15/06/2018

La tension monte avec la livraison de F-35 à la Turquie !

F-35-Lightning-II-vol_LM.jpg

L’avionneur américain Lockheed-Martin prévoit de livrer officiellement le premier F-35A « Lighting II » à la Turquie lors d'une cérémonie à Fort Worth, au Texas, le 21 juin prochain et ceci, en dépit des protestations des législateurs et des diplomates américains.

Le F-35A restera aux États-Unis jusqu'à ce que les pilotes turcs soient formés pour piloter l'avion, après quoi il sera envoyé en Turquie.

Une fronde qui se renforce :

Cependant, les représentants américains et les sénateurs se sont opposés à ce que la Turquie reçoive le chasseur furtif à la pointe de la technologie après que le pays a signé un contrat avec la Russie pour acheter le système sol-air Almaz-Antey S-400 « Triumf », l'un des plus sophistiqués du monde et de part la politique menée actuellement par le pays. En effet, les législateurs et les fonctionnaires du Département d'État se sont également plaints du mépris du président turc Recep Tayyip Erdoğan en ce qui concerne la primauté du droit, la diminution des libertés individuelles, la consolidation du pouvoir et les décisions stratégiques, ainsi que les opérations de guerre en Syrie contre les forces kurdes.

Un nouvel effort est apparu ces dernières semaines au sein du Sénat et de la Chambre des représentants des États-Unis pour bloquer le transfert de l'avion à la Turquie à moins que le pays refuse d'acheter le système anti-aérien S-400 et modifie sa stratégie politique.

De son côté, la Turquie à menacé au moi de mai dernier de se tourner en direction du Sukhoi Su-57 (article avia news du 28.5.18).

La Turquie, alliée de l'OTAN a commandé 100 F-35A. Le premier lot de 14 appareils est déjà payé. Au total, 30 F-35A devraient être livrés à l'armée de l'air turque d'ici la fin de 2022.

A noter que pour l’instant, la Maison Blanche n’a pas encore pris position et se mue dans un silence assourdissant.

Photo :F-35A @ Lockheed-Martin

 

14/06/2018

Taïwan va remplacer ses hélicoptères MD500 !

H500M ASW 6912 Taiwan Navy Taoyuan, Taiwan 14 Aug 04 (Morgan Liu).jpg

L’île de Taiwan a lancé nouveau un plan visant à remplacer sa flotte vieillissante d'hélicoptères Hughes MD 500. Le ministère de la Défense nationale de Taiwan a déclaré que le ministère souhaitait que les nouveaux hélicoptères embarquent sur les nouvelles frégates qui entreront en service avec la marine de la République de Chine (ROC) d'ici 2025.

Premier essais :

Taipei a d'abord évoqué l'idée de l'acquisition d’un nouvel hélicoptère en 2015. Le plan a été mis de côté en raison de «considérations de coûts», mais le nouveau rapport suggère que le gouvernement américain est prêt à baisser le prix de sont offre.

Le MH-60 « Seahawk » en vue :

Taïwan a déjà fait son choix et va opter pour le Sikorsky MH60M « Seahawk ». L’appareil viendra compléter une flotte déjà composée de 18 Sikorsky S-70C (M), achetés par le biais de ventes commerciales en deux lots en 1990 et 1997. Ces appareils montrent maintenant aussi des signes de fatigue et les systèmes de bord date. Le nouveau MH-60 donnerait à la marine de nouvelles performances et capacités offensives.

Par ailleurs, l'administration Trump a resserré ses relations avec Taipei et cherche à vendre pour 1,4 milliard de dollars d'armes.

Le MH-60M « Seahawk » :

2790572821.jpg

Le MH-60 est la plate-forme d'un tout nouveau «Black-Hawk» le «M» qui a émergé durant les années 1990 avec l'obligation de mettre à jour l’avionique analogique des UH-60A et UH-60L avec un cockpit numérique intégré, des commandes de vol numériques doublées et des moteurs plus puissants et des améliorations structurelles. 

La version MH-60R et le dernier développement du SH-60 «Sea-Hawk», destiné à la lutte anti-sous-marine et de bâtiments de surface. Il remplace et reprend l’ensemble des missions actuellement dévolues aux actuels SH-60B et SH-60F. Conçu par Sikorsky, il est doté d’une interface de Lockheed Martin, le MH-60R représente l’évolution des versions précédentes, grâce aux leçons apprises durant les différents déploiements durant les nombreuses opérations de ces dernières années.

Cette nouvelle version permet un engagement multi-missions en utilisant un équipage de trois personnes. Outre, l’attaque de navires et de sous-marins, le MH-60R est susceptible de remplir l’ensemble des missions secondaires telles que : la recherche et le  sauvetage (SAR), le  ravitaillement vertical, le soutien aux incendies de surface, l’évacuation médicale (MEDEVAC)  ainsi que le relais des communications.

2606893000.jpg

Le Hughes MD500 :

Les 12 MD500 ont été achetés en 1977, sous le nom de projet "Seahawk". Ils sont équipés de patins surélevés pour accueillir deux torpilles Mk 44 ou Mk 46 et sont équipés de radars de recherche RDR-1300 Bendix et de détecteurs d'anomalies magnétiques (MAD) remorqués ASQ-81C (V) 2.

Les hélicoptères MD500 ont d'abord été embarqués sur les destroyers de la classe Gearing de la Seconde Guerre mondiale, modifiés avec un pont d'envol, il y a près de 40 ans. Ils opèrent maintenant à partir des navires de guerre de classe Chi Yang, qui ont également un pont héliporté plus petit que la plupart des navires de guerre modernes. L'objectif est de remplacer à la fois la classe Chi Yang et la MD500 avec l'introduction des 15 nouvelles frégates lance missiles.

 

Photos : 1 MD500 de la marine taïwanaise @ ROC MH-60M Seahawk Cockpit @ Sikorsky

 

13/06/2018

L’Inde pourra acheter des Apache supplémentaires !

4130774129.jpg

Le Département d'Etat américain a rendu une décision approuvant une éventuelle vente portant sur un total de 6 hélicoptères supplémentaires d’attaques Boeing AH-64E BlockIII « Apache » à l'Inde. Le montant de la transaction est estimée à 930 millions de dollars. L'Agence de coopération pour la défense et la sécurité a délivré la certification pour informer le Congrès de cette éventuelle vente aujourd'hui.

Le gouvernement de l'Inde a demandé l'achat des articles suivants à l'appui d'une proposition de vente commerciale directe de six hélicoptères Apache AH-64E:

- quatorze moteurs T700-GE-701D;

- quatre radars AN/APG-78;

- quatre unités électroniques radar (REU) Bloc III;

- quatre interféromètres à fréquence radar modernisés AN/APR-48B (M-RFI);

- cent quatre-vingt missiles Raytheon AGF-114L-3 Hellfire;

- nonante missiles Raytheon AGM-114R-3 Hellfire II;

- deux cents missiles Raytheon Stinger Block I-92H;

- sept détecteurs de vision de nuit et d’acquisition de cible modernisés (MTADS-PNVS);

- quatorze systèmes de navigation inertielle GPS embarqués (EGI).

Le contrat comprend également du matériel d’entraînement comme des missiles de manipulation, munitions, transpondeurs, simulateurs, équipement de communication, pièces de rechange et de rechange, outils et équipement de test, équipement de soutien, réparation et assistance au retour, matériel de formation et de formation du personnel.

Rappel :

C’est en août 2012 que l’Inde a choisi et commandé 22 hélicoptères Apache Block III pour un montant de l’ordre de pour 1,4 milliards de dollars.

L’AH-64 E Apache Block III :

Le Bloc III est la variante la plus avancée de l'hélicoptère d'attaque. Il dispose d’une avionique et d’un système d’arme amélioré. L’appareil dispose d’une meilleure interopérabilité avec les systèmes aériens sans pilote (Drones). Ceci comprend un JTRS (Joint Tactical Radio System), de nouvelles commandes électriques, le nouveau radar de contrôle de tir Longbow block III. L’appareil dispose également d’une capacité en réseau permettant une connectivité avec l’ensemble des moyens aérien et terrestre. Question maintenance, les systèmes permettent une diminution des charges notamment en engagement.

3986145227.jpg

Photos : 1AH-64 E Block III Apache 2Viseur de casque @ Boeing

 

 

12/06/2018

Le L-159 en course pour le futur avion d’attaque léger de l’USAF !

RbB8d.jpg

C’est une surprise tardive, mais l’avionneur tchèque Aero Vodochody et son nouveau partenaire Israel Aerospace Industries font une offre pour être sélectionnés pour le programme de soutien aérien rapproché OA-X de l'US Air Force avec une version avancée du L-159 qui, selon eux, pourrait être livrée à partir de 2020.

Les deux sociétés indiquent également que, si elles sont choisies pour les besoins d'environ 350 avions, elles envisageraient de mettre en place une chaîne de production et une chaîne d'approvisionnement pour l'avion à réaction aux États-Unis.

Bien que le financement d'OA-X n'ait pas encore été convenu, le PDG de l'avionneur tchèque, Giuseppe Giordo, s'attend à ce que le Pentagone ouvre bientôt une compétition officielle et affirme que le L-159 serait le plus rentable et l’option la moins risquée.

Rappel :

L'USAF a déjà invité Textron Aviation avec le Beechcraft AT-6 et Sierra Nevada/ Embraer et l’A-29 « Super Tucano », a participer à des essais. Les responsables de l’US Air Force ont récemment manifesté un intérêt pour une alternative à faible coût en ce qui concerne les missions de soutien aérien rapproché, du moins en ce qui concerne le opérations contre des groupes terroristes ne disposant pas de défense sol-air. Une autre solution devra être trouvée pour l’appui des unités au sol qui combattent des forces protégées par des moyens de défense aérienne. Rappelons que le Textron « Scorpion » a été éliminé de la campagne initiale, soit le seul avion à réaction engagé à l'époque.

Une chance pour le L-159 ?

Pour Giuseppe Giordo, « l'USAF ne peut pas se permettre le risque de voler avec des turbopropulseurs", ajoutant: "Nous croyons que les pilotes américains doivent avoir les meilleurs atouts dans les missions de soutien aérien rapproché. Ce n'est pas un avion de développement. Il a été utilisé dans un environnement de guerre opérationnel réel et peut remplir de nombreux rôles. "

Le L-159 : 

Le siège L-159 monoplace est un avion de combat multirôle léger conçu pour une variété d’opération air-air, air-sol et des missions de reconnaissance. L'avion est équipé d'un radar « state-of-the-art » multi-mode pour les opérations tous temps, jour et nuit et peut transporter un large éventail d’armement en service au sein de l’OTAN. La configuration du L-159 peut être adaptée aux exigences spécifiques des clients.

L’avionique comprend une interface homme/machine avec Head-Up Display, des écrans couleurs. Les fonctions sont de type HOTAS.L’avion dispose d’un bus de données MIL-STD-1553 couplé à un système de navigation précis avec gyroscope laser et système de navigation GPS. L’avion dispose d’un enregistreur de vol pour les débriefings avec vidéo. Le L-159 est équiper du système de d’oxygène de type OBOGS et d’un APU (Auxiliary Power Unit) qui le rende autonome et diminue le soutien au sol.

Le pilote peurt compter sur sept pylônes pour l’armement. Le L-159 est motorisé par un turboréacteur Honeywell GA F124-100 qui lui permet d’atteindre la vitesse de 955 km/h.

354551558.jpg

 Photos :Le L-159 tchèque@ Aerovodochody

EasyJet a transporté plus de 83 millions de passagers !

605038-un-avion-d-easyjet-le-12-novembre-2012-a-l-aeroport-de-geneve.jpg

La compagnie « low cost » easyJet a publié ses statistiques de trafic passagers pour mai 2018, révélant une croissance de 8,4 % du nombre de passagers par rapport aux 12 mois précédents, et atteignant pour la première fois la barre des 83 millions de passagers transportés en un an.

La compagnie orange a connu une augmentation de capacité de 5,7 % et une augmentation de 1,5 point du coefficient de remplissage qui s’élève à 93,5 %, en comparaison aux 12 mois précédents. (Période ayant pris fin le 31 mai 2018).

L’ensemble des chiffres sont en hausse par rapport à mai 2017, le nombre de passagers augmentant de 3,7 % et la capacité de 1,7 % par rapport au même mois l’an dernier.

Alors que pour l’ensemble du réseau, le coefficient de remplissage a augmenté de +1,8% par rapport à l’année précédente, en Suisse ce taux était de +3,6%.

L’augmentation de la capacité a été en partie impulsée par des campagnes de notoriété grand public menées par la compagnie orange, et par un certain nombre de jours fériés au mois de mai dans toute l'Europe, qui ont rendu d’autant plus populaires les escapades urbaines en Italie et en Espagne, mais aussi les courtes vacances sur les plages portugaises, grecques et des Baléares.

Le mois de mai a été marqué par le mariage royal et l’opération 'Your Royal Likeness' lancée par easyJet, qui consistait à chercher les meilleurs sosies du prince Harry et de Meghan Markle, grâce à une immense campagne multimédia à travers toute l’Europe.

Une campagne locale en Suisse a été lancée en mai 2018, ciblant les familles n’ayant pas encore réservé leurs vacances d’été, le printemps étant propice à l’organisation des vacances pour juillet / août. La compagnie s’est également adressée aux voyageurs d’affaires afin de renforcer sa notoriété auprès des entreprises.

easyJet a opéré environ 48’000 vols en mai 2018 et transporté plus de 7,8 millions de passagers sur son réseau européen.

 Les statistiques passagers ci-dessus n’incluent pas les opérations depuis/vers Berlin Tegel, qui ont débuté le 5 janvier.

La compagnie comptabilise 974 annulations en mai 2018, soit l’équivalent de 2,5 % de la capacité prévue, et une augmentation de 117 annulations par rapport à mai 2017. Environ 600 d’entre elles étaient dues aux grèves en France et en Italie, et 300 autres étaient dues aux mauvaises conditions météorologiques et à des restrictions du trafic aérien.

 

Photos : A320 easyJet à Genève @ Patrice Coffrini