20/10/2021

USAF, l'E-7A Wedgetail pour remplacer les vieux AWACS ?

wedgetail-AEW-C-aircraft.jpg

Depuis plusieurs mois, l’US Air Force prépare le remplacement de sa flotte d’avion d’alerte lointaine composée du Boeing E-3 Sentry Airborne Warning and Control System (AWACS). Actuellement L'USAF exploite 31 exemplaires de l'E-3, dont l’âge moyen est d'environ 42 ans.

Rappel :

La mise au point des premiers « AWACS » remonte à la Seconde Guerre mondiale avec le projet « Cadillac », mais devant le peu d’intérêt de l’époque, il faudra attendre les années 50 pour voir se concrétiser le projet avec l’EC-131 Warning Star dérivé du Super Constellation. Développé avant la mise au point des radars à effet Doppler ces avions étaient efficaces pour la détection à longue distance, mais avaient des performances faibles pour la détection vers le bas. Il faudra attendre 1964 et le Grumman E-2 Hawkeye de l’US Navy pour arriver au standard actuel des AWACS.

Le système d'avertissement et de contrôle aéroporté Boeing E-3G (AWACS) a défini un nouveau mode de guerre pour l'armée américaine lorsque le modèle original a été introduit en 1978. En centralisant la détection et le commandement et le contrôle aéroporté sur une plate-forme unique. Avec l’AWACS il est devenu possible d’improviser de nouvelles tactiques offensives et défensives en temps réel. Avec le temps, l’importance de l’E-3G en a fait une cible extrêmement précieuse pour un éventail d’armes émergentes, à longue portée appelées « tueurs AWACS ». 

Aujourd’hui plusieurs modèles de systèmes radarisés aéroportés sont disponible sur le marché, notamment monté sur des jets d’affaires.

Le Boeing E-7 « Wedgetail » en favori  

En conséquence, les responsables de l'US Air Force et de l'OTAN ont débutés une réflexion en vue du remplacement de leurs flottes d’avions E-3 respectives en utilisant une approche de systèmes distribués.  Toutes les options envisagées à ce stade ne sont pas encore pleinement développées. Il est important de se rappeler que la flotte E-3 remplit deux fonctions différentes : l’alerte avancée aéroportée (AEW) et le commandement et contrôle. 

La première fonction exige l'intégration d'un grand radar capable de détecter à de grandes distances. En plus de la puissance, le radar doit être incroyablement précis et discriminer les petites cibles à déplacement rapide, y compris les missiles de croisière, par rapport à l'encombrement de l'arrière-plan. Étant donné la vulnérabilité future d'une grande plateforme rayonnante dans l'atmosphère aux menaces potentielles, une option pourrait être de remplacer, ou au moins d'augmenter considérablement, la couverture AEW grâce à l'utilisation d'une constellation proliférée de petits satellites en orbite terrestre basse.

L’arrivée progressive d’avions de combat dotés de la capacité de guerre en réseau permet également de combler ce vide, du moins en partie. Une flotte d’avion engagés en réseau offre une très bonne couverture, mais encore faut-il que la dotation soit suffisante et engagée en nombre sur un territoire définis.  

Ces dernières semaines les yeux se sont clairement tournés en direction du Boeing E-7A « Wedgetail », car l’USAF a formulé  un avis d'action contractuelle, intitulé "E-3 Replacement Aircraft Studies & Analyses", le 19 octobre dernier, dans lequel elle a annoncé qu'elle confierait à Boeing la responsabilité d'effectuer les études, les analyses et les activités nécessaires pour déterminer une configuration de base et répondre aux normes de configuration de l'USAF du E-7A.  

Moins d’AWACS

L’US Air Force doit encore déterminer avec exactitude le nombre de ses futurs avions d’alerte lointaine, car l’arrivée du F-35 permet de combler en grande partie ce besoin mais pas entièrement. En effet, avec 4 F-35, il est possible d’obtenir une couverture à 360 degrés avec la combinaison des radar et autre capteurs et caméras internes ( 6 par avion ) avec le réseau MADL pour partager et fusionner automatiquement ces données entre eux. Au sein de l’US Air Force on réfléchit donc à une intégration du futur avion AEW&C en collaboration avec les F-35. Par exemple, dans une zone dangereuse ou un AEW&C pourrait être une cible de premier choix, l'aspect d'alerte avancée en vol pourrait être entièrement pris en charge par des avions comme le F-35 et le F-22.  Cela pourrait signifier que le futur AEW&C serait relégué à des zones secondaires ou envoyé en appuis derrière le binôme F-35 et F-22. Dans ces conditions, les besoins futurs pourraient être divisés par deux. L’US Air Force doit également déterminer les besoins en temps de paix en utilisant le futur AEW&C pour une surveillance moins agressive qu’avec ses nouveaux avions de combat.

Selon le général Charles Brown Cmdt de l’USAF, la flotte de F-35 est devenue la seconde de part son importance derrière les F-16, les réflexions doivent prendre en compte ce nouvel élément pour articuler la future combinaison de l’Air Force.

f35a-20160803.jpg

Photos : 1 E-7 « Wedgetail » australiens @ RAAF  2 F-35 en vol @ USAF

 

Commentaires

Merci PK pour cet article qui a le mérite de démontrer le rôle exact de l'avion qui va devenir la pierre angulaire de l'US Air Force. Cela ne fera pas taire l'armée de communicants afférés à "tenter" de retarder son explosion dans le ciel Européen. Mais comme je l'ai souvent dit ici, un bon produit ne trompe jamais un bon client. Vu l'importance de son rôle qui transparait ici, j'ose espérer que les "haters" réalisent mieux le rôle cardinal d'un avion comme celui ci ! Et que le programme ira à terme, car comme disent les Américains; "IT'S TOO BIG TO FAIL"

Écrit par : Foufi | 21/10/2021

Il a un rôle essentiel, mais c'est, paradoxalement :
un des appareils les plus vulnérables, et de très loin (c'est un avion de ligne, qui au niveau électromagnétique est un véritable phare volant...)
un des appareils disponibles dans le plus petit nombre (à peine une trentaine d'AWACS pour l'ensemble de l'USAF)
un des appareils les plus chers (environ 400 millions par appareil à priori, à part les bombardiers furtifs il n'y a pas grand chose de plus cher)

Bref, c'est loin d'être la panacée, et l'intention initiale de l'USAF (avant d'envisager de remplacer prématurément les E-3 par des E-7, les E-3 commençant à se faire très vieux) était plutôt de réfléchir à d'autres manières de faire les choses. Notamment en se basant toujours plus sur des moyens spatiaux il me semble (réseau de satellites de reconnaissance radar dans l'espace).

Écrit par : chris2002 | 22/10/2021

@Chris 2002. Je comprend votre point de vue sur la vulnérabilité de ces appareils. Pour autant, dites-vous bien que l'on travaille ardemment sur les moyens de se défendre sur ces gros appareils qui continueront à jouer un rôle essentiel dans les décennies à venir. Les satellites... Leur problème est le même,ils sont également vulnérables aux systèmes de défense aériennes actuelles, et de plus, s'ils ne sont pas en situation géostationnaire (ce qui au demeurant accroît leur vulnérabilité), ils ne peuvent pas couvrir 24 sur 24 vos forces.

Écrit par : Baz driver | 23/10/2021

Voilà qui confirme pourquoi les F-35 ont été surnommés « mini AWACS » par les pilotes d’autres modèles d’avion durant des exercices internationaux…
Il y avait peu de doutes sur cette capacité … mais ce type de prévisions à la baisse sur des avions aussi stratégiques jusqu’alors que sont les AWACS fait peu de place au doute.

Écrit par : Dany40 | 29/10/2021

@Dany40. D'accord sur pas mal de chose. Mais ces plateformes AWACS dédiées continueront à être utilisées.

Écrit par : Baz driver | 29/10/2021

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.