14/09/2021

L’Italie confirme l’achat de 90 F-35 !

ita_f-35_twoship-gcolla-419RN1.jpg

C’est un retournement de situation qui vient de se produire en Italie, le Département de défense italienne confirme l’acquisition d’un total de 90 avions de combat Lockheed Martin F-35A/B, soit la dotation initialement souhaitée. Il n’y aura donc pas de réduction du nombre de F-35, comme il était envisagé à une certaine époque.

Actuellement l’Italie dispose de 28 F-35A commandés dans le programme de la phase 1. S’ajoutent les 27 appareils pour la phase 2A et un troisième lot de 35 appareils pour la phase 2B est maintenant officiellement prévu. Une étude travaille sur une éventuelle phase 3 pouvant porter le nombre de F-35 à 131 aéronefs au sein de l’Armée italienne.

Le F-35B en approche

Sur les 90 F-35A/B prévus, 30 F-35B vont venir prochainement remplacer les anciens avions AV-8B+ à décollage court et atterrissage vertical. Des essais de qualifications sur le pont d’envol du Cavour de la Marina Militare ont eu lieu avec des F-35B de l'US Marine Corps rattachés à l'escadron de test et d'évaluation VX-23. Les avions se sont posés verticalement sur le porte-aéronefs italien avant de repartir au moyen de son tremplin situé à la proue. Ces tests ont marqué le début d’une campagne de quatre semaines à la mer visant à certifier le bâtiment amiral de la flotte italienne à l’emploi du F-35B.

Baisses généralisées des coûts

Cette décision a pour origine plusieurs raisons. D’une part les coûts décriés à l’époque sur le programme F-35 fondent comme neige au soleil. On parlait à l’époque d’un prix unitaire de 106 millions d’euros pour le F-35A produit en Italie. Aujourd’hui le prix à fondu à moins de 66 millions d’euros.

A l’achat, l’avion est devenu le moins cher du marché et en ce qui concerne les coûts de maintenance ceux-ci baissent également à plus forte raison d’un achat complet (contrairement au Pentagone). Il faut y ajouter l’intérêt européen dont la Suisse. Les installations de Cameri seront directement liées à l’assemblage des futurs F-35 suisses et la demande européenne va encore faire progresser le développement et l’intérêt de la chaine d’assemblage italienne. De fait l’Italie peut aujourd’hui envisager plus sereinement la relance de son programme F-35.

IMG_7445.jpeg

Intégration réussie

Du côté de l’utilisation du F-35A au sein de l’Aeronautica Militare c’est parfaitement réalisé et les remarques positives ont remplacé les critiques du début. Dans le cadre de son premier déploiement, l’Armée de l’air Italienne a engagé pour la première fois ses F-35A au sein de la Baltic Air Policing depuis la base aérienne d’Amari en Estonie en mai de cette année. Les F-35 italiens ont eu l’occasion de tester la police du ciel avec des décollages (Quick Reaction Alert/QRA) pour aller intercepter de nombreux avions de combat russes. L'intégration des capacités avancées du F-35 montre comment les Alliés apportent leur technologie de pointe et soutiennent la mission défensive durable de l'OTAN dans la région et face aux avions adverses les plus modernes. 

Le programme F-35 en Italie

Leonardo en plus de la responsabilité de l'assemblage de tous les avions pour les forces armées italiennes et néerlandaises, est le deuxième fournisseur source pour l'ensemble des sections d'aile (la partie centrale du fuselage avec les ailes) pour tous les F-35 en production. Leonardo a participé à la conception de la voilure qui représente environ 38 % de l'ensemble des avions et dont les parties de composants sont fabriquées dans les usines de Foggia et Nola (Naples), respectivement pour les structures composites et métalliques. En parallèle, Leonardo a remporté ce printemps un nouveau contrat avec Cubic Mission and Performance Solutions (CMPS), une division de Cubic Corporation, pour fournir une formation au combat P5 supplémentaire Systèmes (P5CTS) pour le F-35 Lightning II. Dans le cadre de ce contrat, Leonardo DRS fournira deux autres lots de production de ses sous-systèmes internes P5CTS pour le système ACMI (Air Combat Maneuvering Instrumentation) de Lockheed Martin. Depuis 2013, Leonardo DRS a livré plus de 779 de ses sous-systèmes internes P5CTS pour le F-35 afin de fournir une formation pour contrer et garder une longueur d'avance sur les menaces contradictoires mondiales croissantes. Le sous-système interne P5CTS est différent des modules d'entraînement externes traditionnels utilisés sur les avions de combat de 4e génération. Le sous-système interne prend en charge les opérations d'entraînement au combat de 5e génération.

IMG_7436.jpeg

Photos : F-35A italiens @ Aeronautica Militare

 

 

 

 

Commentaires

J'exagère un peu, mais... si l'Italie utilise ses F-35A pour des missions de police du ciel sur QRA, que fera t'elle de ses Eurofighter? ^^

Écrit par : Jo-ailes | 14/09/2021

On parie que les gauchistes suisses vont complètement occulter cette info sur notre voisin du sud et nous ressasser le mauvais exemple de notre voisin autrichien qui « fait tout aussi bien »(sic) avec seulement 15 Eurofighter?

Écrit par : Harry Spotter | 14/09/2021

Il faut bien faire fonctionner la FAL italienne...

Écrit par : Tomcat | 14/09/2021

Ce qui est bien avec le F-35 c'est qu'il répond lui même à ses détracteurs par encore et encore des commandes ! Ça doit être ça l'intelligence artificielle ! :-)))

Écrit par : Didum | 15/09/2021

Harry Spoter,

Vous êtes sur de ne pas faire partie des ces gauchistes que vous vilipendez ? Tout est bon pour passer des messages contradictoires, ....comme si les circonstances ne sont pas encore assez explicites ! Votre courage force l'admiration, il faut être très fort pour se confronter à la première puissance mondiale vous savez !

Écrit par : Fridolin | 15/09/2021

@Jo-Ailes,
Il faut quand même regarder la situation dans son ensemble.
L'Italie a obtenu des gros contrats sur le programme F-35, que ce soit dans la production, l'assemblage ou l'entretien !
Cette commande permet de donner du travail à son industrie, et dans le maintien de la compétence de son industrie en vue du Tempest, c'est idéal ! Donc dans l'ensemble, c'est une décision logique.
...
Pour la répartition, il y a les F-35B remplaçant les Harrier, donc ceux-ci, on peut les enlever de votre remarque, ils ont un rôle et une capacité unique qui se justifie !
Pour la force aérienne, l'Italie a encore ses Tornado en service !!! Et les F-35 viennent surtout remplacer ceux-ci. Et la force aérienne a encore des avions d'attaque et de reconnaissance AMX en service.
Il faut bien comprendre que l'Italie a une stratégie très différente de celle de la France qui se concentre sur un appareil tous les 35-40 ans maintenant !
L'Italie a une flotte plus spécialisée. Des avions légers d'attaque et de reconnaissance permettent de sauvegarder les appareils de 20-30 tonnes là où ils ne sont pas nécessaires.
Et pour les "vrais" avions de chasse, il y a une orientation air-air, et une orientation chasseur bombardier.... Mais il n'empêche que les Eurofighter et les F-35 sont des appareils Swingrole qui réalisent tout l'éventail des missions !
Et l'utilisation en opération du F-35 dans la Baltique était l'opportunité pour tester ses capacités, et toutes les questions de logistique et de maintenance dans le cadre d'un déploiement.
Logique de passer par cette étape.
...
P.S. votre remarque me semble être un peu la conséquence de la réduction de toutes les forces aériennes, surtout en Europe. La plupart des pays se réarment, certains augmentent largement le nombre de chasseurs (Moyen Orient, Asie, Amérique du Sud), certains se maintiennent (USA, Japon, Corée du Sud, Russie), et d'autres ont décidé de réduire le volume de leur force de plus de 50 %.
Seule la Finlande actuellement semble vouloir maintenir la taille de sa flotte en passant à la nouvelle génération.
Pour la Suisse, c'est presque 90% de réduction depuis 1990. On n'a plus que 50 appareils en service dont 20 antiquités
Depuis la Fin de la Guerre Froide jusqu'au milieu des années 2000, c'est près de 400 appareils retirés du service, et ce sans compter le retrait des Tiger. Il s'agit des Mirage 3, Hawker Hunter, Vampire.
Pour les F-5 Tiger, 110 ont été achetés, 20 encore en service en 2021. A cela, on peut ajouter les 4 F-18 crashés. Donc on est dans les environs de 450 avions retirés du service, pour 50 en service.... Donc bien 90%...
Dans les années 80, 250 Venom retirés du service.

Écrit par : Fab | 16/09/2021

Bonjour à tous

Il y a un an tous le monde critiquais le F35, pleins défaut, trop cher, décrier par la cour des comptes Us vu la somme de problème non résolu, même dangereux lors des éjections pour le pilote !
Puis Joe Biden est élu président des Etats-Unis,fais la tournée des popotes en Europe et cette avion mal aimé même aux usa deviens un avion génial en Europe

Écrit par : Lolof1 | 17/09/2021

@Lolof1. Les Etats européens n'ont pas attendu Biden pour acquérir des F-35 et en conster toutes les capacités qu'il apporte...

Écrit par : Baz driver | 18/09/2021

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.