14/12/2016

Premier vol commercial réussi pour le CS300 !

original.jpeg

airBaltic a exécuté son premier vol commercial avec le CS300. Le vol est parti de Riga pour atterrir à Amsterdam avec 120 passagers à son bord, dont des représentants des médias locaux. L’avion CS300 d’airBaltic est exploité en configuration biclasse de 145 places. La compagnie aérienne a placé des commandes totalisant 20 avions CS300.

« Le vol commercial d’aujourd’hui souligne le parcours remarquable effectué par airBaltic et par Bombardier au moment où l’avion CS300 arrive sur le marché », a affirmé Rob Dewar, vice-président du Programme d’avions C Series de Bombardier Avions commerciaux. « Nous saluons airBaltic, nos employés, nos fournisseurs et les intervenants de l’industrie de leur loyauté indéfectible envers la réussite du programme d’avions C Series. »

Depuis son entrée en service commerciale auprès de SWISS, l‘avion CS100 a effectué plus de 1 600 vols, transportant plus de 156 560 passagers, couvrant plus de 1 181 500 km et desservant 18 destinations.

 

Photo : CS300 airBaltic @ Bombardier

13/12/2016

A400m tactique pour l’Allemagne !

JAV20141010143713.jpg

L'armée de l'air allemande a reçu son sixième Airbus A400M de transport, avec une nouvelle configuration tactique de base pour permettre à l'avion de fonctionner dans des environnements difficiles.

Pour ce nouvel A400M allemand, Airbus a incorporé un certain nombre d'améliorations, comme la capacité de fonctionner à partir de pistes en herbe non préparées et avec la capacité de ravitaillement en vol. Par ailleurs, cet A400M peut également décoller normalement à des températures chaudes allant jusqu'à 55 °C.  Le système d'aides défensives de l'A400M a été amélioré, l’avion permet également le largage de cargaisons extra-aériennes et de parachutistes.

Le système de navigation permet à l'avion de voler à des hauteurs de 150 pieds au-dessus du sol en plein jour et de 300 pieds la nuit.

L’A400M « Atlas» :

L’A400M est un avion de transport militaire polyvalent conçu par la division militaire d’Airbus (Airbus Military). Il est pour l'instant commandé à 174 exemplaires par huit pays différents, à savoir l’Allemagne (la France, l’Espagne, la Belgique le Luxembourg, le Portugal et l’Angleterre, qui ont été rejoints par la suite par la Malaisie et la Turquie qui ont reconnu le potentiel de ce nouvel avion pour leurs propres besoins. La polyvalence est ce qui caractérise le mieux l’A400M, qui est conçu pour offrir des capacités à la fois tactiques et stratégiques. L’appareil peut transporter 37 tonnes de charge utile sur au moins 4700nm (8700 km) de distance. Sa soute est dimensionnée pour accueillir tous les chargements et véhicules répertoriés  dans le cahier des charges européen ESR (Europen Staff Requirement). Cependant, l’A400M ne peut servir pour l’instant que de plateforme de transport aérien, le ravitaillement en vol n’étant, pour l’instant pas validé pour les hélicoptères et pose plusieurs problèmes. L’A400M incarne le premier avion de transport militaire lourd véritablement nouveau depuis ces trente dernières années. Offrant deux fois plus de performances et de capacités d’emport que les avions actuels qu’il remplacera.

 

3114915098.jpg

Photos : A400M de la Luftwaffe@ Airbus

12/12/2016

Mauvaise journée pour le F-35 !

1497184576585219910.jpg

Après la mise en garde faite à Boeing en cas de surcoûts pour le futur avion présidentiel, Donald Trump vient de s’en prendre une nouvelle fois à Lockheed-Martin et à son F-35. Cette attaque n’est pas la première, durant la campagne présidentiel, le candidat républicain avait à de nombreuses reprises critiqué le nouvel avion américain.

«Le programme F-35 et le coût sont hors de contrôle», a twitté Donald Trump ce matin.

Forte réaction à Wall Street :

Cette nouvelle déclaration du futur président américain, a fait chuté le tire de Lockheed-Martin de 4% dans les premiers échanges. Ebranlé, le groupe de défense a dû défendre en urgence son appareil furtif, estimant que les F-35 étaient des avions de «grande valeur», dotés d'une «technologie incroyable». 

Lockheed-Martin en difficulté :

Et comme si la déclaration de Donald Trump ne suffisait pas, l'arrivée en Israël des deux premiers F-35 furtif a dû être retardée en raison de mauvaises conditions météorologiques à leur base de départ en Italie. L'imprévu a contraint l'entreprise à assurer publiquement que l'avion, qui a subi plusieurs revers par le passé, n'était pas en cause, mais que ce retard était lié à un manque de visibilité sur la base aérienne italienne. Les deux avions devaient être reçus lors d’une importante cérémonie ce lundi vers 14H00 (12H00 GMT) sur la base aérienne israélienne de Nevatim (sud), en présence des plus hauts dirigeants israéliens et des représentants des grands médias internationaux.

Et comme rien ne va en ce moment pour le programme F-35, des officiers de l’Armée de l’air israélienne ont énoncé de nouvelles critiques. Pour eux, la capacité à pouvoir pénétrer les défenses aériennes iraniennes et les systèmes de missiles sol-air S-300 d'origines russes, est en soi un fait aujourd’hui, avec des avions non furtifs. De leurs engagements passés, les pilotes de guerre israéliens ont retenu qu'il vaut mieux disposer de nombreux appareils éprouvés, que d'une poignée d'appareils ultra-modernes dont la maintenance péjore les coûts.

 

CygaChBWEAAwXLp.jpg-large.jpeg

Photos : 1 Dessin de presse 2F-35 @ Lockheed-Martin 

 

 

 

Iran Air commande 80 Boeing !

4356.jpg

Seattle, Boeing a reçu une commande de la compagnie iranienne Iran Air accord pour un total de 80 avions qui comprend 50 B737-800MAX MAX, 15 B777-300ER et 15 B777-900, Ce contrat est évalué à 16,6 milliards de dollars au prix catalogue de l’avionneur.

Cet accord est basé un protocole d'entente (PE) avec Iran Air a annoncé en juin dernier, le contrat a été conclu dans les termes de la licence du gouvernement américain délivré à Boeing en septembre.

Boeing a travaillé étroitement avec le gouvernement des États-Unis tout au long du processus menant à cette vente. Cet accord soutiendra des dizaines de milliers d'emplois américains au sein de la chaîne de fabrication au Etats-Unis. Les premiers avions seront livrés en 2018.

Rappel :

En septembre, Boeing et Airbus avaient obtenu le feu vert des Etats-Unis pour vendre des avions neufs à l'Iran. Airbus et Boeing ont pu entamer des négociations commerciales avec l'Iran après l'accord sur le nucléaire de juillet 2015 avec les grandes puissances occidentales qui ont allégé l'embargo économique contre l'Iran.

 

Photo : B747-200 Iran Air, la compagnie va pouvoir moderniser sa flotte vieillissante

11/12/2016

L’Allemagne cherche un remplaçant pour ses Sea Lynx !

Super_Sea_Lynx_Mk_88A_AgustaWestland_Germany-German_air_force_640_001.jpg

L'Allemagne prépare un concours en vue du remplacement de sa flotte de 21 hélicoptères Westland « Sea Lynx » de guerre anti-sous-marine (ASW) et vise à faire une sélection d'ici la fin de 2017. L’objectif et de disposer du nouvel hélicoptère d’ici 2023.

Le processus d'acquisition du nouvel hélicoptère est en préparation à Berlin, et de devra répondre à à l’ensemble des besoins de la marine allemande. Cependant, la marge de manœuvre en terme de choix sera limitée par un budget particulièrement serré prévient Berlin.

Trois appareils participeront à l’évaluation :

Les appareils susceptibles de venir remplacer les Westland « Sea Lynx » sont l’Airbus NH90 « Sea Lion », l’AgustaWestland (Leonardo) AW159 « Wildcat » et le Sikorsky S-70B « Sea Hawk ».

L’Airbus NH90 « Sea Lion » :

marine allemande,sea lynx,aw159 wildcat,nh90 sea lion,s-70b sea hawk,sikorsky,lutte anti-sous-marines,blog défense

 

La version spéciale commandée par la marine allemande du NH90, le « Sea Lion » vient d’effectuer son premier (voir article du 9.12.16 ). Selon Airbus, il serait très facile de convertir les modèles déjà commandés par l’Allemagne en vue d’assurer la lutte anti-sous-marine ASW et ceci pour un coût moindre. La seule difficulté vient du fait que le « Sea Lion » de part sa taille ne peut pas être engagé depuis les anciennes frégates de la marine encore en service et celle-ci devrait les remplacer au plus vite.

Lancé lors du Salon international ILA Airshow de Berlin en mai 2014, le « Sea Lion » est largement similaire à la version de base du NH90 NFH de l'OTAN, mais présente des équipements de communication et de navigation spécifiques à l'Allemagne, dont un système de communications par satellite. L’avionique comprend en plus un système d'identification automatique (AIS) pour localiser, identifier et suivre les navires. L’appareil sera également de mitrailleuses latérales M3M de 12,7 mm de chaque côté, de missiles Marte MKII, de torpilles Torpille MU90. Par ailleurs le « Sea Lion » peut emporter des réservoirs de carburant internes et externes supplémentaires ainsi qu'une deuxième console de mission.

Lorsqu'il sera pleinement opérationnel, le NH90 « Sea Lion » est destiné à fournir des services de surveillance continue, de surveillance maritime, de recherche et de sauvetage (SAR), de transport pour les nouvelles régates F124 et F125 Baden-Wurttemberg, ainsi que des navires de soutien au combat de classe Berlin (Type 702) de la Marine allemande.

Leonardo AW159 Wildcat :

351475183.jpg

L’AW159 Lynx « Wildcat » est prévu pour remplacer les Lynx de première génération, ce nouvel hélicoptère multi-rôle de six tonnes, est commandé à 62 exemplaires par le ministère britannique de la Défense. Le premier a été livré à la fin de 2011.

Doté de deux turbines Rolls-Royce Honeywell CTS800 de nouvelles générations capables d’offrir 12 % de puissance supplémentaire, face aux anciens modèles. Le poste de pilotage comprend un système entièrement intégré d’affichage, utilisant quatre écrans 10x8 pouces. Les capteurs disposés dans le nez comportent une imagerie TV/IR couplé avec un désignateur laser. La version maritime dispose d’un radar Selex-ES Galileo 7400E actif sur 360 degrés. L'AW159 intègre un système d'alerte de missiles, des détecteurs d'alerte radar et un système de distribution des contre-mesures. En outre, il dispose d’une palette complète en matière d’armement soit : des mitrailleuses, torpilles, grenades sous-marines et pourra également tirer la future arme de surface a guidage autonome (FASGW).

Sikorsky S-70B « Sea Hawk » :

4222165606.jpg

La version S-70B est est la version export du MH60R, soit le dernier développement du SH60 «SeaHawk» destiné à la lutte anti-sous-marine et de bâtiments de surface. Il remplace et reprend l’ensemble des missions actuellement dévolues aux actuels SH60B et SH60F. Conçu par Sikorsky est doté d’une interface de Lockheed Martin, le MH-60R représente l’évolution des versions précédentes, grâce aux leçons apprises durant les différents déploiements et durant les nombreuses opérations de ces dernières années. Cette nouvelle version permet un engagement multi-missions en utilisant un équipage de trois personnes.

Outre, l’attaque de navires et de sous-marins, le MH60R est susceptible de remplir l’ensemble des missions secondaires telles que : la recherche et le  sauvetage (SAR), le  ravitaillement vertical, le soutien aux incendies de surface, l’évacuation médicale (MEDEVAC)  ainsi que le relais des communications. Lockheed Martin qui est responsable de l'intégration numérique de poste de pilotage de l'hélicoptère, du radar multi-mode, du sonar acoustique à longue portée et l’adjonction d’une caméra infrarouge. Le MH60R dispose également d’une architecture électronique permettant de protéger l’aéronef contre les menaces missiles. 

 

Photos : 1 Sea Lynx de la marine allemande@ Marine allemande 2 NH90 « Sea Lion »@Airbus 3 AW159 Wildcat@ Leonardo 4 S-70B « Sea Hawk » @ Sikorsky