25/04/2012

Avion de combat, les limites financières !

 

3_0_0412-story-1.jpg


 

La livraison des nouveaux avions de combat est reportée d'environ 2 ans. Le Conseil fédéral veut créer un fonds spécial pour financer l'achat. Il sera alimenté à raison de 300 millions de francs par an.

La livraison des Gripen E/F  suédois ne devrait finalement intervenir qu'entre 2018 et 2020. Pour optimiser cet achat, le Conseil fédéral entend le coordonner avec la Suède qui veut acheter 60 à 80 avions. Conséquence, il n'y aura pas besoin de trouver de l'argent déjà en 2014. Le Conseil fédéral va proposer au Parlement de n'augmenter le budget de l'armée qu'à partir de 2015.

Le plafond ne devrait être relevé qu'à 4,7 milliards de francs, au lieu des 5 milliards réclamés par le Parlement. Quelque 300 millions devraient être prélevés chaque année dès 2014 sur le budget militaire pour financer un fonds servant à l'achat des Gripen E/F.

Plan des étapes-clés

 

Etapes-clés

Date

Exigences militaires

Déc 2007

Critères d’évaluation

Déc 2007

Appel d’offres 1

Janvier 2008

Offres 1

Juillet 2008

Essai en vol en Suisse

Juillet – déc 2008

Appel d’offres 2

Jan 2009

Offres 2

Avril / mai 2009

Demande / mise à jour offres 2 pour programme d'armement PA 11

Oct / nov 2009

Rapport d’évaluation

Déc 2009

Demande / mise à jour offres 2 pour programme d'armement PA 12

Oct / nov 2011

Choix du type d’avion

30.11.2011

Message programme d'armement PA 12

Oct 2012

Approbation par les Chambres

Mars / juin 2013

Livraison des avions

2018 à 2020

Explications :

L’irrespect du peuple :

La décision du Conseil Fédéral démontre clairement qu’a force de vouloir réduire les dépenses militaires depuis près de 15 ans, il est simplement devenu compliqué dans notre pays d’acquérir de la technologie de pointe. Les responsables de cette situations ne sont que les parlementaire de notre pays ! Ces mêmes parlementaires qui n’ont pas respectés le vote de 2009 contre la diminution des dépenses militaires et le vote spectaculaire sur armée 21. En réduisant les dépenses de 500 millions par an, les parlementaires élus ont précarisé les moyens de notre défense !

Un choix limité :

Le choix du Gripen E/F n’est en rien mauvais, car il répond aux exigences du cahier des charges, par contre, il est le fait des limites de nos moyens financiers. Retarder l’achat pour pouvoir finalement se payer l’avion de demain démontre les limites du système. Vouloir décaler l’acquisition, montre que nous avons dépassé les limites du financement de l’armée, ce choix est à la fois problématique et réfléchit, car il ne faut en aucun cas péjorer d’autres département.

Cette décision permettra d’acquérir un avion moderne doté des technologies de demain en parfaite  collaboration avec le pays constructeur. Hé, oui, je vous l’annonce clairement, le Gripen ne sera jamais produit en Suisse ! Cela permettra d’en réduire la facture. Par contre, nous serons un partenaire de production et d’entretien. Accessoirement, les coûts en serons réduits.

Le Rafale disponible de suite :

Oui, le Rafale de Dassault au standard F3 AESA RBE-2AA est disponible dès maintenant. Pourtant, Si le Conseil Fédéral avait opté pour l’avion français le problème serait encore plus dramatique. L’offre de Dassault était plus cher de 1 milliard, sans oublier l’adaptation des infrastructures pour un montant global de 500 millions. Bref, le financement aurait obligé un décalage encore plus important soit au-delà de 2020.

L’attrition militaire :

Choisir un avion de combat ne doit en aucun cas péjorer les autres domaines de l’armée, la DCA doit se moderniser d’ici 2020, l’équipement des soldats doit évoluer notamment avec l’acquisition du système SMIESS (dérivé du FELLIN français), sans oublier la guerre électronique, la projection de forces et d’autres domaines. Un avion trop cher risquerait de faire retarder la modernisation d’autres domaines et serait de fait problématique. Cette situation ne devrait pourtant jamais arrivé, mais voilà les moyens manques.

Equilibrer les forces pré-suppose faire avec les moyens financiers, pour autant que l’on comprenne l’importance de l’outil militaire !

Négociations avec la Suède :

Adapter l’achat en fonction de la commande suédoise permettra de réduire les coûts. Dès 2014, un pré-série de Gripen E/F sera lancée sur les chaînes de montage suédoises et permettra aux pilotes suédois & suisses de préparer l’arrivée de l’avion. La poursuite du programme permettra de fournir simultanément les deux pays et éventuellement d’autre acquéreur.

Si la Suède à choisit de s’équiper du Gripen E/F après 2016 revient également à des considérations financières. en effet, la Suède prévoit de se doter à terme d’une centaine de Gripen E/F sans oublier l’acquisition de 40 Pilatus PC-21 pour remplacer les vénérables Saab 105.

La situation :

A vouloir réduire nos dépenses, l’achat de l’avion le moins cher nous pose problèmes. L’armée n’est plus depuis fort longtemps ce département ou tout est permis, bien au contraire ! «Croire que l’armée dépense encore trop» révèle l’inconscience de certain pour ne pas dire la méconnaissance d’une situation. Nous en avons la preuve ici. Retarder l’achat de deux ans n’est en soi pas grave, pour autant que ce délai de soit pas allongé.

Le choix d’un fond spécial évitera de ponctionner d’autres départements et offrira  la possibilité d’un référendum populaire et rendra sa légitimité à l’achat.

Mais une chose est claire, lorsque l’on veut une défense crédible, il faut y mettre les moyens, l’outil militaire n’est en soit pas mauvais, c’est l’emploi que l’on en fait qui pose problème ! La dissuasion armée à un prix, la paix !

jas39ng_200811201.jpg

 

 

Photos : 1 Image de synthèse Gripen E suisse avec missiles IRIS-T & METEOR 2 Gripen NG en vol avec IRIS-T, METEOR et bombes Paveway @ Saab Gripen

 

24/04/2012

Rafale Marine F1 bientôt au standard F3 !

 

 

rafale-3.jpg

 

 

La nouvelle va ravir les pilotes de l’aéronavale française qui l’attendait depuis longtemps. Dix Rafale Marine au standard F1 vont être modernisé au standard F3 et vont venir grossir les rangs des vingt appareils déjà livré dans cette version. Il s’agit des dix aéronefs les plus ancien, qui avaient été livrés au début des année 2000 est mis en «cocon» dans l’attente d’une modernisation.

Le standard F1 du Rafale, ne permet qu’un emploi très limité de l’avion, soit les capacités air-air et de ravitaillement en vol. Le standard F3 permet l’engagement omnirôle de l’aéronef aussi variées que l’attaque air-sol, air-surface et la reconnaissance ainsi que la  dissuasion nucléaire.

Une grosse organisation :

Pour mener à bien cette modernisation, plusieurs acteurs du programme Rafale et de l’armée française sont engagés, il s’agit de Dassault Aviation, MBDA, Thales, Sagem, et d’organismes d’Etat tels que le Service industriel de l’aéronautique (SIAé), la Marine nationale et la Structure intégrée de maintien en condition opérationnelle des matériels aéronautiques de la défense (SIMMAD).

La mise à niveau des Rafale F1 consiste à revoir en profondeur les systèmes pour leur donner les mêmes capacités que les avions de standard F3,qui actuellement produits sur la chaîne de montage de Dassault. L’un des grand défis consistera à équilibrer le calendrier du rétrofit et/ou la la sortie d’un fuselage du Service industriel de l’aéronautique pour pouvoir s’intercaler dans la chaîne de production. Chaque phase doit donc être parfaitement cadencée pour ne pas désorganiser l’ensemble de la production industrielle des avions Rafale.

Qualification du F3 :

La Délégation générale pour l'armement (DGA) a prononcé le 1er juillet 2008  la qualification de la version totalement polyvalente de l'avion Rafale, dénommée standard «F3». Le Rafale au standard F2, actuellement en service dans l'armée de l'air et la Marine nationale, permet déjà d'assurer les missions de défense aérienne et d'attaque au sol. Le standard F3 apporte les capacités d'attaque anti-navire et de reconnaissance aérienne, ainsi que de dissuasion nucléaire

Rappel :

Le Rafale est en service dans la marine depuis 2004 et l'armée de l'air depuis 2006. Le Rafale constituera à terme l'unique avion de la composante aérienne de combat en France .

7551.jpg

 

Photos : Rafale Marine @ Dassault Aviation/Marine nationale


 

23/04/2012

2011: Encore une bonne année pour Pilatus !

 

170fdb905b3bcde7fec8c1cd5fc431a6-PC-21-03[1].jpg


 

Pilatus publie ses chiffres pour l’année 2011 et ils font plaisirs, les années se suivent et se ressemblent au niveau des bonnes nouvelles, malgré quelques contrastes.

Pilatus Aircraft Ltd a annoncé une autre excellente série de résultats pour 2011. Le chiffre d'affaires et le bénéfice d'exploitation n'ont jamais été aussi élevé. Et, à l’usine de Stans, le site du siège social, Pilatus a créé 65 nouveaux emplois dans ce qui était une année difficile d'un point de vue économique.

Le chiffre d'affaires est en hausse de près de 14% à CHF 781 millions, et le résultat opérationnel a augmenté de près de 23% à CHF 108 millions. A CHF 67 millions, les investissements en recherche et développement était également plus élevé que jamais auparavant. Les commandes entrantes ont totalisé CHF 416 millions, en légère hausse sur l'année précédente, mais la valeur des commandes en main retomba, cette fois par plus de 50%, en baisse de CHF 325 millions.

Une très bonne année pour avions d'entraînement :

Aviation gouvernement a versé 60 pour cent du chiffre d'affaires total. Cette proportion élevée est due à la très grosse commande en provenance des Émirats arabes unis. Seize des 25 PC-21s, plus pratiquement tous les systèmes de formation et un simulateur, ont été livrés au client en 2011.

Un contrat de cinq nouveaux avions d'entraînement PC-7 MkII a été signé avec la Force de défense du Botswana à la fin de Avril. Ces avions seront livrés à la fin de 2012.

ce68d7e9b59056a1953e933ec3c9b9c9-PC-12_Assembly(2)[1].jpg

 

 

Une année difficile pour l'aviation d'affaires :

Pilatus a livré 12 PC-12 NG à des clients en Amérique du Nord et Amérique du Sud au cours de 2011, y compris l'un à la Gendarmerie royale du Canada, un pionnier en ce qui concerne le  PC-12 et reste l'un des clients les plus fidèles de Pilatus. Globalement, toutefois, les ventes totales ont subis une autre baisse. Pilatus a vendu un nombre record de 100 PC-12 en 2009, les ventes avaient chuté à 63 PC-12 deux ans plus tard, c'est à dire en 2011. Ce chiffre représente toujours un bon effort de vente compte tenu de la situation sur le marché très difficile dans le domaine de l'aviation générale. En 2011, le PC-12 reste au deuxième rang en termes d'avions à turbopropulseurs le best-sellers de l’avionneur.

Pour la dixième fois consécutive, les lecteurs du magazine «Professional Pilot»  ont vélu Pilatus en premier lieu pour le meilleur service à la clientèle dans la catégorie avions à turbopropulseurs d'affaires.

Pilatus a également vendu six Pilatus Porter PC-6 en 2011. Ayant obtenu la certification requise en Chine et au Brésil, le premier de ces avions légendaires ont été vendus à des clients dans ces marchés en pleine croissance.

 

100 apprentis :

Formation des apprentis bénéficie d'une priorité élevée chez Pilatus, l'année dernière a vu la création du100e poste. La formation est maintenant disponible dans dix disciplines différentes, le tout menant à une qualification professionnelle spécialisée.

Encore une fois, tout le personnel Pilatusa bénéficié des bons résultats obtenus en 2011 sous la forme d'intéressement liée à la performance  à environ 150 % du salaire mensuel.

Perspectives pour 2012 :

Oscar J. Schwenk, président et PDG, note que l'année en cours est susceptible d'être plus difficile, les résultats attendus pour 2012 seront moins bons que par le passé. La crise sur le marché a fait diminué le nombre de commandes. Cependant, Pilatus  continue le développement sur le nouvel avion, le futur jet nommé PC-24.

Le 1100e PC-12 :

On ne pourrait clore le sujet sans signaler la livraison du 1’100e PC-12 «Next Generation», lors d’une cérémonie tenue au centre de Pilatus Aircraft Ltd affaires dans Broomfield, Colorado.

Thomas Bosshard, directeur général de Pilatus Aircraft Ltd affaires a déclaré: «Nous sommes extrêmement heureux d'avoir l'honneur de remettre cet avion à la compagnie Frontline aviation. Depuis son introduction sur le marché en 1994, le PC-12 a largement dépassé toutes les attentes fixées au départ par Pilatus.

La flotte de PC-12 a amassé 3,3 millions d'heures de vol en d'exploitation, y compris des milliers d'heures dans des environnements les plus difficiles du monde.

9f6bbb064a9376211b6a0a1534e60c87-PC-12_San_Francisco_Golden_Gate(18)[1].jpg

 

Photos : 1 PC-21 & PC-12 NG 2 chaîne de montage du PC-12 3 PC-12 NG @ Pilatus Aircraft

 

21:09 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : pilatus aircraft, pc-12 ng, pc-21, pc-7, pc-6, pc-24 |  Facebook | |

22/04/2012

L’exercice franco-anglais «Joint Warrior» !

 

patrouille-mixte-franco-britannique-compose-d-un-hawk-et-d-un-alphajet.jpg


 

Les 10 et 27 avril, l’escadron 2/2 Côte d’Or qui vole sur Alpha Jet à rendu visite à son homologue anglais le 100th Squadron volant sur Hawk. Ces deux escadrons assume le même rôle, soit l’entrainement des unités opérationnelles en temps «qu’Aggressors».

A cette fin, six Alpha-Jet de l’escadron d’entraînement du  2/2 «Côte d’Or» de la base aérienne 102 de Dijon se sont donc déployé sur la base aérienne écossaise de Leuchars. «Nous serons logés au 6e Squadron qui nous prête une partie de ses locaux», explique le commandant Ludovic Meffre, commandant l’escadron d’entraînement 2/2 «Côte d’Or». Auprès des Hawk du 100e Squadron, les Alpha-Jet ont pour principale mission de générer des menaces (Red Air) au profit des forces « frontline » opérationnelles. Par ailleurs, ils réalisent des missions d’appui aérien rapproché (CAS - Close Air Support) et simuleront des attaques de bateaux en coordination avec la RAF et la Royal Navy. «En parallèle à l’exercice «Joint Warrior», les deux forces effectuent également des missions «Red Air» spécifiques au profit des «Typhoon» du 6e Squadron».

 

B4E9ACFF_5056_A318_A8DBB3DFBB0FE22B.jpg

 

 

Pour l’escadron d’entraînement français, les objectifs sont multiples. Il s’agit, entre autres  d’intégrer les jeunes pilotes dans les missions «Red Air», de progresser dans la professionnalisation du pilote dit «Aggressor», de former les pilotes qui cumulent la qualification de Forward Air Controller (FAC, contrôleur air avancé) ou encore de pratiquer la langue anglaise, universelle dans le domaine de l’aéronautique ».

Les deux forces s’entraînent régulièrement au cours de divers exercices,  cet exercice interarmées  organisé en Écosse n’est autre qu’un des nombreux exercices développés entre les deux nations depuis longtemps. En octobre 2011, les pilotes du Squadron 100th s’était rendu sur la base aérienne de Dijon et avait alors participé à l’exercice EPIAS, il s’agissait à l’époque d’un entraînement interarmées et interallié consacré à l’appui aérien rapproché, plus communément appelé Close Air.

Ces liens doivent encore être renforcés dans le futur, puisqu’un jumelage unissant l’escadron 2/2  Côte d’Or et le Squadron 100th est actuellement à l’étude.

 

B4F1026E_5056_A318_A8152D9263E53D29.jpg

 

 

Photos :  1 Hawk du 100th & Alpha-Jet du 2/2 @ RAF 2 Les CMDT anglais et français 3 Hawk & Alpha-jet @ L. Dunn

 

21:23 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : joint warrior, armée de l'air, raf, alpha-jet, hawk |  Facebook | |

Le King Air 250 certifié !

 

King_Air250_5x7.jpg


 

CHESTER, Royaume-Uni  Hawker Beechcraft Corporation (HBC) a annoncé la certification européenne de son Beechcraft King Air 250, le plus récent dérivé du turbopropulseur de la gamme best-seller Beechcraft King Air.

Le King Air 250 a reçu sa certification de l’ European Aviation Safety Agency (EASA) qui fait suite à celle  de la FAA en Juin 2011, puis celle de l'Agence nationale de l'aviation civile du Brésil (ANAC) en Novembre.

Nous sommes impatients de commencer les livraisons d'avion King Air 250 en Europe très bientôt», a déclaré Sean McGeough, président, Asie, Europe, Moyen-Orient et en Afrique. «Sa polyvalence a fait du King Air un choix populaire dans le marché européen depuis des décennies. En fait, selon Eurocontrol, le King Air B200 série a été l'avion d'affaires le plus volé en Europe au cours des quatre dernières années.  Le King Air 250 est encore plus attractif pour les opérateurs de la région.»

Construit avec l’aide des clients, le nouveau  King Air 250 dispose de nouvelles fonctionnalités dont des ailettes composites qui améliorent l'efficacité dans toutes les phases de vol, des hélices composites qui offrent une nouvelle technologie aérodynamique et un poids plus léger, ainsi que des modifications d'admission du moteur qui contribuent à sa performance accrue.

Photo : King Air 250 @ Hawker Beechcraft