24/06/2016

AWAS Leasing commande 15 A320 !

A320_AWAS.jpg

AWAS, l'une des sociétés de leasing d’avions leaders dans le monde, basée à Dublin, a annoncé une commande portant sur 15 appareils supplémentaires de la famille A320, dont 12 A320ceo et trois A321ceo. 

Avec plus de 12’500 appareils commandés depuis son lancement et plus de 7 000 livrés à quelque 400 clients et opérateurs, la famille A320 constitue la famille de monocouloirs best-seller dans le monde. Grâce à la largeur de leur cabine, tous les appareils de la famille A320 offrent le plus haut niveau de confort, toutes classes confondues, et sont dotés de sièges d’une largeur standard de 18 pouces en classe économique. Déclinée en quatre versions (A318, A319, A320 et A321) pouvant accueillir de 100 à 240 passagers, la famille A320 couvre la totalité du segment des monocouloirs, notamment les lignes à forte ou faible densité, nationales ou plus long-courriers.

 

Photo : A320ceo aux couleurs d’AWAS @ Airbus

23/06/2016

Plus de Hawk pour l’Inde !

265933832.jpg

Le ministère de la défense indien prépare envisage l'acquisition d'un lot supplémentaire d’avions écoles BAe System Hawk Mk132.

Selon les dernières informations, New Delhi négocie l’achat d’un nouveau lot de 30 Hawk Mk132 acheter qui serait construit sous licence par Hindustan Aeronautics (HAL) en Inde. Pour le ministre de la Défense Manohar Parrikar, ces appareils devront venir équiper la Marine indienne. Les négociations pour le prix sont actuellement en discussions. Ce futur achat doit venir combler les retards concernant l’avion indigène HAL HJT-36 « Sitara ».

Le Hawk :

Appareil d’entraînement des années quatre-vingt, le Hawk est rapidement devenu l’avion école le plus vendu au monde en équipant pas moins de 24 forces aériennes. La version Hawk MK132 Export AJT (T2 dans la RAF) et le standard destiné à la RSAF font partie de la nouvelle génération de jets destinés au départ pour la Royal Air Force et la Royal Navy.  Le T2/MK132 comprend un affichage moderne de type LCD à la place de l'instrumentation classique, et permet la préparation pour le vol des avions de combat modernes, en particulier le tout "en verre".  Il utilise un moteur  Rolls-Royce Adour 951.Trois pays ont également déjà opté pour ce modèle, l’Afrique du Sud et l’Inde et l’Arabie Saoudite.

 

Hawk_128_AJT11.jpg

Photos : BAe System Hawk MK132 AJT indien @ IAF

 

 

 

22/06/2016

La Norvège va remplacer ses P-3 « Orion » !

130210045458967087.jpg

 

La Norvège prépare activement le remplacement de sa flotte de 6 avions de patrouille maritime (MPA) Lockheed P-3 « Orion ». Le choix pourrait intervenir pour 2018 et une entrée en service en 2021.

Augmentation des dépenses :

L’achat d’un nouvel avion de patrouille maritime et l’acquisition du F-35 de Lockheed-Martin posent cependant un énorme problème financier à la Norvège. Présenté au Parlement le 17 juin dernier, le livre blanc recommande une augmentation progressive du budget de la défense de la nation sur la période 2017-2020. Il est recommandé d’augmenté le budget actuel 870 millions de dollars. De plus, une seconde augmentation substantielle doit être prévue au cours des 20 prochaines années.

Les candidats :

Le cahier des charges n’est pas encore connu, mais selon le ministère norvégien de la Défense, les principaux candidats au remplacement de la flotte de Lockheed P-3 « Orion » sont : Boeing avec le P-8 « Poseidon », Lockheed-Martin avec une version du SC-130J « Sea Hercules », Airbus avec le C295.

Boeing P-8 « Poseidon » :

862623913.jpg

Le P-8A "Poseidon" est un avion de longue portée de lutte anti-sous-marine (ASM) et antisurface (LAN), renseignement, surveillance et reconnaissance (RSR). Le P-8A est capable de longues patrouilles proche et loin des côtes.

Le P-8A "Poseidon" est conçu pour assurer l'avenir de la Marine à long rayon d'action dans les missions de patrouille maritime. Le P-8A offre une plus grande capacité de combat et demandera moins d'infrastructure tout en se concentrant sur la réactivité et l'interopérabilité avec les forces traditionnelles. L’avion pourra échanger ses informations avec l’ensemble des bâtiments de surface, sous-marins, avions et drones en service dans l’US-Navy.

Lockheed-Martin SC-130J « Sea Hercules » :

SC130J-e1446380395703-740x477.jpg

En septembre 2015, Lockheed-Martin présente un projet d'avion de patrouille maritime basé sur le C-130J 2Super Hercules », le SC-130J « Sea Hercules ». Équipé d'un radar et d'un détecteur d'anomalie magnétique, il pourrait embarquer deux réservoirs conformes contenant chacun deux à trois torpilles et de deux pylônes sous les ailes emportant deux missiles antinavires ou quatre missiles air-sol. L'autonomie est estimée à 13,7 heures de vol.

 

Airbus C-295 de patrouille maritime :

1879719780.jpg

La nouvelle génération de C-295 est l'appareil offre une multitude d’adaptation. La polyvalence du C-295 permet d'être configuré dans des versions spéciales telles que la patrouille maritime et la lutte –sous-marine Le mélange de la technologie civile et militaire en double équipement assure le succès des missions difficiles en milieu tactiques. Les C-295 en service aujourd'hui ont accumulé plus de 110.000 heures de vol dans les conditions les plus exigeantes, du froid extrême dans les régions désertiques chaudes.

 

Photos : 1 Lockheed P-3 « Orion » norvégien @ Marine norvégienne 2 P-8 « Poseidon »@ Boeing 3 SC-130J « Sea Hercules »@ Lockheed-Martin 4 C-295 en version MPA@ Airbus DS

Inde, vol inaugural pour le HTT40 !

1466159934-3847730.jpg

En fin de semaine dernière, Hindustan Aeronautics (HAL) a réussi le premier vol de du prototype de l'avion d'entraînement de base HTT40. L'avion a été piloté par Capt. C. Subramaniam et Capt. Venugopal pendant environ 10 à 15 minutes dans un ciel assombri.

Le HTT40 est un aéronef à voilure fixe incorporant une conception de cellule tout en métal. Sa masse maximale au décollage et de 2800 kg et peut être configurée pour porter des armes, en vue d le l’entrainement, mais également pour des missions de contre-insurrection. Le cockpit climatisé peut accueillir deux membres d'équipage, dont un instructeur et le stagiaire dans la configuration des sièges en tandem de type « zéro-zéro ». Il intègre une avionique avec écrans multifonctions et des systèmes de navigation et de communication modernes. La motorisation du HHT40 comprend une turbine Honeywell TPE331-12B dotée d’un FADEC qui développe une puissance maximale de 950ch sur l'arbre (shp). Le HTT40 devrait pouvoir atteindre une vitesse maximale de 450 kilomètres par heure pour un rayon d’action 1000 km. La vitesse de décrochage avec les volets est 135 km/h.

Un concurrent pour la troisième tranche de PC-7MKII :

L’Indian Air Force (IAF) avait prévu une formation en trois phases pour ses élèves pilotes. La formation de base (BTA) s’effectue sur l’avion suisse Pilatus PC-7MKII, puis la phase II, dite intermédiaire devait être faite sur l’avion indigène HAL HTT40. Puis, la phase avancée se termine sur le jet anglais BAe Hawk. Mais les nombreux retards de conception du HAL HTT40 ont obligé l’IAF à revoir le cursus de formation.

A l’origine, l’Inde prévoyait d’acheter une centaine d’avion HTT40. L’arrivée du Pilatus PC-7MKII a permis de combler les deux étapes primaires de formation des élèves pilotes indiens. Le ministère indien de la défense à l'intention, aujourd’hui, d'acheter 68 HTT40 élaborés localement pour satisfaire une partie de ses besoins pour 180 avions écoles. En effet 120 avions PC-7MKII ont été commandés à ce jour.

De fait, la troisième tranche de PC-7MKII sera directement liée au bon fonctionnement ou non du HAL HTT40.

 

htt40-1466159837.jpg

Photos : premier vol du HTT40 @ HAL

21/06/2016

Le Meteor en service sur le Gripen C !

Gripen-D.jpg

Le nouveau missile air-air européen de référence longue portée MBDA Meteor est officiellement en service au sein de la Force aérienne suédoise (Flygvapnet) sur le version modernisée du Gripen C/D MS20. Le missile Meteor a été déclaré opérationnel sur le Gripen C/D à fin 2014 après la réussite série de tirs d'intégration. De fait, l'Armée de l'air suédoise est devenue la première à mettre en oeuvre le nouveau missile.

Premier engagement :

Durant ces deux dernières semaines, l’escadrille F21 de la Flygvapnet dotée du nouveau standard MS20 du Gripen C/D a pu engager pour la première fois le nouveau missile. Les pilotes suédois ont pu notamment mesurer la supériorité du nouveau missile engageant des F-16 et des F/A-18 norvégiens et finlandais sur le site d’entrainement de Vidsel en Suède. Avec l’arrivée du Meteor, l’escadrille F21 a pu revoir en profondeur les tactiques d’engagement à longue portée.

Gripen C/D MS20 :

La modernisation au standard MS20 du Gripen C/D englobe les systèmes suivants : une nouvelle architecture électronique pour faire face à l’évolution des menaces et de la guerre électronique à venir. L’arrivée du radar PS-05 Mk4 à antenne mécanique est le développement le plus récent du radar PS-05. Une nouvelle configuration et un nouveau « back-end » complètent et permettent de renforcer les performances en matière de plage de fonctionnement et de détection. Cette nouvelle version à antenne mécanique, doit permettre à la version actuelle du Gripen d’emporter le missile MBDA Meteor et la dernière version du Raytheon AIM-120C7 AMRAAM. 

Le Saab JAS-39 Gripen C/D MS20 comprend : 

Le missile MBDA Meteor.

La bombe SDB (Small Diameter Bombe) GBU-39 ainsi que les GBU-22, GBU-10.

Une nouvelle application radar.

Amélioration de l’autoprotection.

Le GCA Ground Collision Avoidance System.

Des nouveaux équipements de protection (CBRN) qui permettent un vol dans une zone contaminée.

Diverses sécurités en matière de cyberguerre.

Amélioration de liaison électronique Link16 (OTAN) et Link TAU (liaison Gripen).

Amélioration de la liaison au sol CAA/JTAC.

Fonctions de reconnaissance étendues.

Ces améliorations vont progressivement équiper l’ensemble Gripen C/D suédois en service et permettre le lien avec l’arrivée en 2018-2019 du Gripen E MS21. Pour les utilisateurs actuels de ce standard, ces améliorations vont permettre de maintenir le standard C/D à un haut niveau jusqu’en 2023-2025.

3838933259.jpg

Le missile Meteor : 

Le Meteor est prioritairement réservé aux missions d'interception à grande distance, au-delà de la portée optique (BVR) de tout type d'aéronefs. Son utilisation est privilégiée pour les cibles de haute valeur telles que l'attaque à plus de 100 km d'avions radar ou de ravitailleurs.

Ce missile va permettre d’assurer une efficacité de destruction à des distances aujourd'hui encore importantes, de l'ordre de 50 Nm (entre la cible et l'avion tireur au moment de l'impact). 

A cette fin, le système d'arme comporte :

Un radar de bord qui fournit des informations précises sur la cible avant le départ du missile, et une liaison de données de type Link16 assurant les mêmes fonctions en retransmettant vers l'avion tireur les informations d'un capteur porté par un autre aéronef.

  • Des systèmes d'identification des cibles à des distances compatibles avec la portée du missile.
  • Une manœuvrabilité suffisante du missile dans toutes les phases de vol, pour toutes les distances de tir, qui doit lui assurer une grande probabilité de destruction des cibles. 

La propulsion de ce missile est également un défi technologique du fait du concept retenu : celui d'un statoréacteur. Ce statoréacteur à propergol solide et à poussée régulée (Throttleable Ducted Rocket ou TDR) dans sa phase de croisière comporte un accélérateur à poudre intégré dans la chambre de combustion, ce qui permet de donner une impulsion initiale suffisante pour atteindre une vitesse compatible avec le fonctionnement du statoréacteur.

D’ici 2018, le Meteor entrera en fonction sur le Gripen E et le Rafale F-3R. En 2019 sur l’Eurofighter T3 et en 2020 sur le F-35.

signature.jpg5e9d0e6a-0f17-4f03-9ef0-18a884012aedOriginal.jpg

Photos : 1 Gripen C MS20 avec missiles Meteor air-air, RBS15 anti-navire, Iris-T air-air et pod Litening 2 Gripen C MS20 avec bombes GBU, AIM-9 Sidewinder et pod Litening. 3 le Meteor @ MBDA