13/09/2021

6 Rafale de plus pour la Grèce !

000984864_896x598_c.jpg

Athènes vient de confirmer l’achat supplémentaire de 6 avions de combat Rafale de l’avionneur Dassault Aviation. Au total, ce sont 24 appareils qui équiperont la Force aérienne hellénique. Ces 6 appareils seront livrés entièrement neufs. 

Rappel

Cette commande a été passé en urgence suite à la situation en Méditerranée orientale qui est explosive depuis l'envoi par Ankara d'un navire de recherche sismique, escorté par des bâtiments militaires, dans une zone riche en gisements gaziers revendiquée par Athènes. Athènes a ouvert des discussions auprès de ses alliés en vue de l’achat potentiels d’avions de combat.

Le premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis avait alors annoncé un important programme d'achats d'armes et une réorganisation des forces armées du pays, alors que la tension monte avec la Turquie en Méditerranée orientale. Kyriakos Mitsotakis a précisé que la Grèce allait se procurer, outre les 18 Rafale, quatre frégates et quatre hélicoptères de marine et procéder au recrutement de 15’000 soldats supplémentaires et financer davantage son industrie de défense.

La livraison porte sur des avions Rafale  au standard actuel F-3R avec un armement composé des missiles de croisière Scalp, antinavires AM39 Exocet et air-air Mica et Meteor. Un simulateur de vol sera également livré. 

Dassault Rafale F3-R

Le Dassault Rafale F-3R est capables d'assumer de nombreux rôles de mission différents avec une gamme d'équipements, à savoir des missions de défense aérienne, de supériorité avec des missiles air-air Mica IR et EM, et des attaques au sol de précision utilisant généralement des missiles de croisière SCALP EG et AASM Hammer air- missiles à la surface. En outre, des missions antinavires peuvent être menées à l'aide du missile AM39 Exocet, tandis que les vols de reconnaissance utilisent une combinaison d'équipements de capteurs embarqués et externes basés sur des nacelles. L’avion est doté du radar AESA Thales RBE2 avec les fonctions de suivi de terrain. La norme F-3R comprend également l’installation d’un système anticollision automatique au sol (AGCAS) et diverses améliorations apportées au radar RBE2, au système de guerre électronique Spectra, à la nacelle Reco NG et au système de navigation par inertie.

Avec la norme F-3R, le Rafale Marine est également équipé d’une nacelle de ravitaillement en vol de nouvelle génération. Le F-3R peut notamment utiliser les armements suivants : bombes guidées laser GBU-12/24 et bombes guidées Hammer, la capacité de frappes dans la profondeur avec missiles de croisière Scalp, attaque en mer avec missile Exocet AM39 BlockII. La reconnaissance tactique et stratégique en temps réel avec nacelle Areos et le ravitaillement en vol d'un Rafale à un autre de type « buddy-buddy ».

Le-Rafale-dotera-la-HAF-d-un-avion-de-combat-multirole-de-derniere-generation-permettant-a-la-Republique-hellenique-d-assurer-sa-position-geostrategique-en-toute-souverainete-1071580.jpg

Photos : Rafale aux couleurs grecques @ Dassault Aviation

 

Commentaires

Seulement 6 ? J'immagine que cela devait être le deal, 12 offerts pour l'achat de 12 neufs. Reste à voir comment ils vont évoluer dans un pays sans cesse en proie aux crises budgétaires. Et puis l'arrivée annoncée d'un contigeant massif US risque de changer rapidement la donne. La grèce est devenue trop importante stratégiquement en Europe pour que les ricains ne mettent pas le paquet ! Quand on voit ce qu'ils ont laissé en Afghanistan, je crois que l'armée Greque va rapidement devenir une province US au grand dam de Paris !

Écrit par : Guy | 14/09/2021

A Guy !
Serait-ce,ici rapportée, la vision péremptoire,acérée et définitive d'un membre éminent et influent du gouvernement Mitsotakis ?
Je m'interroge !!??
D.J d'Evx

Écrit par : JOUGLET | 15/09/2021

@Guy

Il n'y a aucun appareil d'offert. L'accord initial portait sur 18 appareils dont 6 neufs mais les appareils d'occasion étaient bien payants. La commande supplémentaire de 6 appareils neufs permet à la Grèce d'aligner deux escadrons complets.

Écrit par : Hdouv | 16/09/2021

@Guy: c'est pis, je pense qu'il y a la volonté bien arrêtée de casser l'industrie de défense Européenne. Je ne sais pas quelles ont été les pressions en Suisse sur le F35, mais celles sur l'Australie ont été spectaculaires. Et vous avez raisons sur la Grèce, ils ne lésinent pas leurs moyens, pas tant sur les avions (trop tard, la faute à Trump...) que sur les frégates qui seront probablement offertes (pas directement mais par échanges de bons procédés.)

Écrit par : pfff | 16/09/2021

@pfff. L'Europe n'a pas eu besoin des États-Unis pour couler son industrie défense. WW1 + la deuxième manche WW2 ont suffit. A partir de là les grandes puissances mondiales européennes sont devenu au mieux des puissances régionales moyennes, sauf la Russie. Et face à cette dernière l'immense majorité des pays européens sont devenus dépendants des US. On n'a pas attendu le F-35 pour cela. F-86,F-104,F-4,F-16 sont passés par là bien avant lui. Alors certes la France, la G-B, la Suède ont développer une industrie aérienne militaire de qualité, mais le mal était fait. Et les ventes en Europe très modestes. Pour autant les programmes SCAF et FCAS sont là et je ne vois aucun bénéfice pour les Etats-Unis de vouloir voir ces projets capoter. Les européens sont largement assez fort pour les faire capoter eux-mêmes. Pour ce qui est de la Grèce, je pense d'abord qu'elle va continuer européens à s'équiper en Rafale pour remplacer ces Mirage 2000. Les F-16 modernisés complètent le tableau. Le F-35 attendra. Pour ce qui est de votre allusion à l'Australie, je comprends la réaction de la France. Qui semble bien seul en Europe à s'en émouvoir. Où sont donc les partenaires allemands?? Maintenant,que les choses soient claires, le centre du monde n'est plus l'Europe, mais l'indo-pacifique et la menace chinoise. Les australiens ont choisi leur camp...

Écrit par : Baz driver | 18/09/2021

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.