01/11/2021

Le Japon réceptionne son premier KC-46A ! 

1594727772.jpeg

L’avionneur américain Boeing a livré le premier avion ravitailleur KC-46A au Japon, a annoncé dimanche la compagnie, la première livraison de l'avion de ravitaillement aérien à un client en dehors des États-Unis. 

La Force aérienne japonaise d'autodéfense (JASDF) a pris livraison de l'avion dans le cadre d'un contrat signé pour la première fois en 2017. Boeing, dans un communiqué, a qualifié cette livraison d'"étape importante" pour la coopération américano-japonaise dans la région indopacifique.

Boeing présente l'avion comme son ravitailleur le plus à la pointe de la technologie, équipé de capteurs avancés et capable de transporter du fret et des passagers pendant qu'il ravitaille d'autres avions. La livraison de dimanche intervient à un moment tendu pour le Japon, car elle cherche à contrer l'affirmation militaire de la Chine en Asie.

« Les nouveaux ravitailleurs japonais joueront un rôle inestimable dans l’alliance de sécurité entre nos deux pays », a déclaré le colonel Jason Lindsey, directeur du programme du système KC-46 de l’US Air Force. Le KC-46 de Boeing sera un multiplicateur de force dans l'alliance de défense américano-japonaise. Il peut ravitailler en carburant tous les avions militaires américains, alliés et de la coalition compatible avec les procédures internationales de ravitaillement en vol, à tout moment, pour n'importe quelle mission, et peut transporter des passagers, des marchandises et des patients à tout moment et en tout lieu. 

Rappel :

Boeing a remporté le contrat initial pour le premier avion de type KC-46 pour le Japon et les services logistiques en décembre 2017 à la suite du concours de ravitaillement en vol KC-X du ministère japonais de la Défense. Un contrat pour un deuxième KC-46 a été attribué à Boeing en décembre 2018. Boeing assemble des avions KC-46A pour l'US Air Force et le JASDF sur sa ligne de production de B767 à Everett. 

Le KC-46A « Pegasus » 

Le KC-46A Pegasus « New Gen Tanker » est un gros porteur multi-mission, basé sur la cellule du B767 commercial. Pour ce faire, l’avion reprend les dernières innovations en matière d’écrans multifonctions en test actuellement sur le B787 « Dreamliner ». Un nouveau système de ravitaillement permettra une augmentation du rythme de transfert de carburant, de plus, les charges et les opérations en sont simplifiées. Selon Boeing les risques d’industrialisations sont faibles, car l’avion s’appuie sur des moyens existants. Le « New Gen Tanker » se caractérise par une conception du contrôle de vol qui place l‘équipage aux commandes de l’ensemble de l’appareil, au lieu de permettre aux logiciels de limiter la manœuvrabilité au combat. Le « New Gen Tanker » met à la disposition des pilotes de l’USAF un poste de pilotage numérique avancé équipé des affichages électroniques du Boeing B787 « Dreamliner ». Le « New Gen Tanker » dispose d’une technologie de ravitaillement en vol éprouvée et d’une perche KC-10 « NewGen » modernisée avec des capacités de ravitaillement étendues, un débit accru pour le transfert du carburant et un système à commandes de vol électrique (Fly by Wire). 

Photo : KC-46A japonais @ Nick Dean 

L’Irlande se rapproche de l’achat d’un avion de combat !

3447786819.9.jpg

Je vous en parlais en juin de l’année dernière, L’Irlande envisage de créer une véritable Force aérienne constituée d’avions de combat. Aujourd’hui, le ciel irlandais est sous protectorat Britannique, la Royal Air Force assurant la police du ciel pour le pays.

Les raisons du changement 

Deux raisons motivent ce changement. D’une part la sortie de la zone UE (Brexit) de l’Angleterre complique politiquement les relations entre les deux pays. L’Irlande en profite pour s’affranchir du poids du Royaume-Unis. 

De l’autre, le ciel irlandais est de plus en plus soumis aux violations de l’aviation russe. Les bombardiers russes et autres avions de combat à l’étoile rouge augmentent d’années en années les vols dans la région pour rejoindre notamment le golfe de Gascogne. L'analyse récente des menaces commandée par e gouvernement n'est pas non plus très optimiste pour les années avenir.

De l’avis du général Ralph James, un ancien responsable de l’Irish Air Corps, « l’Irlande est probablement l’État le plus vulnérable d’Europe » et « se dire neutre n’est pas suffisant car la neutralité impose un fardeau dans la mesure où l’on doit interdire notre espace aérien aux parties qui s’opposent ».

Confirmation du gouvernement

Dans un communiqué, le gouvernement irlandais envisage sérieusement l'achat d'avions de combat qui auraient la capacité d'intercepter les avions à haute altitude et de surveiller pleinement le ciel irlandais.  Un nouveau document de stratégie d'investissement quinquennal des Forces de défense a déclaré que « les futurs projets à un stade de pré-planification » incluent le potentiel « d'intercepteurs de combat aérien ».

La section spécifique du document « Plan de développement des équipements 2020-24 » « Programmes futurs au stade de la pré-planification » indique :« Au-delà de l'éventail très important de projets déjà en cours ou dans les volets de planification existants, l'EDP en souligne d'autres qui devraient progresser dans les phases futures du plan. Cette liste n'est pas exhaustive mais donne une indication de l'échelle et de la gamme des programmes qui entreront dans la planification. À ce stade, il n'y a pas d'engagement défini à poursuivre, ni de calendrier associé, pour ces derniers. Il s'agit notamment d'un système radar primaire, d'un intercepteur de combat aérien.

Un porte-parole des Forces de défense irlandaises a déclaré :

« Une telle capacité est en cours d'examen et est basée sur une évaluation de la menace, mais aucun budget n'a été alloué pour cela pour le moment. Un tel avion serait capable de contrôler tous les engins aéroportés dans l'espace aérien souverain irlandais, en particulier ceux qui se déplacent rapidement. ». « L'évaluation tiendra compte des exigences qui pourraient être imposées à ces intercepteurs et des capacités militaires qu'ils devraient être en mesure de fournir, ainsi que les spécifications techniques et les exigences de capacité associées. Cette utilité devrait être évaluée par rapport à l'investissement important de fonds publics, en ce qui concerne l'investissement initial et les coûts opérationnels courants.

Multiples violations de l’espace aérien irlandais

Au cours de la dernière décennie, les bombardiers russes ont effectué une série de missions provocatrices près des côtes nord et ouest de l'Irlande, contournant parfois de très près l'espace aérien irlandais. Un incident particulièrement remarquable s'est produit en 2015. Deux bombardiers Tu-95 ont volé avec leurs transpondeurs éteints, à seulement 40 km des côtes. Selon les médias locaux, ils ont sillonné les principales voies de circulation des compagnies aériennes civiles et l'IAA a été obligée de détourner les avions commerciaux en vol ou de les empêcher de décoller pour éviter d'éventuelles collisions. Un autre incident similaire s'est produit plus tôt dans l'année.

Les raisons de ces provocations

Selon le Dr Edward Burke, directeur du Center for Conflict, Security and Terrorism de l'Université de Nottingham : « La raison principale est que, du point de vue russe, l'Irlande est une pièce importante sur l'échiquier géopolitique. Située entre deux des principaux adversaires de la Russie, les États-Unis et le Royaume-Uni, l'Irlande n'a pas les capacités de défense aérienne pour dissuader ou se défendre contre de telles sorties provocatrices dans son espace aérien. L'armée de l'air russe sait qu'elle peut s'approcher ou même pénétrer dans l'espace aérien irlandais avec des conséquences bien moins immédiates et graves que si elle faisait la même chose avec d'autres pays de l'Atlantique Nord comme l'Islande où se trouve une mission de police aérienne de l'OTAN, ou la Norvège, qui a un une force aérienne bien dotée et capable d'intercepter rapidement les incursions suspectées.

La faiblesse irlandaise

L'Irlande exploite « The Air Corps » qui vole une flotte d'avions à voilure fixe et rotative (mais pas d'avions à réaction), elle fournit un soutien militaire à l'armée irlandaise et au service naval. Leur seul avion capable de rejoindre un avion léger est le Pilatus PC-9M qui peut être armé d'une mitrailleuse lourde ou de nacelles roquettes. Cet avion n'est pas capable d'intercepter les bombardiers russes.

Avions de combat multirôles

Le gouvernement irlandais envisage donc d'acheter des avions à réaction militaires qui auraient la capacité d'intercepter des avions à haute altitude et de surveiller entièrement le ciel irlandais.

Un nouveau document de stratégie d'investissement des Forces de défense sur cinq ans a indiqué que « les futurs projets à un stade de planification préalable » incluent le potentiel des « intercepteurs de combat aérien multirôles ».

En parallèle, le pays devrait s’équiper d’un réseau de radars au sol performant afin de détecter toute intrusion de trafic dans l’espace aérien irlandais. Un porte-parole des Forces de défense a déclaré: «une telle capacité est en cours d'examen et est basée sur une évaluation des menaces, mais aucun budget n'a été alloué pour le moment. Un tel avion serait capable de contrôler tous les aéronefs aéroportés dans l'espace aérien souverain irlandais, en particulier ceux qui se déplacent rapidement. ». A suivre.

Photo : Un Eurofighter britannique intercepte un bombardier Tu-95 au-dessus de l’Irlande @ RAF