02/06/2022

Les Pays-Bas veulent encore plus de F-35 !

f-35,loclheed martin,pays-bas,les nouvelles de l'aviation

Le ministère néerlandais de la Défense va investir massivement dans de nouveaux équipements militaire. Le Lockheed Martin F-35A fait partie des futurs achats avec une augmentation de la flotte. La pays vise l’acquisition de 6 F-35A supplémentaires qui venir grossir la flotte de 46 appareils en commande. Un lot de 9 F-35 avait été commandé en plus en 2020.

Rappel

C’est en 2013 que les Pays-Bas avaient confirmé la sélection du Lockheed-Martin F-35 Joint Strike Fighter pour remplacer la flotte de F-16A/B, cependant, le nombre de «Lightning II». A l’époque  le nombre d’appareils avait  été revu à la baisse en raison des coûts du programme.

En décembre 2021,  le 322ème escadron de Leeuwarden a obtenu son IOC sur F-35 et peut désormais déployer un détachement de F-35 avec du personnel et de l’équipement en opérations. « La Défense rejoint ainsi un groupe restreint de 8 pays. L’Australie, l’Angleterre, l’Italie, la Norvège et les États-Unis, entre autres, ont précédé les Pays-Bas », s’est félicitée la Défense néerlandaise. Les F-35 remplaceront totalement les F-16 fin 2024. Les F-16 ne sont désormais plus exploités que sur la base de Volkel, où les premiers F-35 arriveront à partir de mi-2022. Les Pays-Bas ont reçu leur premier F-35 en novembre 2019. Les neufs derniers appareils supplémentaires, commandés en 2020, seront livrés en 2023 et 2024.

52 F-35

Les Pays-Bas préparent donc une troisième commande de F-35 qui portera le nombre à 52 appareils. En 2013, rien prédisait que le pays allait opter pour une augmentation du nombre d’avion. Les coûts du programme de l’époque étaient encore trop élevés et le prix à l’heure de vol était encore difficile à définir. Les choses ont bien changé, cette troisième commande confirme la maîtrise des coûts et l’excellent comportement de l’avion. On exclut d’ailleurs pas d’autres commandes qui pourraient monter la flotte à jusqu’à 70 appareils.

Les Forces aériennes néerlandaises demandent à cet effet plus de F-35. Mais un choix a dû être fait à cause de la guerre en Ukraine. Le pays va devoir investir dans plusieurs domaines pour moderniser son armée. Des investissements sont attendus pour une plus grande puissance de feu pour les forces terrestres avec davantage d'obusiers blindés, qui seront remis en service. L’achat de roquettes guidées MLRS est prévu, ainsi qu’une modernisation et une augmentation du nombre de système Patriot est également au menu.

Le F-35 aux Pays-Bas

Les Pays-Bas ont été le deuxième partenaire international à recevoir le F-35 et continuent de servir de contributeur clé à la production et au maintien en puissance de l’avion de combat avancé F-35 Lightning II.

Participation industrielle

Plus de 25 fournisseurs de l’industrie néerlandaise participent au développement de technologies critiques et à des projets de conception structurelle stratégique faisant partie intégrante du programme F-35, ainsi qu’à une production en grand volume, qui comprend des composites, des assemblages collés et le câblage d’avions. Ce travail de haute technologie tire parti de l’expérience et de l’expertise passées des Pays-Bas en matière de performance sur le programme F-16 pour maintenir une exécution de programme de haute qualité.

Chaque F-35 contient des composants fabriqués par des entreprises néerlandaises. Avec l’introduction de technologies de pointe, les industries néerlandaises sont stratégiquement positionnées pour participer à la production de plus de 3 000 avions F-35 au cours de la durée du programme.

Emplacements de base

Le premier escadron de F-35 RNLAF opère à partir de la base aérienne de Leeuwarden. À l’avenir, la base aérienne de Volkel abritera également des F-35.

Jalons du programme

2012 : Le premier F-35 néerlandais, connu sous le nom d’AN-1, prend son envol à Fort Worth, au Texas.

2013 : Deux premiers F-35 néerlandais livrés à Edwards AFB pour des essais opérationnels.

2016 : Le F-35 fait ses débuts publics sur le sol néerlandais pour des essais environnementaux.

2018: Luke AFB monte l’escadron F-35 pour l’entraînement F-35 aux Pays-Bas.

2019: Le premier F-35 opérationnel des Pays-Bas, connu sous le nom d’AN-3, est livré depuis l’usine de Fort Worth, au Texas.

2019 : Le premier F-35 néerlandais opérationnel est livré à Luke AFB.

2019 : Lancement du premier F-35 néerlandais produit à Cameri, Italie, FACO.

2019 : Arrivée des premiers avions à la base aérienne de Leeuwarden.

 

Photo : F-35A néerlandais @Dutch air Force

 

Le Canada officialise la modernisation de CH-146 « Griffon » !

2207873986.jpg

Le gouvernement canadien a annoncé en début de semaine la signature du contrat de mise à niveau des hélicoptères CH-146 « Griffon » auprès de Bell Textron. Le programme d’un montant de 800 millions de dollars canadien vise une prolongation de vie jusqu’en 2031.

Rappel

Commandé au début des année 1990 le CH-146 « Griffon » est issu de l’hélicoptère Bell-412 assemblés au Canada sur le site de Mirabel à Montréal. Au total, 85 appareils ont été acquis pour le transport tactique et utilisé pour remplir de nombreuses fonctions, notamment le transport tactique des troupes, les missions de surveillance, d’escorte et de reconnaissance, l’évacuation des blessés, les secours en cas de catastrophe, l’appui aérien des opérations spéciales et les opérations de recherche et sauvetage (SAR).

En 2017, le gouvernement canadien a lancé officiellement le processus de mise à niveau des CH-146 Griffon. C’est en février 2021 que le premier appareil est arrivé à Mirabel pour une évaluation du programme de modernisation.

Appel d’offres pour les sous-traitants

La seconde phase de modernisation prévoit maintenant un appel d’offres afin de trouver les entreprises de sous-traitance qui travailleront sous la direction de Bell Textron. Les entreprises doivent démontrer leurs capacités à pouvoir travailler sur l’hélicoptère. Une formation complémentaire est prévue par Bell Textron avant de démarrer les travaux.

Modernisation des CH-146 « Griffon »

Selon le cahier des charges de la RCAF, il est prévu de remplacer certains systèmes de l’avionique de l’appareil, les radios de communication et l’équipement cryptographique, les enregistreurs de vol et de conversations dans le poste de pilotage, les systèmes de navigation, les systèmes de contrôle automatique de vol et les tableaux de commande et d’affichage. De nouveaux écrans EFIS seront installés, une mise à niveau des moteurs et l’intégration d’un système de systèmes de détection et d’alerte missile (MAW) de nouvelle génération. Par ailleurs, le simulateur de vol et les dispositifs de formation seront également mis à niveau.

Bell 412 / CH-146 Griffon

Le Bell 412 est un hélicoptère léger biturbine, muni d’un rotor principal quadripale et d’un rotor de queue bipale, d’un train d’atterrissage constitué de patins et pouvant transporter jusqu’à 14 passagers. Vers la fin des années 1970, Bell Helicopter décide de moderniser son Bell 212 et de le munir d’un rotor principal quadripale et de plus faible diamètre, afin d’augmenter ses performances. Deux Bell 212 sont modifiés et reçoivent le nouveau rotor, muni de quatre pales en matériaux composites. Le premier vol est effectué en août 1979 et la certification est obtenue en janvier 1981. Directement dérivé du Bell 212, il en garde la cellule robuste et les caractéristiques générales. Le poste de pilotage est équipé de deux sièges anti-crash. La cabine, d’un volume de 6,23 m3, permet de transporter jusqu’à 13 passagers. Les sièges facilement démontables permettent l’emport de fret ou de deux civières en cas de transport sanitaire. Il est toutefois possible, en cas d’urgence, de transporter jusqu’à six blessés sur civières. L’accès à la cabine est facilité par une porte de 2,34 m de large de chaque côté de l’appareil. De plus, ces portes sont largables en cas de nécessité. Un compartiment à bagage de 0,8 0m3, dans la poutre de queue, permet d’emporter jusqu’à 180 kg de matériel. Les turbines sont des Pratt & Whitney PT6T-3B-1 de 671 kW (912 cv) chacune. La capacité totale en carburant est de 1250 L, contenus dans sept réservoirs auto-étanches. Un réservoir de carburant auxiliaire de 620 L peut être emporté, portant la distance franchissable à 980 km.  Un pilote automatique trois axes diminue la charge de l’équipage, lui permettant de mieux se concentrer sur sa mission. Un radar météorologique et un altimètre radar permettent également de faciliter le vol.

Le CH-146 « Griffon » est un dérivé direct du Bell 412EP (Enhanced Performance), il dispose d’un système de vol automatique numérique et des turbines PT6T-3D «Twin Pac » avec un cockpit avec affichage numérique semblable à celui du Bell 429, comportant des écrans multifonctions tactiles.

3887455909.2.jpg

Photos : CH-146 Griffon @ RCAF