24/06/2022

Madrid signe l’achat de 20 Eurofighter !

airbus,eurofightewr,madrid,les nouvelles de l'aviation

Annoncé en décembre dernier, Madrid à signé avec l’agence NETMA (NATO Eurofighter and Tornado Management Agency) un contrat portant sur l’acquisition de 20 avions de combat Airbus Eurofighter « Quadriga » de nouvelle génération. Passée dans le cadre du programme Halcon, cette commande prévoit la livraison de 16 avions de combat monoplaces et de 4 biplaces.

Ce contrat portera à 90 le nombre total d’Eurofighter espagnols. Livrés à partir de 2026, ces nouveaux appareils – les plus modernes conçus en Europe renforceront la puissance et la posture des forces aériennes espagnoles au sein des forces alliées de l’OTAN, et garantiront un plan de charge industriel jusqu’en 2030.

Un remplacement incomplet

Ces vingt Eurofighter Quadriga ne représente qu’une partie du remplacement prévu des 74 avions de combat EF-18A et 12 EF-18B. En fait, ces Eurofighter viendront remplacer en urgences les 20 Hornet les plus anciens dont cellules arrive au bout de leur potentiel. Puis il faudra rapidement se positionner pour remplacer le gros de la flotte d’EF-18, opérant à partir des bases aériennes de de Saragosse et à Torrejón.

Madrid doit également penser à remplacer la vingtaine d’Eurofighter T1 dont la modernisation n’est pas possible. En conséquence, la commande prévue pour l’instant n’est qu’un début pour l’Espagne. Les dirigeants d’Airbus se félicitent de cette nouvelle future commande. Mais pour beaucoup d’observateurs, il aurait été plus rassurant d’obtenir un nombre plus élevé d’Eurofighter. En effet, la porte est grande ouverte pour un autre appareil, le F-35.

Eurofighter T4 « Quadriga »

Les Eurofighter tranche 4 « Quadriga » comporteront une suite d'aides défensives améliorées et un radar AESA. Ce standard disposera du radar AESA CAPTOR-E à balayage électronique. L’arrivée du CAPTOR-E permet grâce à son antenne AESA d’effectuer des tâches multiples simultanément. Le nouveau radar conserve les principales caractéristiques de l'architecture du radar CAPTOR-M actuel, mais, il est doté d’une antenne AESA en lieu et place de l’actuelle antenne mécanique.

Le CAPTOR-E fournit les fonctionnalités clés suivantes :

  • Radar de surveillance et de guidage multimode air / air et air / sol avec repositionneur WFoR
  • Portée air-air accrue - Détection et suivi plus rapides des cibles
  • Amélioration des performances de suivi
  • Entrelacé « simultané » Air / Air & Air / Ground
  • Guidage étendu des missiles - Disponibilité opérationnelle accrue
  • Coûts de cycle de vie réduits - Potentiel de croissance pour de futures améliorations

L’avion disposera également d’une nouvelle architecture en termes d’avionique avec un grand écran multifonctions spécifiquement adapté à la guerre en réseau (Electronic Warfare) produit pas BAe Systems. La puissance électronique sera d’ailleurs démultipliée à cet effet, pour pouvoir travailler en réseau.

En parallèle, le missile à longue portée MBDA Meteor sera en service complet. Le nouveau SPEAR-EW-3 complétera le missile de croisière miniature activé par le réseau SPEAR, conçu pour engager avec précision des cibles à longue portée, mobiles, fugaces et repositionnable par tous les temps, de jour comme de nuit, en présence de contre-mesures, d'obscurcissant et de camouflages, tout en assurant une distance de sécurité entre l'avion et les défenses anti-aériennes ennemies.

L’Eurofighter en Espagne

En service en Espagne depuis 2003, l’armée de l’Air opère les Eurofighter depuis les bases aériennes de Morón (11e escadron) et d’Albacete (14e escadron), assurant la souveraineté territoriale du pays et jouant un rôle clé dans différentes missions de police aérienne de l’OTAN dans les pays baltes, et plus récemment autour de la mer Noire. Avec ces nouveaux appareils, l’Espagne va équiper en Eurofighter une troisième base aérienne, celle de Gando, sur les îles Canaries, qui abrite le 46e escadron.

Les Eurofighter espagnols sont assemblés, testés et livrés sur le site Airbus à Getafe (Espagne), une présence industrielle qui garantit plus de 20 000 emplois directs et indirects sur le territoire espagnol. Les principales entreprises de défense du pays sont impliquées dans la fabrication des appareils. Airbus a également réalisé à Getafe diverses modifications, telles que l’installation du nouveau pack logiciel CM02+ sur les Eurofighter de la tranche 1, en étroite coordination avec le CLAEX (Centro Logístico de Armamento y Experimentación) de l’armée de l’Air espagnole. Ce logiciel apporte une amélioration tactique majeure grâce à la nouvelle capacité de ciblage automatique des armes air-sol résultant de l’intégration de la nacelle de désignation Litening-III. D’autres capacités air-air et air-sol ont été ajoutées et les systèmes de communication ont été améliorés.

L’Eurofighter est le plus important programme de défense européen auquel participent le Royaume-Uni, l’Espagne, l’Allemagne et l’Italie. Outre ses capacités technologiques, cet appareil garantit plus de 100 000 emplois en Europe. À ce jour, le programme Eurofighter a cumulé 681 commandes termes émanant de neuf pays à travers le monde.

Photo : Eurofighter Quadriga @ Airbus

Commentaires

@Fridolon : Annoncé ici même le 2 juin : http://psk.blog.24heures.ch/archive/2022/06/02/les-pays-bas-veulent-encore-plus-de-f-35%C2%A0-873123.html

Écrit par : Marco | 25/06/2022

Cela va permettre à l'Espagne de maintenir la chaîne de Getafe quelques années alors qu'elle était sur le point de plus avoir d'appareils à produire. Le T4 va enfin leurs permettre de s'équiper du radar AESA qui apportera de nouvelles capacités dans l'ensemble des modes de fonctionnement. C'est un équipement qui aura mis du temps à arriver sur l'Eurofighter et qui comblera un manque même si cela n'est prévu d'arriver quand 2026.

Écrit par : Lightfly | 25/06/2022

@Fridolon,
Peut-on réellement parler de "en urgence"?
A noter que les Pays-Bas prévoyaient initialement de remplacer le F-16 par 85 appareils en 2007, soit du 1 pour 1 avec le F-16 en service.
Jusqu'en 2012, des tergiversations politiques font que le programme avance peu avec des avancées et retours en arrière. En 2011, il est admis que la cible de 85 appareils n'était pas gérable. Et les Pays Bas ont alors 68 F-16 en service. (les guerres au Moyen Orient ont à la fois usé les F-16 néerlandais, coûté en budget opérationnel et donc réduit la capacité de maintenance, d'où la baisse du nb de F-16. Mais en plus les budgets européens de la défense baissent globalement.
Depuis ce moment, l'objectif idéal est encore le 1 pour 1, mais sur la base de 68 (+ 2 appareils d'essais en plus, donc 70) !
Encore aujourd'hui, c'est l'objectif avancé avec l'éventualité d'un budget à 2%.

En 2013, seuls 37 F-35 sont commandés, la hausse du coût du programme justifie la baisse de l'objectif. MAIS il faut aussi noter que le budget des Pays Bas pour l'achat du F-35 a lui aussi baissé !

Les Pays-Bas parlent d'augmenter le nombre d'appareils commandés dès le premier contrat !
Aujourd'hui, la situation d'appareils signés est:
- contrat 1 - 2013: 37 F-35
- contrat 2 - 2020: 9 F-35
- contrat 3 - 2022: 6 F-35
La seule "urgence" c'est la capacité de production qui est limitée, et plus les pays attendent, et plus ils recevront des F-35 avec des délais importants.

Écrit par : Fab | 25/06/2022

@ FAb,
Jolie tentative de tacler les Pays-Bas ! Tous vos arguments sont assez fantaisistes et pas sourcés, comme d'habitude ! Et le meilleur ; "Mais en plus les budgets européens de la défense baissent globalement ???"
Vivriez-vous donc sur une autre planette que la Terre ?

Écrit par : Fridolon | 26/06/2022

@Fridolon
Fab parle des années 2010 lorsqu’il dit que les budgets de defense baissent. Sur ma planète c’est bien ce qu’il s’est passé pour la grande majorité des pays Européens. Le changement de cap n’est vraiment effectif depuis cette année.

Écrit par : EricH | 26/06/2022

Mais sinon le F35 n'est pas le sujet... A moins que les Pays bas choisissent de l'Eurofighter T4+ Quadriga pour faire l'Europe de la défense... Non c'est vrai que comme l'a affirmé le Premier ministre Belge, "le choix du F35 est de la loyauté à l'OTAN et est un choix Européen"... Du coup l'Eurofighter, le Rafale ou le Gripen, c'est pas Européen!... Il y a du lourd là. En tous cas pour l'instant l'Espagne n'a pas encore basculé mais cela ne saurait tarder. l'Eurofighter leurs permet de conserver un peu de capacités de production dans le domaine.

Écrit par : Foudre | 26/06/2022

@Fridolon,
Parlons-nous la même langue?
En quoi je tacle les Pays Bas en citant l'historique de ce qu'il s'est passé?
J'ai répondu à votre commentaire pour vous faire savoir qu'il ne s'agit pas d'un achat en urgence, au contraire il s'agit d'un achat prévu !
Quant à la baisse de budget, c'était le cas jusqu'à cette année, et je précise bien que les baisses de budget successives ont rendu l'objectif initial difficile à atteindre en 2013. Mais à aucun moment n'ai-je taclé qui que ce soit!

Pour les faits (oui les faits) que je cite, vous pourriez essayer de les contredire plutôt que d'interpréter de travers et faire une généralité qui d'ailleurs est fausse...

1. "A noter que les Pays-Bas prévoyaient initialement de remplacer le F-16 par 85 appareils en 2007, soit du 1 pour 1 avec le F-16 en service."
En 2007, l'avion à choisir n'était pas encore officiel, d'où le fait que je mentionne 85 appareils et pas 85 F-35.
https://www.ainonline.com/aviation-news/defense/2013-09-20/dutch-confirm-f-35-choice-will-buy-only-37
Voir premier paragraphe qui mentionne le plan initial pour 85 appareils !

2. "Jusqu'en 2012, des tergiversations politiques font que le programme avance peu avec des avancées et retours en arrière. En 2011, il est admis que la cible de 85 appareils n'était pas gérable. Et les Pays Bas ont alors 68 F-16 en service. (les guerres au Moyen Orient ont à la fois usé les F-16 néerlandais, coûté en budget opérationnel et donc réduit la capacité de maintenance, d'où la baisse du nb de F-16. Mais en plus les budgets européens de la défense baissent globalement."

Prenons ce paragraphe en son entier. La baisse des budgets européens mentionnée c'est celle ayant lieu jusqu'en 2012 comme il est très clairement écrit.
https://www.macrotrends.net/countries/NLD/netherlands/military-spending-defense-budget
Pour les Pays-Bas, voici une petite illustration du budget militaire. Regardez bien en % du PIB, parce que cela indique la capacité d'achat. La valeur nominale ne prend pas en compte le coût de production.
Autre élément, ce document qui mentionne toutes les baisses de capacités des partenaires de l'OTAN en Europe. A la page 79 du PDF suivant (ou 53 selon la numér0tation des pages imprimées), il est annoncé les baisses de budget de 2010 prévoyant de couper 10'000 postes dans les forces armée jusqu'en 2015. A la page suivante, ils mentionnent 13 % de réduction de budget jusqu'en 2015.
https://apps.dtic.mil/sti/pdfs/ADA569603.pdf

Parlons des tergiversations néerlandaises qui ralentissent la prise de décision jusqu'en 2012.
Les Pays Bas signent en 2002 un MOU avec le programme F-35 pour investir dans son développement sans s'engager sur sa commande.
https://closewar.com/2013/03/08/f-35-and-netherlands/
En juillet 2008, les Pays Bas évaluent 5 appareils pour le remplacement du F-16. Pourquoi évaluer un autre appareil alors qu'ils ont un MOU et qu'ils financent le développement du F-35? Exigé par le parlement qui veut réexaminer ce choix, mais certains constructeurs n'y ont pas participé.
https://pure.uva.nl/ws/files/1238575/109210_349822.pdf (paragraphe 42 (page 11))

Le F-35 est confirmé par cette procédure et 2 F-35 d'essais sont commandés.
L'année qui suit, en 2009, le coût total de la commande est augmenté de $400 millions par rapport à l'évaluation initiale réalisée. Le parlement donne par conséquent son accord pour l'achat d'un seul F-35 d'essais.
Un nouveau gouvernement est en place en octobre 2010. En 2011, ils annoncent l'achat du second F-35 d'essais. Et ils annoncent prendre la décision du choix de l'appareil en 2012.
https://pure.uva.nl/ws/files/1238575/109210_349822.pdf(paragraphe 42 et 43)
Après encore des discussions entre parlementaires, la justice et l'exécutif qui ont réévalué le projet, une commande de 37 appareils est passée en 2013.
https://www.reuters.com/article/us-dutch-fighter-f35-idUSBRE98G0Y020130917

3. "En 2011, il est admis que la cible de 85 appareils n'était pas gérable. Et les Pays Bas ont alors 68 F-16 en service. (les guerres au Moyen Orient ont à la fois usé les F-16 néerlandais, coûté en budget opérationnel et donc réduit la capacité de maintenance, d'où la baisse du nb de F-16. Mais en plus les budgets européens de la défense baissent globalement.
Depuis ce moment, l'objectif idéal est encore le 1 pour 1, mais sur la base de 68 (+ 2 appareils d'essais en plus, donc 70) !
Encore aujourd'hui, c'est l'objectif avancé avec l'éventualité d'un budget à 2%.

En 2013, seuls 37 F-35 sont commandés, la hausse du coût du programme justifie la baisse de l'objectif. MAIS il faut aussi noter que le budget des Pays Bas pour l'achat du F-35 a lui aussi baissé !"

Donc ci-dessus la suite et fin de mon commentaire.
Pour la baisse de budget, je l'ai démontré plus haut. Et les Pays Bas décident la dissolution d'un escadrons sur 5 en service, passant de 85 à 68 appareils.
https://apps.dtic.mil/sti/pdfs/ADA569603.pdf (page 81 du pdf).

Pour l'impact de la guerre en Afghanistan sur le budget et sur l'usure? https://www.researchgate.net/publication/294419768_Afghanistan_costs_hit_Dutch_defence_spending

Quant à l'objectif affiché de 68 appareils, il a été mentionné en permanence depuis !
https://www.reuters.com/article/us-dutch-fighter-f35-idUSBRE98G0Y020130917
Au moment de la décision de signer pour 37 F-35, ils disent bien qu'il s'agit d'un premier achat, et que ce nombre sera augmenté lorsque le budget le permettra.
Et les commandes qui se sont suivies et l'objectif de 68 appareils est toujouts le même !

...
P.S. Avec les sources, ça devient illisible.
P.S.BIS. Mentionner des faits n'est pas une critique. Un historique de la situation permet souvent de mieux comprendre le contexte.
Et comme qqun parle d'achat urgent, le contexte rend ce jugement faussé.

Écrit par : Fab | 27/06/2022

@Foudre,
Vous avez un peu une approche trop binaire de la réalité...
Quand le F-35 est aussi européen, en quoi selon votre logique cela rejette l'européanité des Eurofighter, Rafale et Gripen?
Quand la Belgique sélectionne le F-35 pour remplacer ses F-16, (comme d'ailleurs la Suisse, les Pays-Bas, la Norvège, le Danemark, l'Allemagne et d'autre) celle-ci est attaquée par la France. Un des arguments utilisés c'est le fait que ça va à l'encontre de l'Europe de la défense.
Déjà, l'Europe de la défense n'existera que lorsque la France décidera de placer des alliés clairement sous son parapluie nucléaire. Et pour le moment, seuls les USA le font.
Mais surtout, dire que le F-35 n'est pas européen est totalement faux. OUI, il est en partie américain, mais il est aussi européen !
Pour l'industrie britannique, néerlandaise, italienne, norvégienne, danoise ayant participé au développement, il y a un réel retour avec une production de nombreux éléments, la conception de parties du système, de certains capteurs, etc. Et ceux-ci sont en partie assemblés aux USA.
Pour les autres clients, il y a des offsets, mais pas seulement. Les F-35 suisses et allemands sortiront des lignes de production en Italie ! Vous voulez aller leur dire que le F-35 est un appareil uniquement européen?

Que vous pensiez que ce choix n'est pas le bon, c'est votre droit, votre opinion et elle a son mérite et ses opposants. Par contre votre affirmation ne rend pas service à votre propos.

Pour l'Espagne, vous faites le même procès d'intention qu'à l'Allemagne?
L'Allemagne démontre très clairement que l'achat de F-35 ne signifie pas la mort de l'Eurofighter, et encore moins celle du SCAF.
Pour l'Espagne, il y a une discussion majeure concernant le remplacement des Harrier. Le Juan Carlos peut potentiellement accueillir 25 Harrier ou F-35B en configuration 100% porte-avion. Il a des capacités d'emport de moyens d'assaut amphibies, il est très flexible en la matière.

Mais donc pour la capacité de porte-avion, que proposez vous pour le Juan-Carlos? On ne parle pas du porte-avion indien qui a une longueur de 284 m, une largeur de 61 m, une piste d'atterrissage à un angle de x degrés. et la capacité qu'il décolle en parallèle sur un tremplin. Le Juan Carlos ne fait que 230m et surtout 32m de large, et il n'y a pas de piste à un certain angle pour atterrir.
Quel est leur choix possible pour avoir une capacité de chasse à long terme sur ce navire?
Le F-35 B est le seul choix. Et en plus c'est un choix intéressant ! Mais choisir le F-35 n'impacte en rien le reste. Pour preuve, l'Espagne n'utilise pas de Harrier pour l'armée de l'air.
Quant au F-18, il est entré en service dès 1985, donc il approche les 40 ans !
Et pour l'Eurofighter spécifiquement dans l'armée espagnole, rien n'indiquait qu'il ne ferait pas l'objet d'achats par la suite et de développements. En 2020, la planification à moyen terme de la force aérienne a été clarifiée avec 40 Eurofighter à commander dans une première étape du remplacement du F-18. Comme prévu, cela se concrétise avec une première commande ferme de 20 appareils, et ceux-ci équipés des améliorations prévus de la tranche T3, ainsi que du radar AESA mk1.
Et point intéressant, le F-18 avait été sélectionné notamment pour être utilisé dans des conditions maritimes et océaniques depuis les Iles Canaries.
Pour cette raison, l'Espagne a demandé une amélioration des protections contre la corrosion, et des options spécifiques afin de réaliser des missions anti-navires.

En plus, lors de la décision officielle du projet Halcon avec l'achat de 40 Eurofighter additionnels, l'Espagne a très clairement dit vouloir se concentrer sur le SCAF et ne pas vouloir du F-35.

Écrit par : Fab | 27/06/2022

@FAB: Êtes-vous totalement sûr de votre dernière affirmation ? Car Madrid est toujours en discussions avec Lockheed Martin sur le F-35. Ce qui ne change en rien son implication sur le SCAF au vue du calendrier.

Écrit par : Greg | 27/06/2022

Exact Greg, rien n'est certain. Avec l'Allemagne qui a basculé récemment pour le F35, il n'est pas dit qu'il ne fasse pas de même. Quant au SCAF,ça grince fortement des dents en France et des rumeurs récurrentes décrivent un réagencement probable du projet sur la partie NGF suite au blocage industriel.
@Fab: concernant le Juan-carlos, je ne propose rien. Il n'ont pas d'alternatives du coup c'est F35B presque obligatoire sauf si ils innovent avec des ucav embarqué (peu probable...). Du coup c'est bien ce que j'ai dis, ils vont certainement prendre du F35B. Voilà tout.
Quant au parapluie nucléaire, je crois qu'il y a oubli qu'au début des années 50, la France avait proposé la création en commun d'une force nucléaire commune mais elle fut entravée... Petit rappel de l'histoire :

...."En 1955, la France initia une coopération avec la République fédérale d'Allemagne pour la construction d'une usine d'enrichissement d'uranium. Lors de la conférence de Messine (juin 1955), un élargissement à l'échelle européen fut aussi envisagé par la France. Dans une tentative de faire échouer ce projet programme nucléaire militaire commun, les États-Unis proposèrent de fournir aux pays européens quelques kilos d'uranium enrichi à tarif préférentiel. La France tenta d'élargir cette coopération à l'Italie (accord tri-partite du 28 novembre 1957), mais une fois de plus, pressions de Washington...." Et la suite fut un cavalier seul avec l'arrivée de Charles de Gaulle puisque pas de possibilité de créer une dissuasion commune Européenne satisfaisantes....

Écrit par : Foudre | 27/06/2022

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.