15/09/2022

Feu vert pour l'achat des F-35A « Lightning II » !

638814624.jpeg

Ce n’est pas une surprise, l'achat des avions de combat F-35A a été acté ce matin . Après le Conseil des États, le National a donné jeudi matin son feu vert au Conseil fédéral par 128 voix contre 67. Le vote concernait également l’acquisition du système sol-air Raytheon Patriot.

« Le F-35A américain est le bon avion pour la Suisse », a rappelé Jacqueline de Quattro (PLR/VD) au nom de la commission. Il a obtenu la meilleure note lors de l'évaluation. "C'est l'avion le moins cher, le meilleur du point de vue technologique." De plus, a-t-elle ajouté, il est l'avion le plus répandu dans l'OTAN et l'UE.

Les rapports des commissions de gestion et du contrôle fédéral des finances n'ont pas fondamentalement remis en cause cet achat. "Nous avons pu vérifier que la Suisse a pu négocier des prix fixes", a précisé Jacqueline de Quattro. Les incertitudes ont pu être levées. La Suisse acquerra 36 avions pour 5,091 milliards de francs. En ce qui concerne les risques financiers, ceux-ci sont inclus dans les risques du projet pour le nouvel avion de combat. Dans le cadre de l’acquisition, le prix de base du programme F-35 reste le même soit CHF 5.091 milliards, qui est garanti par le gouvernement Américain (Foreign Military Sales), cependant, il faut prendre en compte le taux de change en dollar US et la situation de l’inflation. L’acquisition s’étendant sur plusieurs années, il faut donc calculer les plafonds des variables avec une marge de sécurité vers le haut.

2860786315.jpeg

Du côté du rapport sur l’évaluation Commission de contrôle du Conseil national (GPK-N) ont a confirmé la semaine dernière que l'évaluation technique était « juridiquement correcte », les quatre fournisseurs ont été traités de manière égale et suivaient une procédure "objectivée, compréhensible".

Rappel

Le choix du F-35 est clair du point de vue de la technologie. Durant les essais l’avion a devancé le second appareil soit le Super Hornet de 95 points sur un total de 336 points, le Rafale et l’Eurofighter occupants les dernières places (ordre non divulgué). Un score net, qui ne souffre d’aucune discussion. Le résultat du F-35A dans le domaine de l'efficacité repose sur une nette avance technologique sur les autres candidats, avec lesquels les capacités sont considérablement élargies ou nouvellement créées dans de nombreux domaines.
Sur cette base, le F-35A dispose de nouveaux systèmes très puissants et entièrement interconnectés pour protéger et surveiller l'espace aérien. De cette façon, le F-35A obtient une information supérieure et permet aux pilotes d'être plus conscients de la situation dans tous les domaines d'activité qu'avec les autres candidats. Ceci s'applique également en particulier au service quotidien de la police aérienne. L’apport d’une bibliothèque des menaces en constante évolution permet par exemple d’identifier immédiatement n’importe quelles menaces air-air ou sol-air et de les combattre spécifiquement.

72532472.2.png

Avec le standard Block IV, 4 F-35A peuvent fonctionner en meute de loups et une telle capacité offre une capacité de défense à 360 degrés importantes pour la Suisse qui est positionnée au cœur d’une Europe où les débordements des crises peuvent affecter ses intérêts et sa sécurité. En temps de paix, le F-35 continuera d’effectuer les missions de police du ciel 24/24, telles que testées et démontrées lors des essais. La capacité d’engagement multirôle en binôme avec le système sol-air Patriot permettra de créer un véritable dôme de protection face aux diverses menaces actuelles et en devenir. Le F-35A permettra également de reprendre la capacité de frappe d’appuis au sol avec des systèmes à guidages de précision. La Suisse restera souveraine dans ses décisions, mais bénéficiera des avantages du « Club F-35 ». Des échanges de données, de compétences et d’expériences seront réalisées avec nos voisins et les nombreux utilisateurs européens du F-35, tout comme l’accès au magasin central de pièces détachées (ceci en complément de notre propre stock).

Affaires compensatoires

Les propositions d’affaires compensatoires sont en constant développement. L’obligation de compenser 60 % de la valeur de la commande doit être remplie dans son intégralité au plus tard quatre ans après la dernière livraison et en tenant compte de la clé de répartition suivante : 65 % pour la Suisse alémanique, 30 % pour la Suisse romande et 5 % pour la Suisse italienne.

Si, Lockheed Martin ne peut satisfaire à 100% les demandes de compensation, une clause de contrainte sera engagée. L’avionneur devra compenser le montant non atteint avec une proposition de rechange comme une baisse de prix, la livraison de pièces détachées et/ou de cellules d’avions.  Un cumul des trois est parfaitement envisageable.

Maintenance

La Suisse a obtenu la pleine maintenance des F-35 et gardera ainsi la main et les emplois sur le nouvel avion. La répartition de la maintenance sera effectuée sur les sites d’Emmen et de Payerne. De plus, RUAG gérera également la maintenance des moteurs.

Le DDPS va pouvoir signer le contrat prochainement, il sera défini également le nombre d’avion construit en Italie sur le site d’assemblage de Cameri. Entre 24 et 28 appareils devraient être produit chez nos voisins, le reste aux USA. A noter que les premiers F-35 aux couleurs suisses resteront deux ans aux USA afin de permettre la formation de nos pilotes et mécaniciens sur places.

1500779183.jpeg

Lien sur le F-35

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2022/05/28/f-35-entre...

 Photos : 1 F-35A italien @ Aeronautica Militare 2 F-35A italien à son arrivée à Emmen @ Philippe Anheuser

Commentaires

Vous indiquez que le prix de base reste le même, mais qu'il faut tenir compte du taux de change et de l'inflation.

Tenir compte du taux de change signifie que le prix est fixé en dollar, et que si le cours de celui-ci augmente, la Suisse paira plus cher puisqu'elledoit acheter des dollars.
Mais cela implique également que si le cours du dollar baisse, le prix payé par la Suisse sera inférieur.
Est-ce le cas ?

Quand au prix qui varie avec l'inflation, c'est un concepte que j'ai du mal à comprendre.
Quelques semaines après l'annonce officielle du choix de la Suisse pour le F-35, le prix a déjà été augmenté en vertue du principe d'inflation !
Cette inflation ne pouvait elle pas être prévue quelques semaines avant ?

Écrit par : François-01 | 22/09/2022

@François-01: On entend par prix fixes deux éléments : le prix garanti par l'Etat américain de 5,02 milliards dont l'inflation actuelle est déjà calculé, mais une marge additionelle de sécuirté a été prévue notamment sur l'inflation en Suisse en ce qui concerne la production d'éléments dans le cadres des Offsets. Le second point concerne le fait que les prix sont calculés avec les systèmes actuels alors que la version livrée sera le F4 avec plusieurs améliorations. La Suisse ne paiera pas de suppléments pour ces update.
Effectivement si le franc suisse continuent sur sa lancée le prix final via le taux de change permettra de payer moins. Cette situation étati déjà arrivéw avec les Hornet, au final nous avons payés 120 '000 millions de moins.

Écrit par : PK | 22/09/2022

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.