12/11/2021

F-35, le choix expliqué par un pilote suisse !

Italy-Iceland-F-35-3.jpg

Hier soir au sein de l’Université de Lausanne (UNIL), nous avons pu assister à une conférence explicative organisée par la Société des officiers et militaires du campus universitaire de Lausanne sur le thème : pourquoi le F-35 ? Pour répondre à cette question, l’association a invité le Colonel EMG Pierre de Goumoëns "Drago" pilote de F/A-18 Hornet.

Pas une évidence de prime abord

Je connais Pierre de Goumoëns depuis plusieurs années. Ce pilote d’expérience est direct et n’a pas sa langue dans sa poche, mais une bonne dose d’humour. A préciser qu’il n’a pas été impliqué dans le processus des essais de 2019, alors qu’il avait contribué à ceux de 2008. Une volonté de sa part pour rester impartial, car du fait de ses fonctions, responsable de l’acceptation du futur avion (Certification opérationnelle OPS). De fait, il peut aujourd’hui se concentrer sur le dossier F-35 de manière entièrement libre.

A l’annonce du choix du F-35 le 30 juin dernier, Pierre de Goumoëns, nous explique qu’il a été surpris dans un premier temps, car de l’extérieur aux essais, il ne voyait pas forcément ce choix. En 2008, lorsqu’il participait aux tests, c’est le Rafale qui avait remporté ces derniers. Puis, la compréhension s’est faite évidente.

Il faut préciser que les essais étaient compartimentés (comme je vous l’expliquais) et que chaque groupe d’essais (pilotes, ingénieurs de maintenance, équipe finances) travaillait sans connaitre les détails des autres équipes. Les avions testés ne se combattaient pas, mais devaient chacun à leur tour réussir des tests qui étaient les mêmes pour tous. Chaque avionneur avait eu connaissance à l’avance des objectifs demandés.

L’avancée technologique

25DDF59A-A264-4A70-ACE7-7F553E70904F.jpeg

Le choix du F-35 est clair du point de vue de la technologie. Durant essais l’avion a devancé le second appareil de 95 points sur un total de 336 points. Un score net, qui ne souffre d’aucune discussion. Une surprise pour Pierre de Goumoëns, mais qui s’explique par le fait que le F-35 est beaucoup plus récent que ses concurrents. L’avion intègre non seulement les technologies les plus modernes actuelles, mais il est également conçu pour un monde ou la fusion des données, la transmission de celles-ci vont devenir naturelles. Pierre de Goumoëns nous explique également que le F-35 n’en est qu’à ses débuts, l’avion va encore évoluer, soit une solution qui nous permettra d’être à la pointe pour les 30 prochaines années.

Il faut comprendre nous explique-t-il que de passer du F-5 au F/A-18 a été pour lui un saut technologique important, le F-35 sera quant à lui un saut encore plus important, car avec cet avion s’est tout le fonctionnement et l’organisation, la formation, la préparation de vol qui va évoluer. Les possibilités du F-35 en matière de détection air-air, air-sol, guerre-électronique sont quasi instantanées avec une précision sans commune mesure avec ce qui se faisait jusqu’ici. L’analyse immédiate des menaces et leurs transmissions instantanées en réseau, révolutionne le combat aérien. Le couple furtivité (Radar Cross Section) et les formidables possibilités de la guerre en réseau permettront une défense intérieure du pays très élargie.

Les données récoltées en vol servent ensuite à la mise en place de scénarios directement implantés dans les simulateurs, permettant ainsi aux autres pilotes de se former sur des menaces qu’ils n’ont pas encore rencontrées en réel.

4223684363.jpeg

Formation

Là encore, le F-35 fait la différence avec avec un système intégré à chaque appareil pouvant non seulement combattre ses adversaires réelles en vol, mais l’avion peut lui-même ajouter des « ennemis virtuels » et être engagé contre les simulateurs au sol. Cette manière de faire va contribuer à diminuer sensiblement les heures de vols, sans impacter le niveau de préparation des pilotes.

DwlI0q1X0AAPOI_.jpeg

Pierre de Goumoëns nous explique que des systèmes de type « Mock Up » seront engagés pour former au sol la maintenance et également les soldats d’aviation (miliciens). Ces maquettes grandeur nature vont permettre de travailler tous les gestes et procédures indépendamment de la flotte. Cette méthode évite d’immobiliser un avion pour la formation. Là, encore une solution qui permet de réduire de manière substantielle les coûts d’exploitations.  

DwlJN79WsAUkoCA.jpeg

Coûts

Si le prix à l’achat est moindre que la concurrence, cela se justifie par le nombre de F-35 livrés à ce jour, soit 720 (chiffres au 10.11.2021) ainsi que le nombre d’avions cours de commande. Pour les coûts d’exploitations Pierre de Goumoëns a eu comme moi et d’autres, un moment d’incompréhension. La réduction substantielle des heures de vol, la formation basée sur un nouveau mode, l’achat en paquet complet (avions, pièces détachées et les équipements connexes), une flotte au totale diminuée par rapport à l’actuelle (24 F-5 + 30 F/A-18) justifie cette réduction. La maintenance prédictive va permettre d’agir en prévision d’une révision et d’agir au bon moment-là où il faut.

Mais Pierre insiste sur le fait que nous achetons le système F-35 à l’État américain via un contrat FMS et que les coûts sont garantis par le pays sur la période de 10 ans. Il en fût de même pour le F/A-18 « Hornet ».  

Pierre de Goumoëns précise également que la taille du F-35 permet une adaptation aux infrastructures actuelles sans difficulté, ce que certains concurrents ne permettaient pas. A noter, que le système de parachute adopté par la Norvège sera également prévu en Suisse, notamment pour les atterrissages en hiver sur les pistes complexes comme celle de Meiringen, mais également pour faciliter des engagements sur pistes de dégagement (routes, anciens aérodromes de montagne pouvant être réaffectés). Le système de parachute s’adapte sur n’importe quel F-35, par un système de clip et peut-être retiré à volonté.

f-35-aim-120.jpg

Usage en Suisse

Avec le standard Block IV, 4 F-35A peuvent fonctionner en meute de loups et une telle capacité offre une capacité de défense à 360 degrés importantes pour la Suisse qui est positionnée au cœur d’une Europe où les débordements des crises peuvent affecter ses intérêts et sa sécurité. En temps de paix, le F-35 continuera d’effectuer les missions de police du ciel 24/24, telles que testées et démontrées lors des essais. La capacité d’engagement multirôle en binôme avec le système sol-air Patriot permettra de créer un véritable dôme de protection face aux diverses menaces actuelles et en devenir. Le F-35A permettra également de reprendre la capacité de frappe d’appuis au sol avec des systèmes à guidages de précision. La Suisse restera souveraine dans ses décisions, mais bénéficiera des avantages du « Club F-35 ». Des échanges de données, de compétences et d’expériences seront réalisées avec nos voisins et les nombreux utilisateurs européens du F-35, tout comme l’accès au magasin central de pièces détachées (ceci en complément de notre propre stock). Pierre de Goumoëns insiste notamment sur le fait que la maintenance faite en Suisse combinée avec un réservoir de pièces détachées, permettra de fonctionner en totale autarcie durant 6 mois.

Et ces fameuses maladies de jeunesses

A juste titre, notre pilote nous rappelle que tous les avions militaires ou civils, traînent des problèmes techniques et surtout à notre époque des problématiques de logiciels, si une personne vous affirme que son avion est parfait, il vous ment. Le F-35 arrive à maturité, les principaux défauts sont aujourd’hui corrigés ou en passe de l’être. Des correctifs de logiciels vont encore être apportés, des problèmes seront réglés, mais Pierre de Goumoëns insiste sur le fait que certains problèmes secondaires ne seront jamais résolus, on doit vivre et voler avec. Il en va même pour n’importe quel avion, dont l’actuel Hornet. Souvenez-vous du F-16, de l’A320, à l’époque des avions révolutionnaires électroniquement, ces deux appareils ont subi de nombreuses critiques durant de nombreuses années, ils sont par la suite devenus des « Best-Seller » en termes de vente.

Au final

Pour Pierre de Goumoëns le choix du F-35 ne souffre d’aucune discussion, c’est l’avion le plus moderne, le plus sophistiqué et qui peut le mieux garantir la modernité de nos Forces aériennes pour les 30 prochaines années. C’est aussi l’avion qui répond le mieux en termes de coûts par rapport à notre budget qui rappelons-le, reste limité.

Colonel EMG Pierre « Drago » de Goumoëns

Sans titre.png

Titre universitaire MA Military Operational Art and Science

Air University, Maxwell AFB, USA

Carrière 

1991 – 1992 Ecole d'ingénieur EPFL à Lausanne 

1993 Lieutenant, breveté comme pilote de chasse sur F-5 E Tiger 

1993 – 1996 Formation de pilote professionnel et d'instructeur de vol 

1996 Instructeur de vol PC-7, Hawk & F-5, école centrale 1(EC1) 

1997 Capitaine 

2001 – 2012 Pilote d'essai opérationnel @ essais évaluations opérationnels (OEE) 

2002 Ecole de pilote d'essai opérationnel (ETPS), Angleterre 

2003 Instructeur formel et tactique, chef de double patrouille F/A-18 

2006 Stage de formation de commandement 2 (SFC2) 

2007 Major 

2007 – 2013 Chef Gestion du secteur technique de la Guerre électronique & remplaçant de chef de projet de la mise à jour des F/A-18 

2008 - 2010 Ecole d'état-major général I, II & III 

2011 - 2012 Lt col EMG, Air Command and Staff College, Maxwell AFB, AL, USA 

Président de classe des officiers internationaux, récipiendaire du prix du leadership international "Robbie Risner" 

2013 Conseiller du Cdt des Forces aériennes suisses, 

Ecole d'état-major général IV

2015 Col EMG, Ecole d'état-major général V 

2017 Chef de la Régulation de l'aviation militaire & Chef de projet MAA 

2018 Chef de l'Autorité de l'aviation militaire 

Expérience de vol 3500+Hrs 

1800+Hrs F/A-18C/D, 700Hrs F-5E, 500Hrs Hawk, 500Hrs PC-7 

Réalisations spéciales 

A été chargé de l'introduction à la troupe pour les Forces aériennes suisses de plusieurs logiciels de configuration pour les F/A-18 de 2001 à 2013. 

A été pilote de projet opérationnel pour la mise en place de plusieurs systèmes sur F/A-18 suisse telles que le nouveau missile infrarouge (AIM-9X), système anti-collision avec le sol Terrain Avoidance Warning System (TAWS), viseur de casque Joint Helmet Mounted Cueing System (JHMCS), Tactical Moving Map (TAMMAC), liaison digitale (Link 16) et nouveau logiciel de commandes de vol (FCC 10.7) pour les Forces aériennes suisses. 

A été chargé de la conception, du développement, des essais et de l'introduction du système radio intra-auriculaire « OMARA » pour les Forces aériennes suisses. 

A été mandaté en 2017 par le Conseiller fédéral Guy Parmelin, Chef du département de la défense, de la protection de la population et des sports, pour développer, mettre en place et déployer l'Autorité de l'aviation militaire Suisse. 

1er Chef de l’Autorité de l’aviation militaire suisse.

Remerciements : Pierre de Goumoëns, Lt James Crot

Photos : 1 F-35A @ Aeronautica Militare 2 & 3 Technologie 4 & 5 Mock Up @ LM 6 Armement 7 Pierre de Goumoëns

 

 

 

 

Commentaires

La conférence de Pierre de Goumoëns a été précise et intéressante. Mais à propos de l'aspect haute technologie, une comparaison aurait été bienvenue, même si le débat n'a plus lieu d'être désormais, pour comprendre au moins comment des avions comme le Super Hornet ou le Rafale au standard prévu, qui offrent tous les deux le même niveau d'intégration que le F-35, ont pu se montrer moins intéressants que ce dernier. Sachant que ces trois avions sont eux-mêmes, au sein de l'Otan, amenés à coopérer dans un registre commun de fusion de données et de mode de transmission.

Écrit par : Mike | 12/11/2021

Au final , les guerres futurs se feront en ligne , par souris interposées , plus de morts , que du virtuel et à la maison en plus.... ça c'est un progrès !!! Plus besoin de pilotes , ça coûte cher , les ados sont capables de les remplacer . Par contre , toujours prendre en compte qu'en cas de VRAIE guerre , les systèmes si sophistiquées , via satellites , seront les premières cibles de l'adversaire ... et là , ces jolis jouets seront aveugles et sourds !!! Les Américains ont ficelés l'Europe avec un OTAN qui n'a aucune raison d'être , et vendent leur matériel au détriment des industries locales . Bonne chance au F35 ! On en reparlera ......!

Écrit par : alain peulet | 13/11/2021

Aucun surprise … que des confirmations… mais je me doute que certains ne voudront pas l’entendre et vont crier au « vendu » malgré tout .

Écrit par : Dany40 | 13/11/2021

Voilà une nouvelle intéressante, l'intégration du parachute pour les pistes décentralisées. Celà veut-il dire qu'avec le F-35 l'utilisation d'autoroutes sera réactualisée ?

Écrit par : Marco | 13/11/2021

@Marco: Pas forcément les autoroutes en temps de paix, mais parfois certaines anciennes bases. Cet été par exemple des essais ont été effectués à San Stefan avec un Hornet afin de testé le cable d'arrêt mobile. Il est vrai qeu nous gardons toujours l'option de décentralisation des aéronefs, avec le F-35 et sa taille sensiblement réduite par rapport à un Hornet, cette option sera encore plus intéressante.

Écrit par : Pk | 13/11/2021

Comme beaucoup, je n'étais pas très en faveur du F-35, mais les différents articles dont le premier et celui-ci me montre que nous allons changer de monde et seul un avion du calibre du F-35 nous permettra d'y accéder.

Écrit par : Sändi | 13/11/2021

@Sandi: bah moi je trouve que le F-35 est trop surdimensionné pour faire le job qu'on lui demandera, c'est à dire la police du ciel. Fallait il un avion furtif, d'attaque, et ultra moderne pour cela ?
Quand à la défense contre une puissance étrangère, honnetement je ne vois que la Russie, je doute que 30 avions fasse le poids fasse à la masse d'avions russes.
Honnetement, je pense qu'on a pêché par orgueil de vouloir ce qui se fait de mieux pour en mettre plein la vue. On est quand meme passé du Gripen (probablement le moins bon de parmi ce qui nous était proposé là) pour passer au plus performants (sur le papier tout du moins).
Gardons nous de nous réjouir du F-35, on verra dans le temps s'il tient ses promesses de disponibilité, de cout et de performance, parce que pour le moment ça reste une grande inconnue vu que pour le moment meme aux sein des forces américaines les avis en haut lieux sont très contradictoires entre certains qui sont catastrophique et d'autres élogieux. Tellement élogieux que les USA s'empresse de vouloir lui trouver rapidement un remplacant...

Écrit par : Gillo | 13/11/2021

@Alain Peulet: Que de méconnaissance dans votre intervention. Il y a un moment ou il est important de connaitre son dossier et de savoir de quoi nous parlons. Non, la guerre cybernetique n'est pas limitée à une guerre de clavier, la prise de la crimée en est un exemple type via l'utilisation de virus informatiques tranferrés via les antennes radars AESA des Sukhoi Su-30SM. L'avion de combat moderne est devenu un outil de la cyber guerre. Si les F-35 US fonctionneront via le réseau satellite, lorsqu'il le faut, le F-35 est capable de communiquer avec ses homologues. Autrement dit le F-35 tranfert en temps réelles l'informations (menaces, réactions) aux autres F-35 amis, en Suisse par exemple sans passer par un réseaux satellites . Puis la chaîne transfert automatiquement l'informations au sol dans ce que l'on appelle "la Bulle "!! Vous n'en avez jamais entendu parlé ? Et c'est bien normal pour celà, il faut connaitre ce dossier. Nous en reparlerons dans un prochain article. De fait, il n'y a pas besoin d'un réseau satellitaire pour la Suisse notamment.
En ce qui concerne la cyberguerre, le F-35 est le seul appareil conçu dès le début pour fonctionner avec cette menace en permanence. Piette de Goumeöns me disait entre quatre yeux que les concurrents ne recoivent que des adaptions et ne seront jamais complèment à niveau dans le domaine cyber.

Par ailleurs et pour terminer, les essais en Suisse ont démontré que si le système en réseau devait s'effondrer pour une période indéterminée, les capteurs de ce derniers sont tellement plus performents (ce qui explique la différence de points) que la concurrence.

Si les USA vendent le F-35, il y une bonne raison, les aéronefs actuels disponibles en Europe ne sont pas à niveau, il faudra attendre le SCaf et le Tempest soit une vingtaine d'années au minimum pour rejoindre ce type de capacités.
Maintenant mon cher Alain Peulet, vous avez deux solutions, comprendre cette problématique, même si elle est difficile à accepter ou continuer à vivre dans une forme d'ignorance.

Écrit par : PK | 14/11/2021

PK : Un peu de mesure , cher PK ...que d'affirmations péremptoires , sur une supériorité sans faille de votre nouveau préféré . Et notamment que ses concurrents seraient incapables de suivre le train qu'il semble imposer . Vous pensez que , à part chez LM , on se tourne les pouces dans les autres bureaux d'études ? Parler "d'une vingtaine d'années minimum pour le Scaf ou le Tempest pour rejoindre ces capacités" , c'est grotesque , on vous a connu plus sérieux dans vos analyses comparatives , considérant en l'espèce que ces projets sont un tout ,contenant notamment des domaines annexes comme les effecteurs ... Et cette passion pour les capacités de "vol en meute" , le nouvel alpha et oméga marketing du F35 mériterait d'être envisagé dans une faisabilité opérationnelle au niveau de la Suisse ...Je rejoins Mike sur l'absence de comparatifs sérieux sur les autres concurrents .

Écrit par : philbeau | 14/11/2021

@PK:"la prise de la crimée en est un exemple type via l'utilisation de virus informatiques tranferrés via les antennes radars AESA des Sukhoi Su-30SM" quelle est votre source là-dessus ??

Écrit par : Pier'O | 14/11/2021

Pas de doute pour moi, le F35 est le meilleur parmi les 4 en fonction du cahier des charges.

On pourrait se perdre pendant des heures dans des conjectures de détails techniques. La vraie question est celle du coût d'opportunité.

Cet achat ne fait du sens que dans le cas d'une guerre de haute intensité dans les vingt prochaines années (la 6e génération sera probablement disponible dès lors) et en partant du principe que la chaîne d'approvisionnement ne soit pas coupée durablement (plus de 6 mois).

Beaucoup plus probable est le risque d'effondrement de notre société comme ce qui arrive (arrivera) dans tout le monde arabe. Les vraies questions ne sont pas sur les prouesses techniques d'un avion, c'est par exemple: Que fera-t-on quand 100 millions d'Egyptiens, 80 mios de Turcs, etc, n'auront plus assez à manger et à boire? Que fera-t-on quand nous manquerons d'énergie? Comment réussirons-nous à nourrir les Suisses alors que notre capacité auto-alimentaire actuelle est de 60%? Etc.

A ce questionnement, vous vous rendez compte que votre arme de service vous sera bien plus utile qu'un avion de combat.
Semper Fi

Écrit par : Wolff | 14/11/2021

@Alain Peulet,
Je trouve que vous faites un bien mauvais sort à l'OTAN. Il ne faut pas oublier l'histoire de cette organisation qui est née au lendemain de la deuxième guerre mondiale pour empêcher tout nouveau conflit en Europe ! On ne peut pas dire qu'ils aient échoué dans leurs objectifs aujourd'hui. De l'ancienne Yougoslavie à l'Afghanistan, cette formidable organisation joue le rôle de gendarme du monde aux cotés des USA ! Votre affirmation qu'elle favorise la vente de matériel US est totalement FAUSSE ! Chaque état peut acheter son matériel librement et si vous aviez un peux de connaissances sur la question, vous sauriez qu'en Europe, il y a surproduction industrielle militaire et que les pays sont directement en concurrence les uns avec les autres. Les industries aéronautiques par exemple, produisent 3 avions qui tombent directement en concurrence les uns avec les autres ! Pour l'aéronavale, les principales capacités européennes de se concentrent dans cinq pays qui se retrouvent aussi en situation de concurrence :
• le Royaume-Uni avec « BAE Systems Maritime »
• la France avec « DCNS »
• l’Italie avec « Fincantieri »
• l’Allemagne avec ThyssenKrupp Marine Systems (TKMS)
• l’Espagne avec Navantia
De manière générale, l'Europe c'est 15% des exportations mondiales d'armement (Allemagne 6%; France 5%; Royaune-Uni 4%; Espagne 4%; Italie 3%) !
Donc contrairement à ce que vous sous entendez, l'Europe n'est pas du tout à la traîne face aux USA qui représente 30% des exportations mondiales avec la Russie à 31%.
La réalité, c'est que mix d'armement au sein de l'OTAN n'est absolument pas en faveur des matériels US, chaque grand pays Européen produisant son propre matériel à quelques exceptions près ! Vous faites sans doute allusion aux ventes du F-35 en Europe, mais vous oubliez qu'elles n'égalent pas en nombre le total des ventes du Rafale, Eurofighter et Gripen produits qui restent supérieures en nombre ! Et pour finir, savez vous que le stock le plus important d'armements conventionnels au sein de l'OTAN provient des anciennes républiques du bloc de l'Est qui ont rejoint l'OTAN ! Eh oui, le plus grand stock d'armement (conventionnel) au sein de L’OTAN provient de l'URSS qui avait amassé un véritable arsenal aux front!ères de l'OTAN ! J'attends votre contre-démonstration pour détailler votre point de vue avec des faits svp!

Écrit par : Sorensen | 14/11/2021

@ PK

Vous mentionnez dans votre article selon Pierre Goumoëns, l’État Américain garanti les coûts sur 10ans ?

Ma question : comme nous le savons, ce qui est neuf demande moins d’entretien secondaire comme le revêtement furtif ou les pièces d’usure sur la durée de vie de l’avion ? Mais qu’en sera-t-il dans 15 à 25ans après sur les coûts, car plus l’avion vieillit plus il demandera d’entretient spécifique et si ce n’est pas mis à jour la furtivité diminuera aussi.

Un avion furtif est aussi plus délicat, la forme de la cellule est une chose, mais le revêtement une autre ? Au final on a peu recul sur les années vu que l’avion est jeune.

Un avion connecté ? Tous les avions testé avaient cette fonction a part une furtivité moins développé ? Après ce n’est pas par ce qu’il ne c’est pas finalisé lors de la dernière compétition que nous devons plus en parlé mais le gripen selon des anciens articles posté, le système informatique était selon dire plus performent et rapide que les concurrents conventionnel mais peut-être pas si loin du F35 ?

Écrit par : jean1 | 14/11/2021

@Wolff: sans aviation votre fusil ne sert à rien, vous êtes MORT !

Écrit par : Greg | 14/11/2021

@Philbeau : La supriorité n'est du F-35 de mon imagination, elle est clairement démontrée via les essais en Suisse et le nombre de pays qui se dirige en direction de cet avion. 20ans poiur la mise au point du SCaf et du Tempest est un minimum que ni Dassault du BAe ne refutent. Là, encore ce n'est pas moi qui le dit les avionneurs eux-mêmes. Comparatif sérieux? Les essais en Suisse ont été reconnu par les qautre avionneurs comme parfaitement sérieux, les résultats sont devant vous. Le spilotes que je croise depuis juinme confirme cet état de fait.

Écrit par : PK | 14/11/2021

@Gillo: vos chiffres sont faux 36 et non 30, La police du ciel n'est qu'un seul des éléments du chier des charges des Froces aériennes. Avant de nousfaire le coup de stratégie sur Moscou, je vous invite à vous renseigner un plus en profondeur sur le sujet.

Écrit par : Sandi | 14/11/2021

Bonjour,

Le moins cher, le plus performant, le plus évolutif, le préféré des pilotes : ok.
Mais est-il le plus adapté aux besoins de la Suisse ?

Écrit par : bpapon60 | 14/11/2021

@Philbeau : Mon cher Philbeau, vos propos sont d'une rare partialité. Vous taper sur PK pour son article, or ici PK ne fait que reprendre les mots de l'intervention d'un pilote suisse, pilote d'essais. Alors, il est tellement plus facile, malhonnête, de s'attaquer un un journaliste que de mettre en demeure les propos d'un pilote. Je peux comprendre qu'en tant que français vous soyez déçu du choix de la Suisse, Pk n'a jamais été (il le dit, il l'a écrit) un fan du F-35 comme le pilote Pierre de Goumoëns d'ailleurs, pour autant PK fait son rôle de journaliste en recherchant les raisons d'un choix, en rerpenant ses dossiers. c'est ce que l'on attend ce de tape de site. Tant pis si celà ne plaît pas à tout le monde. Comme vous auriez été aux anges si le Rafale l'avait emporté ! Mais voilà, nous ne sommes plus en 2008 et le Rafale a été sèchement battu. Il faudra attendre le Scaf pour entrer "enfin" dans le monde de demain. Le premier post de PK explique ce choix, ce dernier le complète avec efficacité.

Vous avez le droit de ne pas être content, mais il est égalment opportun de vous poser les bonnes questions, celles d'ailleurs que votre presse évite volontairement. Aucun de vos médias aéornautiques n'a été en mesure d'analyser le pouquoi de la défaite du Rafale, Pouquoi ? Par contre, les pseudos affirmations "la visite de Biden" par exemple ne sont que de l'enfumage, comme le famuex nuage de Tchenobyl qui s'arrête à la frontière allemande. Vous avez de droit de fermer les yeux, mais certainement pas d'être malhonnête.

Écrit par : Martin | 14/11/2021

bpapon60: Etant donné que les quatres avions en concurrence devraient répondre un cahier des charge précis et réaliser le meilleur score aux essais bien spécifiques à la Suisse, la réponse est sans appel: OUI.

Écrit par : Pk | 14/11/2021

@Jean1 : Questions intéressantes, La quesion des garanties est la même pour n'importe quel concurrent, peu importe le choix final, le contrat est le même que pour ce qui a ét fait avec le Hornet. Il est évident qu'en vieillissant un avion devient plus cher à l'entretien. Un défférence notable doit être prise en compte: Le Hornet à une vie cellule de 5'000 heures, nous avons dû augmenté celle-ci à 6'000 pour tenir jusque'en 2030 soit tenri un peu plus de 30 ans. Le F-35 a une vie cellule de 8'000 à 8'500 heures soit pas de coûts additionnels en vue. De plus, le nombre de F-35 en service va garantir un prix de pièces de rechange bien plus bas que pour nos Hornet.

Oui, le revêtement furtif est en soi une difficulté en terme maintenance, des actions sont entreprises pour réduire ses coûts et les systèmes de diagnostique préventiel vont limiter les interventions. C'est aussi pour celà que l'entraînement de soldats de milice se fera sur des simulateurs et autres "Mock Up" afin de pas prétériter inutilement le revêtement.

Non, les avions testés n'étaient pas tous en mode guerre en réseau, seul le F-35 avait déjà cette capacité. Les essais chez les avionneurs qui ont eu lieu avant les tests en Suisse ont démontré que ceux-ci restentaient inférieurs en qualité par rapport au F-35. Oui, le système d'analyse du Gripen E est puissant, mais il n'est pas du nivau du F-35.

Écrit par : PK | 14/11/2021

Bon, OK, on va pouvoir encore discuter des années sur "Est-ce bien le meilleur?" , "Est-ce qu'il sera vraiment le moins cher?" , "Est-ce qu'il restera supérieur aux autres technologiquement?" ...
Moi aussi je me pose ces questions, d'autant plus que ce n'état pas mon favori, mais n'empêche que maintenant c'est le F-35 ou rien. Alors soit on fait confiance à Armasuisse, soit on ne lui fait pas confiance, mais nous n'avons plus d'autres choix pour les futures votations...

Écrit par : Jo-ailes | 14/11/2021

Bonjour, Voilà je l’espère, un nouvel angle de vue pour comprendre l’impact du choix suisse du F-35.
https://www.lopinion.fr/secret-defense/le-f-35-preoccupe-larmee-de-lair

Écrit par : Olivier | 15/11/2021

@Greg. Plus aucun avion ne volera. Ni les leur, ni les nôtres. En environnement dégradé sur du moyen, long terme, seules les technologies que vous êtes capable de produire (les plus rustiques) fonctionnent.
Les seuls pays qui représentent une menace pour l'Otan (dont nous bénéficions du parapluie) en cas de conflit de haute intensité sont ceux qui sont capables de construire et maintenir eux-mêmes leur matériel (Chine et Russie). Tout le reste n'est bon qu'à occuper un hangard. Et si l'Otan s'effondre, je doute que la chaîne logistique du F-35 puisse être maintenue.

Écrit par : Wolff | 15/11/2021

@ Pk

Je vous remercie beaucoup pour vos réponses.

Il est vrai que le F35 fait couler beaucoup d’eau sous les ponts avant de voir si le choix était vraiment le bon ?
Après dommage que certain utilise des mots peut gracieux envers d’autres amis du site, on défend son choix ou son avion et n’y a rien de mal de s’exprimer.

Concernant le F35, la version A ? il n’est pas équipé de crosse d’appontage, mais y a-t-il une conséquence ? Je m’explique : nous avons sur les pistes de nos bases aériennes des systèmes par câble pour arrêter l’avion en cas d’urgence et en dernier ressort le filet en bout de piste.

Cette perte de crosse d’appontage change-t-elle le problème en cas de défaillance des freins de l’avion.

Écrit par : jean1 | 15/11/2021

Concernant le moteur du F35, infos émanant de USAF itself : 1) Puissance trop juste, ce qui empêche d'envisager des évolutions F35 "pesantes" (tout évolution a un poids), 2) Revêtement pâles défectueux ==> Pentagone estime qu'en 2025, 25% des F35 immobilisés pour cette raison, 3) Surchauffe du moteur qui déforme la structure; solution LM: lever le pied ; pas toujours aisé. Peut-on raisonnablement considérer ces points comme des défauts de jeunesse qui se corrigeront dans les 10 ans à venir. Si on répond oui, il faut alors comparer au Rafale F4.2 voire plutôt F5.

Écrit par : Vuache | 15/11/2021

Juste une question:

Les prix sont garantis pendant 10 ans, mais 10 ans à partir de quand ?
A partir de la dernière proposition de LM ou à partir du contrat signé ?
Cela peut faire 2 années de différence

Écrit par : pak | 16/11/2021

@Gilo, vous devriez relire ce que j'avais posté par rapport à vos commentaires et celui de certains autres sur la prétendue volonté de remplacer le F-35...c'etait il y queleques jours, suite à certaines reactions concernant l'intérêt de l'Espagne.


"@Franck Boizard. La merde, comme vous dites, est devenu l'étalon, que tous les pays essaient aujourd'hui de ratrapper....

@Loic. Il n'est nullement question de réduire le nombre à ce stade...Aller donc regarder le NDAA pour 2022 du pourtant très critique ( sur les coûts ) HASC. ils ne prendront ce genre de décisions que vers 2028, s'il devait le faire. Et ceci n'est que l'avis du HASC, alors que son homologue au Sénat le SASC a inscrit 1 F-35A de plus, 5 F-35C de plus, seulement 5 F-15EX de plus ( contre 12 pour la chambre) et aucun F-18 Block 3 supplémentaire contrairement à la chambre. De plus le Sénat veut déjà inscrire au Budget 2022 1,7 mia de $ pour le passage au standard Tech Refresh 3 des 334 appareils F-35A de l'Us Air Force. Maintenant le débat se fait au Congrès, attendons de voir.

@Gillo. Même remarque que pour Loic. J'ajouterai que l'US NAVY veut justement réduire ses commandes de F-18 ASH.. Quand au F-15EX, lire également ce qui précède dans mon commentaire à Loic. Le F-15EX ne fait pas l'unanimité derrière lui...Le NGAD n'est nullement le successeur du F-35, mais celui du F-22. Si l'air Force achète aujourd'hui des F-15EX, ce n'est pas à cause du F-35, mais à cause d'un nombre de F-22 construits bien trop faible, et en renonceant à moderniser et prolonger la durée de ses F-15C qui ont en moyenne plus de 9300 heures de vol (!), elle n'avait pas le choix."

Écrit par : Baz driver | 16/11/2021

Fyd, Grifter: Ces problèmes sont maintenant résolus depuis longtemps, on pouvait penser qu'ils allaient perdurer et géner les essais en Suisse, c'est tout le contraire.
La comparaison avec des avions actuels est fausse, les capacités sont bien supérieures et démontrées, lors des essais ainsi que par les actuels utilisateurs du F-35.

Écrit par : Pk | 16/11/2021

F-35, l'avion qui dérange ! Chers amis suisses, ce que je vais décrire ici va irriter certains de mes compatriotes français et pour cause. Certains d'entres-vous ont posé la bonne question, "Pourquoi en France , on ne s'interroge pas sur le fait que le Rafale a été sèchement battu contrairement à 2008 ? Au lieu de celà de mauvaise excuses comme la viste de Biden sont avancées de manière très maladroite.

La raison en est simple, en France nous vivons une "guerre" des médias aéronautiques. De fait, aucun médias français ne va "oser" expliquer que le Rafale est bon, mais déjà dépasser. Il y a plusieurs bonnes raisons: une telle nouvelle ferait de ce médias "téméraire" une cible de sa concurrence. Perte de lecteurs payeurs, perte de soutien publicitaires de Dassault, Safran, Thales et bien d'autres. De fait "aucun" ne prendra le risque de froisser ce qui permet d'engranger des ventes et donc du financement. Nous en sommes là , en France, malheursement. Mieux, personne ne vous parlera des nombreux problèmes logistiques du Rafale et n'abordera le fait qu'effectivement des problèmes logiciels et autres sont bien présent. Pour tant et c'est juste de le dire, c'est le cas pour TOUS les appareils.

Je remercie l'auteur de ce blog pour son travail de recherche et de résiliance, mais aussi son courage, oeuvrant également dans un journal français bien connu.

Écrit par : Yves | 16/11/2021

Globalement d accord avec @yves et bravo pour ce site: pour autant je souhaiterais avoir accès aux résultats des essais suisse entre le F35/patriot et le standard rafale F4 ( déjà en test)/eurosam relatif aux "vols en meute assurant une défense à 360 degrés en liaison avec le système sol air Patriot". Côté français n a y on pas trop dissocié les deux appels d offre en sous estimant les synergies .
Pour la furtivité il y a sans ambiguite une avance US : des études amont à l ONERA ont été faites et continuent. Sont elles en partie incorporables à un std F5 dont les " bonnes" media françaises nous vantent déjà 2035 ( beaucoup trop loin). Si la réponse est non les ventes de rafale après 2025 seront très difficiles et LM aura réussi à faire du F35 un standard comme l a été le F16 au détriment du M2000. Dans ce cas Dassault militaire deviendra à terme une filiale d Airbus D&S ( financé par les avions civils) car beaucoup trop monoproduit.

Écrit par : mikeul | 17/11/2021

@pk S'il est envisagé d'utiliser le parachute de freinage,le système de crosse d appontage pour freiner l'avion en cas de nécessité lors l'atterrissage va donc être abandonné comme le disait Jean1?

Par ailleurs, quand saurons nous précisément de quel block de F35 il s agit d'acquérir et ce que contient ce Block au vu des retards? Certes,il y a des évolutions software plus ou mojns facile à intégrer, mais il est aussi question de changements au niveau de la cellule (augmentations de la capacité de la soute en armement, augmentation de la puissance de calcul, de l'efficience du moteur,mise à jour de l'interface cockpit et mise à jour du casque avec information couleurs).
Merci !

Écrit par : Crys | 17/11/2021

Concernant les coûts à l'heure de vol : Selon l’escadron 131 de la Norjan ilmavoimien (force aérienne norvégienne) le taux horaire actuel de l’heure de vol y compris les frais de personnel, d'entretien et de carburant et de 11'000 euros, soit à peine plus élevé que de celui du F-16.

Écrit par : Davide | 17/11/2021

@Mikeul
"Dans ce cas Dassault militaire deviendra à terme une filiale d'Airbus D&S". Vous prenez vos désir pour des réalités, Dassault ne bradera pas 70 ans d'expérience dans le développement d'avions de combat dans une telle structure. Airbus D&S n'aurait pas pu développé l'eurofighter sans le leadership de BAe

Écrit par : pak | 18/11/2021

Il serait tout de même intéressant de savoir pourquoi certains médias suisses donnaient le Rafale comme très probablement vainqueur de la compétition, à quelques jours du verdict, et pourquoi ce pronostique a changé en faveur du F35 après l'entretien de Biden avec les autorités suisses.
Si certains médias suisses ce sont permis ce premier pronostic, c'est qu'ils devaient bénéficier d'indiscrétions de la part de personnes bien introduites. Or pourquoi ces sources auraient-elles donné de fausses infos ?

Écrit par : François-01 | 18/11/2021

@Vuache. Les problèmes que vous mentionnez, sont pour le revêtement des aubes résolues et incorporés sur la ligne de montage du F-135 depuis début 2019. Le problème vient du fait que dans le cahier des charges du PENTAGONE (!!), il n'était pas pris en compte les sables très abrasifs de certains pays du Golfe, ce qui a eu le dont de fâché fortement le Chairmann Norcross lors de l'audition du mois d'avril de l'actuel responsable du JPO, le Général Fick. Concernant la puissance. Depuis le début de cette année P@W a déjà proposé un upgrade relativement bon marché pour augmenter la puissance, réduire la consommation et fortement améliorer le refroidissement. Manque une décision et un financement. Le problème de surchauffe touche les cellules du F-35B et C, pas celle du F-35A. La demande de lever le pied actuellement vient du manque impardonnable du Pentagone et des trois services de mettre en place un système de maintenance bien plus rapidement qu'ils ne l'ont fait. Ce système de maintenance se met en place enfin, et les 25% dont vous parlez en 2025 seront évités.

@Crys. Les suisses ont acheté le Block 4, basé sur le Hardware du TR3, qui sera en production dès 2023. Avec effectivement une soute pour, par exemple, 6 missiles AIM-120, ou son successeur l'AIM-260. Le TR3 incorporés toutes les améliorations hardware dont vous parlez. Sauf pour le moteur si on attend encore trop longtemps...

Écrit par : Baz driver | 18/11/2021

@PK
Est-il exacte qu'une partie du rapport d'évaluation d'Armasuisse, ait été détruit ?

Écrit par : François-01 | 18/11/2021

@François-01 : Les journaux ne savaient rien, ils pensaient comme beaucoup que le Rafale qui avait gagné en 2008 allait être bien placé. D'ailleurs les journaux suisses ont annoncé tout et rien, le Rafale, puis l'Eurofighter et finalement dès le 20 juin le F-35 (date à laquelle le dossier a été remis au Conseil Fédéral). Non, les pronositcs n'ont rien à voir avec la visite de Biden (encore et encore une fois) les premiers pronostics, faux dans un premeir temps ne sont apparu qu'à la mi-juin soit bien après la rencontre Biden-Poutine.

Faux, rien n'a été detruit, les données sont bien là et vont servir pour la commission d'expert poltique qui va débuteur en février prochain. De plus, les documents ne peuvent être détruit, les données de bases de chacun des appareils seront rendues aux avionneurs de part une certification et un système de contrôle qui démontre que les documents ne sont ni copier ni transmis à des tiers. L'information sur une éventuelle destruction est un Fake news lancé par la gauche antimilitariste.

Écrit par : PK | 19/11/2021

"Avec effectivement une soute pour, par exemple, 6 missiles AIM-120, ou son successeur l'AIM-260."
6 AIM-120 ou AIM-260, ça commence à être intéressant.
Par contre, on ne parle toujours pas d'AIM-9X en soute, pour quelle raison? L'autodirecteur serait-il trop long à initialiser, est-ce que la mise à feu des missiles en soute doit être réalisée à distance du F-35 (après largage comme les AIM-120), ou autre chose?
Merci d'avance pour vos réponses éclairées.

Écrit par : Jo-ailes | 19/11/2021

@ pack:de formation ingénieur aéronautique français des années 80 ayant eu des profs de Dassault ,de l onera remarquables et ayant travaillé chez Airbus je n' ai aucun penchant pour ce dernier.
Indépendant d esprit ,dans le cadre d une entreprise au monoproduit militaire j essaye d analyser techniquement et operationnellement les capacités d évolution de cet unique produit au vue des retards par rapport à la concurrence F35 révélés par la perte du marché suisse.
La conséquence économique est effectivement une disparition du volet militaire de cette entreprise Familiale car être monoproduit ne permet pas à mon sens de nourrir en continu un bureau d'étude. De plus la partie civile perd régulièrement des parts de marché vis à vis de Gulfstream ,un Bombardier recentré sur les BJ et de nouveaux entrants du type Honda,Embraer. A terme la famille Dassault devra choisir et avec le tropisme allemand de nos gouvernements je pense que ce scénario est le plus probable à moyen long terme mais de toute manière ni moi ni vous ne sont aux manettes !! Seuls les emplois comptent. That s all!

Écrit par : mikeul | 19/11/2021

@Vuache. Les problèmes que vous mentionnez, sont pour le revêtement des aubes résolues et incorporés sur la ligne de montage du F-135 depuis début 2019. Le problème vient du fait que dans le cahier des charges du PENTAGONE (!!), il n'était pas pris en compte les sables très abrasifs de certains pays du Golfe, ce qui a eu le dont de fâché fortement le Chairmann Norcross lors de l'audition du mois d'avril de l'actuel responsable du JPO, le Général Fick. Concernant la puissance. Depuis le début de cette année P@W a déjà proposé un upgrade relativement bon marché pour augmenter la puissance, réduire la consommation et fortement améliorer le refroidissement. Manque une décision et un financement. Le problème de surchauffe touche les cellules du F-35B et C, pas celle du F-35A. La demande de lever le pied actuellement vient du manque impardonnable du Pentagone et des trois services de mettre en place un système de maintenance bien plus rapidement qu'ils ne l'ont fait. Ce système de maintenance se met en place enfin, et les 25% dont vous parlez en 2025 seront évités.

@Crys. Les suisses ont acheté le Block 4, basé sur le Hardware du TR3, qui sera en production dès 2023. Avec effectivement une soute pour, par exemple, 6 missiles AIM-120, ou son successeur l'AIM-260. Le TR3 incorporés toutes les améliorations hardware dont vous parlez. Sauf pour le moteur si on attend encore trop longtemps...

Écrit par : Baz driver | 20/11/2021

Je trouve suspect cet acharnement français alors tout est joué ; l'appel d'offre est clos et la procédure d'achat est en cours !
On se demande pourquoi les français s'accrochent tant à la vente de ces avions qui ne vont pas changer fondamentalement la rentabilité défaillante de leur avion.
L'attitude de certains intervenants qui occultent sciemment la souveraineté de notre pays dans ses choix souverains n 'est pas aussi anodine qu'on pourrait le penser. Cela me fait penser à des techniques de contrôle ; ce n'est pas par bêtise que post après posts, des intervenants hostiles viennent avec des affirmations de plus en plus grotesques et exagérées tout en faisant semblant de ne pas intégrer les précisions que vous leur avez pourtant déjà fournis 100x. Ce sont des méthodes d'asservissement psychologiques ! Ce sont les mêmes méthodes utilisées en publicité, la conscience humaine a ceci de particulier, c'est que soumise à un bombardement intensif d'un message répété constamment, la volonté de le contester baisse, en clair vos barrières mentales tombent ! Observez donc certains posts qui véhiculent tous la même idée ; la Suisse ne serait pas légitime et aurait triché et le F-35 serait un mauvais avion. Cela fait partie d'une stratégie concertée ! Dans le milieu on appelle cela la technque du disque rayé ! Derrière ces intervanants, il y a des professionnels, PK tu es prévenu !
Je ne sais pas si je serai publié, aussi je précise que mes propos n'engagent que moi !

Écrit par : Desti | 20/11/2021

Qui prétend encore que le Rafale est sorti vainqueur des tests suisses précédents bien que le Gripen E ait été sélectionné en fonction de spécifications identiques ? Des lobbies économiques qui usent des mêmes ficelles de la désinformation que la gauche anti militariste ? Les qualités et les défauts de chaque concurrent demeurent secrets et le meilleur est choisi. Le choix du F-35, digne héritier des P-51, F-86 ou F-16, contribue en outre à l'équilibre de la balance commerciale entre la Suisse et les USA alors qu'elle aggraverait celle-ci au détriment de la Suisse en cas de choix d'un avion européen. Les produits européens équivalents au F-35 seront au point vers 2040 au moment où il sera question du renouvellement des flottes aériennes par un successeur du F-35.

Écrit par : Asra Basta | 20/11/2021

J'ai pu avoir, ce weekend, une discussion avec deux personnes plutôt opposées à l'Armée et surtout en faveur d'un avion européen, suite à un article dans la Tribune de Genève. Je leur ai fait remarquer que même si la différence de prix devait être moins importante que celle prétendue, le second choix est très probablement le Super Hornet proposé à un prix à peine supérieur au F-35. Et surtout qu'un avion européen et bon marché aurait pu être acheté si justement la gauche antimilitariste n'avait pas torpillé le SAAB Gripen en 2014...

Écrit par : Jo-ailes | 21/11/2021

@Jo-ailes. Concernant l'emport en soute de l'AIM-9X, pour l'instant, je n'en ai pas entendu parler. Rien ne dit que cela ne viendra pas. En Israël il semble que l'on travaille à y incorporer le Python 5. En même temps et le F-22 et le Su-57 peuvent emmener des missiles de ce type en soute. Donc pourquoi pas un jour sur le F-35. Pour autant, les suisses utiliseront certainement dans leurs missions QRA des missiles AIM-9X en emport externe extérieur sous leur ailes. Wait and see.

Écrit par : Baz driver | 23/11/2021

@Jo-ailes. Concernant l'emport en soute de l'AIM-9X, pour l'instant, je n'en ai pas entendu parler. Rien ne dit que cela ne viendra pas. En Israël il semble que l'on travaille à y incorporer le Python 5. En même temps et le F-22 et le Su-57 peuvent emmener des missiles de ce type en soute. Donc pourquoi pas un jour sur le F-35. Pour autant, les suisses utiliseront certainement dans leurs missions QRA des missiles AIM-9X en emport externe extérieur sous leur ailes. Wait and see.

Écrit par : Baz driver | 23/11/2021

Le Rafale n'avait aucune chance en Europe sauf cas particuliers. Le F35 ultra subvientionné, poussé massivement par son gouvernement et l'Otan ne peut que s'imposer dans la majorité des contrats. Comme à l'époque des F16/F18, le mirage 2000-5 n'a pas existé en europe malgré ses grandes qualités.Il va s'émanciper ailleurs, loin du protectorat US, dans son nouveau standard F4 avec ses systèmes novateurs (big data, IA, com cybersécurisé 3D, aesa/spectra/osf ng...) qui est en train d'interesser un nombre important de pays potentiels tel l'Egypte, Qatar, Inde, EAU, Grece, Indonésie et d'autres apparemment (Malaisie, Irak, Perou...). Nul n'est prophete en son continent...

Écrit par : Ronfly | 23/11/2021

La contre partie de l'achat de F-35 pourrait bien être la fin de la politique de non alignement de la Suisse. Les Finlandais vienne de rejeter une intégration à l'OTAN. Le National Interest lui signale que l'achat de F-35 ne peut mener qu'à une intégration forte des flottes de F-35 et donc à un alignement à la politique de Washington.
https://nationalinterest.org/blog/reboot/can-switzerland-balance-its-neutrality-its-desire-f-35s-196679

Écrit par : Herciv | 24/11/2021

@Hervic: Du blabla, c'est tout. Le F-35 permet de travailler avec l'Otan comme nous le faisons actuellement ainsi que les Finlandais. Le système F-35 permet d'aubtenir une autonomie à condition d'avori assez de pièces détachées, ce qui est le cas. Les clients du Rafael doivent suivrent les évolutions de ce dernier selon les choix bien français. Il s'agit aussi d'une sorte de dépendance.

Écrit par : Steeve | 25/11/2021

@Ronfly: le Rafale a toutes ses chances lorsqu'il doit être acheté en urgence et d'occasion, et en direction de divers pays à travers le monde. Par contre, les essais ont montré qu'il n'est plus en tête des appareils les plus performants, même si sa modernisation est prévue. C'est le cas de cette génération dont est également issus l'eurofighter, le SH et le Gripen. Certains pays que vous citez, n'ont peut-être pas les moyens de leurs ambitions... ou avec une version light comme les Mirage 2000 au Pérou. L'Irak ? Hum!

Écrit par : greg | 25/11/2021

@Baz driver : merci pour les infos. Je me disais que 2 Sidewinder et 2 (ou 4) AMRAAM en soute suffiraient largement aux missions de police du ciel habituelles, mais c'est vrai que deux Sidewinder externes ne devraient pas trop augmenter la consommation en vol. D'ici là, je Wait et je see...

Écrit par : Jo-ailes | 26/11/2021

Encore une confirmation de ce que certains (dont moi) avaient annoncé sans grand risque de se tromper :

A la "surprise générale" (vraiment ??), le Canada va finalement très certainement choisir le F-35 pour le remplacement de leur flotte vieillissante de F-18.
Boeing vient en effet d'être écarter par les donneurs d'ordre, laissant le champ définitivement libre à l'avion de Lockheed Martin.
Comme je l'avais expliqué il y a déjà TRES longtemps, les militaires canadiens ne laisseront aucun autre appareil passer la sélection (et ce sont eux qui la gère cette sélection çà tombe bien).
Lorsque Trudeau à décider pour des raisons purement politiques d'écarter le F-35, les militaires avaient été clairs avec lui : pour eux c'était une décision catastrophique et ils avaient laissé fuiter leur réponse très négative à leur premier ministre suite à sa décision hors sol.
Nous arrivons à la conclusion prévisible de cette affaire : les militaires vont imposer leur choix du F-35.

Écrit par : Dany40 | 26/11/2021

@Steeve: c'est une imprécision de dire que les clients sont soumis aux choix Français. Il suffit de prendre l'exemple Indien. Ils ont un appareil sur mesure au standard ISE/F4 avec des systèmes spécifiques (aesa boosté avec capa guerre electronique, spectra avec bande basse/capteurs supplémentaires/traitement 3D par IA, m88 adaptés haute altitude/haute vitesse...) qui est developpé en parallèle comme le fait LM avec son F35.

Écrit par : Ronfly | 27/11/2021

@Ronfly, Vous décrivez ici une amélkioration prévue pour le Rafale. Je parlais de choix généraux qui font qu'un client est dépendant du concept qu'il achète tout comme le choix du fabricant de ne plus produire le dit système.

Écrit par : Steeve | 27/11/2021

@Steeve: l'évolution du Rafale en avion de guerre électronique pour les indiens n'était pas prévu à l'origine. Et cela a été développé conjointement avec un industriel Indien qui produit une partie des systèmes avec à terme une autonomie plus importante. Un système spécifique de préparation et de soutien autonome leur à été fourni. D'ailleurs il est fort probable qu'une nouvelle commande permettra un assemblage/production sur place avec intégration supplémentaire de nouveaux systèmes locaux. Du coup cela limite un peu la dépendance de l'utilisateur sur le fournisseur.

Écrit par : Ronfly | 28/11/2021

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.