23/09/2021

Le projet « Prochain Avion de Combat » remporte un prix international de management !

234.jpeg

La médaille de bronze est décernée à armasuisse, l'agence suisse d'approvisionnement en matière de défense. Les juges ont été impressionnés par la façon dont l'équipe de projet a pleinement atteint les objectifs fixés et que l'équipe a pris en compte les expériences précédentes dans son approche de gestion de projet. Armasuisse est le Centre de compétence pour les achats, la technologie et l'immobilier au sein du Département fédéral de la défense, de la protection de la population et des sports. Le projet qu'ils ont soumis est « Evaluation d'un nouvel avion de chasse pour la Suisse ».

Les autres finalistes étaient les projets « Sber Antifraud 2.0 » de Sberbank of Russia (Russie, Médaille d'or) et « Ecoquartier Hacene Malik » de la Sàrl Achim Immobilier (Algérie, finaliste).

Tout projet élu finaliste pour les IPMA Global Project Excellence Awards se caractérise par une conduite efficace, une orientation claire vers les objectifs et des processus solides. De plus, le fait qu’armasuisse ait été nominé par le jury de l’IPMA confirme qu'armasuisse remet régulièrement en question les processus appliqués et les améliore quand cela est nécessaire. Au-delà de cette reconnaissance, la participation à ce concours et l’évaluation externe obtenue servent également de base pour l'amélioration constante des activités et processus de management dans les prochaines phases du projet. 

Un concours international comme référence

armasuisse procède, à l’aide de projets, à l’acquisition du matériel de l’armée, et veille à appliquer des processus continus d’amélioration et de développement. Cela implique notamment de se mesurer au travers d'analyses comparatives, comme par exemple l’évaluation indépendante des assesseurs expérimentés dans le cadre du concours de l’IPMA. Depuis 2002, l’IPMA organise chaque année un concours international destiné à des projets et des programmes dans le cadre duquel sont récompensés des équipes attestant de performances particulières dans le domaine du management de projet. Sur la base d’un modèle qui est décrit dans la norme Project Excellence Baseline (PEB) de l’IPMA, des assesseurs expérimentés dans la gestion de projets et provenant de différents pays évaluent les projets par le biais d’audits et d’entretiens avec le mandataire du projet, la direction du projet, des membres de l’équipe de projet et d’autres parties prenantes. Pour l’évaluation, il n’est pas nécessaire de donner accès à des informations concernant le contenu du projet. Les données sensibles sont donc protégées. Les résultats de l’évaluation sont transmis au jury de l’IPMA, qui désigne par la suite les finalistes du concours et les projets remportant les trois premiers rangs. 

International Project Management Association

Fondée en 1965, l’IPMA (International Project Management Association), qui a son siège en Europe, est la première association de gestion de projets à avoir été active à l’échelle internationale. Aujourd’hui, l’IPMA regroupe environ 70 associations nationales et compte plus de 40 000 membres de par le monde. L’IPMA a édité un certain nombre de normes. À côté de l’IPMA Project Excellence Baseline (PEB), l’IPMA Individual Competence Baseline (ICB) sert de base pour les programmes de certification nationaux des gestionnaires de projets ; grâce à elle, quelque 350 000 personnes ont été certifiées à ce jour. En organisant et en décernant les Global Project Excellence Awards, l’IPMA soutient les équipes de projet dans leurs efforts d’amélioration constants. 

Une distinction qui récompense le leadership, l’orientation vers les objectifs et des processus clairement définis

En s'appuyant sur un modèle qui est décrit dans la norme Project Excellence Baseline (PEB) de l’IPMA, les assesseurs évaluent le projet notamment par le biais d'audits et d’entretiens avec le mandataire du projet, la direction du projet, les membres de l’équipe de projet et d’autres parties prenantes. Pour l’évaluation, il n’est pas nécessaire de donner accès à des informations concernant le contenu du projet. Les données sensibles sont donc protégées. Le résultat est consigné dans un rapport du jury à l’intention de l’IPMA, celle-ci désignant par la suite les finalistes du concours et les projets qui remportent les trois premiers rangs. Les projets qui accèdent à la finale se distinguent par une conduite efficace, une orientation claire vers les objectifs et des processus solides. Les processus appliqués sont régulièrement évalués et améliorés si nécessaire. Au-delà de la reconnaissance qu’apporte une place de finaliste, la participation à ce concours et l’évaluation externe obtenue par ce biais servent également de base pour une amélioration constante de la conduite et des processus pour les prochaines phases du projet.

7104_033.jpg

Les certifications IPMA

L’IPMA  propose des certifications en Management de Projet qui reposent sur l’ICB (IPMA competences Baseline) définissant les connaissances et l’expérience attendues des chefs de projet.

Éléments de compétences techniques :

  • Succès du management de projet, 
  • Identification et gestion des parties prenantes,
  • Détermination des exigences et des objectifs du projet
  • Identification des risques et des opportunités,
  • Qualité, organisation de projet
  • Travail en équipe,
  • Résolution de problèmes,
  • Structures de projet,
  • Périmètre et prestations,
  • Echéancier et phases de projet,
  • Ressources, coûts et finances,
  • Approvisionnement et contrats,
  • Gestion des changements,
  • Suivi, contrôle et rapports,
  • Information et documentation,
  • Communication, lancement de projets et clôture de projets.

Rappel 

Armasuisse s'est qualifié pour la finale de l'IPMA World Congress avec son projet "Prochain Avion de Combat (PAC)" dans la catégorie des grands projets. Le lauréat sera désigné parmi les trois finalistes le 22 septembre 2021. L'association internationale de management de projets (International Project Management Association IPMA) organise chaque année depuis 2002 ce concours international destiné à récompenser des équipes pour leurs prestations exceptionnelles en matière de management de projets et de programmes. (Sources : DDPS, IPMA).

 Suivi du projet

Il faut préciser que le projet a été scruté dès le début du processus des essais et la décision d'IPMA de  sélectionner pour la finale le projet d'armasuisse date de ce printemps, soit bien avant la décision finale du choix par le Conseil Fédéral à fin juin dernier et la remise du dossier au niveau politique. 

PEA-Winners_Head-news_1170x350__Large2021.png

 

 

Grosse incursion chinoise dans l’espace aérien taïwanais !

IMG_7867.jpeg

La Force aérienne taïwanaise était en alerte ce jeudi matin pour intercepter pas moins de 19 avions de combat chinois qui sont entrés dans sa zone de défense aérienne, a annoncé le ministère taïwanais de la Défense. Les incursions de la PLAAF sont légion, et de plus en plus massives. Retour sur la tension militaire qui secoue depuis des années le détroit de Taïwan.

14 avions de combat chinois

L’incursion de l’aviation militaire chinoise de ce matin comprenait 14 avions de combat, soit 12 Shanyang J-16 multirôle et 2 bombardiers Xian H-6 à capacité nucléaire. Si les incursions chinoises sont régulières, Taïwan fait maintenant face à une pression accrue avec un nombre important d’avions de combat. La première a été effectuée en avril dernier avec pas moins de 25 avions de combat qui chinois sont entrés dans la zone d’identification de défense aérienne (ADIZ) taïwanaise. Pas moins de 18 chasseurs accompagnaient des bombardiers à long rayon d’action.

La Force aérienne taïwanaise a dû adapter sa tactique en fonction des violations constantes de son espace aérien. Par exemple, si, il ne s’agit que d’un appareil, elle ne se précipite plus pour le rejoindre, mais le suit avec ses systèmes de missiles sol-air. Par contre, les incursions massives comme celle de ce matin, sont systématiquement contrées.

Répétition d’une possible invasion ou guerre psychologique ?

h_56648994.jpg

Ces incursions massives de la Chine sont un nouveau mode de pression. La Chine n’a pas peur de se montrer au grand jour et de faire valoir sa toute nouvelle puissance dans la région. La volonté de s’emparer de Taiwan est bien présente. Qu’il s’agisse d’une attaque soudaine et rapide ou d’une invasion à grande échelle. Mais Pékin semble préférer une réunification plus pacifique avec ce qu’elle nomme communément île de Formose. Détruire les actifs de cette dernière n’est. La Chine semble donc bien jouer au chat et à la souris avec Taïwan en espérant que cette dernière craquera sous la pression. Mais rien n’est moins sûr, en effet, la petite île ne cesse de renforcer ses capacités de défense et de frappes capables de mettre à mal une possible agression chinoise. 

De son côté, la Chine est plus forte que jamais Pékin peut, à présent, prétendre disposer d’une marine puissante. Cette amélioration de la marine chinoise s’inscrit dans une logique doctrinale selon laquelle les forces navales d’un pays montrent la puissance de celui-ci. La marine chinoise dispose désormais de 350 bâtiments de guerre dont 130 étant considérés comme des « combattants de surface majeur ». On compte donc dans l’inventaire chinois deux portes avions et un troisième en construction, 6 sous-marins nucléaires lanceurs d’engins et une flotte de destroyers, de corvettes et de frégates, dont la qualité ne cesse d’augmenter tant en qualité qu’en technologie embarquée. La puissance navale chinoise s’appuie également sur une aviation de plus en plus performante et nombreuse qui est aujourd’hui la troisième au monde avec un total de 2’500 aéronefs. S’ajoute ensuite une gamme de missile complète, largement capable d’atteindre Taïwan. Il manquait à Pékin les moyens de mener un débarquement, c’est presque chose faite avec l’arrivée de navires de débarquement de classe Yuzhao Type 071 et de navires d'assaut amphibies de classe Yushen Type 075, cet ensemble comprendra bientôt un total 32 navires lourds, 16 de taille moyenne et 29 transports de tanks. A cela, il faut ajouter des ravitailleurs en vol Y-20, des aéronefs de détection avancée AEW&C et des appareils de guerre électronique.

Difficile de dire si Pékin osera la confrontation, mais les risques d’un accident augmentent dans ce jeu dangereux ou les nerfs sont soumis à une pression toujours plus forte.

IMG_7870.jpeg

Photos : 1 F-16 Taïwanais interceptant un Xian H-6  2 Scramble avec un F-CK-1 Ching Kuo @ TaF 3 Shenyang J-16 chinois @ TaF