04/12/2021

Le F-35, à quel prix ?

 

 
 

1637937826629.jpeg

Dans un souci de transparence, le Département de la Défense (DDPS) a publié dernièrement un communiqué de presse concernant les contrats ayant attrait au programme d’acquisition du F-35. La réalisation du document a suscité de nombreuses réactions et il convient de revenir de manière factuelle pour en expliquer les détails, l’occasion également de revenir sur la question des affaires compensatoires dans un second temps

Le 30 juin dernier, notre ministre de la Défense a annoncé l’achat de 36 avions de combat pour un montant de CHF 5,091 milliards, soit un chiffre très inférieur au budget disponible qui s’élève à CHF 6,3 milliards. Dans le cadre du contrat, le DDPS, en collaboration avec le Département des Finances, a annoncé un crédit d’engagement de CHF 6,035 milliards.

Pourquoi cette différence ?

Le prix de base du programme F-35 reste le même soit CHF 5.091 milliards, qui est garanti par le gouvernement Américain(Foreign Military Sales), par contre, il faut prendre en compte le taux de change en dollar US et l’éventuel inflation. L’acquisition s’étendant sur plusieurs années, il faut donc calculer les plafonds des variables avec une marge de sécurité vers le haut.

Avec un taux de change élevé à 0,95 francs (moyenne en 2021 = 0,88 francs) et un plafond ajusté de l’inflation au plus haut, on se garde de toute mauvaise surprise. S’il s’avère que ses deux variables devaient plafonner au maximum, le prix final resterait dans le budget prévu. A l’inverse, un taux de change bas et une inflation contenue contribueront à une baisse du prix global ! D’autres acquisitions par le passé ont montré que le plafond des taux de change et de l’inflation n’avaient, au final, jamais été atteint.

Avec un autre appareil ?

Avec un avion européen, le prix de base serait au minimum de CHF 6 milliards avec un taux de change en EURO, plus la prise en compte de l’inflation, soit un budget approchant les 7 milliards de nos francs, voir bien plus. Avec cette option, il se produirait un excédent financier qui dépasserait largement notre portefeuille.

Possible baisse du prix

La commande helvétique de 36 avions sera transmise au Département d’État américain et celle-ci a de grande chance d’être cumulée avec d’autres commandes (US et étrangères). Ce cumul de plusieurs appareils pourra dans cette forte éventualité faire baisser le prix unitaire des appareils. Il pourrait donc en résulter une baisse du prix pour le contribuable.

En ce qui concerne le système sol-air Patriot, on prend également un taux de change large à 0,95 francs. La réalisation de ce dernier étant plus courte, les risques de fluctuations des variables sont presque inexistants.

Affaires compensatoires non respectées 

Les propositions d’affaires compensatoires sont en constant développement. L’obligation de compenser 60 % de la valeur de la commande doit être remplie dans son intégralité au plus tard quatre ans après la dernière livraison et en tenant compte de la clé de répartition suivante : 65 % pour la Suisse alémanique, 30 % pour la Suisse romande et 5 % pour la Suisse italienne.

Si, Lockheed Martin ne peut satisfaire à 100% les demandes de compensation, une clause de contrainte sera engagée. L’avionneur devra compenser le montant non atteint avec une proposition de rechange comme une baisse de prix, la livraison de pièces détachées et/ou de cellules d’avions.  Un cumul des trois est parfaitement envisageable.

Gare à la communication 

En termes de communication, le DDPS travaille à la transparence du dossier. Malheureusement, certains communiqués sont parfois rédigés de manière peu accessible pour le commun des mortels. Un travail de vulgarisation serait donc opportun à l’avenir, de même que de passer à l’offensive à travers les différents médias et autres réseaux sociaux disponibles.

On remarque également que la défensive n’est plus d’actualité et qu’il faut plutôt de la réactivité, du « Punch » et non pas uniquement mentionner les « Fake News » sur le site web du DDPS.

En parallèle, il est fort dommageable de constater que certains médias suisses ou étrangers soient dans l’incapacité d’additionner 2 + 2 et que nous naviguons visiblement entre une certaine incompétence et d’une volonté de nuisance avérée.

NON le prix de base ne change pas !

Le manque à gagner en Offsets est obligatoirement compenser par l’avionneur.

 

 

 

Commentaires

@PK
Pourquoi le prix du système antiaérien ne donne-il pas lieu au même réajustement, en fonction des prévisions de l'inflation et du taux de change ?

Pourquoi ce calcul sort cinq moi après la sélection ? Ne pouvait-il pas être inclus dans l'offre de départ de LM ?

Qu'en est-il du coût de la maintenance qui n'est finalement garantie que jusqu'en 2031, soit 5 ans après la livraison du premier appareil ? Ce n'est pas vraiment ce qui était annoncé.

Écrit par : François-01 | 04/12/2021

Merci Pascal pour cette clarification, c'est en effet très utile de mieux comprendre ces chiffres!

Écrit par : Jo-ailes | 04/12/2021

@François-01: Le système Patriot sera livré en 2 ans, pas besoin de sécurisé le contrat sur el long terme.
L'offre de LM est une chose, la sécurisation des variables n'est pas du ressort de l'avionneur mais de l'acheteur. Ce calcul est effectué par le département des finances en collaboration avec la Défense. Il en a été de même pour l'achaht des Hornet avec au final une baisse de coûts de 230 millions de dollars.

Les coûts de maintenance sont calculé sur 30 ans. La date de 2031 est la limite de paiement du contrat et la garantie qui en résulte.

Écrit par : PK | 07/12/2021

Merci pour cette explication clair et limpide.

Écrit par : Florence | 07/12/2021

Le DDPS a effectivement de la peine à communiqué de manière simplifiée, merci pour cet éclairage.

Écrit par : Fabrice | 07/12/2021

La presse ne fait plus sont travail depuis longtemps et les rivalités poussent effectivement certains de nos voisins à cracher sur les décisions de ceux-ci. Le manque de connaissance en matière de contrat internationaux semble également être à la base de nombreuses incompréhensions.

Écrit par : Jérôme | 07/12/2021

Merci PK pour cet éclairage très bien réalisé.

Écrit par : Martin | 08/12/2021

Moi je veux bien lire tout cela. Mais selon le site "Air et Cosmos", une baisse des commandes des F-35 US pourrait être actée car ses 871 défauts encore répertoriés en début d'année 2021 sont loin d'être réglés et qu'il n'a pas acquis la confiance des troupes.

Selon cette source, l'Air Force n'aurait pas le droit de dépasser un total d'acquisition de 1'763 F-35A, la Navy 273 F-35C, et le Corps des Marines 353 F-35B et 67 F-35C. Plus aucun contrat concernant l'avion ne pourra être signé sans réduction de coût d'exploitation, sans l'amélioration de ses performances ou de sa disponibilité.

Mais au-delà de l'avion lui-même -que je ne suis pas capable d'estimer-, le problème va être purement politique et c'est en amont des urnes qu'il faudra convaincre, surtout s'il devait malgré tout ce qui est écrit ci-dessus être plus cher et donner lieu à moins de compensations que prévu.

Écrit par : BadCox57 | 09/12/2021

@Jerome,

Les incompréhensions sont à mon sens voulues, la confusion est entretenue par certains groupes que je ne vous ferait pas l'offence de citer ! On sait tous très bien de qui il s'agit....

Écrit par : Lisolon | 09/12/2021

@BadCox57: Sauf que c'est faux..aujourd'hui aux USA on appelle à plus de F-35.

Les fameux 871 défauts : premièrement nous en sommes à un peu moins de 800 à ce jour. petit exemple : En 1996 lorsque la Suisse a réceptionné ses Hornet ceux-ci avait 971 défauts ou améliorations en cours. Soit rien d'anormal, à ce jour un certains nombres ont été réglés et d'autres pas. On vole avec. Il en va de même pour les avions civils. Le Rafale, l'Eurofighter ont également leurs lots de "bugs". Certains seront corrigés, d'autres jamais.

Ou est le problèmes ? Simplement que le commun des citoyens ne connait pas cette problématique.

Le marketing de certains et fait pour faire douter le lecteurs lambda dans une direction. L'autre élément vient d'une communication très ouvertes aux usa, tous les programmes militaires sont passé sous la loupe et les problèmes ouvertement publies. Ce n'est pas le cas en Europe. Gare à la confusion.

Écrit par : PK | 10/12/2021

@BadCox. Non seulement il a acquis la confiance des troupes qui l'ont utilisé en operations, mais il a même, quand bien même il n'est pas totalement au point, été déjà au-delà de plusieurs critères qui lui étaient demandés.Je pense avant tout a sa suite de détection incomparable. Quand à la source que vous citez, c'est le Congrès US, et avant tout la Chambre, qui laissent jusqu'à 2027, les Services, les industriels, démontrer qu'ils peuvent reduirent les surcoûts du programme AUX US!!! Et, n'en déplaise à certsins, la tendance de ces dernières années est plutôt bonne..Mais pour cela, il faut ecouter les dizaines d'heures de débat devant le HASC et le SACS, et non se contenter de petits communiqués de presses...

Écrit par : Baz driver | 10/12/2021

@badCox57 : Si c'est de cet article qu'il s'agit (https://www.air-cosmos.com/article/budget-de-la-dfense-us-toujours-plus-dachats-le-f-35-en-danger-25656), j'avoue avoir été, pour une fois, très déçu par plusieurs imprécisions qui chargent de façon flagrante le F-35.

Par exemple cette phrase : "...les autorités ayant répété que si la trajectoire du F-35 restait mauvaise, une baisse des commandes pourrait être actée et compensée par une accélération du développement de son successeur le NGAD..." Alors que la plupart des spécialistes annoncent que le NGAD remplacera en priorité le F-22 puis éventuellement les F-15.

Quant au remplacement des A-10 par les F-35... je vous rappelle qu'à l'époque c'était des F-16 qui auraient dû les remplacer, mais qui ne s'étaient pas montrés à la hauteur. Le F-35 étant le successeur du F-16, ce n'est pas étonnant qu'il ne soit pas plus adapté pour remplacer cet extraordinaire spécialiste.

Écrit par : Jo-ailes | 10/12/2021

@Jo-ailes. Il n'y a rien à tirer de cet article écrit par XT, qui fait preuve depuis longtemps d'une incompétence crasse, doublée d'un mensonge et d'une imprécision que son aveuglement, et son anti-americanisme primaire ne font que rendre ridicule.... Dommage pour A@C, mais dans le même temps, ce même magazine, à l'époque, tirait à boulets rouges sur le F-16. Les temps changent, les méthodes demeurent.

Écrit par : Baz driver | 14/12/2021

@Jo-ailes. Il n'y a rien à tirer de cet article écrit par XT, qui fait preuve depuis longtemps d'une incompétence crasse, doublée d'un mensonge et d'une imprécision que son aveuglement, et son anti-americanisme primaire ne font que rendre ridicule.... Dommage pour A@C, mais dans le même temps, ce même magazine, à l'époque, tirait à boulets rouges sur le F-16. Les temps changent, les méthodes demeurent.

Écrit par : Baz driver | 15/01/2022

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.