23/02/2018

Saab/Bombardier dévoilent le premier GlobalEye pour les EAU !

IMG_0692.JPG

 

 

L’avionneur suédois Saab et son partenaire canadien Bombardier ont dévoilé hier le premier exemplaire de l’avion de surveillance et d’alerte lointaine « GlobalEye » Airborne Early Warning & Control (AEW & C) sur le site Linköping, en Suède.

Ce premier avion est équipé et préparé pour les essais au sol et vol pour recueillir des données aérodynamiques dans le cadre du programme de développement et de production en cours. Saab produit actuellement le « GlobalEye » AEW & C, combinant la surveillance aérienne, maritime et la surveillance au sol dans une seule solution. Le « GlobalEye » combine une gamme complète de capteurs sophistiqués, y compris le puissant nouveau radar de longue portée (Erieye ER), installé sur le jet de gamme ultra-longue, le Global 6000 de Bombardier. 

Les Emirats Arabes Unis (EAU) ont passé commande pour trois appareils d’alerte précoce et de contrôle aéroporté (AEW&C) de type « GlobalEye » en novembre 2016. Le contrat d’une valeur de 1, 27 milliards de dollars a été signé avec l’avionneur suédois Saab.

3547133561.jpg

Le GlobalEye AEW&C :

Basé sur une cellule de jet d’affaires Global 6000, le « GlobalEye »Offre les plus récentes technologies, cet impressionnant biréacteur peut relier Paris à Tokyo sans escale avec huit passagers et de trois à quatre membres d’équipage (en mode jet privé). Il peut franchir 6’000 milles marins (11’100 km) à Mach 0,85 avec jusqu’à huit passagers. De son côté la Société de Défense et de la sécurité Saab a installé sa nouvelle version du système de radar Saab « Erieye ER ». Le système « Swing Role Surveillance System » (SRSS) capable de détection simultanée et le suivi des cibles multiples dans les airs, sur terre et en mer.

2854457948.jpg

Le système AEW&C « GlobalEye » dispose donc de la nouvelle version du radar « Erieye ER », le SRSS de type AESA qui offre une détection supérieur à 600 kilomètres. Les caractéristiques du système comprennent, la production d'onde adaptative (y compris la compression numérique, codées en phase d'impulsion), le traitement du signal et de poursuite de cible (TWS) tout au long de la couverture angulaire du système à l’aide de fréquences basses et moyennes. Le système permet une capacité de détection avant et en arrière du cap de l'avion.

En matière de détection maritime, le système est couplé avec le radar Selex-ES 7500E en bande I (8 à 12,5 GHz) ventral. Le « GlobalEye » est capable de détecter des navires à environ 400 km et même des contacts plus petits, comme par exemple un jet ski et des bateaux gonflables (CPCR) et un périscope de sous-marin à très longue portée au-delà des 100 nautiques miles. L’ensemble du système est capable de fonctionner dans un environnement de guerre-électronique et de cyberguerre. L’identification de piste aérienne est facilitée par un IFF Mode 5 (ou norme nationale du client).

saab,bombardier,global 6000,globalerye,avions aew&c,avions de surveillance et d'alerte lointaine,avions arcs,blog défense,aviation et défense,infos aviation,les nouvelles de l'aviation,eau

Photos : GlobalEye @ Saab

 

22/02/2018

Arrivée du T-6C pour la RAF !

876.jpg

 

La Royal Air Force a réceptionné ses deux premiers avions écoles améliorés Textron Aviation Incorporated T-6C « Texan II » sur la base aérienne de Valley.

Les deux biturbopropulseurs T-6C font partie d'une flotte de 10 avions prévus pour offrir un entraînement aux pilotes de la RAF et de la Royal Navy à partir de 2019. Leur arrivée représente un développement supplémentaire dans la livraison du système britannique d'entraînement au vol militaire UK Military Flying Training System (UKMFTS). L'UKMFTS est un partenariat entre le ministère de la Défense du Royaume-Uni et Ascent Flight Training Ltd, qui remplacera le système actuel de formation au pilotage militaire par un système de formation moderne mieux équipé pour répondre aux besoins de la prochaine génération d'avions.

Le Textron T-6C « Texan II » :

 Le Textron (Ex Beechcraft) T-6C « Texan II»  est la version la plus moderne disponible de la gamme T-6, le cockpit comprend un Head-Up Display (HUD) couplé avec panneau de configuration Up-Front (UFCP), et Hands-On Throttle and Stick, soit le système mains sur manettes et manche. Le T-6C dispose d’une avionique  avec écrans EFIS et système d’enregistrement des données de vol numérique. Le T-6C est un avion d'entraînement primaire qui permet un enseignement de base aux procédures de vol et aux instruments et permet d’effectuer les figures d’introduction à la voltige, ainsi que l’introduction aux armes.

Le Beechcraft T-6 «Texan II» est un aéronef à turbopropulseur monomoteur construit par la Raytheon Aircraft Company (maintenant Hawker-Beechcraft). Basé sur une cellule de Pilatus PC-9. 

Le T-6 est un développement du Pilatus PC-9, modifié de manière significative par Beechcraft en vue d'entrer dans le système commun de formation primaire d'aéronef (JPATS) prévu pour les Forces aériennes américaines. Des modifications mineures ont été introduites sur la cellule d’un PC-9, mais des conflits entrer l’USAF et la Navy ont entraîné des retards et des augmentations de coûts (par rapport aux estimations initiales de 3,9 millions à près de 6 millions dollars par avion). De plus, le T-6 se retrouve avec un surpoids de 22% vis-à-vis du PC-9 initial.

190896_1F.jpg

Photos : T-6C aux couleurs de la RAF @ RAF

21/02/2018

Premiers ravitaillements des Su-30 de la marine russe !

Su-30SM_fighters_Russian_Navy_aerial_refueling.jpg

C’est une grande première pour l’histoire de l’aéronavale de la Russie, les pilotes de la marine ont pratiqué le ravitaillement en vol sur les avions Sukhoi Su-30SM. L’information a été confirmée par le Ministère de la Défense de la Fédération de Russie.

La marine russe entraîne ses pilotes de combat dans les techniques de ravitaillement aérien pour la première fois de l'histoire, a révélé le ministère de la Défense (MoD).

Les pilotes de la Direction de l'aviation navale et des flottes de la mer Baltique et de la mer Noire qui pilotent les avions de combat Sukhoi Su-30SM 'Flanker' et Su-24 'Fencer' ont récemment effectué plus de 100 contacts avec les pétroliers Ilyushin Il-78 « Midas ».

Alors que les marines occidentales ont utilisé le ravitaillement en vol (RAA) pour leurs avions de combat depuis de nombreuses décennies pour étendre le rayon d'action de leurs plates-formes de combat et d'attaque basées sur des porte-avions. La marine russe a tendance à utiliser son seul porte-avions, l'amiral Kuznetsov, pour la défense de la flotte plutôt que comme plate-forme de frappe de porte-avions à voilure fixe. À ce titre, ses avions Su-33 «Flanker» et MiG-29K «Fulcrum» ne sont pas tenus de parcourir les mêmes distances pour attaquer des cibles à terre que les aéronefs occidentaux le sont généralement, d'où le fait qu'ils n'utilisent pas les systèmes de ravitaiellement.

La plupart des avions de l’aéronavale russe, y compris les Su-30SM et les Su-24 utilisés dans ces exercices d'entraînement, sont basés à terre et sont désormais renforcés avec l’arrivée d’avions ravitailleurs en vol.

Cette modification de l’engagement des Su-30SM et Su-24 et directement liée au renforcement des capacités militaires russes au sein de son enclave de Kaliningrad.

 

Il-78M-Midas-001-506x337.jpg

Photos : 1 Su-30SM de la marine en ravitaillment 2 II-78 « Midas » ravitaillant des Su-30 @ VVT

 

 

Les F-35 norvégiens auront des parachutes de freinage !

yourfile-1.jpg

La Norvège a achevé le premier essai sur le terrain d'un parachute de freinage sur un Lockheed- Martin F-35A, l'essai ayant a lieu sur la base aérienne d'Ørland.

«Notre avion de combat doit être capable d'atterrir dans des conditions hivernales extrêmes, et la Norvège, expérimentée dans ce domaine, aidera à développer et tester le parachute de freinage F-35», déclare le directeur du programme F-35, le général Morten Klever.

Les essais et les activités de certification pour la modification ont débuté en avril à Edwards AFB en Californie, en utilisant l'avion d'essai AF-2, en vérifiant initialement les caractéristiques de maniabilité et les performances de freinage sur les pistes mouillées et sèches.

Une deuxième phase est en cours à Eielson AFB, en Alaska, pour valider les performances sur les pistes glacées.

«Je suis très heureux que nous soyons sur la bonne voie avec la dernière partie des essais en Alaska, et nous avons maintenant vérifié que le système fonctionne comme il le devrait sur les avions qui sont venus à Ørland».

Selon les norvégiens le F-35A est plus stable pendant le déploiement du parachute de freinage que le F-16 qu'il remplace, en partie à cause de son empreinte plus large et de son poids plus lourd.

D'autres activités de test sont nécessaires avant que le système n'obtienne la certification finale. La Norvège est le principal client de la modification, les activités de développement étant également partiellement financées par les Pays-Bas.

yourfile.jpg

 

Photos : F-35 norvégien aux essais avec parachute @ FAN

20/02/2018

Saab confirme la livraison du Gripen E pour 2019 !

yourfile.jpg

L’avionneur suédois Saab confirme être sur la bonne voie pour livrer les premiers exemplaires de série du Gripen E au troisième trimestre de l'année prochaine.

"Nous allons nous en tenir au plan et livrer les deux premiers avions à l'armée de l'air brésilienne et à l'armée de l'air suédoise l'année prochaine", a déclaré Håkan Buskhe, directeur général de Saab. "Les choses se passent comme prévu", a-t-il déclaré en discutant des résultats financiers de la société le 16 février dernier.

Mieux que prévu :

Les tests et l'évaluation du premier avion Gripen E de pré-série n°39-8 se passent extrêmement bien. L’avionneur confirme que les données obtenues sont encore meilleures que les prévisions. Peu d’informations ont filtré en ce qui concerne ces résultats et semblent concerner l’ensemble des systèmes de l’avion. On apprend que l’antenne du radar AESA (Active Electronically Scanned Array)  ES05 «Raven» se montre particulièrement efficace, lorsqu’il faut suivre les cibles indépendamment des volumes de recherche et ceci grâce à des améliorations en ce qui concerne le contrôle du faisceau d’antenne.

Par ailleurs, les essais de préparation en vol ont permis de valider un temps de rotation entre les missions de seulement dix minutes.

L’appareil de pré-série sera rejoint par le second modèle (39-9) prochainement et le troisième (39-10) au début de 2019.

 

Un prix pour son inventeur :

Le Prix de l'innovation Saab 2017 est allé au Dr Henrik Holter pour son invention d'une nouvelle antenne en phase, qui est au cœur du système de guerre électronique de Gripen E.

"Mon invention est une ouverture d'antenne multidimensionnelle à large bande pour les systèmes AESA modernes", explique Henrik.

« L'ouverture de l'antenne a été spécialement développée pour les systèmes de guerre électronique à large bande ».

L’Inde, la Finlande et la Suisse dans le viseur :

Concernant les ventes potentielles à venir, l’avionneur suédois dit vouloir se concentrer avec le Gripen E en direction de l’Inde, le Finlande et de la Suisse. Pour les versions plus anciennes de type C/D le constructeur annonce pouvoir conclure prochainement de nouvelles ventes, sans en dire plus.

 

saab-gripen-e-1.jpg

Photos : Gripen E @ Saab S. Kalm