10/09/2022

F-35, La procédure d’évaluation validée à l’unanimité ! 

IMG_9436.jpeg

Le rapport de la Commission de contrôle du Conseil national (GPK-N) concernant la procédure d'évaluation du nouvel avion de combat était très attendu, il en ressort clairement que l'évaluation technique était « juridiquement correcte », les quatre fournisseurs ont été traités de manière égale et suivaient une procédure "objectivée, compréhensible". Une remarque à toute fois été faite en ce qui concerne le domaine politique. 

Ce que dit le rapport

Lors de son inspection de la procédure d'évaluation du nouvel avion de combat, la Commission de contrôle du Conseil national (GPK-N) n'a pas relevé de lacunes significatives dans l'évaluation technique d'Armasuisse. En revanche, il considère que le traitement ultérieur des résultats par le Département fédéral de la défense, de la protection de la population et des sports (DDPS) et le traitement des affaires au Conseil fédéral sont en partie inappropriés.

L'évaluation technique était légale  

L'évaluation technique était juridiquement correcte et Armasuisse a pris les mesures nécessaires pour garantir l'égalité de traitement des fournisseurs et une procédure objectivée et compréhensible. La nouvelle méthode d'évaluation (méthode AHP) choisie était également légitime. Cependant, utiliser cette méthode pour la première fois dans un accord d'armement aussi important comportait certains risques. En outre, la Commission ne peut que partiellement comprendre pourquoi Armasuisse n'a pas inclus autant que possible les expériences des pays qui exploitent déjà l'avion de combat évalué. 

Le GPK-N est d'avis que le processus d'évaluation du nouvel avion de combat s'est déroulé dans la légalité. Cependant, la Commission critique la rapidité de la procédure, notamment en ce qui concerne les conditions-cadres et les spécifications d'approvisionnement, le traitement des résultats d'évaluation au niveau du DDPS et du Conseil fédéral et les relations avec les pays fabricants. Dans ce contexte, elle formule cinq recommandations et demande notamment au Conseil fédéral de préciser en amont pour les futurs achats d'armement dans quelle mesure il souhaite également intégrer des considérations politiques globales et veiller à conserver sa marge de manœuvre. Le Conseil fédéral est invité à commenter les conclusions et recommandations d'ici le 15 décembre 2022. 

Exigences politiques

Selon la Commission de contrôle du Conseil national, le domaine technique a donc été correctement traité. Cependant elle entrevoit un potentiel d'amélioration au niveau politique du processus d'approvisionnement. La Commission considère qu'il est "discutable" que le Conseil fédéral n'ait discuté d'aucun aspect de politique étrangère au début de la procédure. De cette façon, le champ d'action a été inutilement restreint. La Commission juge donc discutable que le Conseil fédéral n'ait pas discuté ou clarifié au début de la procédure quelle marge de manœuvre il aurait pour la décision type basée sur la procédure prévue après l'évaluation par Armasuisse. Au lieu de cela, il ne s'est rendu compte que lorsque la décision type a été prise que, compte tenu du résultat clair de l'évaluation technique, il ne pouvait que confirmer la proposition.

De part cette analyse, la Commission recommande que le gouvernement, dans le cas d'importants accords d'armement, vérifie à un stade précoce "la mesure dans laquelle les aspects de politique étrangère doivent être inclus dans ceux-ci" et réglemente en conséquence clairement les responsabilités pour les négociations avec d'autres États.

Le GPK-N s'est réuni à Lucerne le 9 septembre 2022, sous la présidence de la conseillère nationale Prisca Birrer-Heimo (SP, LU) et a approuvé le rapport à l'unanimité.

Commentaire

Ce rapport ne rapporte aucun « scandale », il confirme du point de vue de l’évaluation la bonne maîtrise des éléments pourtant complexes. Aucune anomalie n’a été relevée durant les essais et l’évaluation finale. La Commission confirme donc clairement les résultats des tests et le choix qui en ressort avec celui du F-35. L’avion est le meilleur dans toute les catégories (idem en Finlande avec une méthode différente d’évaluation).

En revanche, la Commission relève la « cacophonie » enregistrée au printemps en ce qui concerne les différents Départements. Pour finir, c’est le manque de collégialité du CF, qui apparaît dans de nombreux dossier qui est pointé du doigt. Les recommandations concernent donc cette partie du dossier uniquement.

Il est vrai de l’extérieur, que beaucoup et moi le premier, pensions que si le F-35 serait devant du fait de sa modernité, les concurrents suivant de près, offrant ainsi un tir assez groupé. Or, il n’en n’a pas été ainsi, le F-35 ayant écrasé ses concurrent dans tous les domaines, il n’était plus possible de jouer la carte d’un choix politique. Imaginez que l’on achète un avion moins bon et plus cher, simplement pour caresser dans le sens du poil un de nos voisins ?

Le rapport aurait été autrement plus critique. La question d’un choix politique n’a donc aucun sens dans ce cas de figure.

Pour résumé, Armasuisse et les ingénieurs aéronautiques ont fait « tout juste », le Conseil Fédéral « aurait pu mieux faire » .

IMG_9435.jpeg

Photos :  F-35A italiens à Emmen en mars dernier @ DDPS

 

Commentaires

Le reproche envers le Conseil fédéral est mérité.Pour autant, cette commission valide pleinement et intégralement le choix opérationnel.Et c'est bien le plus important.

Écrit par : Baz driver | 10/09/2022

Ouf, on sort du tunnel ! et si même les CN de gauche de cette commission ont voté à l'unanimité, c'est que les arguments étaient de poids.

merci encore pour ces excellents articles !

Écrit par : Stan | 10/09/2022

Tant que c'est pas signé, il faut rester prudent !
Les ennemis du F-35 sont nombreux et parfois bien cachés ! Un dernier baroud de leur part, n'aurait rien d'étonnant, il faut s'y attendre !

Écrit par : Lisolon | 10/09/2022

@Stan : "Ouf, on sort du tunnel ! et si même les CN de gauche de cette commission ont voté à l'unanimité, c'est que les arguments étaient de poids."
Je ne sais pas s'ils l'ont approuvé à l'unanimité. Mais comme vous, je pense que pour certains, ça n'a pas dû être facile de voir cette Commission dans laquelle ils travaillent valider aussi clairement cette évaluation technique... ^^

Écrit par : Jo-ailes | 10/09/2022

@Jo-ailes. C'est bien à l'unanimité que cela c'est fait. Ça en dit long sur les réelles capacités du F-35.

Écrit par : Baz driver | 11/09/2022

@Lisolon. Il est clair que les membres de cette commission opposés à l'achat du F-35 continueront dans cette voix. Même après la signature du contrat, dites vous bien qu'ils continueront à scruter le programme de très près pour espérer créer un scandale à la sauce Mirage III. On en a pour des dizaines d'années.

Écrit par : Baz driver | 11/09/2022

@Baz Driver, Lisolon: effectivement, il faut s'attendre à entendre parler des opposants durant un certains temps et notamment cet automne, lorsque les Chambres devront voter sur le programme d'armement.

L'affaire des Mirage III, je n'étais pas né, mais je suis toujours dubitatif sur la manière dont a été traité cette affaire. En relisant les journaux de l'époque, la seule chose qui me frappe c'est la grossière erreur de communication du DMF de l'époque. Concernant, l'avion, les modifications, certes coûteuses ont finalement permis d'avoir l'une des meilleures versions de l'avion. On semble à chaque fois l'oublier.

Écrit par : PK | 11/09/2022

@Baz Driver, pour le Mirage III j'étais né et à l'école de recrue à Payerne.
Le CF Chaudet a eu chaud derrière, un prix je ne sais combien supérieur, il a fallut rallonger le train de proue pour que l'avion rentre dans les cavernes, problème d'électronique, et apparemment comptes pas très net.
Mais c'était une belle bête !

Écrit par : Eddie Mabillard | 11/09/2022

@Pk. Je ne suis pas Suisse d'origine, mais j'ai pu observer l'affaire Mirage III à l'époque. En effet le CF a eu une communication catastrophique en ces temps. Et il faut qu'il redresse la barre dans le programme F-35, sans evidemment divulguer plus qu'il n'est de son droit,en relation avec toutes les données confidentielles avec les 4 participants du programme. Un exercice d'équilibriste pas facile à accomplir, mais indispensable dans le système démocratique suisse.

Écrit par : Baz driver | 11/09/2022

@Eddie Mabillard: En fait, le nez est pliable, de l'hydraulique a été ajoutée pour abaissé l'arrière, des crochet pour l'élever dans les caverne. Le radar et l'armement français ont été remplacé par des systèmes américains et l'ergonomie du cickpit améliorée. Tout ceci eu un énorme coût additionnel.

Écrit par : PK | 11/09/2022

@PK : C'est vrai que nos magnifiques Mirage III avaient été grandement "helvétisés", ce qui avait entraîné ces surcoûts et l'achat d'un nombre nettement inférieur d'avions. Depuis, les modifications ont été moins importantes : nos Tiger II ont été principalement modifiés durant leur vie opérationnelle et nos Hornet ont eu leur structure renforcée pour évoluer sous 9g... J'imagine que la marge de manoeuvre pour d'éventuelles modifications des F-35 suisses est faible. À défaut d'une crosse d'arrêt, peut-on imaginer qu'ils soient équipés d'un parachute de freinage comme leurs homologues norvégiens?

Écrit par : Jo-ailes | 11/09/2022

@Jo-ailes: les F-35 suisses seront dotés du système de parachutes escamotables comme les norvégiens.De plus, il faut savoir que le F-35 dispose d’un système équivalent à kw crosse d’appontage qui s’ouvre en cas d’urgence.

Écrit par : Pk | 11/09/2022

Merci beaucoup PK pour ces infos.
Nul doute qu'à part les opposants antimilitaristes, rien ne devrait empêcher le F-35A de se poser le plus naturellement possible chez nous...

Écrit par : Jo-ailes | 12/09/2022

Tant que c'est pas signé, il faut rester prudent !
Les ennemis du F-35 sont nombreux et parfois bien cachés ! Un dernier baroud de leur part, n'aurait rien d'étonnant, il faut s'y attendre !

Écrit par : Lisolon | 12/09/2022

@PK,
Il faut s'attendre à un dernier baroud d'honneur des anti F-35, le rapport leur donnnant des cartouches sur le choix politique qui a été dénigré ! Même si je pense qu'au final, le contrat sera signé pour raison d'état!

Écrit par : Lisolon | 12/09/2022

@Jo-ailes. Les cellules des F-18 Suisse ou finlandais ne sont pas renforcées pour permettre de voler à 9G (c'est juste logiciel). Et pour cause, de base, MacDonell Douglas a intégré ce facteur à la cellule. C'était l'US Navy et d'autres utilisateurs du F-18 qui ont délibérément fixer 7,5g comme limite software au système de contrôle de vol. Pour accroître la durée de vie cellule. Celle-ci est calculée par les missions, configurations, contraintes que vous prévoyez dans le futur. Et la répétition de ces missions. Si vous en diverger, votre cellule viellira plus ou moins vite, ce qui influera sur ce fameux nombre d'heures de vol total admissible. Un simple exemple, le F-16N de l'US Navy. Ceux-ci ont été soumis à des contraintes répétés largement supérieures à ce qui était défini de base. Et ils ont donc été "rincés" en très peu de temps. Les Suisses et les finlandais, faisant pratiquement uniquement de l'air-air, à des altitudes plus élevées et moins contraignantes en termes de pression dynamique, plus la contrainte aeronavale totalement absente, ont accepté une contrainte mécanique différente supplémentaire sans taper sur le potentiel total d'heures de vol. En n'oubliant pas une chose, le F-18A à D utilisé par la Navy et les autres hors suisses ou Finlande, est tout à fait en mesure d'outrepasser cette limite de 7,5G software en cas d'urgence. Il faut juste actionner le "Paddle switch" en bas du stick... Dans les années 80, je me rappelle d'un article, faisant référence à cela, ou un pilote canadien à appliqué 11G à son appareil, dans une situation d'urgence, sans plus de bobos, après contrôle, à la cellule. Et ce cas n'est pas unique.

Écrit par : Baz driver | 12/09/2022

@Lisolon. Le spectre anti-F35 s'eloigne à vitesse GV. Par contre, hors situation d'urgence, crise absolue, avec de plus l'aval du parlement, la raison d'Etat en Suisse n'existe pas.

Écrit par : Baz driver | 12/09/2022

@Lisolon: Vous avez entièrement raison, il faut rester prudent tant que le contrat n'a pas été signé. Quant à "la raison d'état", je ne suis pas sûr qu'elle existe en Suisse : sauf erreur de ma part, on se base sur la Constitution qui peut à tout moment être modifiée par une votation populaire...

Écrit par : Jo-ailes | 12/09/2022

Mon biais, français, plutôt pro Rafale, néanmoins c'est l'article le plus clair en faveur du F35. Plus qu'à vérifier par les faits. Je ne doute pas que vous en rendrez compte. Merci.

Écrit par : Richard Fritz | 13/09/2022

@PK : Vous aviez raison dans votre analyse de ce printemps lorsque vous nous avez parlez du changement de vision de l'US Air Force qui est passée de la mixité (vision 2010 - 2014) au tout 5ème génération dans la nouvelle doctrine qui s'affirment de puis 2018. Voici en lien un article de MetaDéfense qui rejoint votre analyse, mais tardivement. Merci à vous également pour nous laissez nous exprimer ici sur votre forum, même si parfois certains dérapent.
https://meta-defense.fr/2022/09/13/pour-lus-air-force-cest-desormais-f-35-toutes/

Écrit par : Greg | 14/09/2022

@Greg,
Je trouve étrange que les plus fervents anti F-35 aient soudainement changé de religion. Ce qui me conforte dans l'idée qu'il faut bien s'attendre à quelques turbulences lors du vote ! Tout a coup, il n'y a plus personne qui s'oppose au F-35 en France ???? C'est un peu gros !

Écrit par : Kwick | 14/09/2022

@Kwick: les anti-F-35 ont tendance à utlisers de vieux arguments. En France, nous avons souvent des difficultés à accepter qu'un avion puisse être meilleur que les créations "magnifiques" de la famille Dassault. Pour autant, l'acceptation du F-35 va rester encore longtemps très marginale chez nous, beaucoup de médias se chargent de tirer à boulets rouges dessus.

Écrit par : Greg | 14/09/2022

@Kwick : "Je trouve étrange que les plus fervents anti F-35 aient soudainement changé de religion. Ce qui me conforte dans l'idée qu'il faut bien s'attendre à quelques turbulences lors du vote ! Tout a coup, il n'y a plus personne qui s'oppose au F-35 en France ???? C'est un peu gros !"
J'avoue que je n'étais pas, moi non plus, un fan du F-35. Mais après les résultats des différentes évaluations effectuées ces derniers temps, je ne peux que changer d'idée et me dire que le choix est très probablement approprié. Toutefois, je vous rassure, je n'ai pas changé de religion.
Pas contre, je n'ai pas compris le rapport entre l'éventuel vote en Suisse (qui n'aura probablent pas lieu) et le fait qu'il y ait moins d'opposant au F-35 en France (pour autant que ce soit vrai)...

Écrit par : Jo-ailes | 14/09/2022

Et voilà, c'est plié, de façon irréversible !
La Suisse volera en F-35, le parlement ayant avalisé l'achat !
Quel combat ...entre pro et anti-F-35, ce fut épique.
Le F-35 s'apprête à battre le record du chasseur le plus diffusé dans le monde, le F-16 !
Merci à Mr Poutine qui doit être payé par LM !
Allez blague à part, on se demande bien où cet avion va bien encore pouvoir rebondir maintenant ! Et si la France,...au vu la tournure du Scaf ???

Écrit par : Lisolon | 15/09/2022

@Lisolon. Le proverbe dit "ne jamais dire jamais".Mais je pense que la France n'achètera effectivement jamais de F-35. Pas pour des raisons opérationnelles, mais bien de politique, et de politique industrielle en particulier. Mon humble avis...

Écrit par : Baz driver | 15/09/2022

@Baz
La France ne peut se permettre d'attendre encore 25, 30 ans pour disposer d'un avion permettant de faire face à l'environnement changeant et aux nouvelles menaces qui apparaissent ces dernières années.
Et les Rustines sur le Rafale n'y suffiront pas.
La solution logique passerait par un mix de F-35 et Rafale comme vecteur nucléaire.
Nécessité fait loi, il n'y a pas de déshonneur la dedans,mais il faut y aller en douceur ...

Écrit par : Lisolon | 15/09/2022

Force est de constater que le vrai avion Européen, c'est le F-35 !
Le jour où les Européens arriveront à produire un avion doté des dernières technologies à des couts réalistes, ils récupèreront leur marché intérieur !
Jusqu'ici, les Américains font mieux grâce à leurs économies d'échelles !
Produire 4000 avions pour 25 pays clients vous permettra toujours de proposer un avion moins cher que pour une dizaine de clients. Ajoutez-y l'aspect technologique et ils sont imbattables !

Au-delà de l'hégémonie US qui énerve certains, réjouissons-nous de leur présence parce que je ne sais pas si l't l'Europe existerait sans eux !
On serait déjà tous dans le giron de Poutine. La guerre en Ukraine ne fait que révéler l'absence d'Europe ; crise monétaire = fiasco, crise migratoire = fiasco, Crise énergétique = fiasco !
Le constat sans concession est assez amer ; à quoi servent-ils ?!

Écrit par : Glustax | 16/09/2022

@Lisolon. Permettez-moi de ne pas tout à fait partager votre opinion. Ne serait-ce que pour des raisons de calendrier. En effet et malgré les premières déclarations qu'a fait Mr Trappier il n'y a pas très longtemps concernant le NGF, affirmant dans un premier temps 2050, puis se ravisant, quelques semaines plus tard, en affirmant que l'horizon 2040 était atteignable si les contrats étaient signés avant la fin de l'année 2022, les militaires français ont intégré cela dans leurs objectifs opérationnels. Le vrai problème à court terme pour les militaires français, et c'est apparu lors de l'exercice Atlantic Trident de 2021, ce sont les gros problèmes d'interopérabilité entre les rafales et MRTT français et le F-35. Et les déclarations récentes d'un responsable français militaire concernant sa crainte de voir les Forces aériennes françaises devenir une force de seconde zone sont là pour le prouver. Pour autant, une délégation française s'est rendue au États-unis au début de cette années pour discuter avec les militaires et industriels américains afin de trouver une solution. On se trouve dans une alliance, l'OTAN, qui a besoin de tous ses partenaires.

Je ne dis pas que les militaires français, à mot couvert, ne désireraient pas quelques dizaines de F-35, mais politiquement, je pense que c'est indéfendable. Cette aquisition se ferait au detriment de l'aquisition de Rafales. Même, comme vous le dites en y allant avec beaucoup de douceur. Je n'ai bien évidemment pas de boule de cristal pour autant...

Écrit par : Baz driver | 16/09/2022

@Baz,Le Rafale n'offre pas les mêmes prestations qu'un F-35 ! Vous ne le dites pas, mais vous le savez bien !Il faudra bien prendre une décision à un moment ou à un autre pour ne pas que L'AAE ne soit déclassée face à tous les autres pays limitrophes de l'hexagone. Acquérir plus de Rafale ne changera donc pas fondamentalement la donne. Quant au SCAF, je pense qu'il faut l'oublier et laisser monsieur Trapier fabuler, car c'est bien le seul à y croire encore. Cependant, il n'est pas la bonne personne de référence dans ce dossier qui est avant tout politique. Et avec les Allemands et les Espagnols jouant un double jeu avec le F-35, bien malin celui qui pourra dire ce qu'il adviendra du SCAF !

Écrit par : Lisolon | 17/09/2022

@Lisolon. Je ne le dis pas parce que c'est une évidence, que l'on n'a plus besoin de débattre en permanence depuis longtemps. Pour le reste, la classe politique française ne peut pas risquer de voir Dassault disparaître de la scène du domaine des avions de combat. C'est son seul constructeur indigène dans ce domaine. Pour le SCAF, et vous avez raison, le dossier est éminemment politique, Mr Trappier jouant son propre rôle en tant qu'industriel, sans pour autant avoir aucun réel pouvoir, si ce n'est de mettre la pression sur les politiciens français.

Écrit par : Baz driver | 17/09/2022

@Greg. L'article de Meta-defense enfonce des portes ouvertes, et ne va pas suffisamment au fond. Il parle d'une lutte tripartite entre les politiciens, l'état-major de l'US Air Force et son secrétaire général, Mr Kendall (et non Kandall comme dans l'article). Quelle banalité... l' US Air Force fête aujourd'hui ces 75 ans en tant que Force indépendante. Et cette lutte est aussi vielle ! Ensuite il confronte Monsieur Kendall, à Will Ropper sur le NGAD. Mr Kendall, a bien dit en séance ce printemps, que la version piloté du NGAD, serait très chère ( plusieurs centaines de millions de dollars l'unité) mais en aucune manière qu'il ne conteste la vison de Will Ropper. Car il a insisté sur le fait que le coût d'un programme n'est pas dû avant tout aux coûts de développement ou d'acquisition, mais avant tout au fait de devoir maintenir et moderniser un avion sur des périodes trop longues, 40 ans, qui font exploser ces coûts de manière quasi exponentielles.. pour résumer ses propos, 30% pour le développement et l'acquisition, mais 70%, pour le reste d'aussi longues périodes, pour les maintenir et les moderniser.. Pour ce qui est du F-35, il n'y a aucune changement. Le ralentissement des livraisons de l'US Air Force n'est dû qu'à sa boulimie précédente, votée par les politiciens, d'acquérir bien trop vite de appareils au standard Tr1, Tr2, alors que le Tr3 vient de débuter ses essais en vol, et sera en production dès l'été prochain, ce qui va coûter un bras à l'Air Force pour les mettre à jour, vu le nombre acquis à ce moment.

Écrit par : Baz driver | 18/09/2022

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.