11/01/2022

Les P-8A britanniques au complet !

FI1Eu70XIAk-8cn.jpeg

La Royal Air Force a réceptionné le dernier de ses neuf avions de patrouille maritime Boeing P-8A « Poseidon » MRA MK1, le biréacteur ayant atterri sur sa base aérienne de Lossiemouth en Écosse le 11 janvier.

Rappel

Le retrait des derniers BAe Nimrod MR2 a eu lieu en 2010, ceux-ci devaient être remplacés par un nouveau standard, le Nimrod MRA4. Le Nimrod MRA4 (MRA pour Maritime Reconnaissance and Attack, devait avoir une capacité de tir de missiles de croisières, une nouvelle motorisation et devaient être produits à partir des cellules des anciens MR2. Le programme prévoyait initialement l'achat de 18 avions, ramené ensuite à 12, puis finalement 9. BAe Systems a dû en cours de programme demander l'assistance de Boeing, l'intégration du système d'arme s'étant révélé beaucoup plus complexe que prévu. Le premier vol a lieu en 2004.De nombreux retards et augmentation des coûts ont fini par faire exploser le budget initial. Avec l’arrivée au pouvoir de David Cameron et dans le cadre d'une politique de réduction des déficits publics, le projet fut finalement abandonné en 2010.

Finalement et sans surprise, Londres a opté en 2015 pour le P-8A de Boeing via un plan d’investissement présenté par le Premier ministre David Cameron.

E8GU8RRWUAA1YMf.jpeg

Le P-8A « Poseidon »

Le P-8A « Poseidon » est un avion de longue portée de lutte anti-sous-marine (ASM) et antisurface (LAN), renseignement, surveillance et reconnaissance (RSR). Le P-8A est capable de longues patrouilles proche et loin des côtes.

Le P-8A « Poseidon » est conçu pour assurer l'avenir de la Marine à long rayon d'action dans les missions de patrouille maritime. Le P-8A offre une plus grande capacité de combat et demandera moins d'infrastructure tout en se concentrant sur la réactivité et l'interopérabilité avec les forces traditionnelles. L’avion pourra échanger ses informations avec l’ensemble des bâtiments de surface, sous-marins, avions et drones en service.

Pour Boeing, le choix de base d’une cellule de B737 NG permet une réduction des coûts importante, le constructeur estime cette base permettra de décliner d’autres versions du P-8A afin  de remplacer plusieurs appareils actuellement en services et destinés à des opérations spéciales. Pour Boeing, il sera possible par exemple de remplacer les B707 et autres C-130 spécialisés dans les domaines de l’écoute électronique, commandement volant, guerre psychologique (PsyOps), brouillage.

Cet avion équipé de liaison 11, liaison 16 et de systèmes internet, doit agir dans un concept de guerre en réseau en collaboration les autres aéronefs. 

Eezyyv8XgAE3GpE.jpeg

Photos : 1 & 3 P-8A MRA MK1 de la RAF 2 largage de torpille @ RAF

Commentaires

Selon certaines sources, il existe la possibilité d'allouer les codes ZP810 à ZP815 à d'autres P-8A Poseidon pour la RAF. Ce qui signifie que d'autres P-8A de la RAF pourraient être livrés dans les prochaines années.

Écrit par : FRANCOIS | 11/01/2022

Je salue une fois de plus l'approche réaliste des Britanniques et des Allemands dans ce dossier !
Il est bien plus responsable, de par les temps qui courent de se fournir immédiatement en avions qualifiés, plutôt que de reporter constamment un besoin vital au profit de projets lointains dont on l’issue et les échéances demeurent incertains !
En France qui fustige ses partenaires sur leurs choix stratégiques, on peut se rendre compte qu'ils sont tombé dans le piège de reporter tout renouvellement de matériel au profit d'une vision d’investissements futurs assez hypothétiques tout en continuant de tirer leur matériel jusqu'à la corde ! Malheureusement pour eux, ces matériels ne peuvent être indéfiniment repoussés et la réalité risque de bien vite se rappeler à eux !
Ils sont très forts dans le positionnement idéologique et l'agressivité envers leurs partenaires, mais ils feraient bien de regarder leur propre sablier et leurs propres échéances qui deviennent vraiment critiques en ce moment !

Écrit par : Glustax | 12/01/2022

Les UK vont enfin pouvoir retrouver une flotte de patmar à peu pret crédible et bienvenue meme si elle reste un peu juste. Comme leurs cousins US, ils n'ont pas retenu l'option MAD pour la détection des sous-marins. D'ailleurs, seule la marine Indienne a retenu celle ci apparemment. Avec l'expansion de la flotte Russe, ils vont avoir fort à faire ces prochaines années.

Écrit par : Ronfly | 12/01/2022

glustax : effectivement , on peut saluer "l'approche réaliste" des britanniques , qui ont abandonné leur filière nationale basée sur le Nimrod , et ont eu besoin ,pendant une décennie du coup de main de la Patmar française pour surveiller leurs approches . Et achètent maintenant sur étagère du matériel disponible , sans avoir prévu une alternative nationale . Bien joué !
Quant aux allemands , les problématiques de leurs relations avec Washington varient selon l'occupant de la Maison-Blanche . Sinon,Glustax ,vous n'avez rien d'autre à faire que d'espérer un prochain effondrement des capacités aéronautiques françaises ? Parce que vous pouvez soigner d'avance votre ulcère .Et concentrez vous sur l'issue politique à venir chez vous du F35 . Laissez jouer les grands entre eux .

Écrit par : philbeau | 13/01/2022

Bonjour à tous et toutes.
D'abord je formule le souhait, n'est ce pas, pour que ce texte passe.
Dans une contribution, je lis qu'il est souligné le réalisme ayant conduit la RAF à choisir le P8.
Loin de remettre en question le choix d'un excellent matériel, je souligne si besoin était, que froidement les Britanniques avaient abandonné les missions PATMAR/ASM et ce pendant une décennie .
Pour le coup, il y a plus de 10 ans, ce " choix stratégique " du gouvernement Britannique motivé par le budget excessif du New Nimrod ,lui a fait courir un risque certain et sérieux quant à la perte de toute indépendance politique et stratégique.
Et personne ne le souligne.......
C'est l'Otan ( USA, Norvège, Allemagne, et aussi avec l'Aéronavale Française ) qui a rempli les missions évoquées y compris celles qui ont été faites au bénéfice des SNLE Britanniques,eux les symboles d'une indépendance politique très revendiquée par cet Etat .
Quant au remplacement des " Atlantique " Français, par ailleurs au niveau pour le système de combat ( voir la presse spécialisée ) il n'y pas urgence. Cela n'empêche pas de réfléchir posément,froidement et hors stress à un nouveau matériel, ce qu'aurait pu faire aussi les autorités Allemandes en acceptant le prêt de 4 " Atlantique " au meilleur niveau.
De bonnes réflexions à toutes et tous.
D.J

Écrit par : JOUGLET | 13/01/2022

@Philbeau et JOUGLET
Le choix d'acheter hors production nationale, permet de liberer des moyens pour d'autres acquisitions ! Les brits investi dans le F-35 en parallèle avec leur Eurofighter dont le développement continue et le Tempest qui poursuit son développement.
Comment voulez-vous qu'ils investissent encore dans le new Nimrod ? Même chose pour l'Allemagne qui est en train de renouveller toute sa chasse et qui ne peut logiquement pas assurer tous les autres projets sur la table ! MGCS, SCAF, MAWS etc..
Hereusement que les Européns ont encore l'opportunité d'acquérir sur étagère aux USA ! Sans cette capacité, comment ferait on ? Quand aux propos de Philbeau et Jouglet, on connait déjà leur avis et leur vision de l'Europe. MAis curieusement, on ne les a pas entendu qand l'AAE a commandé de nouveaux Hawkeye et des C-130 pour pallier aux défaillances stratégiques de l'A-400M !
Concernant le prêt des Atl 2, j'ai toujours cru à une blague, l'Allemagne, premier pays européen ne pouvait accepter cette solution assez folklorique, je trouve !
Philbeau, je ne pense pas que les capacités stratégiques françaises soient menancées ! En France on préfèrerait fermer les hopitaux putot que d'abandonner ces capacités, donc je ne m'en fait absolument pas pour vous !

Écrit par : Distras | 14/01/2022

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.