25/09/2017

De grosses faiblesses retardent la production de l’ARJ-21 !

32345.jpg

L’avionneur chinois Commercial Aircraft Corporation of China (COMAC) prépare la production de l'ARJ21, tout en travaillant à surmonter ce que les autorités reconnaissent comme des faiblesses dans la fiabilité du jet régional chinois.

A ce jour, seuls deux ARJ21 ont été livrés depuis novembre 2015 et cinq autres devront être livrés cette année, selon une source de programme. Par ailleurs, on apprend qu’une version de transport exécutive à long sera lancée en 2018.

Le programme ARJ-21 n’a cessé d’accumuler les problèmes de mise au point. Les essais de fonctionnalité ont mis en avant divers problèmes, ce qui a limité la mise en servie de l’avion au sein de la compagnie Chengdu Airlines. De plus, il faut rappeler qu’actuellement l’ARJ21 n’a toujours pas reçu ses qualifications américaines de la FAA, ni de l’AESA européenne. Avec ces nombreux retards, l’avion a perdu en compétitivité à mesure que de meilleurs concurrents sont apparus sur le marché.

COMAC envisage de livrer 67 exemplaires de l’avion d’ici 2020. La production atteindra la capacité initiale de 15 appareils par an en 2018, puis passera jusqu'à 20 en 2019 et 25 en 2020, selon la source du programme. Pour autant, l’avionneur chinois reste très discret en ce qui concerne les modifications encore en cours sur l’avion. Un aspect qui n’est pas pour rassurer les clients de l’avion.

L’ARJ-21 :

Le poste de pilotage est équipé de cinq écrans EFIS Rockwell Collins 10x8 à haute résolution à cristaux liquides avec affichage adaptatif du vol. Honeywell fournit les commandes de vol de type « fly-by-wire ». L’avionique est basée sur le système Rockwell Collins Pro Line 21, doté du système VHF-4000 4000 IRU de données numériques audio et de liaison numérique, un Rockwell Collins 4200 FMS de gestion de vol offrant de multiples « wavepoint » de navigation verticale, couplé au temps de vol et à la gestion du carburant. Le système comprend tous les standards aux instruments et le niveau terminal d'arrivée des routes et des approches (SID et STAR).

Les systèmes de navigation comprennent un radar météorologique Rockwell Collins, un avertissement de trafic et d'évitement des collisions système (TCAS) et d'un système de données de l'air.

L'avion est propulsé par deux General Electric CF34-10A qui sont équipés d’un FADEC couplé à un contrôle des vibrations et d’inversion de poussée fournit l’entreprise suisse Vibrometer SA.

L'ARJ21 (Jet régional avancé pour le 21 siècle) a été indépendamment développé par la Chine, mais avec des fournisseurs occidentaux. Il est également le premier avion chinois à être vendu en Europe et en Amérique. Avec une consommation plus faible et une durée de vol plus longue, l'ARJ21 réduira les coûts aériens de 8% à 10% pour les compagnies aériennes chinoises, dont la plupart utilisent actuellement des avions de plus de 140 sièges pour les vols courts et longs courriers.

comac,arj-21 avion de ligne chinois,aviation chinoise,transport aérien,compagnies aériennes,nouveaux avions de ligne,infos aviation,les nouvelles de l'aviation

Photos : 1 L’ARJ-21 @Weimengposte de pilotage @ China News

 

 

 

24/09/2017

F-35, les mises à jours coûtent trop cher!

17050091398_16aa81fc9f_k-e1459778906921-965x5431-965x543.jpg

Un nouveau problème est apparu avec l’utilisation des F-35 au sein de l’US Air Force en ce qui concerne les coûts de mise à jour des appareils déjà en service. En effet, la flotte en service de F-35 au sein de l’USAF est bien trop limitée pour un engagement réel au combat en ce qui concerne les logiciels actuels.

Les 108 F-35 livrés à ce jour à l’USAF à la norme du logiciel Block 2B ne répondent pas en matière de capacités réelles en combat. De fait, il devient nécessaire de mettre à jour le logiciel au standard Block 3F. Selon les déclarations cette semaine du Vice-Admiral Mat Winter, responsable du programme F-35, l’adaptation du nouveau logiciel n’est pas simple. En effet, il faut procéder entre 150 et 160 modifications avant de pouvoir amener le F-35 au standard Block 3F. Cette situation génère un coût additionnel énorme.

Mise à jour ou non ?

Pour le Vice-Admiral Mat Winter de l'USAF, deux solutions sont possibles : la première consiste à ne pas mettre à jour ces F-35, ce qui permettra d’économiser des fonds sur le programme et partir sur l’idée d’acheter une série supplémentaire de F-35 avec le nouveau logiciel déjà intégré. En effet, la facture des modifications menacent tout simplement les ressources d'une montée en puissance de la production avec plus de 900 avions prévus pour la livraison au cours des cinq prochaines années.

L’autre option consistant en une mise à jour limitée en nombre d’appareils et sur la durée.

Un problème identifié :

Cette problématique du logiciel inadapté au combat est connue depuis longtemps. Elle est la résultante d’une décision concernant le lancement de la production du F-35, alors que les essais en vol n’étaient encore terminés. De plus, les difficultés de mise à jour des logiciels sont les causes des multiples configurations de l'avion, destinés à la fois à la Force aérienne, au Corps du Marin et de la Navy.

 

Photo : F-35A de l’USAF @ USAF

 

23/09/2017

Airbus inaugure son centre de livraison à Tianjin !

A330-Completion-Delivery-Centre-Inauguration-7.jpg

Airbus a inauguré son centre d'achèvement et de livraison pour les A330 (C & DC) à Tianjin, en Chine, en adoptant des étapes supplémentaires dans l'expansion de son empreinte mondiale et son partenariat stratégique avec la Chine. Dans le même temps, le premier A330 a été remis à Tianjin Airlines.

Situé sur le même site que la ligne d'assemblage final de la famille Airbus à Tianjin pour l’A320, le centre de livraison Airbus de Tianjin pour l'A330 couvre les activités d'achèvement de l'avion, y compris l'installation de cabine, la peinture d'avion et le test de vol de production, ainsi que l'acceptation du vol client et la livraison d'avion. Quelque 150 membres du personnel chinois du C & DC ont été formés par des experts d'Airbus à Toulouse.

La nouvelle usine est composée d'un atelier de peinture, d'un hangar de pesée et d'un hangar principal avec trois positions d'avion couvrant une superficie de 16 800 m2. Le A330 C & DC à Tianjin emploiera plus de 250 personnes et est prêt à livrer deux avions par mois d'ici le début de 2019.

 

Photo : Cérémonie de livraison et d’inauguration à Tianjin@ Airbus

22/09/2017

Premier J-20 doté de moteurs chinois !

w2323.jpeg

Un nouveau prototype de l’avion de combat Chengdu J-20 a réussi son vol inaugural mardi 19 septembre à Chengdu, après une série d’essais de roulage au sol. Avec ce vol, c’est une nouvelle page qui se tourne pour le programme 718, qui voit arriver son premier appareil doté d’une motorisation chinoise. En effet, les J-20 produits jusqu’à présent, y compris les deux démonstrateurs technologiques (2001 et 2002), les six prototypes (2011 à 2017) et les six premiers appareils de série (78271 à 78276), étaient tous équipés de moteur russe de la famille AL-31FN.

Moteur WS-10 :

Pour l’instant, on ne connaît pas encore le modèle exact du moteur WS-10 qui équipe le J-20. Certains avancent en Chine, qu’il pourrait s’agit du WS-10-T2. Il semble par contre que la version du WS-10 est une dérivée du WS-10B qui incorpore les améliorations portées du WS-10G (14 200 kg), notamment au niveau de la structure de la soufflante et du compresseur. On estime la poussée à 14 tonnes avec postcombustion.

 Le Chengdu J-20 : 

 Doté d’une aile de type delta et des plans canards à l'avant, le J-20 dispose de deux empennages verticaux en diagonale mobiles d'un seul bloc. Cependant, Il n'y a pas d'empennage horizontal mobile, les plans canards, les parties mobiles de l'aile delta et les deux empennages diagonaux suffisent à un contrôle optimum. L’avion est doté de la poussée vectorielle, permettant d'augmenter la maniabilité de celui-ci.

Le Chengdu J-20, soit un appareil de la cinquième génération de combat furtif produit en Chine devra répondre à trois rôles bien précis. Celui-ci assurera le rôle d’avion à long rayon d’action. Dans un premier temps, les premières versions de séries seront dévolues aux frappes à longue distance. Le J-20 devrait donc entrer en service en temps que bombardier furtif. Puis celui-ci devrait avoir la capacité de mener des opérations de reconnaissance et de guerre électronique. Mais celui-ci pourrait intégrer en finalité le réseau de défense spatial chinois avec la capacité de tirer des missiles antisatellite.

3098111578.png

Photo : J-20 doté de moteur WS-10

 

21/09/2017

Airbus Helicopters a livré le 400ème UH-72 Lakota !

UH72A-lakota12a-lr.jpg

Airbus Helicopters a livré le 400ème exemplaire de son hélicoptère UH-72 « Lakota » à l'armée américaine à la fin du mois d'août. Les hélicoptères sont produits au sein de son usine de montage à Columbus dans le Missouri. L’appareil livré est le 160ème « Lakota » a entrer en service au sein de l'armée de terre. Aujourd'hui, la moitié des nouveaux pilotes de l'Armée américaine s'entraînent sur l'UH-72 « Lakota ». Airbus doit livrer neuf autres UH-72 à l'armée cette année.

Par ailleurs, Airbus a signé un nouveau contrat de soutien de cinq ans avec l'armée, renouvelable annuellement pendant cinq ans, pour le soutien de la flotte d’UH-72. Le contrat comprend également le soutien maximum pour la logistique basée à Fort Rucker. A ce jour, Airbus a formé 1'000 pilotes actifs de l'Armée et de la Garde nationale dans ses installations à Grand Prairie, au Texas.

Le contrat actuel avec l’Armée américaine expire en février prochain avec la livraison de 412 « Lakota ». Cependant, existe un fond dans le budget fédéral pour l'exercice 2018-2019 pour 44 autres appareils.

 

2362739573.jpg

L’UH-72A « Lakota » :

L’UH-72A « Lakota » est la version militaire de l’hélicoptère civil H-145 d’Airbus Hélicoptères (ex Eurocopter). La dénomination UH (Utility Helicopter) est propre à l’armée américaine. Le H-145 et le H-135/635 forment la nouvelle génération d’hélicoptères de la gamme légère du constructeur européen.

Hélicoptère bimoteur polyvalent, il est utilisé pour une vaste gamme de missions telles que : la sécurité intérieure, la répression des drogues, un soutien logistique et d'évacuation médicale (MEDEVAC).

Pour les ambulances et les missions d'évacuation médicale, la cabine peut accueillir deux civières, plus un chef d'équipe (qui est qualifié pour faire fonctionner le treuil et autres matériels d'équipement aéronautique) et d'un accompagnateur médical.

L'UH-72A dispose d’un système de communications tactiques de type RT-5000 à large bande. L'hélicoptère est motorisé par deux Turbomeca Arriel 1E2, chacun fournissant 550kW de puissance au décollage et 516kW de puissance continue.

 

UH72A-lakota1a-lr.jpg

Photos : UH-72 « Lakota » @ Airbus Helicopters