10/08/2022

Taïwan, l’épreuve de force continue !

taïwan,pla,guerre aérienne,les nouvelles de l'aviation,tension à taïwan

La très médiatique visite de la visite de la présidente américaine de la Chambre des Représentants Nancy Pelosi à Taipei continue de faire des vagues. En guise de fronde, de la République populaire de Chine (RPC) avait envoyé près de 70 avions militaires dans le détroit de Taiwan le 5 août, dans le cadre d'exercices militaires particulièrement agressifs additionnés de tirs réels. La situation de devait se calmer, mais il semble bien que la fureur de Pékin n’est pas atténuée pour autant.

Du côté de Taïwan confirme qu’au moins 50 appareils de l'Armée populaire de libération (APL) de Chine avaient traversé la soi-disant ligne médiane dans le détroit, qui sert de frontière non officielle. Toujours selon Taipe, les forces chinoise de l’APL ont engagé divers aéronefs, soit des Chengdu J-10, des Shenyang J-11, Shenyang J-16 ainsi que des Sukhoi Su-30. Des appareils turbopropulsés Xian Y-8 d’alerte avancée AEW&C et en version guerre anti-sous-marine ont également été identifiés. Les Forces Taïwanaises ont leur côté répliqué en activant leur défense aérienne avec l’activation de batteries anti-aériennes et en déployant des avions de combat F-16.

Violations connues

Les tentatives d’intimidation de la part de Pékin sont choses commune dans la région. Depuis plusieurs années, Pékin bombe le torse en direction de Taïwan. Mais ces deux dernières années, la pression s’est accentuée en terme de fréquence et du nombre d’aéronefs engagés.

Les incursions massives de la Chine sont un nouveau mode de pression. La Chine n’a pas peur de se montrer au grand jour et de faire valoir sa toute nouvelle puissance dans la région. La volonté de s’emparer de Taiwan est bien présente. Qu’il s’agisse d’une attaque soudaine et rapide ou d’une invasion à grande échelle. Mais Pékin semble préférer une réunification plus pacifique avec ce qu’elle nomme communément île de Formose. Détruire les actifs de cette dernière n’est pas sans risque. La Chine semble donc bien jouer au chat et à la souris avec Taïwan en espérant que cette dernière craquera sous la pression. Mais rien n’est moins sûr, en effet, la petite île ne cesse de renforcer ses capacités de défense et de frappes capables de mettre à mal une possible agression chinoise. De son côté, la Chine est plus forte que jamais Pékin peut, à présent, prétendre disposer d’une marine puissante. Cette amélioration de la marine chinoise s’inscrit dans une logique doctrinale selon laquelle les forces navales d’un pays montrent la puissance de celui-ci. La marine chinoise dispose désormais de 350 bâtiments de guerre dont 130 étant considérés comme des « combattants de surface majeur ». On compte donc dans l’inventaire chinois deux portes avions et un troisième en construction, 6 sous-marins nucléaires lanceurs d’engins et une flotte de destroyers, de corvettes et de frégates, dont la qualité ne cesse d’augmenter tant en qualité qu’en technologie embarquée. La puissance navale chinoise s’appuie également sur une aviation de plus en plus performante et nombreuse qui est aujourd’hui la troisième au monde avec un total de 2’500 aéronefs. S’ajoute ensuite une gamme de missile complète, largement capable d’atteindre Taïwan. Il manquait à Pékin les moyens de mener un débarquement, c’est presque chose faite avec l’arrivée de navires de débarquement de classe Yuzhao Type 071 et de navires d'assaut amphibies de classe Yushen Type 075, cet ensemble comprendra bientôt un total 32 navires lourds, 16 de taille moyenne et 29 transports de tanks. A cela, il faut ajouter des ravitailleurs en vol Y-20, des aéronefs de détection avancée AEW&C et des appareils de guerre électronique.

taïwan,pla,guerre aérienne,les nouvelles de l'aviation,tension à taïwan

Risques pour le transport aérien

Cette pression et les manœuvres engagées qui compte des tirs réels de missiles représente un vrai danger pour le trafic aérien civil de la région. De nombreux vols ont été annulés ou déroutés depuis. Les régulateurs de l'aviation civile de Singapour, du Vietnam et de Thaïlande ont depuis exhorté leurs transporteurs à éviter l'espace aérien autour de Taïwan tant que ces exercices étaient engagés.

Nouveaux exercices

Pékin avait annoncé que les exercices engagés devaient se terminer dimanche dernier. Mais en début de semaine, la Chine a mentionné son intention de poursuivre ses exercices. L’île de Taïwan a de son côté déclaré engagé ses propres manœuvres dans un but de se préparer à repousser une invasion.

taïwan,pla,guerre aérienne,les nouvelles de l'aviation,tension à taïwan

Photos : 1 Shenyang J-11 2 Chengdu J-10 3 Xian Y-8(Y-200) @ PLA