17/01/2022

Au revoir « Buffalo » !

DSC_1990.jpg

 

 

La Royal Canadian Air Force (RCAF) a effectué le dernier vol opérationnel avec le CC‑115 Buffalo (DHC-5) le 15 janvier dernier. Dorénavant, c’est la flotte d’Airbus CC-295 « Martin-pêcheur » qui reprend les missions de sauvetage.

C’est l’escadron 442 de transport et de sauvetage, basé à la 19e Escadre Comox, en Colombie‑Britannique  qui a eu l’honneur de voler une dernière fois l’avion. Pour ce dernier vol, l’avion a effectué une mission dans le cadre d’un exercice de recherche et de sauvetage aérien. L’exercice comprenait des sauts en parachute de techniciens en recherche et sauvetage et le parachutage d’équipements d’urgence alors que l’aéronef se rendait à certains endroits autour de l’île de Vancouver.

Le CC-115 « Buffalo »

Le  CC-115 « Buffalo » est la version militaire du Havilland Canada DHC-5 turbopropulseur de transport utilitaire à décollage et atterrissage courts (STOL) développé à partir de l'ancien DHC-4 « Caribou » à pistons. L'avion a des performances STOL extraordinaires était capable de décoller sur des distances beaucoup plus courtes que même la plupart des avions légers ne peuvent le faire.

Le Buffalo est né d'une exigence de l'armée américaine en 1962 pour un transport STOL capable de transporter la même charge utile que l'hélicoptère CH-47A « Chinook ». De Havilland Canada a basé sa conception pour répondre à l'exigence sur une version agrandie de son DHC-4 « Caribou », déjà en service à grande échelle avec l'armée américaine, qui sera propulsé par des turbopropulseurs General Electric T64 plutôt que par le Pratt & Whitney R-2000 moteurs à pistons du Caribou.

Le design du DHC-5 a été choisi comme vainqueur du concours de l'armée américaine au début de 1963, avec quatre DHC-5, désignés YAC-2 (plus tard CV-7A puis C-8A) commandés. Le premier de ces appareils a effectué son vol inaugural le 9 avril 1964. Les quatre avions ont été livrés en 1965, le Buffalo transportant près de deux fois la charge utile du « Caribou » tout en ayant de meilleures performances STOL. Le prototype CV-7A a été exposé par le constructeur au salon du Bourget de 1965 portant les inscriptions de l'US Army. Aucune autre commande américaine n'a suivi, cependant, car au début de 1967 (voir l'accord Johnson-McConnell de 1966), la politique interservices a conduit au transfert de grands transports à voilure fixe à l'United States Air Force qui considérait eux-mêmes équipés de manière adéquate avec le fournisseur Fairchild C-123. En 1974, lorsque la société a constaté une demande continue pour le Buffalo, elle a commencé la production du DHC-5D amélioré. Les moteurs plus puissants de ce type permettaient des masses opérationnelles plus élevées et des performances de vol globales améliorées. La production de Buffalo a pris fin en 1982. Le dernier d'un total de 122 exemplaires construits n'a été livré qu'en avril 1985.

Les opérateurs civils ayant également manifesté leur intérêt, de Havilland Canada a développé la version DHC-5E, qui a reçu la certification de type canadienne en 1981. Essentiellement similaire au Buffalo militaire, le DHC-5E peut accueillir 44 passagers en configuration standard. L'intérieur pouvait être changé rapidement pour les vols cargo et VIP. De son côté la RCAF a reçu 6 CC-115 « Buffalo » en 1970 pour ses unités de recherches et sauvetage.

aae_cc-115_buffalo635846542956392808.jpg

Photos : CC-115 « Buffalo » @ RCAF

Commentaires

Le dernier avatar d'une famille d'avions remarquables , images déjà fanées d'une époque où le Canada était un acteur de premier plan du monde aéronautique . De Havilland Canada , Canadair , Avro Canada , des noms qui rappellent ces fabuleuses années cinquante et soixante où l'avenir industriel de ce pays semblait prometteur . Et puis il y a eu le scandale du programme CF 105 Arrow , sabordé par Washington , pour imposer les productions US dans le contexte de la Guerre froide . Et la succession de mauvaise gouvernance des firmes , dont Bombardier à clôturé le chapitre , et une absence de volonté gouvernementale n'assurant qu'une politique au fil de l'eau ont éteint la filière. Que reste - t -il du Canada aéronautique maintenant ?

Écrit par : philbeau | 17/01/2022

Merci de cette belle rétrospective. DHC ont vraiment posé leur marque dans le monde en créant de belles machines.

Écrit par : Gilbert | 17/01/2022

Il reste viking air et le twin otter.
https://www.vikingair.com/twin-otter-series-400

Écrit par : ka | 23/01/2022

Les commentaires sont fermés.