25/02/2018

Les améliorations installées sur les F-15 du Qatar !

345.jpg

La commande Qatar pour 36 F-15 « Advanced Eagle » (au total de 72) a pour effet d’introduire de nouvelles améliorations structurelles, notamment pour l'aile qui pourrait être proposée comme option d'extension de durée de vie pour les F-15C de l'US Air Force et pour les flottes d'autres clients internationaux.

Les améliorations du F-15QA :

Non seulement la commande de l’Emirat va prolonger la chaîne de production de Saint-Louis jusqu'à la fin de 2022 mais elle permet à l’avionneur Boeing d’étendre les améliorations pour le F-15.

Le F-15QA introduit un certain nombre de caractéristiques y compris un système de poste de pilotage avancé avec un affichage grand format.

F-15QA sera également livré avec une aile redessinée qui renforce la structure interne sans changer l'aérodynamique. La nouvelle conception a été rendue possible grâce à l'utilisation de nouvelles techniques de fabrication avancées développées au sein de Boeing au cours des dernières années, ajoute-t-il.

Alors que le F-15QA entre en développement, Boeing voit des opportunités de remplacer les ailes des F-15C existants, si l'USAF décide de garder le chasseur bimoteur en service pendant plus de deux décennies.

Le Boeing F-15QA sera un dérivé du « E » « Strike Eagle » est doté du Tactical Electronic Warfare System (TEWS), c'est-à-dire d’un système électronique de guerre tactique qui intègre toutes les contres-mesures disponibles : récepteurs d'alerte radar (RSA), brouilleur de radar et lanceur de systèmes de leurres/paillettes. Il est doté du radar Raytheon AN/APG-82(v) de type AESA (Active Electronically Scanned Array Radar). Le système de navigation à basse altitude et de ciblage infrarouge de nuit LANTIRN : Low Altitude Navigation and Targeting Infrared for Night), monté à l'extérieur sous les entrées d'air des moteurs, permet à l'avion de voler à basse altitude, la nuit et dans toutes les conditions météorologiques, et d'attaquer des cibles au sol avec une variété d'armes guidées et non guidées.

Il peut aussi être armé de missiles air-air AIM-9X Sidewinder, et de l'AIM 120 AMRAAM. Il emporte également un canon General Electrique M61A1 de 20mm. Le F-15 E peur emporter toute la palette de bombes guidées GPS disponible.

Une bonne nouvelle pour l’USAF :

Au cours des deux dernières années, l'USAF a discuté des options permettant de maintenir un sous-ensemble de la flotte de F-15C en service du milieu à la fin des années 2030. Ces appareils nécessiteraient un remplacement à long terme avec un coût de 1 million de dollars par avion. Certains responsables de la Force aérienne discutent également d'options pour maintenir les F-15C en service encore plus longtemps, ce qui pourrait nécessiter un remplacement de l'aile.

D'autres clients, y compris la Force d'autodéfense du Japon, pourraient également envisager des améliorations structurelles pour maintenir leurs F-15 en service au-delà des dates prévues de départ à la retraite.

Boeing a montré d'autres améliorations possibles pour la flotte de F-15 avec l’adjonction d’une cosse qui peut transporter des capteurs de pointe, comme un radar à ouverture synthétique de côté. Boeing a également montré des images d'un F-15 orné du porte-éjecteur multiple "Amber", permettant au chasseur de transporter jusqu'à 22 missiles air-air. Et dernièrement l’adaptation des réservoirs CFT sur le standard « C ».

Ces nouvelles mises à niveau sont proposées après une revitalisation pluriannuelle des capacités du F-15, notamment un nouvel ordinateur de mission, un radar à balayage électronique, une nouvelle suite de guerre électronique, des commandes de vol électriques, des postes d'armes nouvellement activés le moteur General Electric F110-GE-129.

 

344.jpg

Photos : F-15 E @ Boeing

 

Protection des GPS aéronautiques contre des cyberattaques !

 

aviation,cyberattaques,gps,armasuisse,aviation commerciale,infos aviation.

Berne, en collaboration avec une équipe internationale de chercheurs, le domaine de compétences Sciences et technologies (W+T) d’armasuisse développe un système d’un type nouveau pour protéger l’espace aérien global contre les cyberattaques visant le système de navigation par satellites GPS.

Ces années passées, les annonces de cyberattaques visant le système de navigation par satellite GPS (Global Positioning System) se sont multipliées. Ces attaques criminelles constituent une menace particulièrement importante pour l’aviation, puisque les avions, hélicoptères et drones utilisent les signaux du GPS pour la navigation. Ainsi, il y a par exemple eu des tentatives de faire dévier de leur cap des avions ou de prendre le contrôle de drones en émettant des signaux destinés à perturber ou à leurrer les systèmes. Fondamentalement, dans les applications civiles, tous les récepteurs de signaux GPS sont vulnérables et ne disposent d’aucune protection face à de telles manipulations.

Le domaine de compétences Sciences et technologies (W+T) d’armasuisse a développé une solution à cet effet en collaboration avec des chercheurs de l’Ecole polytechnique fédérale de Zurich, de l’Université technique de Kaiserslautern, de l’Université Ruhr-Bochum et de la New York University Abu Dhabi. Un système d’un type nouveau, appelé Crowd-GPS-Sec, surveille en permanence l’espace aérien à l’aide de signaux numériques relatifs à la navigation aérienne émis par des avions et des drones. Les chercheurs ont pu démontrer à l’aide d’algorithmes d’un nouveau type comment de faux signaux GPS ont pu être détectées en quelques secondes. Il est même possible de localiser l’attaquant à quelques mètres près dans un délai de 15 minutes au maximum. Cette solution a ceci de particulier que les signaux d’un avion relatifs à la navigation aérienne peuvent être surveillés via l’Internet par un groupe de volontaires (Crowdsourcing). Le Crowdsourcing permet aujourd’hui déjà aux organisations concernées de profiter de cette solution sans devoir mettre en place leur propre infrastructure de surveillance, ni devoir modifier les récepteurs GPS des aéronefs.

535.jpg

Le système en est encore à l’état de prototype et sera présenté en mai 2018 à San Francisco (USA), au IEEE Symposium on Security and Privacy (S&P). Institué il y a 39 ans, le S&P Symposium est organisé par l’Institute of Electrical and Electronics Engineers (IEEE). Ce symposium est considéré au niveau mondial comme la principale conférence consacrée à la cybersécurité. Des experts du monde scientifique, de l’industrie et des autorités s’y rencontrent chaque année pour échanger les résultats de la recherche. Ce travail soutient la Stratégie nationale de protection de la Suisse contre les cyberrisques (SNPC). Sources DDPS.

24/02/2018

Confirmation de l’arrivée de Sukhoi Su-57 en Syrie !

186775.thumb.jpg.cc38d6aff5ebb656bf37acf35f2b4f47.jpg

Moscou, la Syrie continue d’être le terrain d’essai pour les armes russes avec le récent déploiement du nouvel avion de combat Sukhoi Su-57. Cette information est maintenant confirmée par les israéliens ainsi que de la part du Pentagone et de la Russie.

Deux ou quatre ?

 Une vidéo montre une paire de Sukhoi Su-57 se poser sur les installations de l’aérodrome russe de Khmeimim. Un information transmise par l’armée israélienne fait état d’un possible total de quatre appareils. 

Ces appareils de cinquième génération étaient accompagnés de 4 Sukhoi Su-35 « Flanker-E », ainsi que de quatre Su-25 « Frogfoot » et d’un avion de surveillance et d’alerte lointaine A-50 « Mainstay ».

Préoccupation américaine :

Dans un premier temps, le département américain de la Défense a refusé jeudi de confirmer le déploiement des derniers avions furtifs russes en Syrie, mais a exprimé sa préoccupation malgré le fait qu'il minimisait la menace. Puis, dans une seconde intervention les USA ont annoncé que l’ajout de combattants de la cinquième génération russes en Syrie ne constituait pas une menace pour l’instant.

Pour autant, le général américain responsable des engagements aériens en Syrie a commenté : "la présence des avions furtifs russes Su-57 en Syrie augmente le niveau de complexité à traiter par les équipages des forces aériennes américaines”.

Justification et avertissement de la Russie :

Vladimir Gutenov, président de la Commission de l’Industrie Militaire au Parlement russe (Duma), a commenté, vendredi 23 février, le déploiement des Su-57 en Syrie, comme destiné à envoyer un message, servant la dissuasion “à l’intention des avions de chasse des états voisins qui, volent périodiquement au-dessus de la Syrie sans y être invités” (suivez son regard). Le Député russe a ajouté que ces avions “ont besoin d’être testés en conditions de combat réel, en conditions de résistance de l’ennemi”. Les sources des renseignements militaires relèvent que le “message politique” transmis par le déploiement de deux avions furtifs Su-57 de 5ème génération, sur la base aérienne de Khmeimim dans la province de Latakia, est clair comme le cristal. C’est une mise en garde à l’intention des Etats-Unis, d’Israël et de la Turquie contre leur propension à envoyer leurs forces aériennes effectuer des survols de l’espace aérien syrien. La référence au “besoin de tester ce nouvel avion en conditions réelles de combat” indique que Moscou n’hésitera pas à lancer ces jets de haute-technologie dans la bataille.

 

3129498_1000.jpg

Photos : 1 Su-57 avec armement @ Alex S. 2 Paires de Su-57 @ Marina Lystseva

L’hélicoptère H160 en grande première aux USA !

H160-EXPH-1776-1_.jpg

Le prototype de l’hélicoptère H160 a atterri à Las Vegas et sera en tête d'affiche de la présence d'Airbus Helicopters pour la toute première fois lors d'un meeting aérien international au Heli-Expo du 27 février au 1er mars au Las Vegas Convention Center.

"Nous sommes fiers de montrer le prototype H160 à Heli-Expo pour la première fois", a déclaré Ben Bridge, vice-président exécutif pour les affaires mondiales. «Cet hélicoptère est emblématique de la transformation de l'entreprise dans tous les domaines, depuis le concept et la conception jusqu'à la modernisation du modèle de production industrielle permettant une maturité industrielle accrue de la mise en service et capitalisant sur les technologies numériques clés pour un meilleur support client. Tout cela a été fait en tenant compte des priorités de nos clients, et nous sommes ravis qu'ils puissent découvrir le H160 sous peu avec la tournée de démonstration américaine qui débutera après le spectacle », a-t-il ajouté.

Des démonstrations de maintenance sur le H160 seront effectuées quotidiennement pour montrer comment la maintenance a été optimisée et facilitée grâce à son design unique et à de nouveaux processus comme la campagne "Opérateur Zéro".

Parallèlement au deuxième prototype du H160, sur le stand N1915, Airbus Helicopters présentera sa gamme de facilitateurs de mission HGeneration, notamment les services HCare qui permettent aux clients de se concentrer sur leurs opérations de manière sûre, efficace et rentable. Sur l'affichage sera un H125 dans une configuration d'application de la loi, le H135 équipé d'Helionix, et le H145 dans une configuration d'aviation privée et d'affaires.

Le H160 :

Le H160 est un hélicoptères bimoteurs de moyen-tonnage, capables d’effectuer les missions les plus variées, du transport de passagers aux évacuations sanitaires, en passant par la desserte des plate-formes pétrolières. Un segment de marché qui représente plus de 30 % des ventes d’hélicoptères civils. Le H160 est un condensé de technologies, avec notamment le nouveau moteur Arrano de Turbomeca qui offre un gain de consommation de carburant de 10% à 15% comparé aux hélicoptères actuels.  Le H160 dispose d’un fuselage 100% composite plus léger. Les ingénieurs d’Airbus ont opté pour un rotor de queue décentré et un stabilisateur biplan. 

1689516068.jpg

Photos : 1 Le H160 de la tournée US 2 prototype du H160@ Airbus Helicopters

23/02/2018

Canada, on reprend les mêmes !

3233.jpg

La nouvelle saison du remplacement des Boeing CF-18 « Hornet » est ouverte, le gouvernement canadien a annoncé que avionneurs sont annoncés pour entamer peut-être la dernière ligne droite en vue de la modernisation de la Royal Canadian Air Force.

Boeing en course :

La liste officielle des fournisseurs du FFS (Future Fighter Capabilities Project) confirme le retour de l’américain Boeing. Le litige entre les deux pays à propos des CSeries de Bombardier étant clos, plus rien n’empêche l’avionneur de concourir aujourd’hui.

Consultations de l’industrie canadienne :

Le Canada continuera de mobiliser les intervenants de l’industrie afin de recueillir et d’échanger des renseignements généraux en lien avec ce marché. Ainsi, les industries canadiennes de l’aérospatiale et de la défense seront bien positionnées pour y participer.

Innovation, Science et Développement économique Canada peut faciliter l’établissement de partenariats entre les gouvernements étrangers et l'industrie canadienne. Il peut aussi, sur demande, faciliter les contacts avec les sociétés d’État, comme la Corporation commerciale canadienne ou Exportation et Développement Canada.

Évaluation des propositions relatives :

Les propositions seront rigoureusement évaluées en fonction des coûts, des exigences techniques et des avantages économiques. L'évaluation des soumissions sera assortie d’une évaluation de l'incidence globale des soumissionnaires sur les intérêts économiques du Canada.

À l’étape de l'évaluation des soumissions, tout soumissionnaire jugé responsable d'un préjudice causé aux intérêts économiques du Canada sera nettement désavantagé. Ce critère, ainsi que les lignes directrices qui en régiront l’application aux grands projets comme outil d’approvisionnement permanent, font actuellement l’objet de consultations distinctes. Les responsables à cet égard ont déjà rencontré les représentants des associations des industries de l’aérospatiale et de la défense, et au cours des prochains mois, ils continueront de consulter différents intervenants sur l’amélioration du critère. Tous les fournisseurs seront assujettis aux mêmes critères d'évaluation.

Mais pour les avionneurs annoncés, il faut encore attendre de connaître le nouveau cahier des charges canadien avant de décider de répondre à celui-ci avec des offres. Par ailleurs, le nouveau calendrier pour l’attribution du futur contrat est prévu pour 2021 ou 2022. Le gouvernement canadien prévoit de commencer à recevoir de nouveaux chasseurs en vertu du contrat en 2025, avec une capacité opérationnelle initiale prévue six ans plus tard.

Une question subsiste : 

L'actuel gouvernement n'a pas commenté l'épineuse question de l'engagement financier du Canada par l'ancien gouvernement Harper en ce qui concerne le F-35, ni de l'impact de celui-ci sur l'avenir et le choix de la compétition.

Les avions potentiellement engagés :

On reprend les mêmes, soit deux américains et trois européens :

Lockheed-Martin F-35A « Lightning II »

Boeing F/A-18 E/F « Super Hornet »

Dassault Aviation Rafale

Airbus DS Eurofighter « Typhoon II »

Saab JAS-39 Gripen E

gx2014-0048-017-1180.jpg

 

Photos : CF-18 Canadiens @ RCAF