19/09/2022

La Suisse devient officiellement client du F-35 !

aramsuisse,ddps,f-35,lockheed martin,les nouvelles de l'aviation

Le 19 septembre 2022, le directeur général de l’armement Martin Sonderegger et le chef de projet Darko Savic ont signé chez armasuisse à Berne le contrat d’acquisition avec le gouvernement américain. L’achat de 36 avions de combat de type F-35A a ainsi été entériné contractuellement après l’adoption du crédit d’engagement par le Parlement le 15 septembre dernier. La livraison des avions, qui remplaceront la flotte actuelle de F/A-18 Hornet et de F-5 Tiger, s’échelonnera entre 2027 et 2030.

La Suisse devient ainsi le 9ème pays européen et le 16ème au monde à opter pour l’avion de 5ème génération le plus moderne en Occident.

Le contrat d’acquisition concernant l’achat de 36 F-35A représente un montant de 6,035 milliards de francs (ce montant prend en compte les marges de taux de change et d’inflation par sécurité) et se situe ainsi dans l’enveloppe de financement maximale acceptée par la population suisse dans les urnes. Le contrat a été signé par le directeur général de l’armement, Martin Sonderegger, et par le chef du projet d’acquisition des nouveaux avions de combat, Darko Savic. Les autorités américaines avaient quant à elle signé le contrat d’acquisition en octobre de l’année passée déjà.

Les coûts d’acquisition du F-35A englobent, en plus des avions, des équipements répondant à des usages spécifiques, des armes et des munitions, des packs logistiques, des systèmes de planification et d’évaluation des missions, des systèmes d’instruction ainsi qu’une formation initiale. De plus, les coûts de l’intégration aux systèmes suisses de conduite et d’information (notamment les adaptations aux systèmes logistiques existants) et des prestations de soutien par l’industrie, un montant pour les risques, le renchérissement dans le pays de production (États-Unis) et la TVA sur les importations sont également compris.

Les prix sont contraignants

La Suisse achète les avions aux États-Unis par l'entremise du programme « Foreign Military Sales » (FMS), aux mêmes conditions que celles qui s’appliquent à l’État américain. Ce dernier règle l’acquisition avec le constructeur Lockheed Martin au moyen de son propre contrat, accessible au DDPS. Les prix et les conditions contractuelles y sont fixés de manière contraignante et sont soumis à un contrôle strict.

De plus, la Suisse et les États-Unis ont négocié une clause spécifique et signé une déclaration séparée établissant le caractère contraignant des prix.

Contrat d’affaires compensatoires conclu en parallèle du contrat d’acquisition. Dans le cadre de la signature du contrat, il ne s'agit pas seulement de l'achat du F-35, mais aussi du contrat offset qui oblige le constructeur Lockheed-Martin à effectuer des transactions compensatoires. Les affaires compensatoires (offset) sont un élément important pour renforcer notre économie. Pour le F-35A, 60% de la valeur du contrat doit être compensée par l'attribution de commandes en Suisse. Dans la situation économique actuelle, ces commandes supplémentaires arrivent à point nommé. Plusieurs emplois hautement qualifiés seront garantis dans les décennies à venir. L'Alliance pour la sécurité en Suisse s'attend à ce que toutes les régions du pays soient prises en compte, de même que la large base industrielle liée à la sécurité. L'industrie est l'épine dorsale de toute armée et est donc indispensable à notre sécurité.

En même temps que le contrat d’acquisition, le chef du programme Air2030, Peter Winter, et le chef du projet pour le F-35A, Darko Savic, ont signé le contrat d’affaires compensatoires avec Lockheed Martin. Celui-ci fixe cadre de référence à partir duquel le constructeur américain peut conclure avec l’industrie suisse des affaires qui compensent les coûts d’acquisition encourus par la Suisse. Les entreprises suisses engrangeront ainsi des commandes pour un volume de près de 2,9 milliards de francs. (sources armasuisse).

aramsuisse,ddps,f-35,lockheed martin,les nouvelles de l'aviation

Photos : 1 F-35A italiens à Emmen en mars dernier @ P.Kümmerling 2 Signatures suisses du contrat@ DDPS

Commentaires

Voilà une bonne chose pour nos Forces Aériennes !

Écrit par : Jo-ailes | 19/09/2022

Question simple : en faisant abstraction de tout débat sur les capacités du F-35, est-ce que cet avion peut fonctionner opérationnellement en dehors du contrôle militaire américain ?

Écrit par : UnOurs | 19/09/2022

Bravo à la Suisse, pas pour rien qu'ils présèrvent savament leur neutralité depuis des siècles; ils savent y faire !
Une petite blague de circonstance ; Dans blanche neige, la princesse transforme le crapaud en prince, avec Meghan Markle c'est l'inverse !
God save the king !

Écrit par : Diderot | 19/09/2022

Merci pour cette excellente nouvelle !

Il faut lancer demain le programme pour l'acquisition d'avions supplémentaires, vu les 20 années que mettent nos autorités politiques pour s'accorder sur le principe...

Écrit par : Cap B | 19/09/2022

@UnOurs: Dans votre question il faut faire un distingo entre ce vous appeler un "contrôle" et une évolution commune. Je m'explique, la Suisse a obtenu comme Israël la maintenance complète de l'avion contrairement à certains autres clients qui vont dépendre des sites spécifiques. Par ailleurs, nous aurons une gestion autonome de nos informations (tactiques, méthodes) que nous pourraont partager avec d'autres si nous le désirons. Nous aurons également en Suisse le principal centre de recherche et d'application cybernétique destinés à l'évolution de la flotte mondiale de F-35 (ceci faisant partei des compensations industrielles).
Maintenant, il faut également regarder cet avion de 5 ème génération sous un autre angle, celui de l'évolution permanente. Pour ce faire les avions sont "plugués" via le nouveau système ODIN afin : de recevoir tous les mois une mise à jour contre tout les 3 ans pour un avion de 4 ème génération. Ceci comprend, la mises à jour logiciel et amélioration de fonctionnement, maintenance prédictive et évolution de la bibliothèque des menaces (air-air, sol-air, cyber) pour l'ensemble des pays utilisateurs.
Il n'ya pas de contrôle spécifique au sens du terme de la part des USA. Par contre, si un F-35 venait à tomber dans de mauvaises mains, ce dernier pourrait être à un certain moment inutilisable et ne pourrait être retourner contre ses utlisateurs. Soit une sécurité pour nous également.

Écrit par : Pk | 19/09/2022

@Cap B, en fait, la société des officiers du canton de Zurich avait déjà annoncé il y a quelques semaines qu’il faudrait au plus vite mettre une nouvelle évaluation sur les rails, afin d’épauler les futurs F-35 car selon eux les 36 Exemplaires suffiront pas... ils n’ont peur de rien! Même si sur le fond je suis assez d’accord...

Écrit par : Harry Spotter | 19/09/2022

@Harry Spotter: une nouvelle évaluation est simplement impossible et inutile. Par contre, le budget de 6 milliards qui a été voté permet éventuellement un achat complémentaire à l’avenir de F-35 étant donné que le prix de base et de 5,92 milliards.

Écrit par : Pk | 20/09/2022

Le GSSA retire son intiative !

Écrit par : Cap B | 20/09/2022

@PK : C'est dommage qu'une nouvelle évaluation ne soit pas possible : une douzaine de M346 aurait été les bienvenus. Ils auraient permis d'être engagés pour notre Patrouille Suise tout en apportant un peu de baume au coeur à ces quelques parlementaires socialistes qui voulaient tant en acheter il y a quelques années... ;o)

Quoi qu'il en soit, l'initiative populaire (antidémocratique puisque l'achat avait déjà été validé par le peuple) "STOP F-35" vient d'être officiellement retirée parce que "La signature du contrat d'achat du F-35 met un point d'orgue à un "processus antidémocratique" et enterre "définitivement la démocratie directe",..." Quelle mauvaise fois, c'est incroyable. M'enfin, le contrat est signé, c'est le principal!

Écrit par : Jo-ailes | 20/09/2022

@Harry Spotter. Je pense qu'avant de songer à accroître la flotte d'avions, il faudra songer d'abord au remplacement du AIM-120, un jour où l'autre. Et pour cela attendre de voir les resultats des développements US actuels. De plus j'observerais les développements des drones actuels et futurs qui pourraient être une addition de capacités diverses très intéressantes dans de nombreuses missions.

Écrit par : Baz driver | 20/09/2022

@Pk Merci pour votre réponse.

Ma question ne portait pas vraiment sur l'aspect industriel, mais sur la partie opérationnelle, plus précisément sur ceci, selon vos propres mots : "...ce dernier pourrait être à un certain moment inutilisable."

Si d'aventure la Suisse se trouvait à devoir répondre à une menace ou à des pressions venant d'un pays ou d'une alliance proches des USA, est-ce que nos avions pourraient devenir soudainement "inutilisables" ?

Cette réponse conditionnera très fortement toute mon attitude future envers l'armée de mon pays, en tant que patriote suisse. Bon, je sais bien que ma voix seule dans l'urne ne comptera jamais beaucoup, mais il y aura peut-être d'autres occasions où nous devrons nous prononcer sur des affaires militaires, sans que les dés ne soient pipés par des questions habilement biaisées.

Écrit par : UnOurs | 20/09/2022

@Pk Merci pour votre réponse.

Ma question ne portait pas vraiment sur l'aspect industriel, mais sur la partie opérationnelle, plus précisément sur ceci, selon vos propres mots : "...ce dernier pourrait être à un certain moment inutilisable."

Si d'aventure la Suisse se trouvait à devoir répondre à une menace ou à des pressions venant d'un pays ou d'une alliance proches des USA, est-ce que nos avions pourraient devenir soudainement "inutilisables" ?

Cette réponse conditionnera très fortement toute mon attitude future envers l'armée de mon pays, en tant que patriote suisse. Bon, je sais bien que ma voix seule dans l'urne ne comptera jamais beaucoup, mais il y aura peut-être d'autres occasions où nous devrons nous prononcer sur des affaires militaires, sans que les dés ne soient pipés par des questions habilement biaisées.

Écrit par : UnOurs | 20/09/2022

@UnOurs: le risque d’une pression qui atteindrait le domaine militaire de la part d’un de nos voisins et quasiment nul. A contrario c’est bien le cadre d’une collaboration plus étroite et renforcée qui s’annonce, tout en gardant un espace décisionnel.

Écrit par : Pk | 20/09/2022

La mauvaise foi du GSsA et de la Gauche, sous la bannière « Non à une votation alibi » l’initiative STopF35 va être retirée. Si, il y avait eu une nouvelle votation, c’est bien les antimilitaristes qui l’auraient provoquée !
La Gauche et le GSsA ont compris depuis longtemps qu’ils n’obtiendraient pas le nombre de signatures dans les temps, et tant pis si la votation de septembre 2020 en faveur de l’achat d’un nouvel avion est passée. L’objectif était de faire perdre du temps et repousser la signature du contrat en prenant la démocratie en otage. Ce retrait s’inscrit dans un contexte politique et sécuritaire défavorable pour les initiants. Le vote populaire de septembre 2020 offre une légitimité politique et juridique incontestable au Conseil fédéral pour acquérir le F-35. On peut ne pas être d’accord avec ce choix, mais en droit suisse, il n’y a pas d’effet suspensif pour les initiatives populaires.
La mauvaise foi, perdure chez les antimilitaristes qui tentent de sauver les apparences.

Écrit par : Steeve | 20/09/2022

@Steeve: c’est parfaitement juste, j’ajouterais que les anti-avions n’ont au final jamais voulu un vote, Il s’agissait uniquement de faire planer une menace. Au final, ces derniers ont simplement préparé leur sortie par une tentative de petit coup d’éclat. Seuls les naïfs mordront à l’hameçon, de cette comédie pathétique.

Écrit par : PK | 20/09/2022

Il est vrai qu’à entendre les initiants sur les ondes, nous assistons à un final théâtral digne d’une mauvaise farce, quel mauvais goût additionné d’hypocrisie…

Écrit par : Amélie | 20/09/2022

"...le risque d’une pression qui atteindrait le domaine militaire de la part d’un de nos voisins et quasiment nul..."

Maintenant oui, mais dans 20-30 ans ?
De fait, envoyer un F-35 suisse faire de la police aérienne face à des appareils de l'OTAN qui frôleraient nos frontières (comme par exemple lors de la guerre contre la Yougoslavie), ce sera juste de la grosse rigolade, du kérozène gaspillé. Vu que le pilote suisse saura que son avion pourra à tout moment devenir subitement "inutilisable". Un peu cher payé juste pour sauver les apparences.

Écrit par : UnOurs | 20/09/2022

En soit, les F-35 seront achetés, c'est très bien. N'oublions cependant pas que si la votation initiale (de 2020) a été gagnée, elle l'a (malheureusement) été de manière extrêmement serrée...
Votes pour : 1'605'839
Votes contre : 1'597'324
Différence : 8515 soit 0.26% de l'ensemble des votes exprimés. Ce qui est une différence extrêmement faible, et qui montre bien que la population suisse était extrêmement divisée sur le sujet.
Même si bien sûr au niveau juridique/politique/etc. une seule voix d'écart suffirait pour valider la votation.

Donc attention non plus à ne pas trop fanfaronner, parce que si d'autres votations sur l'armée devaient avoir lieu à l'avenir, il suffirait qu'il n'y ait qu'un très faible report de votes pour que la roue tourne en faveur des anti-militaristes (8000 voix c'est même pas la population de Gland, par exemple). Ce qui serait dommage...

Écrit par : chris2002 | 20/09/2022

@UnOurs: Je vous la refati simple: On ne peut rendre subitement un avion inutilisable ! 20 ou 30 ans et bien justement c'est dans cette période que l'on réfléchira au replaçant du F-35 et en fonction des alliances nous aurons le choix entre divers concurrents US, EU ou Chinois si celà vous plaît.

Mais garder à l'esprit que quelque soit le choix d'un futur Tempest ou SCaf (si ce dernier se réalise) ou tout autre NGAD, ces avions seront en réseau et vous serez d'une manière ou d'une autre lié à vos voisins ou à d'autres.

Mais vous pouvez aussi choisir de plus avoir d'aviation comme le GSsA le désir et dans ce cas vous tomberez dans un protectorat Otan ou autre (dans 20 / 30 ans) et vous n'aurez plus aucun contrôle sur l'espace aérien. C'est ainsi pour certians pays Lituanie, Estonie, Letonie et L'Irlande..notez que cette dernière désir recréer une force aérienne et reprendre sa souverainté aérienne.

Écrit par : PK | 20/09/2022

@UnOurs, vous arrive-t-il de lire, d'essayer de comprendre et de réfléchir avant d'écrire n'importe quoi ?

Écrit par : Marco | 20/09/2022

@chris2002: C'est juste, mais n'ouibliez pas que la votation a eu lieu dans une période difficile, en plein COVID. Inquiétude sur l'emplois, l'économie soit des arguements qui semblaient plus imporant que le rempalcement de nos avions. Deux ans plus tard, vous prenez en compte la guerre en Ukraine et le coambat qui reprennent en Arménie, les tensions à Taïwan et là vous verrez un tout autre visage lorsqu'il faut penser défense.

Écrit par : Marco | 20/09/2022

@Chris 2002, la Suisse c'est 8,6 millions de citoyens. Il n'y a donc à peine que 37% de la population qui a participé au référendum ! Vos conclusions sont assez erronées sur un tel échantillonnage ! Les seules conclusions à en tirer c'est que vote était serré cette fois ci et ne signifie rien de plus. Autre enseignement, par deux fois le Typhon et le Rafale ont été rejetés, ce qui est aussi une indication très importante sur le choix suisse !

Écrit par : Sildavie | 21/09/2022

@Sildavie,
Peu importe les chiffres, la procédure a fait l'objet de la pus grande transparence possible ! Certains ergoteront toujours sur des détails insignifiants. La réalité, c'est que les avions Européens sont techniquement déclassés par les technologies du F-35 ! Le groupe Italo-anglo-espano-allemands va probablement commencer à lever le pied sur le Typhon au profit des F-35 qui apportent un avantage qualitatif indéniable. Par contre coté français, cela reste illisible ; SCAF ou pas, plan B ou pas ...C'est la Bérézina à Paris en ce moment ! Toujours pas d'annonces claires et je ne crois pas que le Rafale y suffira ! On peut le muscler comme on veut, mais il gardera les caractéristiques techniques de son époque ! Et puis, cela couterai aussi cher que de lancer le SCAF pour un résultat moindre. Pas simple pour eux en ce moment !

Écrit par : Silodon | 21/09/2022

@Sildavie,

je pense qu'il faut arrêter de tout confondre.
Ni le Rafale ni l'Eurofighter n'ont été rejetés par référendum en Suisse, seul le Gripen l'a été, en 2014.
Et l'une des raisons du rejet du Gripen, sans doute pas la seule mais d'autres ici pourront mieux vous l'expliquer, a été le choix du Gripen (moins cher) alors même que le Rafale était arrivé largement en tête des évaluations techniques menées au début des années 2010 comme l'ont révélé des informations qui ont "fuité" et qui sont largement consultables sur internet.
La vérité d'un jour n'est pas celle du lendemain.

Par ailleurs, merci de garder présent à l'esprit que lorsque le choix d'un avion repose sur certains critères, la définition de ces critères est centrale.
Rappelons l'exemple de la Belgique qui avait fixé comme critère déterminant le port par l'avion à sélectionner de la bombe atomique B61. Seul le F35 étant homologué pour le faire, c'est le F35 qui a été -logiquement- choisi. Rappelez vous que Boeing s'était retiré de cet appel d'offre car son F18 SuperHornet ne l'était pas.
Le choix d'un avion fondé sur des critères communiqués signifie simplement que l'avion finalement sélectionné est le meilleur au regard de ces critères, pas qu'il est LE MEILLEUR de manière absolue, appréciation qui n'a d'ailleurs aucun sens car tout modèle d'avion (le F35 comme les autres) repose sur des compromis.
Bien à vous

Écrit par : Manciaux | 21/09/2022

@Manciaux: petite précision qui a son important, en 2014 c’est bien l’idée d’un fond spécial en l’occurrence pour me Gripen qui a été refusé. Cette décision aurait été la même quelque soit l’avion choisi. Par ailleurs, effectivement on peut parler de choix qui correspondent aux meilleurs critères, à condition d’avoir des résultats relativement proche. Le client opte pour ce qui convient le mieux et notamment avec une pondération politique. Sauf, que lorsque l’on se retrouve en Suisse comme en Finlande avec un avion qui écrase complètement ses adversaires dans tous les domaines techniques et des coûts, il n’y a plus de place pour une pondération. Nous avons là une différence cinglante entre les essais de 2009 et de 2019.

Écrit par : Steeve | 21/09/2022

@Sildavie, Manciaux : Attention, en 2011 nous aurions dû logiquement choisir le Rafale. Le problème de l’époque c’est que le responsable de La Défense n’avait pas de budget ! Si, on en était Là ! De fait il s’est retrouvé à devoir créer un Fond spécial en plus du budget normal de l’armée. La politique suisse devait faire passer cette option devant le peuple. L’avion suédois dans sa version E en développement était la moins cher et de l’avis du Ministre plus facile à obtenir. Un ratage total, c’est bien la création de ce fond qui a été rejeté. Donc en 2011 le meilleur étant le Rafale nous aurions dû avec un budget pouvoir l’acheter. Aujourd’hui la nouvelle Cheffe n’a la commis la même erreur et c’est le F-35 qui est devant. Pour autant les essais en Finlande ont montré que le Gripen E s’est avéré le meilleur avion européen obtenant la seconde place avec le Super Hornet devant les Rafale et Eurofighter. Voilà j’espère que les choses sont un peu plus claires.

Écrit par : Pk | 21/09/2022

Manciaux. Ah!! Toujours ce beau critère de l'arme nucléaire pour justifier certains choix.... Les Allemands ont pu intégré l'arme nucléaire sur le Tornado parce qu'il l'on décidé, et surtout l'ont payé. Ils auraient pu faire de même pour le Typhoon, mais également pour le F-18. Idem pour les Belges. Mais voilà cela a un coût et des durées de développement et d'intégration considérables. Les états européens qui décident de faire cette mission nucléaire n'y sont pas du tout obligés. Ils peuvent se retirer s'ils le veulent. D'autres nations de L'OTAN y ont renoncé avant. Les Belges auraient très bien pu achetez des F-16 derniers blocks, ou des F-15, les Allemands auraient aussi pu acheter ce dernier. Je ne sis pas que critère n'a pas pesr son poids, mais arrêtez de le magnifier.

Écrit par : Baz driver | 21/09/2022

hate de voir les premiers passages de F35 lors d un axalp

Écrit par : Romain | 22/09/2022

Pk , le Gripen E est une évolution du Gripen . Le Rafale F4 est une évolution au moins dans les mêmes extensions de capacités , voire plus , du Rafale de 2011 . Vous dîtes vous-même que le Rafale était le meilleur pour la Suisse en 2011 . Les conditions du concours finlandais seraient à connaître , mais a minima il y a contradiction majeure à dire que le Gripen E le surclasse .

Écrit par : philbeau | 22/09/2022

En Belgique on y a eu droit lors du Sanicole airshow.
Mais quel quif....E.P.O.U.S.T.O.U.F.L.A.N.T !
Piloté par la major Kristin Wolfe, une meuf en plus, total respect !!!
Et dire que certains l'on qualifié (l'avion ;-) de brique volante, je les invite à voir l'agilité de l'engin. Il vire plus court qu'un F-16 !
Et c'est l'un des chasseurs les moins bruyanst que j'ai entendu !
Beaucoup trop de mensonges sur le F-35 qui vont bientôt enfin tomber !

https://www.youtube.com/watch?v=RfZw5VHuLWY
https://www.youtube.com/watch?v=cS0T1K7hiSw

Écrit par : Jan | 22/09/2022

(Suite)
Pour avoir vu plusieurs fois le Rafale et le Typhon évoluer en démonstrations, je dirai que le F-35 est moins lourd de l'arrière, sans doute garce à son monomoteur, il part moins en lacet dans les virages serrés et l'absence de correction le rend beaucoup plus agile de manière générale.
Il est étonnamment très silencieux, avant de nous dépasser, on n'entendait quasi rien !

Écrit par : Jan | 22/09/2022

@Philbeau: OUi le Rafale en 2009 en Suisse a terminé premier. Les deux suivants étaient derrières mais avec une marges assez courte. Concernant le Gripen, il s'agissait de la version C/D, le démonstrateur du E soit le Gripen NG n'était pas disponible et en pleins essais. Au vue du développement du Gripen E, on s'attendait à ce celui-ci soit du niveau du Rafale, le plus moderne d'ci 2023, date à laquelle il doit entrer en service opérationnel. La surprise dans les essais en Finlande est de constater qu'il a fait une très belle réussite. De plus, en tenant compte des améliorations disponibles tant pour le Rafale F4 que le Gripen E pour la période 2025 - 2030, ce dernier a été jugé encore meilleur. Je dirais que l'avantage du Gripen E vient probablement du fait qu'il intègrera d'ici là, des capacités SEAD/DEAD qui n'existent pas sur le Rafale F4. Il y a sur ce sujet une demande assez importante de l'Armée de l'air française qui est restée lettre morte pour l'instant . Ajouter le système de plateau cyclique du radar AESA du Gripen qui permet d'élargir le champs de détection et nous avons probablement une partie de l'explication.

Écrit par : PK | 22/09/2022

@PK, merci pour vos précisions qui rendent justice au Rafale !Cependant, permettez-moi de vous dire qu'ils s'y prennent très mal chez Dassault ! S'il ne s'agissait que d'une question de budget, qu'ont ils attendu pour faire preuve d'ingéniosité ! Aujourd'hui, on voit le Rafale en exportation en occasion ou bien vendu à des prix qui défient toute concurrence à des pays désargentés ! Qu'est ce qui a changé entre ces deux époques, je ne pense pas que la Grèce et la Croatie aient des moyens supérieurs à la Suisse, même si la première enveloppe était moindre. En fait, ils se sont adaptés, mais trop tard, le loup F-35 était déjà dans la bergerie. Autre cas d'école; la Belgique ! Après une premirrèe offre, Dassault décida de la retirer, vexée par le cahier des charges qui faisait selon eux, la part belle au F-35 ! Et voilà qu'à quelques jours de la clôture de l'AO, on vit Mme Florence Parly débarquer à Bruxelles, pour inopinément demander une audence au premier ministre afin de proposer un partenariat structurant avec le SCAF en cas de choix du Rafale ! Je vous rappelle qu'on est alors à quelques jours de la clôture de l'AO ! A part l'embarras du premier ministre ; Charles Michel de l'Europe, qui comptait à l'époque sur le soutient de Macron pour appuyer sa candidature à la présidence Européenne, tout le monde  s'est  demandé si en France, on comprenait encore les règles d'un AO ! Plus tard, on apprit que c'était Macron qui avait tapé du poing sur la table afin de ne rien céder aux américains et qui avait dépéché sa pauvre ministre se ridiculiser à Bruxelles ou on en rigole encore aujourd'hui. Voyez-vous, la grosse différence en négociant avec les Français, c'est qu'ils sont sans cesse contredisants, et en plus, il faut passer par 15 personnes pour une réponse assez basique ! Avec les Américains, c'est autre chose. Il n'y a qu'un seul interlocuteur qui répond à un seul numéro spécial, et quand il dit oui, cela ne change plus ! Ce sont ces petites choses qui permettent de gagner un contrat tout simplement ! Crier que votre avion est le meilleur, ou du moins le penser ne suffit pas !

Écrit par : Lisolon | 22/09/2022

@Jan. Dommage qu'elle ait dû se limiter à la demonstration "plafond bas", cela a privé les spectateurs de certaines manoeuvres très spectaculaires dans le domaine vertical qui sont réalisées par beau temps....

Écrit par : Baz driver | 22/09/2022

@PK : Je ne suis pas tout-à-fait d'accord avec votre synthèse du classement finlandais. La Suède a fait une offre groupée comprenant des Gripen et des Saab GlobalEye. Parmi les participants, les F-35 et le Super Hornet Growler offrent également ce type de capacité.

Les Rafale et Typhoon n'offrant pas les même capacités d'alerte avancée/guerre électronique, ils ont logiquement étaient très mal noté sur ce point.

Écrit par : FredericA | 23/09/2022

@Jan "Et dire que certains l'on qualifié (l'avion ;-) de brique volante, je les invite à voir l'agilité de l'engin. Il vire plus court qu'un F-16 !"

En fait, l'expression "brique" est aussi liée l'état de développement du F-35. A une époque, les facteurs de charge était volontairement bridés pour des raisons de sécurité. Pour l'avoir vu en démonstration au Salon du Bourget en 2017, je confirme l'impression d'un avion bien peu agile (et/ou d'un pilote ne prenant aucun risque). Cette remarque n'est pas polémique mais simplement factuelle.

Écrit par : FredericA | 23/09/2022

@FredericA

Sans vous désobliger, je confirme bien l'impression d'agilité et d'aisance en manœuvres du F-35, dont les masses sont beaucoup mieux centrées que sur Rafale ou Typhon. Sur les biréacteurs, l'arrière dérive beaucoup plus à cause du poids des deux réacteurs. Le cul de l'avion est constamment en dérive et doit être compensé par de la puissance et des corrections ! Le F-35 est beaucoup plus agile et beaucoup plus vite repositionné pour la manœuvre suivante car moins sujet aux lacet !Je crois aussi que la configuration delta sacrifie le centrage des masses. Les petites ailes du F-35A et surtout le corps de l'avion faisant la portance (vu la largeur de l'engin), produit un ensemble ramassé qui est beaucoup plus équilibré en manœuvres. Les masses doivent être beaucoup plus proches du centre de gravité.
Pour la remarque qu'il vire plus sec qu'un F-16, il s'agit du commentaire de l'expert technique de la composante air (qui commentait le show) qui a volé sur les deux avions (Il a participé aussi aux évaluations de L'AO belge !)
Quelque part, on sent bien qu'on véhicule beaucoup d'inepties sur cet avion.
Il est heureux qu'en le voyant de plus en plus souvent voler en Europe, il sera difficile de maintenir ces préjugés erronés qui vont tomber tout seul !
Les gens ont des yeux pour voir, tout simplement.

Pour moi, je valide sans réserve ; puissant, silencieux, agile, moderne, il renvoie les 4G aux hangars, il n'y a pas photo ! Même l'aspect du revêtement est très différent de ce qu'on connait ; un avion très spécial et pourtant j'en ai beaucoup vu !
!

Écrit par : Jan | 23/09/2022

Quant au bruit, c'est assez évident ! Deux sèche-cheveux allumés feront toujours plus de bruit qu'un seul ! C'est assez évident !

Écrit par : Claude | 23/09/2022

@Claude. Non, le bruit des deux ne s'additionne pas. Les deux PW-220 d'un F-15C pleine PC font moins de bruit qu'un seul moteur F-135 du F-35 à pleine PC......

Écrit par : Baz driver | 23/09/2022

@Jan : Mes propos ne contredisent pas les votres (relisez-Moi s'il vous plait).

Vous parlez d'un présentation faite en 2022 que je compare à celle que j'ai vue en 2017.

Écrit par : FredericA | 23/09/2022

@FredericA. Une demo est une demo plus ou moins libre pour son exécutant... Et là je parlerai plus loin de l'US Air Force et de ses pratiques en la matière.

Avant cela je vais parler de mon bon vieux F-15A/C.

Avez-vous déjà vu cet appareil dans une demo effectuer un tail-slide? un vol à 100Kts 35° AOA façon F-18? Une boucle "carré" façon F-18? Un Paddle turn façon F-18? Effectuer dans une montée verticale lente un renversement sur la tranche en mettant plein pied? Ralentir en vol horizontal à 150Kts, mettre full aft stick, se cabrer en un clin d'oeil à 60°++ AOA puis à reprendre son vol horizontal? Et j'en passe... la réponse est non aux questions. Mais le fait est que le F-15A/C en est capable. Ça aussi c'est factuel. Et c'est là que j'en viens à l'US Air Force et ses demos. Dans les années 70/80, un nombre de crashs élevés dans des show "improvisés" a conduit l'USAF à reprendre les choses en mains. Des mains qui sont devenues hyper rigides et directrices. Les équipes de demo US sont sous direction des squadrons de test de Nellis. Ce sont eux qui fixent les programmes de demo. Et leur obsession de la sécurité fait qu'on a les demos qu'on a. Les pilotes de demo n'ont pas leur mot à dire sur le programme. Et on s'en rend vite compte. La demo du F-15C en 2006 est strictement la même qu'en 1986... la raison n'est pas de cacher des capacités, mais bien la sécurité avant tout. D'ailleurs si vous comparez les demos de F-16, F-18 européens à leur collègues US, vous verrez une énorme différence.. En Europe on a plus de latitude, ce qui ne veut pas dire que la sécurité n'est pas là, mais aux US elle est exacerbée. Il sera donc intéressant de voir les demos des utilisateurs européens des F-35....

Écrit par : Baz driver | 23/09/2022

@ Baz driver,
Le F-35 est très silencieux de manière générale. Pour moi, il n'y a pas photo. Lors de la démonstration, lemoteurs n'a pas vraiment été poussé parce qu'il à besoin de moins de puissance pour réaligner
Tout le contraire des Rafale et Typhon (vus et entendus plusieurs fois) qui doivent piloter tout en puissance pour récupérer l'arrière qui est constament en lacet.
Le contrôle de masse et l'inertie est tout à fait différent avec le F-35. Le grondement qui dechiere l'air des bireacteurs est beaucoup plus doux.
Mais allez donc le voir plutôt que de me croire sur parole. Malheureusement, je n'ai pas pensé à faire une mesure sonomètre avec mon GSM.

Écrit par : Jan | 23/09/2022

@Jan : Merci pour ces liens et vos commentaires sur les qualités de vol du F-35. J'attends avec impatience de voir un F-35 avec les cocardes suisses.
En ce qui concerne le bruit, je ne sais pas exactement ce que donnent les comparaisons avec les autres concurrents. Par contre, les mesures effectuées en Suisse ont démontré que le F-35 était plus bruyant que le F/A-18 C/D de trois décibels au décollage et de cinq décibels supplémentaires au sol...

https://www.rts.ch/info/suisse/12835017-les-avions-de-combat-f35-plus-bruyants-que-les-fa18-selon-un-rapport.html

Écrit par : Jo-ailes | 24/09/2022

@Jan, je l'ai déjà vu, et j'ai eu la chance de voir la demo beau temps. La mesure du bruit dans une demo ne vaut rien. Les demos ne sont pas les mêmes, ni les manoeuvres distances et régimes. Les mesures de bruits se font avec des distances et régimes comparables. Et que ce soit en Israël, aux Etats-Unis ou ailleurs, le constat est le même. Le F-35 est légèrement plus bruyant que F-15, F-16, F-18. Particulièrement à pleine PC. Ce n'est pas un reproche, mais un constat fait selon des methodes precises de mesure du bruit, qui ne laissent rien à l'appréciation.

Écrit par : Baz driver | 24/09/2022

@Baz driver, pour les démos en Europe, il faut mentionner l’Allemagne qui est un cas à part. Déjà avant l’accident lors du meeting de Ramstein en 1988 (ou les Frecce Tricolori s’étaient télescopés lors d’un croisement puis écrasés dans le public) l’aviation allemande ne faisait plus de la voltige militaire, apparemment suite à un accident, et les démos de la Luftwaffe se limitent dès lors à des survols et des manœuvres militaires (un exemple étant le Vicking Team avec 2 F-104 de la Marine allemande).
Après Ramstein c’était devenu pire, les formations n’avaient plus le droit de faire des démos en Allemagne, puis depuis les années 2000 avec des limitations (ainsi la Patrouille Suisse à Berlin faisait des croisements séparé de 100 mètres et le soliste passait à côté du « tunnel » formé par les autres Tigers...).

Écrit par : Harry Spotter | 25/09/2022

@Harry Spotter. Mon commentaire se voulait général. Mais si je devais préciser, je pense aux belges, néerlandais, finlandais... Le drame de Ramstein a touché tous les pays, et redéfini les règles. J'ai vécu et adoré la démonstration des Frecce avant cet accident. Mais il fallait bien faire quelque chose pour éviter au maximum ce genre de drame. Les allemands vont encore plus loin et c'est leur choix.

Écrit par : Baz driver | 25/09/2022

@FredericA

Sans vous désobliger, je confirme bien l'impression d'agilité et d'aisance en manœuvres du F-35, dont les masses sont beaucoup mieux centrées que sur Rafale ou Typhon. Sur les biréacteurs, l'arrière dérive beaucoup plus à cause du poids des deux réacteurs. Le cul de l'avion est constamment en dérive et doit être compensé par de la puissance et des corrections ! Le F-35 est beaucoup plus agile et beaucoup plus vite repositionné pour la manœuvre suivante car moins sujet aux lacet !Je crois aussi que la configuration delta sacrifie le centrage des masses. Les petites ailes du F-35A et surtout le corps de l'avion faisant la portance (vu la largeur de l'engin), produit un ensemble ramassé qui est beaucoup plus équilibré en manœuvres. Les masses doivent être beaucoup plus proches du centre de gravité.
Pour la remarque qu'il vire plus sec qu'un F-16, il s'agit du commentaire de l'expert technique de la composante air (qui commentait le show) qui a volé sur les deux avions (Il a participé aussi aux évaluations de L'AO belge !)
Quelque part, on sent bien qu'on véhicule beaucoup d'inepties sur cet avion.
Il est heureux qu'en le voyant de plus en plus souvent voler en Europe, il sera difficile de maintenir ces préjugés erronés qui vont tomber tout seul !
Les gens ont des yeux pour voir, tout simplement.

Pour moi, je valide sans réserve ; puissant, silencieux, agile, moderne, il renvoie les 4G aux hangars, il n'y a pas photo ! Même l'aspect du revêtement est très différent de ce qu'on connait ; un avion très spécial et pourtant j'en ai beaucoup vu !
!

Écrit par : Jan | 26/09/2022

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.