22/11/2022

Arrivée d’un nouveau lot de Sukhoi Su-30SM2 !

IMG_1187.png

United Aircraft Corporation a livré un nouveau lot d’avions de combat Sukhoi Su-30SM2 « Super Sukhoi » neufs au ministère de la Défense russe, a indiqué le gouvernement russe dans un communiqué publié lundi. Ces appareils ont été assemblés au sein de l'usine d'aviation d'Irkoutsk.

Rappel

La Force aérienne et aérospatiale russe dispose d’un grand nombre d’avions de combat Sukhoi Su-30SM. Le ministère russe de la Défense avait donné son feu vert au programme de mise à niveau au standard « SM2 » ou nommé parfois « Super Sukhoi ». Un peu plus de 130 appareils sont concernés par cette mise à niveau qui seront complétés par 21 appareils neufs. Le consortium UAC dont fait partie Sukhoi a annoncé ce vendredi avoir débuté les livraisons du nouveau standard SM2 en janvier 2021dont quatre appareils neufs. Le Su-30SM2 a obtenu sa certification en décembre dernier après une campagne de tests.

Le Su-30SM2 « Super Sukhoi »

Ce nouveau standard dispose d’un grand nombre d’améliorations, dont plusieurs pièces et équipement en provenance du Su-35. Ce rapprochement des deux modèles va grandement améliorer la maintenance des deux flottes. L’avion est doté d’une suite avionique similaire à celle du Su-35 basée sur une architecture ouverte utilisant des liaisons d'échange de données multiplex et comprend un système de gestion de l'information.

Question radar, le SM2 emporte le système PESA l'Irbis-E développé par Tikhomorov NIIP. Il permet des fonctions air-air, air-mer et air- modes sol (cartographie au sol, affinage du faisceau Doppler et modes Radar à synthèse d'ouverture peut détecter les menaces aériennes furtives faibles et très faibles. Il fonctionne en bande X avec un réseau d'antennes passives en phase (PAA) monté sur une unité d'entraînement hydraulique à deux étages (en azimut et en roulis). Le dispositif d'antenne balaye par un faisceau contrôlé électroniquement en azimut et en angle d'élévation dans des secteurs non inférieurs à 60°. L'unité d'entraînement électrohydraulique en deux étapes tourne en outre l'antenne par des moyens mécaniques à 60° en azimut et 120° en roulis. Ainsi, en utilisant la commande électronique et le tour supplémentaire mécanique de l'antenne, l'angle de déviation maximum du faisceau croît jusqu'à 120°. Avec une puissance nominale moyenne de 5 kilowatts, avec une cote CW de 2 kilowatts pour l'éclairage. NIIP revendique deux fois la bande passante et une agilité de fréquence améliorée par rapport aux BARS en service sur les SM1, et une meilleure capacité ECCM. L’Irbis-E peut détecter et suivre jusqu'à 30 cibles aéroportées à la fois à des distances proches de 350 ~ 400 kilomètres, et attaquer jusqu'à 8. En mode air-sol, l'Irbis-E fournit une cartographie permettant d'attaquer quatre cibles de surface avec précision avec des armes guidées tout en parcourant l'horizon à la recherche de menaces aéroportées pouvant être engagées à l'aide de missiles avec radar actif. Il peut détecter une cible avec une section efficace radar (RCS) de 3m 2 jusqu'à 400 km, (l'un vers l'autre, dans une zone de 100 degrés carrés) tandis qu'une cible avec un RCS de 0,01 m 2 à plus à 90 km.

En matière de communication, c’est le système intégré de communication multicanal, d'échange de données, de navigation et d'identification (OSNOD) qui est installé, permettant notamment aux avions et aux drones de communiquer entre eux, de maintenir un contact à grande vitesse le tout en réseau.

Pour la motorisation, le Su-30SM2 dispose de deux moteurs Saturn ALF-117, également monté sur le Su-35. Sa poussée est 16% plus élevée à 14’500 kg en pleine postcombustion par rapport au moteur ALF-31. De plus, celà permet une réduction des coûts de maintenance en doublant l'intervalle entre les révisions, atteignant désormais 4’000 heures. L'allumage au plasma rend ce dernier plus efficace, réduisant également sa consommation de carburant.

589717733.jpg

Photos : 1 Su-30SM2 neuf livré cette semaine 2 Su-30SM2 @ UAC

19:00 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (14) | Tags : uac, sukhoi, su-30sm2, aviation russe, l |  Facebook | |

Commentaires

Il semble que l’industrie russe continue de se maintenir malgré tout.

Écrit par : Elis | 23/11/2022

Bonjour,

Est ce que comme le F35 il craint la foudre ?

Écrit par : Jackez Le Navenec | 23/11/2022

@jackez le Navenec: ce fut le cas sur les premiers modèles, ce problème de jeunesse est réglé depuis longtemps.

Écrit par : Pk | 23/11/2022

@Elis: il semble bien que la Russie reste encore capable de faire fonctionner son industrie, tous les secteurs ne semble pas touché de la même manière par les sanctions.

Écrit par : Greg | 24/11/2022

@jackez le Navenec @ autres : Le kit d'amélioration resout ce problème. Il faut par contre équiper en rattrapage près de 230 appareils sur les 860 en services. Celà prend du temps. Les restrictions dont parlent certains articles concerne uniquement ces appareils.

Écrit par : PK | 24/11/2022

@ Jackez Le Navenec

Un peu de respect pour le F-35 svp ! Vous parlez de l'avion standard OTAN protecteur du monde libre svp !
Le problème de la foudre a été résolu depuis fort longtemps, il faut vous renseigner mon bon !
Et pour votre info; il est acquis au Japon, Singapour, des pays ou les orages et les typhons sont des réalités !
Triste ce que la jalousie peut provoquer...sinon votre SPLOUF, ..pardon SCAPFT...ça avance ?

@Greg,
Les sanctions nous coutent plus ici qu'elles ne font de mal à la Russie ! Laa preuve...

Écrit par : Ciceron | 24/11/2022

Bonjour à tous,

la condescendance de certains n'a parfois d'égal que leur manque d'information sur le sujet.
Pour information donc, voici donc un lien vers un article du magazine Forbes en date d'hier :
https://www.forbes.com/sites/erictegler/2022/11/23/air-force-f-35-lightning-iis-still-cant-fly-within-25-miles-of-lightning/

Ceci étant, le thème de l'article proposé par PK n'est pas le F35, au sujet duquel par ailleurs il y a peu de doute que LM ne finisse par trouver une solution à ce problème.

Pour ce qui est du sujet de l'article, méfions nous de la propagande russe (v. encore la visite de Medvedev hier dans une usine de missiles et claironnant qu'il y en avait assez pour tous les ennemis de la Russie).
Les sanctions occidentales contre la Russie sont efficaces : beaucoup d'études et de reportages en attestent comme les derniers en date sur la récupération par la Russie de puces et cartes informatiques sur des appareils électroménagers afin de les intégrer à du matériel militaire.
Je ne doute pas de la débrouillardise des russes (nécessité fait loi, règle qui vaut pour tous), mais si j'étais un pilote russe et si j'apprenais que certaines pièces de mon avion viennent d'un lave-vaisselle, je ne serais qu'à moitié rassuré par ce type de bricolage.

Par ailleurs, présenter un appareil à la presse et en vanter les mérites ne coûte par grand chose, c'est le terrain qui est le juge de paix.
Et à ce sujet, tous les observateurs sérieux du conflit ont déjà relevé que l'aviation russe n'avait pas acquis la maîtrise du ciel (alors qu'aucune no-fly-zone n'a été mise en place par l'OTAN) et qu'elle n'intervient que très peu en soutien aux troupes au sol.
En clair, il n'y a pas ou très peu d'"artillerie volante" du côté russe dans cette guerre, ce qui fait que de nombreux analystes militaires dressent des analogies avec la seconde guerre mondiale : tranchées pour l'infanterie + rôle majeur joué par l'artillerie terrestre, des deux côtés, comme en 14-18.

Alors non seulement cette livraison de SU-30SM2 ne signifie pas grand chose (sont-ils seulement opérationnels ?), mais en plus elle ne changera rien à la situation actuelle, d'autant que ces appareils sont plutôt dédiés à la supériorité aérienne (que la Russie ne réussit donc pas à obtenir en dépit de sa supériorité supposée écrasante contre l'Ukraine) et non à l'attaque au sol. Les appareils russes (souvent superbes) sont bien moins multi-rôles que le F35 ou le Rafale.

Cordialement à tous

Écrit par : Manciaux | 24/11/2022

Concernant les capacités de production des avionneurs russes, il convient de noter que le nombre d'appareils livrés n'est pas précisé.
De surcroît, pour un appareil qui est livré maintenant, la plupart des pièces ont été livrées il y a plusieurs mois, donc potentiellement avant l'ambargo.

Écrit par : François-01 | 24/11/2022

Ces appareils semblent avoir été livrés à l'aéronavale russe. La force aérienne russe en recevra aussi des neufs plus tard ou est-ce qu'elle n'aura que des appareils mis au niveau "SM2" ?

Écrit par : Jo-ailes | 25/11/2022

@Manciaux

Vous croyez vraiment que la Russie récupère les puces de lave-vaissele pour son industrie militaire ?

Tout d'abord il faut savoir qu'il y a plusieurs générations de puce en terme de gravure. Celle qui a la gravure la plus mince est taiwanaise à 2 nano mètres. La Russie avec sa puce Albrus est à 16 nanometre.

Pour information, la puce qui se trouve dans votre iPhone est plus récente et performante que celle qui se trouve sur un f35 ou rafale.

Donc, un sukhoi 30sm2, n'a pas besoin d'une puce imprimée à 2 nm pour être performant, pareil pour un rafale.

Au-delà de tout, il y a plusieurs possibilités pour contourner cet obstacle en achetant des puces chinoises par exemple, en lieu et place de mettre en place un mécanisme très complexe bizarre et sans opportunité.

Écrit par : Kunga | 25/11/2022

@Kunga,
Merci pour votre réaction ! Enfin quelqu'un qui a un cerveau !
Comment peut-on donner de la crédibilité à de pareilles absurdités ?
Les puces sur les appareils élecroménagers remplissent des fonctions simples, pour ne pas dire basiques ! Comment peut-on penser qu'elle puissent remplir des fonctions complexes qu'exigent des armements semi-modernes ! Et du coup, je me dis que s' ils n'on trouvé que ça comme argument pour saper les Russes, franchement,ça craint !

Écrit par : Gloscoar | 25/11/2022

Pour information en Israël le premier lot de F-35i a été affecté par ce problème. L’adjonction de supports associés au système de tubes de l OBIGGS, permet de maintenir les tubes d’arrivée à l'intérieur du réservoir et d'empêcher tout mouvement qui pourrait entraîner des dommages. Cette méthode simple permet ensuite de valider l’emplois du F-35 en opération. Ce qui signifie pour Israël un emplois bien réel.

Écrit par : Liv | 25/11/2022

@Kunga : le problème des puces russes, notamment Elbrus, c'est qu'elles sont pour certaines basées sur des architectures occidentales, et étaient en grande partie produites par TSMC à Taiwan. Les Russes ont du transférer leur production sur leur territoire, mais les capacités de production russes sont très en retard par rapport à celle de TSMC (et d'autres fabricants).
Cf. par exemple https://interfax.com/newsroom/top-stories/79684/
Et niveau performance, de l'architecture en elle-même, on est loin derrière ce qui se fait en occident : https://www.tomshardware.com/news/russias-biggest-bank-tests-elbrus-cpu-finds-it-unacceptable
Quant à la Chine, d'après ce que j'ai compris, elle est réticente à trop soutenir la Russie car ces entreprises pourraient alors être indirectement sanctionnées par les occidentaux...

Attention aussi à ne pas négliger la performance des puces équipant certains systèmes électroménagers, car il peut y avoir des puces ARM embarquées dans certains équipements, et qui sont bien plus puissantes que certains puces à usage militaires.
Par exemple voici les caractéristiques des puces montées dans la plupart des F-16 : http://img.bemil.chosun.com/nbrd/files/BEMIL081/upload/2008/03/F-16%20MMC%20%C4%C4%C7%BB%C5%CD.pdf
Alors bien sûr, les systèmes militaires répondent à impératifs très différents (durabilité, souveraineté électronique, etc.) mais pour prendre un exemple, en valeur absolue, le système sur puce monté dans un Thermomix (plus ou moins l'équivalent de ce qu'on trouve dans un smartphone) est infiniment plus puissant que celui équipant un F-16...
https://thespoon.tech/here-they-are-the-full-thermomix-tm6-specs/

Bref, récupérer le système sur puce d'un thermomix pour le reprogrammer et l'utiliser dans certains équipements militaires (pas forcément des avions de chasse...) n'a rien de farfelu. Il suffit de regarder l'architecture d'un drone Russe Orlan 10, qui semble être équipé, entre autres, de caméras Canon et, de puces GPS civiles suisses (U-Blox) : https://www.watson.ch/fr/suisse/russie/437394243-ukraine-une-puce-suisse-fait-voler-les-drones-russes

Écrit par : chris2002 | 27/11/2022

@ Chris
Quel pamphlet artistique que le vôtre !
D'abord, vos références ; quelle crédibilité y accorder alors que la guerre de l'information fait rage avec la Russie ? À ce niveau-là, c'est plus que de la naïveté !
Ensuite, vous oubliez que les équipements militaires répondent à des normes de qualité bien différentes que les équipements civils !
Les puces civiles ne sont pas conçues pour résister à des vibrations extrêmes dues à des impacts balistiques et ne doivent pas résister à des rayonnements magnétiques liés à des radiations nucléaires ! Et que dire des conditions de chaleur, un tank devant pouvoir évoluer aussi bien dans le désert irakien qu'en Sibérie !
Les équipements militaires sont conçus avec des normes de résistance bien différentes qui tiennent compte de la surviabilité ; vous imaginez, un char de 50 millions de dollars arrêté à cause de puces de moindre qualité ?
Non, les équipements militaires (même russes), n'ont rien à voir avec les puces de votre frigo !
Je ne serai pas non plus si catégorique concernant les transferts chinois et taïwanais !
Pour être juste, vous auriez dû parler de transfert de technologies militaires vers la russie, l'embargo et les sanctions ne concernant ni la Chine, ni Taïwan !

Écrit par : Glustax | 27/11/2022

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.