28/09/2016

Tournée internationale pour le CS300 !

bomabrdier aviation,cs300,airbaltic,compagnies aériennes,infos aviation,les nouvelles de l'aviation

Bombardier Avions commerciaux a annoncé aujourd’hui que son biréacteur de ligne CS300, soit le deuxième véhicule d’essais en vol CS300, a entamé une série de vols d’évaluation d’itinéraires en Europe et au Moyen-Orient aux côtés de son premier exploitant, airBaltic. Les vols seront exploités de la base de la société aérienne à Riga et incluent des arrêts à Vilnius, en Lituanie,Tallinn, en Estonie, et Abu Dhani aux Émirats arabes unis. Les vols suivront les procédures d’exploitation au sol et en vol d’airBaltic.

Avec une commande ferme de 20 avions de ligne CS300 qui viendront se joindre aux 12 biturbopropulseurs Q400 d’airBaltic, le transporteur effectuera une transition graduelle vers une flotte exclusivement constituée d’avions de Bombardier. Les vols d’évaluation d’itinéraires donnent une très bonne indication des performances de l’avion dans le contexte opérationnel quotidien d’une société aérienne, grâce à l’observation des performances sur piste, des délais de traitement et du déroulement des interventions au sol aux divers aéroports.

L’avion CSeries est optimisé pour le segment de marché des appareils de 100 à 150 places, ce qui est à la base de sa proposition économique et de ses performances exceptionnelles, ouvrant de nouvelles possibilités pour l’exploitation d’avions monocouloirs.

Composée de l’avion CS100 et de l’avion CS300 de 100 à 150 places, la gamme offre des coûts par passager de 18 % inférieurs à ce qui ce fait sur le marché. L’amélioration de la distance franchissable de plus de 20 % sur des aéroports en haute altitude et au climat chaud, comme Denver, Mexico ou Lhassa est maintenant confirmée. Les avions CS100 et CS300 ont en commun plus de 99 % de leurs pièces, ainsi que la même certification de type de pilote. Le moteur révolutionnaire PurePowerMD PW1500G de Pratt & Whitney, combiné à l’aérodynamique évoluée de l’avion, permet une réduction de la consommation de carburant, du bruit et des émissions.

 

bomabrdier aviation,cs300,airbaltic,compagnies aériennes,infos aviation,les nouvelles de l'aviation

Photos : CS300 d’airBaltic @Bombardier

27/09/2016

Des problèmes de maintenance sur les E-8C JSTAR !

AIR_E-8C_JSTARS_Rt_lg.jpg

L’US Air Force a été obligée de clouer au sol quatre appareils de type Boeing E-8C JSTAR suite à des problèmes de maintenance la semaine dernière.

L’US Air Force a ouvert une enquête à la suite de divers problèmes découverts à la suite de travaux de maintenance à l'usine de Northrop-Grumman de Lake Charles en Louisiane. Un E-8C a subi des dégâts d’infiltration d’eau au niveau du radar Northrop APY-7. Les dégâts causés aux systèmes se montent à près de 2 millions de dollars.

Concernant les trois autres appareils, le porte-parole de l’US Air Force n’a pas précisé la nature des problèmes, mais ceux-ci concerneraient la qualité même des travaux d’entretien.

Toujours pas de remplaçant :

Ces incidents interviennent alors que la flotte vieillissante de E-8C n’a toujours pas trouvé son successeur. L'US Air Force doit prochainement remplacer sa flotte de Boeing E8 JSTARS (Joint Surveillance Target Attack Radar System) de guerre électronique et de renseignement. Pour l’instant, Boeing, Lockheed-Martin et Northrop-Grumman sont encore en concurrence. Mais le projet est pour l’instant retardé d’au moins trois mois, ce qui pourrait repousser la capacité opérationnelle initiale d'un an du nouvel appareil.

Le E-8C JSTAR :

L'E-8 JSTARS (Joint Surveillance Target Attack Radar System) est un avion de guerre électronique et de renseignement américain construit par Northrop-Grumman. Basé sur le Boeing 707, il est équipé pour détecter les mouvements de véhicules adverses au sol afin de guider les forces alliées vers eux. Entré au service lors de la guerre du Golfe en 1991, il a été régulièrement modernisé]. 17 exemplaires sont à l'heure actuelle en service dans l'US Air Force.

L’E-8C JSTARS est conçu pour détecter des cibles mobiles à travers une zone de 50,000km2. A son bord, travaillent des gestionnaires de combat de l'armée de l'air et des spécialistes de l'armée pour le  commandement et le contrôle en vue de la coordination aux forces terrestres. Malgré une technologie de pointe, l'E-8C est basé sur la cellule du « bon vieux », B707 sont de plus en plus difficile et coûteux à entretenir.

 

2304975163.jpg

Photos : Boeing E-8C JSTAR @ USAF

 

 

 

Air Tanzania réceptionne des Q400 !

original.jpeg

Air Tanzania a réceptionné deux avions de type Bombardier Q400. Ces appareils configurés pour 76 places et deux toilettes.

« Au moment où nous envisageons d’étendre nos activités et d’élargir notre réseau de liaisons en Tanzanie et sur le continent africain, l’avion Q400 évolué sur le plan technologique est un élément clé de notre stratégie de croissance », a déclaré M. Leonard Chamuriho, secrétaire permanent du ministère des Transports, des Travaux et des Communications de la Tanzanie. « Son aptitude à assurer des vols sur des pistes difficiles, combinée à son efficacité énergétique, à son excellente fiabilité et au confort qu’il offre aux passagers, en fait un précieux ajout à notre flotte. »

Logistique renforcée dans la région :

La présence des avions commerciaux de Bombardier en Afrique comprend un bureau de soutien régional et un dépôt de pièces de rechange situés tous deux à Johannesburg, en Afrique du Sud, ainsi que des établissements de service agréé en Afrique du Sud et en Éthiopie. Basée au bureau régional de l’avionneur situé dans les Émirats arabes unis, l’équipe des ventes et du marketing de Bombardier Avions commerciaux est bien positionnée pour fournir des solutions de premier ordre au sein de l’industrie à ses clients existants et potentiels.

Le Q400 :

Le Q400 est le plus récent modèle de la gamme d’avions de la Q Series. Il procure des niveaux inégalés de performance, de souplesse opérationnelle et de confort des passagers. Outre sa configuration standard à classe unique, l’avion Q400 est offert en plusieurs options : intérieur biclasse offrant un confort accru aux passagers, configuration à capacité assise supplémentaire comptant jusqu’à 90 sièges pour les marchés à haute densité et configuration combi fret-passagers.

En offrant une consommation de carburant de 30 % moindre que celle des avions à réaction le Q400 réduit radicalement les émissions de carbone et accroît la rentabilité. Ses grandes hélices tournent à un plus faible rapport de tours/minute, générant plus de puissance avec moins de bruit, ce qui en fait une option conviviale pour les centres villes.

La gamme d’avions Q400 comprend plus d’une soixantaine de clients et exploitants dans près d’une quarantaine de pays. La flotte mondiale a enregistré plus de 6,9 millions d’heures et transporté plus de 429 millions de passagers. Reconnu de longue date comme un précieux actif par les exploitants, l’avion Q400 suscite également l’intérêt croissant du secteur de la location-exploitation.

À ce jour, Bombardier a enregistré des commandes fermes totalisant 565 avions Q400.

 

Photo : Q400 aux couleurs d’Air Tanzania @ Bombardier

26/09/2016

La Chine teste une version CATOBAR du J-15 !

1449836313406574000.jpg_org.jpeg

La Chine a débuté une série de tests d'une nouvelle variante de son avion de combat destiné à la marine J-15 « Flying Shark » en version CATOBAR. Ces essais semblent confirmer que la Chine prépare la conception de son troisième porte-avions sur le chantier naval de Jiangnan Changxingdao près de Shanghai qui sera doté de catapultes.

Pour la première fois une image est apparue montrant un Shenyang J-15 doté d’un train d’atterrissage avant modifié avec un système permettant l’usage du système CATOBAR (Catapult Assisted Take-Off But (ou Barrier) Arrested Recovery). Ce système est utilisé pour le décollage et l'atterrissage d'appareils sur un porte-avions. Cette technique permet de projeter à grande vitesse grâce à une catapulte un aéronef. La récupération s’effectue en se servant d’un brin d’arrêt présent sur le pont.

A ce jour les J-15 chinois étaient dotés du système STOBAR (Short Take-Off But Arrested Recovery). Les aéronefs décollent grâce à seule propulsion et utilisent un tremplin en bout de piste pour prendre leur envol.

Pour ces essais, la Chine utilise deux pistes terrestres dotées de avec catapultes. Selon plusieurs sources, l’une utilise une piste avec catapulte à vapeur alors que l’autre serait doté d’un système électromagnétique.

p1685960.jpg

Shenyang J-15 «Flying Shark» :

Le Shenyang J-15 «Flying Shark» est un avion de chasse embarqué sur porte-avions. L’avion est une copie chinoise du Sukhoi Su-33 russe, mais dotée d’un équipement entièrement indigène. Pour développer le J-15, la Chine a acquis un modèle de Su-33 en 2001, auprès de l’Ukraine. A ce propos, il faut rappeler que la Russie avait refusé de vendre ce type d’appareil et l’épisode ukrainien avait profondément enragé Moscou à l’époque.
La Chine a activement cherché à acheter des Su-33 en provenance de Russie à de nombreuses reprises, l’offre a été faite en mars 2009, mais les négociations se sont effondrées en 2006, après qu'il fut découvert que la Chine avait développé une version modifiée du Su-27SK désigné Shenyang J-11B, en violation des accords de propriété intellectuelle.

 

Photos : 1 J-15 STOBAR 2 J-15 avec train avant modifié CATOBAR @ Chine Nouvelle

Un nouvel incendie se déclare sur un F-35 !

A_U.S._Air_Force_pilot_navigates_an_F-35A_Lightning_II_aircraft_assigned_to_the_58th_Fighter_Squadron,_33rd_Fighter_Wing_into_position_to_refuel_with_a_KC-135_Stratotanker_assigned_to_the_336th_Air_Refueling_130516-F-XL333-496.jpg

Un incendie a éclaté sur un avion de combat Lockheed-Martin F-35A, il s’agit du troisième incident de ce genre, depuis le début des essais du nouvel appareil.

L’incendie s’est déclaré lors du démarrage du moteur le 23 septembre dernier sur la base aérienne de Mountain Home dans l’Idaho. L'avion endommagé est l'un des sept F-35A de l'escadron 61 basé à Luke actuellement en déplacement à Mountain Home.

Le pilote a pu évacuer l’avion, mais a été traité à l’hôpital ainsi que trois militaires de l’équipe au sol. Le communiqué de l’US Air Force ne précise pas l’étendue des dégâts subis par l’avion. Une enquête est actuellement en cours pour déterminer les raisons du problème.

Troisième incendies :

Cet incendie est le troisième signalé sur un F-35. Le premier incident du genre s’était déroulé en 2011 sur l’avion d’essais AF-4. Une défaillance du système électrique intégré avait causé le départ du feu. En 2014, le F-35 n°AF-27 avait pris feu suite à une défaillance qui s'est produite à hauteur du troisième étage du rotor de la soufflante. Il semble que l’avion ne sera jamais réparé et restera cloué au sol.

 

Photo : F-35A en vol @ Lockheed-Martin