse. La construction devrait commencer au troisième trimestre et les installations devraient être pleinement opérationnelles en 2021.

Le nouveau bâtiment abritera la production de composants dynamiques tels que les pales de rotor, les boîtes de vitesses et les têtes de rotor, ainsi que des bancs d'essai et un entrepôt central. Les installations existantes de 13800 mètres carrés de Kopter seront utilisées pour l’assemblage final de l’hélicoptère SH09 et des bureaux administratifs.

Les nouvelles installations combinées de Mollis constitueront le centre de la société pour la production, l’assemblage, les essais en vol, la formation et la maintenance de l’hélicoptère SH09. La société s’attend à ce que la production d’hélicoptères augmente progressivement jusqu’à 50 unités par an à Mollis au cours des cinq prochaines années et à la fabrication de 150 sous-ensembles supplémentaires destinés à l’assemblage final dans les installations prévues pour les États-Unis et l’Asie.

Selon Kopter, la croissance projetée devrait permettre de passer de 100 à 400 employés d'ici cinq ans. Le directeur du groupe Kopter, Andreas Löwenstein, a déclaré que cette nouvelle installation "nous permettra de travailler dans les meilleures conditions et de servir nos clients dans le monde entier"

Le SH09 Skye : 

L'aéronef est capable de transporter une cargaison de 1,3 tonne. Il peut atteindre une vitesse 269 km/h et dispose d’une autonomie de vol de 800 km. Concernant l’équipement du SH-09, l’appareil est motorisé par une turbine Honeywell HTS900-2 de 1000SHP, mais le constructeur espère pouvoir offrir un choix plus large de motorisation pour ses futurs clients. Question avionique l’appareil est doté d’un équipement du fournisseur français SAGEM Cockpit Display Systems (ICDS), le cockpit est entièrement numérique, compact et léger, le système d'affichage est intégré et offre une parfaite connaissance de la situation, renforçant ainsi le niveau de sécurité. Le rotor est à cinq pales, sans roulement et l’appareil est pourvu d’un rotor arrière de type «fenestron» offrant une diminution de bruit et une plus grande sécurité.

Pour le constructeur, le Sky SH09 aura un cycle d’entretien réduit, un faible niveau de vibration et ceci grâce aux matériaux composite ainsi qu’un excellent aérodynamisme qui offrira une très grande visibilité. L’appareil pourra être très flexible et remplir des missions multirôle que doivent remplir plusieurs aéronefs à l’heure actuelle.

3476142170.jpg

Photo :Sky SH09 @ Kopter Group