31/12/2021

ACG commande 60 Airbus !

ACG A220-300, A320neo, A321XLR rendering.jpeg

La dernière nouvelle de l’année est pour Airbus, le loueur mondial d'avions à service complet Aviation Capital Group (ACG), détenue à 100 % par Tokyo Century Corporation, a signé un protocole d'accord pour 20 A220 et un contrat ferme pour 40 avions de la famille A320neo, dont cinq A321XLR.

L'A220 est le seul avion spécialement conçu pour le marché de 100 à 150 sièges et associe une aérodynamique de pointe, des matériaux de pointe et les turboréacteurs à double flux de dernière génération PW1500G de Pratt & Whitney. Avec une empreinte sonore réduite de 50 % et une consommation de carburant par siège jusqu'à 25 % inférieure à celle des avions de la génération précédente, ainsi qu'environ 50 % d'émissions de NOx inférieures aux normes de l'industrie, l'A220 est un excellent avion pour les routes régionales et longue distance opérations.

La famille A320neo est la famille d'avions commerciaux la plus réussie de tous les temps et affiche un taux de fiabilité opérationnelle de 99,7 %. La famille A320neo intègre les dernières technologies, notamment des moteurs de nouvelle génération et des dispositifs d'extrémité d'aile Sharklet, tout en offrant un confort inégalé dans toutes les classes ainsi que des sièges Airbus de 18 pouces de large en classe économique en standard. La famille A320neo offre aux opérateurs une réduction d'au moins 20 % de la consommation de carburant et des émissions de CO2. La version A321XLR offre une extension de portée supplémentaire à 4 700 nm. Cela donne à l'A321XLR un temps de vol pouvant aller jusqu'à 11 heures, les passagers bénéficiant tout au long du voyage de l'intérieur Airspace primé d'Airbus, qui apporte la dernière technologie de cabine à la famille A320.

Avec cette commande, ACG soutient l'initiative de fonds ESG de plusieurs millions de dollars récemment lancée par Airbus qui contribuera à l'investissement dans des projets de développement durable de l'aviation.

Si Airbus termine très correctement une année encore une fois difficile avec le COVID, cette nouvelle commande en plus de la timide reprise de son concurrent américain Boeing met en avant une sensible relance de la modernisation des flottes d’avions commerciaux. Trop faible encore, mais cette timide reprise est essentielle pour le secteur de l’aérien et amorce espérons-le des jours meilleurs pour 2022 !

Photo : A220, A320 & A321XLR aux couleurs d’ACG @ Airbus

15:39 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : airbus, a220, a320, a321, les nouvelles de l'aviation, ace |  Facebook | |

30/12/2021

Le Pakistan recevra des CAC J-10C « Dragon Veloce » !

Chengdu-J-10-1.jpg

La rumeur enflait depuis cet été, le Pakistan a bel et bien passé commande à la Chine d’avions de combat CAC J-10C « Dragon Véloce » pour 36 appareils. Les livraisons devraient débuter très prochainement.

Le ministre pakistanais de l'Intérieur, Cheikh Rashid, a déclaré cette semaine qu'un escadron de 25 avions à réaction fabriqués en Chine participerait à un défilé aérien le 23 mars prochain. Le ministre a présenté les jets chinois comme "une réponse aux jets Rafale de l'Inde".

CAC Jian J-10 « Dragon Veloce » 

Initialement le projet du J-10 de la CAIC (Chengdu Aircraft Industrial Co) devait permettre à la Chine d’obtenir un appareil équivalent aux MiG-29 et Sukhoi 27 russe. Mais voyant le développement croissant d’avions de hautes technologies, dit multirôle en Occident (F/A-18, Rafale, Gripen, Typhoon II), le programme évolua vers un avion pouvant soutenir la comparaison. Mais les ingénieurs chinois se heurtèrent rapidement à des problèmes techniques insurmontables et durent faire appel à des entreprises étrangères pour mener à bien un tel projet. Le Pakistan tout d’abord, qui livra une cellule de F-16 A/B, puis le constructeur Israélien IAI qui venait d’abandonner son projet LAVI et qui accepta de vendre un peu de technologie à la Chine. Ce transfert de technologie a été particulièrement limité et ne touchait pas à des éléments sensibles ! Sans oublier, un peu d’espionnage industriel en Europe notamment.

Le premier prototype effectua son vol inaugural à la mi-1996, le second prototype, dont on ne connaît pas exactement la date du premier vol, fut perdu fin 1997, semble-t-il à cause d’une panne des commandes de vol électriques. C’est à partir de 1998 que la version dite officielle, du J-10 commença ses essais en vol. Il faudra attendre le 29 décembre 2006 pour la Chine reconnaisse officiellement l’existence de cet avion.La première escadrille de transformation sur le Jian-10 commença sa transition en 2003 au centre de formation et d'expérimentation de Guangzhou, mais de façon pénible car la dizaine de machines ne disposaient pas de radar.  Fait incroyable, le J-10 ne dispose pas d'aérofrein, mais utilise un bon vieux parachute de freinage, lors de l'atterrissage. 

La version la plus moderne, le J-10C dispose de commande de vol électriques, d’un radar AESA. Initialement les J-10 sont propulsés par un moteur russe Lyulka Saturn AL-31FN lui conférant une poussée statique maximale d'environ 123 kN. La Chine a développé un tout nouveau moteur, le Shenyang  Liming WS-10, pour remplacer les moteurs russes. Nom de code Taihang, le WS-10 est un turboréacteur conçu et construit en République populaire de Chine. Le WS-10A est déjà utilisé pour alimenter le J-11B et le J-16. Il est prévu dans sa version WS10B pour propulser le Chengdu J-10. Le projet WS-10 tient ses racines dans le premier turboréacteur WS-6, qui a été abandonné au début des années 1980. Le développement du WS-10 a commencé en 1987 par le Shenyang Aeroengine Research Institute (Institut 606) de la China Aviation Industry Corporation et était basé sur le noyau des moteurs CFM International CFM56 importés des États-Unis en 1982. Ce noyau lui-même dérivant des moteurs General Electric F101. Le WS-10A aurait une poussée de 13’200 kg et un rapport poids poussée de 7,5: 1, ce qui le rend comparable au turboréacteur AL-31F.

Question armement, le J-10C dispose d'un canon Gryazev-Shipunov GSh-23, situé sous le côté bâbord de la prise d'air. Il emporte les nouveaux missiles chinois développé par l'Institut 607, le PL-15 (Pi Li), qui est le dernier missile air-air (BVRAAM) de fabrication chinoise. Ce missile a effectué son premier tir de qualification en septembre 2015. Propulsé par un moteur à fusée à double impulsion, le PL-15 a une vitesse maximale de Mach 4 et devrait atteindre une distance de 300 km. En comparaison, son prédécesseur PL-12 a une portée de 100 km, similaire à son homologue occidental, l'AIM-120C AMRAAM. Selon les rapports chinois, le PL-15 permettra à l’aviation militaire chinoise de réduire les actifs ennemis de grande valeur tels que les avions ravitailleurs et les avions AEW, au-delà de portée de leurs escortes.

Après sept ans de développement, l'AAM à courte portée PL-10 a été introduit sur le J-10C. Les médias chinois ont souligné que le PL-10 est le premier missile tout-aspect dans le PLAAF, avec une inclinaison de 90 degrés et des capacités de poussée vectorielle. Il est indiqué qu'il a une portée d'au moins 20 km et avec un capteur infrarouge à image multiple, le PL-10 est très résistant aux contre-mesures électroniques. L’avion emporte également des munitions non guidées et à guidage de précision, telles que les bombes à guidage laser, les missiles air-sol tels que le KD-88, les missiles antinavires YJ-91A et les missiles anti-rayonnement YJ-91.  

1689861329.jpeg

Photos : J-10C @ PLAAF

 

 

 

29/12/2021

La France commande 3 E-2D « Advanced Hawkeye » !

1213200283.jpg

Annoncé en 2020, la commande par la France de 3 appareils d’alerte avancée et de contrôle (AEW&C) de type Northrop Grumman E-2D « Advanced Hawkeye » pour l’aéronavale est officialisée. Mené par la DGA, cet achat est réalisé dans le cadre d'un accord de ventes militaires à l'étranger (FMS) avec le gouvernement américain. Le Département d'État des États-Unis a approuvé ce FMS en juillet de l’année dernière.

Les E-2D « Advanced Hawkeye » destinés à l’aéronavale française devraient entrer en production dans l'usine Northrop Grumman de St Augustine, en Floride, en 2024. Les trois avions pourraient être le les derniers E-2D jamais sortis de la chaîne de production (en cas d'absence de commande de suivi de la part des clients de l'US Navy ou de FMS). Ils seront livrés par la marine américaine en 2028. Les appareils seront ensuite transportés des États-Unis vers la France pour y être livrés. Ils remplaceront les actuels E-2C « Hawkeye » de la Marine Nationale. Selon le communiqué de l'armée française, l'E-2D Advanced Hawkeye conçu par Northrop-Grumman, représente un bond en avant générationnel par rapport à l'E-2C « Hawkeye ». 

L’E-2D dispose d’une capacité de ravitaillement en vol. Les trois avions E-2D commandés pour la Marine nationale seront adaptés aux besoins français en intégrant un calculateur spécifique, développé par le Service français de l'industrie aérospatiale (SIAé), qui garantira la capacité d'évolution autonome du système. La France confirme sa volonté d’améliorer sa capacité de détection aéroportée aéronavale. Le pays va commander 3 appareils de type Northrop-Grumman E-2D « Advanced Hawkeye ». Le Hawkeye E-2D est une version améliorée du E-2C Hawkeye, dont la France possède trois exemplaires. Il est notamment possible de le ravitailler en vol, ce qui n'était pas le cas de son prédécesseur.

Le projet de vente des E-2D en France couvre également 10 moteurs Rolls-Royce T56, des équipements de radar et de navigation ainsi que la logistique et le soutien des équipements. Le projet est estimé à environ 2 milliards de dollars. 

Le Hawkeye E-2D « Advanced »

Les systèmes du E-2D représentent un bond de plusieurs générations dans la technologie des systèmes embarqués d’alerte lointaine et doit permettre de s’adapter aux menaces d’aujourd’hui et de demain. Le Hawkeye E-2D « Advanced » dispose d’un grand nombre de nouveautés avec un radar AESA AN/APY-9 qui remplace l’ancienne antenne mécanique, le radar permet une couverture totale à 360° et offre un suivi complet air et mer à 360 degrés offre un suivi par tous les temps et une connaissance de la situation sans compromis.

L’appareil dispose également d’une nouvelle motorisation, soit le Rolls-Royce T-56-A-427A. Un cockpit entièrement numérique, d’un nouveau système d’identification ami/ennemi, de nouveaux postes de travail tactique ainsi que d’une nouvelle architecture électronique et de communication couplée à une liaison de données, Du matériel et des logiciels conformes à l'architecture ouverte et prêts à l'emploi (COTS) permettent une actualisation rapide et économique de la technologie pour des outils de mission de pointe cohérents, un catalyseur de FORCEnet.

Pays utilisateurs pour le E-2D : USA, Japon.

2052359486.jpg

Photos : E-2D « Advanced Hawkeye » @ Northrop Grumman

 

28/12/2021

La flotte de F-35 néerlandais en capacité opérationnelle initiale !

FHmwsKUWYAwILNp.jpeg

Le ministère néerlandais de la Défense et la Royal Netherland Air Force (RNLAF) ont officiellement déclaré la capacité opérationnelle initiale (IOC) de leur flotte de F-35A. Avec cette annonce, les Pays-Bas deviennent le huitième pays et le 12ème à déclarer l’IOC pour sa flotte de F-35. 

"La déclaration d'IOC inaugure une nouvelle ère de puissance aérienne qui donne à la RNLAF des capacités de transformation", a déclaré Bridget Lauderdale, vice-présidente du programme F-35 et directrice générale. « Je suis fier de l'engagement de l'équipe Lockheed Martin à fournir le chasseur le plus efficace, le plus résistant et le plus connecté à nos partenaires aux Pays-Bas. » 

L'avion de chasse le plus avancé jamais construit, le F-35 offre à la RNLAF une supériorité aérienne inégalée. Grâce à ses capteurs et à sa technologie peu observable, le F-35 peut opérer en toute impunité dans l'espace aérien contesté et fusionner une image de l'espace de bataille pour d'autres moyens aériens, terrestres et maritimes. Outre sa capacité d'armement avancée et sa portée supérieure, le F-35 offre des capacités de combat inégalées. Le F-35 garantira que la RNLAF peut protéger l'intérêt national des Pays-Bas et contribuer aux missions de dissuasion alliées régionales critiques pour les décennies à venir. 

Le programme F-35 s'appuie sur l'expérience industrielle et l'expertise des Pays-Bas acquises sur le programme F-16 pour contribuer au développement technologique et à la production du F-35. Chaque F-35 contient des composants fabriqués par des entreprises néerlandaises, avec plus de 25 fournisseurs de toute l'industrie néerlandaise contribuant au programme. Avec l'introduction de technologies de pointe, l'industrie néerlandaise est stratégiquement positionnée pour participer à la production de plus de 3 000 avions F-35 pendant la durée du programme. 

Actuellement se sont 24 F-35A ont été livrés à la RNLAF sur un total de 37 commandés. La RNLAF a dépassé plus de 9’085 heures de vol à ce jour, avec 55 pilotes et 262 spécialistes de maintenance soutenant la flotte. 

Le premier escadron de F-35 de la RNLAF opère à partir de la base aérienne de Leeuwarden. À l'avenir, la base aérienne de Volkel abritera également des F-35.

Le F-35 aux Pays-Bas

Royal-NLR-contribution-to-the-RNLAF-F-35-Lighting-1030x295.jpg

Les Pays-Bas ont été le deuxième partenaire international à recevoir le F-35 et continuent de jouer un rôle clé dans la production et le maintien en puissance du F-35 « Lightning II ». Les Néerlandais envisagent maintenant d’augmenter leur flotte de F-35 d’ici 2030. La baisse des coûts et les qualités de l’avion motivent aujourd’hui cette réflexion.

Au Pays-Bas, se sont plus de 25 fournisseurs de l'ensemble de l'industrie néerlandaise qui participent au développement technologique critique et aux projets de conception structurelle stratégique faisant partie intégrante du programme F-35, ainsi qu'à une production en grand volume, qui comprend des composites, des assemblages collés et des câbles d'avion. Ce travail de haute technologie s'appuie sur l'expérience et l'expertise des Pays-Bas en matière de performances passées sur le programme F-16 pour maintenir une exécution de programme de haute qualité. Chaque F-35 contient des composants fabriqués par des entreprises néerlandaises. Avec l'introduction de technologies de pointe, les industries néerlandaises sont stratégiquement positionnées pour participer à la production de plus de 3’000 avions F-35 pendant la durée du programme.

Viseur de casque et motorisation

collins-16thJuly.jpg

Collins Aerospace et la Royal Netherland Air Force (RNLAF) ont établi un centre de préparation des pilotes de F-35 aux Pays-Bas. Le Center for Man in Aviation de la RNLAF à Soesterberg est le premier du genre en dehors des États-Unis. L'installation dédiée dans la région sera utilisée pour fournir l'ajustement du viseur de casque, l'étalonnage, la centrifugation, les simulateurs de vol et la formation en chambre d'altitude. Cela aidera la RNLAF et ses clients internationaux à maintenir et à améliorer l'état de préparation de la flotte et des pilotes.

Le département américain de la Défense a sélectionné les Pays-Bas comme l'un des dépôts régionaux européens de F135 MRO&U à la fin de 2014. Depuis lors, le ministère néerlandais de la Défense, le F-35 Joint Program Office, StandardAero et Pratt & Whitney ont travaillé en collaboration sur le au cours des six dernières années pour mettre en place cette capacité régionale de MRO&U qui soutient la Royal Netherland Air Force ainsi que d'autres opérateurs de F-35 dans la région dans le cadre du système de soutien mondial du F-35. StandardAero aux Pays-Bas a satisfait à toutes les exigences initiales de capacité de dépôt (IDC) pour la réparation et la révision du moteur Pratt & Whitney F135.

16280750424291.jpg

Grâce à cette réalisation, l'installation de maintenance, de réparation, de révision et de mise à niveau (MRO&U) F135 de StandardAero aux Pays-Bas devient le premier dépôt de moteurs F135 entièrement opérationnel en dehors des États-Unis. Les modules seront démontés, réparés et remontés par le personnel de StandardAero avec l'assistance technique de Pratt & Whitney, suivis des tests et de la remise en service du module pour une utilisation par les opérateurs mondiaux du moteur F135.

Cette capacité F135 MRO&U apporte des avantages significatifs à la main-d'œuvre et à l'industrie néerlandaises, des emplois de haute qualité à l'expertise technique et au savoir-faire acquis grâce à la maintenance et à la réparation du moteur de combat le plus avancé au monde. 

FHm035EWQAMqM0x.jpeg

Photos : 1 & 4 F-35A aux couleurs des Pays-Bas@ RNLAF 2 Viseur de casque @ Collins Aerospace 3 moteur P&W F-135 @ PW

 

27/12/2021

Le 1’000ème Global est entré en service !

3887455909.2.jpg

L’aviation d’affaires se porte bien, mieux que le transport commercial traditionnel. Les avionneurs spécialisés dans le domaine des jets d’affaires ont réalisé une très belle année 2021. L’avionneur canadien qui s’est repositionné ne vous dira pas le contraire, avec la livraison et la mise en service ce mois du 1’000ème Global.

C’est la société NetJets qui a pris possession de son premier Global 7500 soit le 1’000ème de la famille « Global » a entré en service. L'avion est plus grand et le plus silencieux de la flotte NetJets, il s'agit du premier d'une commande ferme de 20 avions Global 7500.  

Le Global 7500 

4009023269.jpg

L’affichage tête haute perfectionné du Global 7500 est équipé de systèmes de vision améliorée et de vision synthétique pour optimiser la conscience situationnelle. Le deuxième affichage tête haute s’appuie sur ces avantages, permettant notamment une participation accrue du copilote pendant les opérations assistées par affichage tête haute, une transition plus facile entre pilotage et surveillance, ainsi qu’une précieuse redondance pendant les approches à faible visibilité.

Le Global 7500 est doté du plus récent poste de pilotage « Bombardier Vision », dont l’automatisation sans précédent demeure fermement au service de l’équipage. Par exemple, le transfert de carburant et la gestion de la pression en cabine sont entièrement automatiques, et les séquences de démarrage sont grandement simplifiées comparativement à celles des autres avions d’affaires. Les listes de contrôle électroniques uniques, automatisées, et d’autodiagnostic, assurent plus de précision et éliminent certaines tâches manuelles inutiles tout en assurant une pleine visibilité pour l’équipage. Le système de commandes électriques éprouvé du Global 7500 vise à maximiser la sécurité par une conception qui combine l’autorité du pilote et la protection d’enveloppe de vol la plus complète de l’industrie.

Pour compléter les caractéristiques de sécurité du poste de pilotage, le Global 7500 offre une maniabilité optimale à basse vitesse au décollage et à l’atterrissage, ainsi que les performances sur courte piste d’un avion léger. 

Le Global 7500 offre l’une des meilleures expériences dans une cabine très spacieuse, offrant un espace unique chez les avions d’affaires et dotée d’un intérieur de premier ordre qui comprend une cuisine pleine grandeur multifonctionnelle et une chambre avec un lit permanent. Parmi les autres commodités phares de l’industrie à bord de l’avion Global 7500, on compte le fauteuil breveté « Nuage » de Bombardier, conçu pour maximiser le confort et la relaxation sur les vols long-courriers grâce à une inclinaison prononcée entièrement nouvelle, et le système d’éclairage novateur « Soleil », toute première technologie d’éclairage de l’aviation basée sur les rythmes circadiens avec une simulation dynamique de lumière du jour révolutionnaire, qui peut aider à contrer le décalage horaire. Méticuleusement conçu pour un confort maximal et le système de gestion cabine révolutionnaire « Nice Touch », une nouvelle façon de se connecter avec la cabine de l’avion Global 7500 par le cadran tactile « Touch » de Bombardier, doté de la première application d’affichage à LED dans l’aviation d’affaires. Enfin, la cuisine moderne et multifonctionnelle du biréacteur d’affaire

Avec son système complexe de volets et de becs de bord d’attaque, l’aile de l’avion Global 7500, la plus évoluée de l’aviation d’affaires, ajoute de façon sans précédent à la portance au décollage et à l’approche, ce qui maximise l’efficacité aérodynamique et rehausse les performances tout en améliorant la sécurité et en offrant un vol plus en douceur et plus reposant.

Le système international EPDMD 

Le système international EPDMD est un programme de communication volontaire et transparente de l’impact environnemental du cycle de vie de biens et services. Avec plus de 15 années d’expérience et une bibliothèque comptant des déclarations environnementales de produits de 31 pays, EPD constitue un choix crédible pour la communication interentreprises et grand public basée sur la norme ISO 14025 et d’autres normes internationales. L’exploitant responsable du système international EPD‑ est EPD International AB, enregistré en Suède.

3818545682.jpeg

Photos : 1 Global 7500 2  Intérieur 3 Cockpit @ Bombardier