06/01/2018

Airbus présente le premier A321neo ACF !

A321neo-ACF-Roll-Out.jpg

Airbus a terminé l'assemblage du premier A321neo ACF (Airbus Cabin Flex) dans ses installations de Hambourg, en Allemagne. L'avion, alimenté par des moteurs CFM LEAP-1A, subira des essais au sol avant son premier vol prévu dans les prochaines semaines. La première livraison d'un A321neo ACF à un client est prévue pour la mi-2018.

L'ACF A321neo est le dernier ajout à la famille A320. En appliquant des modifications au fuselage, l'ACF permet des configurations de cabine plus flexibles jusqu'à 240 passagers. Par rapport à la variante A321 précédente, les modifications les plus visibles sont une nouvelle section arrière et une configuration de porte passagers modifiée, où la porte située en avant de l'aile est retirée et de nouvelles sorties de secours en surélévation dans la section centrale sont introduites. L'ACF A321neo est une option aujourd'hui et deviendra la norme pour tous les A321neos autour de 2020.

L'A321neo ACF est la base d'une variante à plus longue portée appelée A321LR. L'A321LR a une masse maximale au décollage (MTOW) de 97 tonnes et un troisième réservoir de carburant permettant aux compagnies aériennes d'augmenter leur portée à 4’000 miles nautiques pour les vols intercontinentaux. La première livraison d'un A321LR est prévue pour le quatrième trimestre de 2018.

L'A321 est le plus grand membre de la famille A320, pouvant accueillir jusqu'à 240 passagers, selon la configuration de la cabine. Incorporant les derniers moteurs, les avancées aérodynamiques et les innovations de cabine, l'A321neo offre une réduction de la consommation de carburant d'au moins 15% par siège dès le premier jour et de 20% d'ici 2020.

 

Photo : A321neo ACF @ Airbus

05/01/2018

Le premier PC-21 destiné à l’Empire Test Pilots’School !

unnamed-1.jpg

Le premier avions école avancé Pilatus PC-21 n°310 HB-HYX (G-ETPA) destiné à l’Empire Test Pilots’School (ETPS) & QinetiQ a débuté ses essais au sol. Au total l’ETPS disposera de deux PC-21 au sein de sa flotte en remplacement de deux Embraer EMB-312 "Tucano".

L’Empire Test Pilots' School (ETPS) :

L’Empire Test Pilots School est géré par le ministère de la Défense Britannique et la société QinetiQ en vertu d'un accord à long terme. C’est en 1943, que le maréchal de l'Air Sir Ralph Sorley  à formé le "Flight Training Test Pilots" après que de nombreux pilotes furent tués en testant de nombreux avions et prototypes introduits lors du début de la Seconde Guerre mondiale.

Le 21 Juin 1943, l'unité devient l'école des pilotes d'essai et d'armement expérimental (A & AEE) à Boscombe Down.  L'école devant fournir une formation approfondie leur permettant d’être en mesure de tester des appareils et des systèmes de nouvelles générations afin d’en déterminer les qualités et défauts. En juillet 1944 l’école change de nom et devient  l’Empire Test Pilots School.

L'école des pilotes d'essai de l'Empire a été la première de son genre et fut suivie par d'autres écoles similaires, telles que l'École de l'US Air Force Test Pilot à Edwards Air Force Base, en Californie, en 1944, le United States Naval Test Pilot School dans le Maryland en 1945 et l'EPNER en France (École du Personnel Navigant d'Essais et de Réception) en 1946. Certaines de ces écoles fonctionnent avec des programmes d'échange, qui élargissent la gamme d'aéronefs que les élèves ont à leur disposition pour acquérir une expérience de test en vol plus large.

En plus de ces échanges d'étudiants, les Britanniques, Français et Américains partagent l'accès aux écoles de leur avion, de sorte que les élèves peuvent éprouver un large éventail de types d'aéronefs au cours de leurs cours respectifs.

Le Pilatus PC-21 : 

Le PC-21 permet une formation complète des élèves pilotes et ceci avec des possibilités offrant une nouvelle dimension. En effet, il s’agit là, d’un système d’écolage en vol performant, qui remplace totalement la transition sur avion école à réaction de type Hawk ou Alpha jet. En effet, le PC-21 offre la possibilité unique au monde d’assurer une transition directe, vers des chasseurs modernes, tels que les F/A-18, Rafale, Gripen, Eurofighter, F-35 pour ne citer que ceux-là. Il est également possible d’opter pour une combinaison en binôme avec un jet école, dans ce cas la formation sur jet peut être réduite en nombre d’heure. Les coûts de formation, de maintenance sont très largement diminués, sans oublier la réduction significative des nuisances sonores et de l’optimisation de la consommation de kérosène. L'avion permet une simulation complète et ceci sans armement, car ceux-ci sont simulés grâce à une interface spécialement développée pour l’avion.

Pays utilisateurs:

  •  Force aérienne Saoudienne: 55 commandés en 2014.
  • Royal Australian Air Force: 49 commandés, premières livraisons en février 2017.
  •  
  •  Emirat Arabe Unis: 25 appareils.
  • Armée de l'air: 17 commandés en 2016 via Babcok.
  • Force aérienne Jordanienne: 8 commandés en avril 2016 + 2 commandés fin 2016. 
  • Force aérienne du Qatar:  24 en service , première livraison en 2014, dernière en février 2017. 
  • Empire Test Pilot'School: 2 commandés fin 2016.
  • Force aérienne de Singapour: 19 en service.
  • Force aérienne Suisse: 8 (2 en options). 

Photo : Le premier PC-21 ETPS/QinetiQ @ Stephan Widmer

04/01/2018

Début de production pour les Eurofighter koweïtiens !

body_03_modif.jpg

La future flotte d’Eurofighter du Koweït est en cour de production avec les premières grandes pièces actuellement produites par les sociétés partenaires du consortium Airbus Eurofighter. 

"Les activités de production ont commencé, afin de se conformer au contrat et aux attentes des clients", indique le consortium Eurofighter. Le Koweït a signé pour 28 avions de combat, dont six biplaces.

Selon Leonardo les activités de production sont en bonne voie et "dans certains cas, en avance sur le calendrier". Cela inclut le travail actuel sur le revêtement des ailes, tandis que "le premier fuselage de la section arrière va commencer la phase d'assemblage au début de 2018. Du côté du Koweït, les travaux d’adaptation de l’infrastructure d’aérodrome ont débuté en août 2017.

L’Eurofighter Typhoon T3 du Koweît :

Les Eurofighter koweïtiens seront au standard T3 dont l’architecture repose autour du nouveau radar à balayage électronique actif Captor-E du consortium Euroradar offrant un champ de vision de 200 degrés, du pod de ciblage Lockheed Martin « Sniper » et d'armes à guidage de précision, notamment le missile air-sol « Brimstone II » de MBDA et le missile de croisière « Storm Shadow ». L’avion emportera également ls bombes à guidage laser GBU-12. Par ailleurs, la Force aérienne koweitienne a opté pour le missile air-air courte portée Diehl BGT Iris-T et le missile à longue portée Meteor de MBDA. La livraison de l'avion commencera en 2020 et sera achevée en 2023, faisant du Koweït le huitième client de l'avion.

body_02_ENG_modif.jpg

L’Eurofighter dans le Golfe :

Ce succès au Koweït est une confirmation supplémentaire du rôle croissant joué par Consortium Aribus dans la région du Golfe. Le dernier contrat signé est celui signé par le Qatar pour 24 « Typhoon ». En outre, les livraisons des 72 unités commandées par l'Arabie Saoudite ont été achevées en 2017.

Eurofighter T3 : 

L’Eurofighter T3 (F3) dispose du radar AESA E-CAPTOR. L’arrivée du E-CAPTOR permet grâce à son antenne AESA d’effectuer des tâches multiples simultanément. Le nouveau radar conserve les principales caractéristiques de l'architecture du radar ECR-90 CAPTOR actuel, mais, il est  doté d’une antenne AESA en lieu et place de l’actuelle antenne mécanique. Il est prévu d’exploiter la maturité du système actuel et d’y adjoindre le mode AESA. Eurofighter GmbH et Euroradar, de concert avec leurs partenaires industriels ont commencé le développement à grande échelle de la nouvelle génération d’antenne radar AESA (Active Electronically Scanned Array). L'objectif est de permettre une mise en service du nouveau radar pour 2018 et de ce fait, répondre aux exigences des pays partenaires et clients à l'exportation. L'intégration d'armes comprend les missiles Meteor, Storm Shadow et Brimstone II et les bombes Paveway IV et de petit diamètre. 

body_Provvisorio2_leonardo_a_GDA_2017_R-1.jpg

Photos : Image de synthèse du T3 koweïtien @ Leonardo

La Marine philippine prépare l’arrivée de l’AW159 !

La Marine philippines prépare l’arrivée de l’AW159 !

 

3476304493.jpg

La Marine philippine recevra cette année son nouvel hélicoptère Leonardo AW159 « Wildcat ». Le porte-parole du ministère de la Défense nationale (MDN), Arsenio Andolong, indique que les deux hélicoptères arriveront dans le pays au quatrième trimestre de 2018 et au début de 2019 respectivement.

La Marine philippine a passé commande pour 2 hélicoptères de lutte anti-sous-marine et anti-surface AgustaWestland AW159 « Wildcat ». Le contrat est estimé à près de 114 millions de dollars. L’hélicoptériste anglo-italien va construire les hélicoptères à son usine de Yeovil au Royaume-Uni, le contrat comprend la formation et le soutien pluriannuel. Les deux hélicoptères seront équipés d'équipements sophistiqués « state-of-the-art mission » avec des capteurs principalement dédiés à la lutte anti-sous-marine et pour le rôle de guerre anti-surface. Les hélicoptères seront également en mesure d'effectuer d'autres missions, y compris la recherche et le sauvetage (SAR), la sécurité maritime et la surveillance maritime.

Equipement des AW159 philippins :

Pour équiper ses AW159, la marine des Philippines a opté pour le missile israélien Spike ER (Extended Range) en version antinavire. Les hélicoptères seront également dotés de capacités de lutte anti-sous-marine (ASW).

L’AgustaWestland AW159 « Wildcat » :

L’AW159 Lynx « Wildcat » est prévu pour remplacer les Lynx de première génération, ce nouvel hélicoptère multirôle de six tonnes, est commandé à 62 exemplaires par le ministère britannique de la Défense. Le premier a été livré à la fin de 2011. Doté de deux turbines Rolls-Royce Honeywell CTS800 de nouvelles générations capables d’offrir 12 % de puissance supplémentaire, face aux anciens modèles. Le poste de pilotage comprend un système entièrement intégré d’affichage, utilisant quatre écrans 10x8 pouces. Les capteurs disposés dans le nez comportent une imagerie TV/IR couplé avec un désignateur laser. La version maritime dispose d’un radar Selex-ES Galileo 7400E actif sur 360 degrés. L'AW159 intègre un système d'alerte de missiles, des détecteurs d'alerte radar et un système de distribution des contre-mesures. En outre, il dispose d’une palette complète en matière d’armement soit : des mitrailleuses, torpilles, grenades sous-marines et pourra également tirer la future arme de surface a guidage autonome (FASGW).

AW-159_sideview.jpg

Photos : AW159 @ Leonardo

 

03/01/2018

Le Su-57 teste ses moteurs définitifs !

234.jpg

Moscou, la Russie a commencé à tester son nouveau chasseur de cinquième génération Sukhoi Su-57 « PAK-FA » (ex-T-50) avec ses nouveaux moteurs Saturn izdeliye 30 de nouvelle génération. Les essais en vol avec les nouveaux moteurs dureront plusieurs années. Entre-temps, les Russes construiront une douzaine de Su-57 équipés de turboréacteurs à post-combustion Saturn AL-41F1 produisant une poussée de 32’500 livres chacun pour les essais opérationnels.

Peu d’information ont filtré en ce qui concerne les moteurs Saturn izdeliye 30, mais le nouveau groupe motopropulseur devrait fournir une poussée sèche de 24’054 lb et une poussée de post-combustion de 39’566 lb. Selon un porte-parole russe, ces moteurs seront opérationnels vers 2025. L'armée de l'air russe pourrait acheter jusqu'à 160 avions de combat Su-57, dotés de ces nouveaux moteurs.

Dans l’attente du nouveau moteur :

Moscou a pour l’instant passé une commande initiale de 12 avions Su-57, qui seront livrés en 2019. Il semble que les Russes sont peu enthousiastes à l'idée d'acheter la version initiale du Su-57 actuellement propulsé par des turboréacteurs hybrides Saturn AL-41F1 produisant une poussée de 32 500 livres chacun. C'est le même moteur que le Su-35S "Flanker-E" existant.

En effet, à l'exception de la furtivité, le Su-35 offre beaucoup des mêmes capacités que le nouveau chasseur de cinquième génération. Ainsi, les Russes ne sont pas disposés à dépenser de l'argent dans un système qui n'offre qu'une augmentation marginale des performances à leur avis. Pour les russes, la véritable nouveauté proviendra des nouveaux moteurs, ainsi que d’une architecture électronique améliorée à partir de 2025.

Nouveaux armements : 

L’avionneur Sukhoi travaille avec plusieurs sociétés d’armement russes en vue de l’adaptation de 12 types de missiles pour l'avion. Durant l’année prochaine, six d’entres eux vont pouvoir achevés les essais en vue de la qualification sur le Su-57, puis les six autres d’ici 2020. Ceux-ci incluent le nouveau missile air-air RVV-MD pour les combats rapprochés et le RVV-SD pour les engagements au-delà de la portée visuelle. Par rapport aux modèles de la génération précédente, ils sont dotés de nouveaux systèmes de guidage avec une plus grande sensibilité et une meilleure résistance au brouillage. Le RVV-MD emploie un nouveau capteur infrarouge à double bande avec récepteur photo multi-éléments et traitement de signal numérique. Ces innovations vont doubler la distance d'acquisition de la cible par rapport à la génération précédente du Vympel R-73E, tout en élargissant les angles de recherche du missile de 30%. Le RVV-SD, qui est une nouvelle évolution du RVV-AE en service. Il offre une aérodynamique améliorée, un émetteur de plus grande puissance et une tête de guidage radar plus sensible que son prédécesseur. Le logiciel du missile a été complètement retravaillé pour permettre une augmentation de 35% de la portée maximale de tir et des capacités de manœuvres avec facteur de charge sous 12g.

Les armes air-sol prévues pour le Su-57 comprennent la ligne de missiles Kh-38ME de conceptions modulaires qui permettent l'emploi de différents systèmes de guidage et ogives. La version Kh-38MLE est livrée avec un guidage laser. Le Kh-38MTE avec un imageur thermique et le Kh-38MAE avec un radar actif. Il y est également prévu d’intégrer le Kh-38MKE avec un guidage par satellite.

En matière de bombes, le Su-57 pourra emporter la bombe guidée KAB-500SE, qui a été testée en Syrie, ain1 Su-57 @ si que la KAB-250LG-E de 250kg, plus légère. 

IMG_6415.jpg

Photos : 1 Su-57 @ Vadim Savitsky 2 Su-57 @ Sergy