15/02/2022

Les futurs F-35 suisses assemblés en Italie ?

IMG_8525.jpeg

Les discussions sur le programme F-35A Block4 « Lightning II » destinés à la Suisse continuent d’avancer. La question de l’assemblage des aéronefs et à l’ordre du jour avec une visite de travail en Italie sur le site de l’avionneur Leonardo.

Le directeur général de l’armement Martin Sonderegger est accompagné de Peter Winter, responsable du programme Air2030, de Darko Savic, chef de projet « Prochain avion de combat » et de Bernhard Berset, chef de projet adjoint « Prochain avion de combat ». La délégation d’armasuisse a rencontré à Cameri, en Italie le chef de l’armement italien et d’autres collaborateurs du ministère de la Défense, ainsi que des représentants du projet italien F-35 et de l’entreprise italienne Leonardo. 

IMG_9043.jpeg

L’échange porte sur la possibilité de faire fabriquer une partie de la future flotte de F-35A des Forces aériennes suisses à Cameri, en Italie. Lors de sa visite, la délégation a également eu un aperçu de du site d’assemblage et de maintenance de Cameri.

« Nous avons eu un aperçu intéressant des processus de fabrication du F-35 en Italie et sommes très intéressés à approfondir davantage la coopération."  A déclaré le chef de l'armement Martin Sonderegger sur les pourparlers avec l'Italie cet après-midi.

IMG_9044.jpeg

La ligne de production du F-35 à Cameri

L’Italie possède à Cameri l’une des deux lignes de production du F-35 en dehors des États-Unis et la seule en Europe. L’Italie a participé au programme F-35 dès le début. L’armée de l’air et la marine italiennes exploitent des avions F-35A et F-35B. En outre, des F-35A de l’armée de l’air néerlandaise sont également fabriqués à Cameri. Le Cameri FACO possède la seule capacité de production de F-35B en dehors des États-Unis et est programmé pour produire un total de 30 F-35B italiens et 60 F-35A italiens, ainsi que 29 F-35A pour la Royal Netherlands Air Force, et conserve la capacité de livrer à d'autres partenaires européens à l'avenir.

Leonardo Aircraft Division exploite la ligne d'assemblage final et de vérification (FACO) dans une usine dédiée à Cameri, près de Novara, où les F-35 italiens et néerlandais sont assemblés. La Division produit également des ailes complètes pour avions assemblés aux États-Unis à partir de structures composites et métalliques fabriquées dans les usines de Foggia, Nola et Venegono. Le gouvernement américain a choisi Cameri pour être le centre régional européen de maintenance, de réparation, de révision et de mise à niveau (MRO&U) des cellules lourdes. L'installation de 101 acres comprend 22 bâtiments et plus d'un million de pieds carrés d'espace de travail couvert, abritant 11 stations d'assemblage et cinq baies d'entretien, de réparation, de révision et de mise à niveau.

Mais encore...

Leonardo est également sous contrat pour la sous-traitance de Cubic Corp. pour fournir plus de 150 sous-systèmes internes (SI) du système d'entraînement au combat P5 (P5CTS) pour l'instrumentation de manœuvre de combat aérien du chasseur Lockheed Martin F-35 Lightning II (système ACMI ) pour l'U.S. Navy, l'U.S. Air Force et les F-35 des pays alliés. Leonardo dispose des capacités à intégrer des systèmes ACMI sur des avions de combat, soit en externe dans des modules, soit en interne dans le F-35. (Sources DDPS, Leonardo)

IMG_9042.jpeg

Photos : 1 Possible livrée F-35 suisse 2 & 4 Site d’assemblage de Cameri @ Leonardo 3 Discussion entre les italiens et les suisses @ DDPS

Commentaires

Le fait que l'avion américain choisi soit construit en Europe pourrait-il aider à "faire passer la pilule" lors des votation? Certainement pas pour les antimilitaristes purs et durs (qui auraient lancé leur initiative populaire quel que soit l'avion choisi), mais peut-être d'autres personnes moins fanatisées...

Sait-on si le prix des F-35 pourrait être diminué si nos F-35 étaient construits à Cameri (main d'oeuvre, trajets plus courts, etc.) ?

Écrit par : Jo-ailes | 15/02/2022

@Jo-ailes: le prix est fixé, c'est el moins cher de tous. Par contre effectivement de travaille avec nos voisins est bonne chose pour la votation, mais aussi sur l'avenir.

Écrit par : Martin | 15/02/2022

Ce serait une bonne nouvelle pour les Italiens en tous cas. Ça compenserait la déflation de production du Typhoon.

Écrit par : Ronfly | 15/02/2022

@Jo-ailes et Martin,

Est-ce que les 100 000? Signatures ont déjà été atteintes ?
Si oui, encore faut-il que le gouvernement qui dispose d'un droit de rejet, accepte d'examiner la petition !
L'usage veut que ce soit toujours le cas, mais dans ce dossier hautement sensible et touchant à la défense, cela risque de se passer différemment !
En effet, les Suisses et l'OTAN souçonnent (sans confirmer) une ingérence étrangère russes dèrrières les mouvements anti-F-35 !

Écrit par : Lochlomond | 16/02/2022

@Lochlomond: Non, il manque un peu plus de 30 000 signatures ce qui est assez étonnant. On pensait que les gaucho pourraient boucler le tout en deux mois, on en est loin. Ils sont à la peine.

Écrit par : Martin | 16/02/2022

@Lochlomond : Plus de 80'000 signatures ont été recueillies, probablement pas loin des 100'000 actuellement.
Soupçons d'ingérance russe ou non, la votation aura certainement lieu. Le dossier est également politiquement sensible et si les signatures sont recueillies, à mon avis, il faudra légitimer cet achat en permettant à chaque citoyen de se prononcer.
J'espère sincèrement que le gouvernement sera plus efficace dans sa campagne de votation que lors des deux dernières votations sur l'achat d'avions de combat... ^^

Écrit par : Jo-ailes | 16/02/2022

@Martin. Loin de moi l'idée de défendre les initiants, mais ils ont tout le temps de récolter leurs satanées signatures. Pour autant, peut-être que les citoyens de ce pays ne se précipitent pas sur cela, car c'est bien avant tout une initiative anti-US. Le F-18ASH aurait eu droit à la même opposition de la part de certains partis. Pour le GSSA, ils auraient lancé leur texte quelque soit le choix.. Leur but est de tuer l'armée, pas le F-35 ou un autre...

Écrit par : Baz driver | 16/02/2022

@lochlomond
Une ingérence russe anti F35? Vous sortez ca d'où?
En Suisse? y a pas besoin d'ingérence étrangère pour trouver 100'000 personnes qui soient opposés à cette dépense.
visiblement c'est pas si facile, mais ils les auront leurs signatures et les russes n'ont rien à voir là-dedans.
Faudrait voir pour pas imaginer des complots partout et tout le temps, sur tout et n'importe quoi.

Écrit par : lefredo1978 | 16/02/2022

Bonjour à toutes et tous,
J'ose penser que ce message ici passera.
Comme chacun le sait sur ce site, la Suisse est totalement maitresse de ses décisions.Surtout pas, elle ne les prend sous une quelconque influence et encore moins dans la précipitation.
Pas du tout.
Quant au recueil des voix nécessaires à l'ouverture d'un référendum " pour ou contre l'achat de 36 LM F35 ", il se terminera le 01 mars 2023 ( FF2O21 1982 ). Certes ce laps de temps est un poil trop long. Il a de quoi donner des espoirs aux uns et des sueurs froides aux autres.
Qui sont les uns et qui sont les autres?
Méditez cela, oui mais à froid et dans le respect d'avis éclairés, même si ils sont parfois, c'est gênant, opposés aux vôtres.
Eventuellement,faites le en savourant de l'eau Ecossaise améliorée, tout en étant peut être posés sur le dos d'un baudet .
Merci.

Écrit par : Jouglet | 17/02/2022

Ho mon dieu, comment la Suisse ose acheter un appareil américain alors que des appareils européens existent!?
Ha, le F-35 est aussi produit en Europe? Nooooon, 5 pays européens font partie des partenaires ayant développé cet appareil?
Quoi, l'Italie et le Royaume Uni auront un impact économique net positif avec le programme F-35?
...
Si on s'intéresse aux faits:
- Royaume Uni: £40.6 milliards ajoutés à leur économie avec le programme F-35, et c'est l'impact direct.
Et il est estimé que pour chaque £ ajouté par ce programme à l'économie, il £326 sont ajoutés au PIB. Alors cet impact indirect est complexe, et c'est une estimation, donc très imprécise. On peut ne pas la prendre en compte.
- Royaume Uni: même avec les 138 appareils prévu, le Royaume Uni voyait un impact positif net. Mais avec aujourd'hui un total prévu à 60-90 appareils, le Royaume Uni aura un impact positif plus important.
Pour l'Italie, c'est la même chose.
...
Si on parlait du F-18, ok, c'est un appareil américano-américain, mais même fans ce cas, l'économie suisse bénéficierait de 60% de la valeur du contrat en travail pour l'industrie suisse.
Mais avec le F-35, c'est aussi le cas, sauf que parmi les autres 40%, une partie importante reste en Europe. Donc on ne peut pas reprocher à la Suisse de ne pas acheter européen lorsque les appareils sont produits en Europe...

Écrit par : Fab | 17/02/2022

Donc c’est le client qui choisit dans quelle usine seront fabriqués ses avions?

Écrit par : xorminet | 17/02/2022

Ha, j'oubliais... Le plus important peut-être...
Pour des nations comme l'Italie et le Royaume Uni qui fonctionnent selon le principe de 2 flottes distinctes, et un achat tous les 20 ans d'un nouveau type d'appareil moderne, l'industrie bénéficie d'une progression des compétences très intéressante.
Parmi


Si on prend le cas de la France, c'est ce qu'elle fait avec le sous-marins nucléaires. Il y en a en permanence 1 qui est en développement, en permanence en production, et sur un cycle de 30-40 ans, les sous-marins sont renouvelés, de manière à maintenir les compétences, et développer de nouvelles technologies implémentées progressivement.
Par contre, pour la chasse, la France a fait le pari d'une flotte unique. Cela a un avantage quand l'appareil est bon, ce qui est le cas du Rafale. Mais par contre, cela limite le développement de technologies qui ont lieu ailleurs sur de nouveaux types.
Pour le Rafale, depuis ses débuts, on peut dire que la seule évolution concerne ses capteurs et récepteurs ainsi que leur travail ensemble, et pour la suite, il s'agit d'améliorer cela et leur communication. C'est clairement le point de développement clé pour le futur.
Par contre, pendant ce temps, toute la compétence s'agissant de la conception d'un appareil de chasse peut se réduire. La conception de l'enveloppe du Rafale date des années 80, et la structure des années 90.
Et si la France n'avait pas réussi à exporter le Rafale, alors la chaîne de production aurait dû être fermée, et les compétences dans la production des éléments du Rafale, la sous-traitance, etc aurait vu la perte d'employés qualifiés, et donc une perte globale de compétences.

Il se trouve que pour l'aspect matériaux et conception dans la chasse, il n'y a pas eu de gros projet en France. Du moins, pas grand chose financé par l'état. Et les industriels de la défense en France développent rarement sur fonds propres aujourd'hui, surtout si il n'y a pas de perspective immédiate. Et c'est encore plus le cas quand cet industriel a le monopole et qu'il sait qu'il sera le producteur de la prochaine génération.
N'oubliez pas que les dirigeants d'une entreprise cotée en bourse ont une responsabilité fiduciaire vis-à-vis des actionnaires, et que l'aspect économique à court / moyen terme tend à être privilégié.
Par contre, avec la stratégie des gouvernements anglais et italiens, des industriels comme Leonardo et BAe ont continué à développer des technologies. Cette approche permet une continuité dans le développement, la production, la recherche, etc...
Pour la France, la stratégie choisie permet des économies importantes, et il faut le mettre en avant. Mais il faut aussi admettre qu'il y a une discontinuité dans certains domaines qui peut être préjudiciable.
...
Et autre point qui me semble pertinent à ajouter. Les industriels français semblent ne pas réussir à s'imposer sur des programmes de développement étrangers.
Actuellement, le Japon, la Suède, la Corée du Sud et d'autres développent leur avion de chasse.
- Gripen E: parmi les éléments importants de l'appareil, seul le système de carburant vient de France. Pour le reste, il y a bcp d'éléments britanniques, relativement peu d'éléments américains comparé aux versions précédentes (moteur, APU et ordinateur de vol). Par contre le Royaume uni est impliqué sur de nombreux éléments.
On peut mentionner les capteurs tels que l'IRST ou les sièges éjectables qui comme pour le Rafale sont britanniques.
- Japon: le Royaume Uni collabore sur le développement du moteur, sur la suite de guerre électronique, missile air-air dérivé du Meteor intégrant le radar AESA GaN japonais en remplacement du capteur actuel. Et BAe est l'expert en support des industriels japonais.
- KFX coréen, KF-21, Saab collabore sur le développement de logiciels. Il y a divers industriels britanniques impliqués sur des éléments clés. Par contre, aux abonnés absents se trouvent la France.
...
LEs seules collaborations concernent l'Inde, et cela se fait difficilement.

Écrit par : Fab | 17/02/2022

@Martin, oui c’est étonnant quand on pense que pour l’initiative Stop F/A-18 ils avaient récolté 200000 signatures en moins de temps, mais pas si étonnant en même temps car un certain nombre de personnes estiment « qu’on a déjà voté sur le sujet » et même un de mes collègues, conseiller communal socialiste, qui avait voté non l’année dernière votera contre l’initiative par respect de la décision populaire...
Et aussi, il n’y a plus l’Hebdo et Le Nouveau Quotidien pour faire de la publicité gratuite aux initiants, par contre la télévision suisse alémanique semble très agressive envers le F-35...

Écrit par : Harry Spotter | 18/02/2022

Cette participation italienne à l'assemblage du F35 est l'arbre qui cache la foret. L'intégration de missiles européens (Meteor et Spear en particulier) en particulier vient d'être reporté de 3 ans (2027 au plus tôt). Sans surprise les Américains invoquent tous les problèmes techniques de la terre à l'intégration de la moindre pièce européenne, mais pas de problème en revanche pour l'intégration de "spécificités" israéliennes..

Écrit par : pak | 21/02/2022

@PAK: Non c'est faux,les actuels missiles européens MBDA ASRAAM, Brimstone et SCALP-EG (StormShadow) sont intégrés sur le F-35. Les nouvelles versions sont également prévues pour y être installés ainsi que le missile norvégien Kongsberg JSM. Par contre pour il faut attendre le nouveau Block du F-35 pour ces les dernières génération de missiles.
En israël, les systèmes intégrés sont eux aussi actuel, donc plus anciens et les nouvelles versions d'armement doivent attendre le nouveau standard.
Israël par contre bénéfie d'un F-35 test bien spécifique, ce qui permet d'accélérer les intégrations en plus de nouveaux systèmes :

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2020/11/16/un-f-35-specifique-aux-essais-pour-israel%C2%A0-870072.html

Écrit par : PK | 22/02/2022

Évidemment il n’y a absolument pas de quoi se réjouir, cependant l’attaque russe contre l’Ukraine pourrait bien plomber la récolte des signatures qui restent pour l’initiative contre les F-35.

Écrit par : Harry Spotter | 24/02/2022

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.