30/08/2021

Les coûts du F-35 sous la loupe !

unnamed.jpg

Les débats sur les coûts de l’avion de combat F-35 de Lockheed Martin sont devenus légion, d’une part à causes de ses nombreux succès à l’exportation qui font grincer des dents la concurrence et de l’autre les nombreuses critiques du GAO américain (Government Accountability Office). Pour celles et ceux qui me suivent depuis longtemps, vous savez que je n’ai pas épargné le F-35 en ce qui concerne son développement. J’ai également été un des premiers, il a y 10 ans à décrire le F-35 comme l’avion qui allait permettre aux USA de revenir sur le devant de scène en matière d’exportation.

Mardi 31 août les opposants aux avions de combat vont officiellement lancer leur campagne « STOP F-35 » qui va nous amener à un nouveau vote, comme lors de l’achat des Boeing F/A-18 « Hornet ». Précisons d’emblée que la gauche aurait lancé une initiative quel que soit le choix de l’avion ! Une partie des arguments sont basés sur les coûts du F-35, l’occasion de remettre l’Eglise au milieu du village.

Les coûts annoncés 

Le conseil Fédéral sur la base des résultats de l’évaluation « air2030 » va proposer au Parlement d’acquérir un paquet comprenant 36 avions Lockheed Martin F-35A, ainsi que l’ensemble des systèmes connexes (armement, simulateurs, pièces de rechange, moteurs de rechange, formation des équipes de maintenance et des pilotes) pour un montant de Chf 5'068 milliards de francs, soit un volume financier très inférieur au budget cadre de 6 milliards de francs suisses approuvé par les citoyennes et les citoyens, lors de la votation du 27 septembre 2020. En ce qui concerne les coûts d’exploitation et de maintenance, le projet est devisé à 15,5 milliards de francs sur 30 ans, soit 2 milliards de moins que l’avion suivant évalué.  

Coûts d’achat

Le prix pour le « paquet complet » de Chf 5'068 milliards de francs est le plus bas des quatre offres. Il s’explique par le fait que 680 F-35 sont déjà en service dans le monde, pour un total actuel de 3'423 commandes à ce jour. 14 pays ont commandés le F-35. Les coûts « nus » d’un F-35A sont aujourd’hui de 77,9 millions de dollars.

Coûts d’exploitation / maintenance

Les coûts d’exploitations pour la Suisse atteignent 15,5 milliards de francs sur 30 ans. Soit un coût direct de 9,4 milliards de francs auquel il faut ajouter les coûts pour le personnel navigant, la préparation et l’exploitation, la maintenance des avions, la supervision des systèmes et la maintenance des appareils par l’industrie, y compris les charges de matériel, abonnements systèmes de logistique (ODIN), le carburant, y compris l’impôt sur les huiles minérales ainsi que la TVA.

En ce qui concerne les heures de vols, il possible de réduire sensiblement celles-ci. En effet, selon les australiens et les israéliens le « système » F-35 permet une formation très différente des autres appareils, une préparation plus poussée en simulateur permet de réaliser plus rapidement des exercices complets en vol réel, alors qu’il fallait plus de vols avec un aéronef de génération plus ancienne pour arriver au même résultat.

Différence USA / Suisse

Ce montant peut paraître faible par rapport aux nombreuses critiques du GAO américain sur ces mêmes coûts. Pour autant, il faut faire une importante distinction. En effet, le Pentagone achète ses avions « nus », soit sans armement, sans pièces détachées, sans compter les surcoûts dû aux opérations extérieures. Ces derniers font partie de commandes séparées. Cette manière de faire augmentent les coûts de l’ordre de 20 à 30% et explique notamment les problèmes de maintenance dû au manque de pièces détachées et de moteurs de réserves.

Cette constatation n’est pas juste le fait du F-35, on retrouve les mêmes problèmes pour l’ensemble des appareils  en service, démonstration : les chiffres de l'US Air Force pour le nouveau F-15EX établissent le coût de cet avion à 87,7 millions de dollars l'exemplaire. Mais ces chiffres concernent les avions de base et n'incluent pas l'équipement supplémentaire requis pour les rendre aptes au combat. Lorsque vous ajoutez la suite de contre-mesures électroniques (ECM) et les nacelles de ciblage qui permettent au F-15EX de voler en combat, son prix grimpe à 101,1 millions de dollars, 22,5 millions de dollars ou 29% de plus qu'un F-35A prêt au combat. Les coûts supplémentaires requis pour exploiter et maintenir l’avion et ses sous-systèmes ne sont pas pris en compte dans l'évaluation du coût par heure de vol du F-15EX. De manière déconcertante, ces coûts d'acquisition ne sont jamais pris en compte dans l'évaluation par le Pentagone. Certains médias européens adorent taper sur le F-35, mais ils ont volontairement, ou non, oublier de préciser ces éléments qui sont fondamentaux dans la compréhension des différences de coûts.  

Au final, les pressions du GAO rendent service à tous les utilisateurs quelques soit la méthode d’achat et permet de réduire encore les coûts du programme F-35.

Exemples étrangers

Les pays qui comme la Suisse achètent un paquet complet et non un avion « nu » s’en sortent mieux que les USA, quelques exemples :

Pays-Bas : 37 F-35 pour 4,5 milliards d’euros soit 140 millions l’avion complet en 2013. Depuis les coûts ont baissé à 111 millions.

Norvège : Le F-35 a non seulement répondu aux attentes budgétaires, mais les a dépassées. Vegard Norstad Finberg explique : « Le prix de l'avion était nettement inférieur à celui que nous avions calculé en 2012. « La dernière livraison nous a coûté moins de 80 millions de dollars par avion ».

Tant pour les Pays-Bas que pour la Norvège les coûts d'exploitation sont stabilisés et sensiblement moindre que prévu, des baissent additionnelles sont mêmes envisagées dans les années avenir.

Coûts de développement & partenariat

Dans le calcul des coûts d’exploitation du F-35, il me faut vous parler des frais de développent de l’avion. Pour les initiateurs de l’initiative STOP F-35 la Suisse devra payer chaque année des frais additionnels de développement c’est FAUX ! Seul les pays membre du Partenariat (3 niveaux) Royaume-Uni, Italie, Pays-Bas et Canada participent aux coûts de développement de l’avion, la Suisse n’en fait pas partie ! Nous ne paierons pas un centime de plus.

Le prix du mensonge à 25 milliards

Selon l’initiative STOP F-35, les coûts du F-35 en Suisse seront de 25 milliards de nos francs et même bien plus. Ce chiffre est faux car nous atteignons un coûts total achat / exploitation de 21 milliards sur 30 ans et plus. Si l’on tient compte d’une mise à jour mie-vie (MLU) du F-35 en prenant un montant fictif exagéré de 1 milliard de nos francs, nous sommes toujours en dessous du montant des opposants. Sachant qu’un autre choix d’appareil par le Conseil Fédéral aurait couté plus cher pour un rapport coût/efficacité moindre.

Garanties et processus

Il faut préciser que le « paquet » du F-35 sera acquis à travers le programme américain Foreign Military Sales (FMS) aux conditions qui s’appliquent à l’État américain. Ce dernier gère l’acquisition à travers ses propres contrats avec les entreprises. Les prix et les conditions contractuelles y sont fixés de manière contraignante et soumis à un contrôle strict. En cas de dépassements des coûts, l’État américain interviendrait auprès du constructeur au profit de la Suisse afin de faire respecter le caractère contraignant des prix.

Les offres et leurs montants sont contraignants. L’offre du fournisseur reste valable dix ans pour les coûts d’acquisition comme pour les coûts d’exploitation. Au-delà d’un tel délai, aucune offre ne serait considérée comme sérieuse. Pour calculer les coûts d’exploitation, le DDPS se fonde donc sur l’offre et sur ses propres expériences des différents avions de combat que la Suisse a acquis jusqu’ici. Il tient compte notamment du vieillissement des systèmes qui, au fil des ans, accroît les frais de maintenance.

Afin de s’assurer de la viabilité des résultats, la conseillère fédérale Viola Amherd a commandé auprès du cabinet d’avocats zurichois Homburger SA une étude de plausibilité en vue de l’acquisition des nouveaux avions de combat. Cette étude portait sur la méthodologie d’évaluation, les critères d’adjudication ainsi que l’évaluation financière des offres, Homburger est arrivé à la conclusion que le classement des soumissionnaires selon l’analyse coûts-utilité faite par armasuisse dans le rapport d’évaluation était réaliste.

Sources : DDPS, GAO, Joint Programme Office, The White House Gov., LT Gen, Eric FICK USAF, V.N. Finberg NAF. RAAF, IAF.

unnamed-1.jpg

Photos : F-35A @ LM

 

 

Commentaires

Pascal
J'aimerais bien avoir votre avis sur ce choix.
Est-ce un bon choix pour la suisse ?
Coût, Maintenabilité, Utilité pour la suisse.
Merci à vous

Écrit par : MBMW | 31/08/2021

@PK : on entre maintenant dans le vif du sujet , savoir l'avis de l'opinion sur cette décision gouvernementale qui en a surpris plus d'un . Si on se rappelle les péripéties qui ont accompagné le choix d'un successeur au F18 , et aux F5 hors d'âge , on se souvient , eu égard aux besoins spécifiques suisses (essentiellement police du ciel) qu'un avion léger , disposant de capacités suffisantes , et à la mise en oeuvre relativement rustique dans le cadre géographique du pays était le profil recherché ,et l'avion idoine qui recueillait la majorité des suffrages était le Gripen suédois . Quelques années plus tard , la Suisse , assez étonnamment , change complètement de philosophie , et décide de se doter d'un avion d'attaque lourd , à la mise en oeuvre complexe , peu agile , à vocation offensive ! On a du mal à comprendre d'autant que , faute du Gripen NG , les autres concurrents , notamment le Rafale français apparaissaient déjà comme des solutions luxueuses pour les besoins de la Suisse , pays enclavé et de fait "protégé" par ses voisins d'une hypothétique agression lointaine (de qui ? la Russie ?! ) . Alors quoi ? L'envie d'avoir un avion "comme les grands" de l'Otan ? Mais la Suisse n'en fait pas partie . Reste , et c'et bien sûr très mal perçu par certains ici , l'hypothèse plus que plausible de pressions politiques américaines . Et d'ailleurs , pourquoi l'écarter ? C'est le jeu habituel dans les marchés d'avions militaires . Evidemment , le mythe de la neutralité suisse s'en trouverait écorné . Mais l'insistance à défendre , y compris dans votre article ici , l'argument de "l'avion le moins cher" est révélateur .

Écrit par : philbeau | 31/08/2021

PK permettez moi de réagir à l'opération STOP F-35 dont on ne peut que se douter qu'elle soit pilotée par des intérêts étrangers. Tout le monde s'en doute ! Espérons que ces gens ne sauront pas manipuler notre démocratie et que le peuple suisse va enfin comprendre que derrière ces votations sur le nouvel avion Suisse, se tiennent des gens qui veulent casser tous les appels d'offres en espérant en définitive s'imposer avec leur matériel plus cher et totalement dépassé ! Je vous remercie pour votre article qui rétabli une certaine vérité concernant le F-35 ! Espérons que les Suisses sauront se préserver de ceux qui veulent utiliser leur système démocratique à des fins commerciales et politiques. L'alliance que les Suisses ont choisi est américaine, elle est assumée et n'est pas le fruit du hasard ou d'une manipulation quelconque. De toute façon, ces services étrangers "gris" qui sont derrière ces manœuvres seront bien surprises du résultat final ! Les Suisses se souviendront à l'avenir des manœuvres de leur encombrant voisin n'est pas forcément leur ami !

Écrit par : Jojo | 31/08/2021

J'ai beaucoup de respect pour Mme Amherd, mais je pense que pour convaincre l'opinion publique, il lui faudra d'autres arguments que "Le choix du F-35 est basé sur des faits" et "si le prix du jet américain est avantageux, c'est surtout parce qu'il est le plus vendu au monde et que le prix diminue en fonction de la demande"...
C'est très bien de le dire et de le répèter, mais donner un peu plus de chiffres et expliquer quels sont "les faits" qui le rendent si performants pourraient aussi rassurer.
@PK : J'espère que vous recevrez bientôt des réponses qui pourront aussi nous éclairer, simples fans d'aviation et en très grande partie je crois pour un futur avion de combat (F-35 ou autre).

Écrit par : Jo-ailes | 31/08/2021

Merci à Pascal pour cette article intéressant
Il faut surtout souligner que le choix de F-35 est le résultat d'une évaluation ! Cet avion sort nettement devant les autres et il est le moins cher !
Mais bien sûr les évaluations qui ne reflètent pas nos choix sont mauvais, comme les votations…. Un peu facile…

L'opportunisme de certains journalistes de la presse Romande de s'allier avec le GSSA n'est pas étonnant...

Je conclu en disant que le F-35 est furtif et la furtivité c'est la survie de tous les combats.
Tous les pilotes de chasse le savent bien, c'est celui que tu n'as pas vu qui te descendra… ( le grand Cirque, Pierre Clostermann )
Cordialement

Écrit par : Didier | 31/08/2021

Les coûts sont très différents de ce qui est annoncé par le Gao. En creusant on peut effectivement penser que le marché air2030 permet de prévoir plein de spare.
Je pense surtout que la procédure Fms fait que c'est l'état américain qui vend et pas LM.
Dès lors rien de l'empêche l'etat US de subventionner une offre.
Dans ces conditions les Suisses ont fait une affaire sans aucun doute en tous cas sur le plan financier. Sur le plan opérationnel j'ai plus de doute. Mais pourquoi pas. La ou vraiment on peut se poser des questions c'est l'état lamentable du programme. On vient encore d'apprendre que PW demandait des sous pour développer un nouveau moteur en remplacement de l'actuel. Ca semble urgent et ça n'est absolument budgeté nul part, ni dans le block4 ni dans le tr-3.

Écrit par : Herciv | 31/08/2021

Le problème, c’est que le groupe pour une Suisse sans armée et ses laquais de la gauche vont propager leurs mensonges - avec la complicité des médias gauchisants - et très peu de personnes auront accès aux arguments très pertinents exposés sur ce blog. Il faut compter sur les cantons pro-armée et limiter les dégâts dans les autres cantons...

Écrit par : Harry Spotter | 31/08/2021

Bonjour,
sans vouloir entrer dans le débat pro/anti F35, le F35 est conçu pour une mission spécifique. Il remplit donc les attentes des utilisateurs qui l'on acheté dans cette optique, par exemple Israël, qui a certainement raison de dire que c'est une machine formidable. Mais je me pose deux questions:
1/ est-il le mieux adapté pour les besoins de la Suisse (mission, environnement géographique et contexte géopolitique)?
2/ on parle coût de "possession", mais il n'y a jamais le volume d'heures de vol en regard. Alors comment comparer les coûts d'un pays à l'autre, alors que les flottes sont utilisées de manière très différenciée, et sans parler des simulateurs qui sont sensés remplacer des heures de vol?

Écrit par : Tom | 31/08/2021

@Philbeau: il faut se rappeler qu'en 2008 le F-35 n'était pas aux essais en Suisse. Normalement si le chef du DDPS de l'époque vait fait son travail correctement, un budget aurait dû être prévu, ce ne fut pas le cas. Avec un budget, nous aurions alors choisi logiquementl'avion quia vait le mieux réussi les essais, le Rafale à l'époque. Non l'objetif n'a jamais été uniquement la police du ciel, mais bien le comabt air-air et notamment aude-là de la portée visuelle, la reconnaissance et l'attaque au sol de proximité. De fait. tous les avions testés ont toujours correspondus aux besoins mais avec des différences. Il n'y pas d'avion de "luxe", ni le Rafael, ni le F-35, un pays comme la Suisse ou ses voisins dirigent en direction d'un avion qui répond à des menaces réelles et émergeantes. La technologie évolue, les menaces aussi, il se trouve que sur cette question le F-35 ouvre les portes de l'avenir, le choix est donc réaliste. Les menaces ne touchent pas systématiquement la Suisses, mais le continents, une attaque russe ou chinoise ou de n'importe quel pays disposant de missiles balistiques par exemple ne fera pas la différence en tre la petite susise et ses voisins. Nous serions au milieu d'une série de frappes multiples (avions, drones, missiles). La Suisse agit en tant que partenaire de sécurité en centre-europe et va continuer à travailler avec tous ses voisins de dans ce sens.

Écrit par : PK | 31/08/2021

Il est toujours désagréable de lire des commentaires comme celui publié par philbeau - qui véhicule une certaine condescendance (française?) a l’égard de la Suisse.
A ce titre, il faut rappeler que:
1. En période de tensions, chaque pays cherche avant tout à sauver ses fesses. La pandémie du coronavirus nous l‘a bien démontré.
2. Un vide stratégique - absence de moyens de défense - constitue très souvent une opportunité que certains groupes seraient tentés d’utiliser à leur profit.
3. La Suisse est neutre et entend le rester, notamment en conservant des moyens de défense adéquats. Cela n’empêche toutefois pas de développer des collaborations internationales.
4. Compter sur ses voisins pour sa défense est à la fois naïfs et dangereux. L’accepter revient à brader sa souveraineté nationale.
5. La condescendance n’est pas acceptable, même de la part de citoyens d’un État ayant perdu une compétition visant à acquérir un avion de combat.

Écrit par : Vincent | 31/08/2021

@PK,
Permettez-moi un coup de g....
On en a marre d'être emm.... par un pays qui se laisse glisser à toutes les vilenies pour imposer son avion que personne n'a jamais choisi en Europe ! Sauf en occasion et avec des conditions discount puisque la moitié des appareils étaient offerts ! Un moment les Suisses doivent apprendre à parler plus fort et défendre leurs intérêts! Je suis sidéré par ce cinéma soit disant de gens de gauche alors qu'on sait bien qu'il y a un pays qui manipule l'opinion derrière tout celà ! Les gens doivent comprendre qu'ils veulent casser l'appel d'offre parce qu’ils ne leur a pas été favorable ! Et actuellement, ces gens jouent avec nos intérêts souverains comme si personne ne le savait en Suisse ! Ce qu'ils font est de toute façon un gros n'importe quoi parce que c'est essentiellement la Suisse Alémanique qui a soutenu le premier référendum, et qui soutiendra, espérons le, Amherd jusqu'au bout qu'on puisse leur enfoncer leur arrogance dans le .... (Tuuuuut) ! De toute façon, les américains savent aussi très bien jouer à ce langage et savent aussi préserver leurs intérêts ! Encore un camouflet en perspective, comme si les précédents n'ont pas suffit !

Écrit par : Malone | 01/09/2021

bien sûr comme pas mal de lecteurs de votre excellent Blog Pascal, ma préférence allait vers le Rafale pour des raisons qui ont été largement détaillées sur ce même blog précédemment. Maintenant le choix du F35 ne me pose aucun problème dans le cadre de rapports géopolitique et économique avec les États-Unis qui nous dépassent pour la plupart et j'ai dû mal à comprendre l'intérêt de cette initiative si ce n'est de retarder à nouveau la mise à niveau de nos forces aériennes. Après tout le choix du Rafale par la Grèce récemment répondait à cette même logique face aux gesticulations militaristes d'Erdogan et l'intervention militaire de la France pour leur venir en aide.

Écrit par : Baron Noir | 01/09/2021

@PK: la question n'est pas d'un avion de luxe ou pas, ni si le F35 arrivera un jour à faire ce qui lui est assigné (y compris le CAS, même si ce n'est pas la grosse priorité suisse, ça faisait parti des demandes et l'avion est mauvais sur le sujet). La question n'est pas technique mais politique.
.
Les US ont fait de cette vente un sujet d'honneur et ont mis en balance des moyens que l'on aimerait connaître. La France a mis en balance, entre autres, sa coopération frontalière son accès au ressources spatiales et divers appuis au niveau Européen.
.
Les US ont offert plus sur la partie politique. Quid ?

Écrit par : pfff | 01/09/2021

@jojo : belle déclaration de foi pro-américaine , et d'hostilité au voisin français , qui n'engage que vous . Revenez sur terre avec vos fantasmes de "manoeuvres de l'étranger"...L'avenir proche dira si la proximité américaine ne sera pas plus étouffante que celle de "l'encombrant voisin" .

Écrit par : philbeau | 01/09/2021

@Herciv. PW ne veut pas faire un nouveau moteur. MrBromberg à expliqué devant les membres de la HASC dans son audience du mois d' avril (4 heures à voir et écouter, avec la participation d'autres acteur du programme) que les exigences ajoutées constamment pour le bloc 4 exige un Upgrade du moteur. PW à déjà défini une roadmap, mais bien sûr cela se finance, et là c'est le congrès qui doit décider. Non ce n'est pas un nouveau moteur...

Écrit par : Baz driver | 01/09/2021

@philbeau
En lisant certains, cela me rassure de voir que ce choix n'a pas dupé tout le monde. philbeau, Cessez de vous interroger sur ce choix , il y a rien à comprendre, ou plus exactement en lisant vos interrogations j'imagine que vous avez bien compris mais n'osez pas le dire clairement.
Un choix absurde, incohérent, une évaluation probablement arrangée avec une sous pondération de certains critères qui lui étaient défavorables, une sur pondération d'autres où sa furtivité lui donnait un avantage décisif. Et hop on croit enfumer tout le monde en faisant passer le fer à repasser pour le meilleur choix. Soyons clair, il a aucune chance qu'un avion avec les qualités de vol des années 60 (dixit les pilotes d'essai du F35) et faisant preuve d'autant de limites dans son domaine de vol et avec autant de casseroles sorte en tête d'une compétition avec des avions modernes et aboutis. Qui avec un minimum de culture technique peut croire à cette fable ?
Peut être est il capable de sortir en tête sur des tâches spécifiques où sa furtivité lui donne un avantage décisif, mais au global de l'évaluation c'est juste impossible de gagner une telle évaluation avec ses qualités de vol. Personne n'est dupe dans le milieu aéro. C'est amusant pourtant de voir qu'il y en a qq uns sur le blog.
Depuis le choix acté, on perçoit même le changement de ton du blog au sujet du F35 depuis le choix. La aussi perso je suis pas dupe.
Attendez de recevoir les premiers exemplaires, de le prendre en main et de faire quelques évaluations avec les avions des pays voisins. Cela risque d'être assez comique. Cela vous fera des préoccupations communes avec vos voisins autrichiens qui ont pleuré durant des années après s'être fait refiler des Typhoon T1 capable de rien et surtout pas d'évoluer vers des standard supérieurs.

Écrit par : lolo | 02/09/2021

@Pff: il n'y rien de politique dans ce choix. Si ce dernier l'avait été, il aurait fallu qu'un avion européen soit au même niveau que le F-35 du point de vue technique et du prix. On aurait dans ce cas de figure, pu jouer la carte politique UE/US. Malheureusement ce n'est pas le cas. De fait, le choix s'impose de lui-même. Il en aurait été de même à l'inverse.

Écrit par : PK | 04/09/2021

Premier point, je ne suis ni ceci et ni cela qui évitera me faire passé contre tout ou être d’un côté ou de l’autre, merci de votre compréhension, je suis juste un passionné avec ma vision des choses.

@ Didier
Il faut surtout souligner que le choix de F-35 est le résultat d'une évaluation > si je ne me trompe pas l’évaluation de l’avion n’est pas remplie.
En ce qui concerne le moins cher ? En théorie possible, mais il faudra le voir sur l’avenir ?

Un avion furtif pour la Suisse ne sert à rien, je comprends bien que théoriquement le F35 projette l’aviation dans le futur et connectée ? Mais quel futur pour intercepter des avions de ligne qui ne communiquent plus avec la tour de contrôle et qu’il doit être intercepté pour le conduire hors de la frontière.

La suisse aurait faite le même travail avec un F18E – un rafale ou un gripen, elle c’est emballé sur un avion qui a tellement de défauts qu’ile ne seront jamais résolu, car en éliminant un défaut deux autres apparaissent, mais ne comptons pas les autres défauts qui ce compte par dizaines.

LM assure les demandes de la suisse sur ces défauts seront résolu, je ne pense pas, l’avion a commencé avec ces défauts et finira sa vie avec.
Prenons un exemple : les obusiers blindés que la suisse à achetée voici x années, nous n’avons pas les codes pour tirer avec précision, le jour venu nous devons-les demandé au gouvernement américain, une répétions avec l’aviation

Nous aurions mieux fait d’attendre 2ans et d’acheter un gripen.

Écrit par : jean1 | 04/09/2021

@lolo. Votre méconnaissance des performances du F-35A est abyssale. Les pilotes, quels pilotes? Ceux du "bar de l'escadrille"? Allez donc sur le site de The Fighter Pilot Poscast écouter l'interview du LtCol Tucker Hamilton. Il donne lui un avis d'expert. Pilote de F-15C, puis pilote d'essai sur F-15C, F-18, F-15E, puis plus tard sur F-35 comme responsable des essais sur l'enveloppe de vol. Il donne une interview parfaitement balancée. Il ne vend pas le F-35, il en parle en toute impartialité. Allez également interroger les pilotes opérationnels israéliens, australiens etc... et vous verrez que la réalité n'est pas la vôtre...c'est à dire Wikipedia et les sites particuliers et qui vous enfument. Bonne journée.

Écrit par : Baz driver | 04/09/2021

@Lolo

Je pense que vous auriez intérêt à mettre à jour vos infos sur les qualités de vol du F-35, déjà cela vous donnerez quelques indices par rapport au terme de « fer à repasser » utilisé par les connaisseurs auto proclamés et remis en cause par la réalité terrain du F-35.

Alors je vais vous indiquer une source … le blog du pilote norvégien qui mène les expérimentations et entraînements sur F-35 pour son pays… il n’est donc ni américain ni employé de Lockheed Martin. Lui doit mettre en œuvre sur le terrain le F-35 pour son armée , armée qui a un voisin turbulent et encombrant nommé Russie. C’est un vétéran sur F-16 et un pilote très respecté :

https://nettsteder.regjeringen.no/kampfly/fagprat/f-35-i-naerkamp-hva-har-jeg-laert-sa-langt-the-f-35-in-a-dogfight-what-have-i-learned-so-far/

La version anglaise est en bas de page … et cela date de 2016, les capacités de vol du F-35 ont en plus progressé depuis …

Mais je ne me fais pas trop d’illusions, vous allez me sortir que Morten Hanche est vendu aux intérêts américains ou autre délire complotiste du genre.
A un moment tout de même essayez d’écouter ce que disent ceux qui connaissent vraiment cet avion et l’utilisent sur le terrain … pour rappel des F-35B sont actuellement en pleines manœuvres au large de Taïwan, des F-35A ont été au cœur de l’exercice Atlantic Trident en France avec des appareils de plusieurs nations alliées , et je ne parle même pas des Red Flag et Green Flag.
Pour un fer à repasser qui risque le crash à chaque décollage car vérolé par des soucis techniques « critiques » c’est plutôt pas mal non ?

Écrit par : Dany40 | 04/09/2021

lolo: "Depuis le choix acté, on perçoit même le changement de ton du blog au sujet du F35 depuis le choix. La aussi perso je suis pas dupe. "
.
On se souvient déjà de ce changement de cap loft pour loft après le choix du Gripen : ne pas être la voix dissidente malgré les évidences d'hier. Bon, je ne taperai pas sur le messager, mais se cantonner au rôle de messager est dévalorisant quand on est spécialiste de son domaine.
.
PK:inutile de tenter de vous duper vous-même. Moi, j'avais gagné mon pari de longue date, et pas sur critères techniques : les US pèsent plus dans la balance que la France seule et c'est aussi simple que ça. Quant au résultat, on comptera les points dans 3 ans, on verra si vos éloge du jour son toujours d'actualité.

Écrit par : pfff | 05/09/2021

@Lolo, pfff, et tous les autres.

On peut être content ou non de ce choix, personnellement, j'ai encore du mal à m'y faire. Mais une chose est sûre pour nos forces aériennes : maintenant c'est le F-35A ou plus rien. On ne pourra pas relancer une nouvelle campagne d'évaluation et je doute qu'on puisse choisir le choix N°2 (rien ne prouve que ce soit le Rafale), qui sera de toutes façons combattu par les opposants à l'achat (y compris si nos Forces aériennes devaient choisir le Leonardo M-346 qu'ils plébiscitaient il fut un temps).
Alors bon, comme choix on a :
- choisir le F-35A au risque de le regretter ensuite
- regarder nos vieux Hornet vivre leurs dernières années avant de dire adieu à notre capacité de combat aérien, à la grande joie des antimilitaristes...

Personnellement, j'ai fait mon choix, même si je n'ai jamais aimé le F-35.

Écrit par : Jo-ailes | 05/09/2021

Intéressant aussi le commentaire d’un pilote de F-22 dans Yahoo News: en gros, lors d’un exercice Red Flag, il doit protéger la Blue Force et pour la première fois il y a des F-35 dans la Red Force, ce qui selon ses propres dires rend sa mission nettement plus difficile voire très difficile!

Écrit par : Harry Spotter | 05/09/2021

@ PK
Je ne sais pas si c’est vrai mais EADS qui vend l’eurofigher aurait proposé une disposition d’avion de transport Allemand si la Suisse en avait besoin ?

Écrit par : jean1 | 06/09/2021

@jean1: Priori oui, il avait une offre pour une disponibilité de l'A400M et le montage des Eurofighter en Suisse.

Écrit par : PK | 06/09/2021

@Jo-aile:faute de grives mangeons des merles, en résumé. On se retrouve sur ce proverbe, mais il coûtera cher et risque fort de nous coûter l'armée.
.
Sur le reste, je suis clairement contre le F35 (cet avion spécifiquement et son emploi par la Suisse en particulier. Je ne parle pas des F35B de la flotte pacifique), mais je ne suis pas spécialement pro-rafale. Les compensations de nos grands voisins étaient vraiment très intéressantes, chacune d'un point de vue différent.

Écrit par : pfff | 07/09/2021

Le discour tenu par certains que le F-35 est inadapté et qu'il faut prendre le deuxième est hasardeux, car comme le dit Jo-ailes, rien ne prouve que ce soit le Rafale ! Se référer à l'évaluation de 2011 est irréaliste car aussi bien le Rafale que l'Eurofighter ont beaucoup évolués depuis. l'Eurofighter de par sa proximité avec plusieurs pays limitrophes dont l'allemagne ne souffrirait pas d'une alliance incohérente et lointaine comme avec le Rafale qui n'est vendu que à des pays aux antipodes. Vous imaginez les Suisses voler jusqu'au Qatar ou en Inde pour un joint meeting Rafale ? Moi pas ! Or un avion national c'est un peux tout cela aussi, on les sort entre copains parcequ'ils sont aussi des portes drapeaux d'une nation, des vitrines que l'on aime afficher ! Et donc, je pense qu'il est cohérent pour la Suisse d'avoir choisi le F-35 qui correspond plus à la tendance générale occidentale !
Deuxième facteur ; l'empressement à signer des acquéreurs du F-35 ! Ce ne sont pas des amateurs qui ont signé pour cet avion. Leur nombre et leur qualité dit beaucoup aussi. Et que dire des rapport techniques liés aux évaluations qui ont été faites ? Ce n'est pas que du papier vide de sens, les évaluations ONT BIEN EU LIEU ! Et ce sont des PROS qui s'y sont collés ! L'argument 'politique tenu'est assez' cavalier et incohérent. Non, l'OTAN n'est pas une maffia corrompue (Petit clin d'oeil aux poursuites lancées contre des fauits de corruption d'un cocncurent malheureux).
Troisème facteur (plus personnel mais qui a du sens pour moi), le F-35 est critiquable et critiqué ! Essayez de placer une critique du Rafale sur le Net, en moins d'une heure un communiquant vous contredira ! Il y a une "communication" constante sur cet avion qui ne me rassure pas ! A l'opposé, le F-35 est critiqué de tous, et même par son propre camp puisque la transparence est totale avec le DOD et le GAO se chargent de dire tout ce qui ne va pas sur l'avion ! Cette approche est aussi novatrice que le reste de la démarche F-35 ! On avait jamais vu cela avant ! Tous les défauts de l'arme la plus chère du monde sur le NET ! Waouw, chapeau ! Mais que dire du Rafale ou de l'Eurofighter dont on ne sait PAS GRAND CHOSE ! Or l'avion miracle parfait, je n'y crois pas un seul instant ! Ça me fait penser à ses vendeurs de voitures verreux avec une dent en or qui vous assurent que leur voiture est parfaite ! ....

Écrit par : Jean | 07/09/2021

@ Pascal, je vous remercie pour la confirmation

@ Jo-ailes et les autres amis

Vous dites : choisir le F-35A au risque de le regretter ensuite ? Je ne pense pas que c’est un risque d’une réelle évidence de problèmes connu, on s’accommodera du net plus ultra aveugle de tous ses problèmes.

Ces dernières années notre département militaire fait gaffe sur gaffe, aujourd’hui elle est dans le livre des records avec le choix du F35.

Je dis arrêtons de nous rouler dans la farine d’un avion furtif qui nous fera entrer dans le millénaire aéronautique ? Une connerie pour ceux qui croient aux petits hommes verts.

Lors de la compétition des 4 prétendants : Rafale, F18E, F35A, Eurofighter et malheureusement éliminé avant avoir commencé le Gripen E.

En 2020 nous avons directement éliminé le Gripen E car pas encore 100% opérationnel sur certain équipement ou en cours de réalisation ou développement, mais on choisi un F35 avec + de 800 défauts et d’autres problèmes comme la durée de vie des réacteurs, problème de vision la nuit, etc.

Il est beaucoup plus facile d’avoir un avion a 95% opérationnel avec l’ajout des derniers équipements au fur à mesure en sachant ce qui est posé sera sans défaut que avoir un avion théoriquement 100% opérationnel, mais avec 20% (pourcentage a titre indicatif) de défauts qui ne seront jamais résolus.

Au final quel est le plus moderne ? Celui à 95% opérationnel ou celui à 100%, mais qui aura 20% de défaut à vie.

Écrit par : jean1 | 07/09/2021

@Pff: va la refaire encore une fois : Le F-35 a éclaté les concurrents avec au minimum 95 points d'avance sur le second appareils, dans Tout les domaines techniques et sur le prix! Le choix s'impose de lui même. Que l'on aime ou non le F-35, les choses ne peuvent être plus claires. Celà explique également le choix des autres nations européennes. Si l'europe n'est pas capable de faire mieux et bien nous en avons le résultat. Quant aux artifices offert par Airbus par exemple, franchement c'est une plaisanterie.

Écrit par : Marco | 07/09/2021

@Jean1 :"En 2020 nous avons directement éliminé le Gripen E car pas encore 100% opérationnel sur certain équipement ou en cours de réalisation ou développement, mais on choisi un F35 avec + de 800 défauts et d’autres problèmes comme la durée de vie des réacteurs, problème de vision la nuit, etc."
On peut aussi tourner la question différemment : vaut-il mieux avoir un avion qui est déjà équipé de systèmes qui ne sont pas encore complètement au point ou d'un avion qui sera peut-être équipé de ces systèmes (sans garantie qu'ils soient plus au point) dans 10 ans ?

Écrit par : Jo-ailes | 07/09/2021

@JO-ailes: Le Gripen qui s'est retiré de la compétition en 2019 n'avait pas tout ses systèmes pleinement opérationnels, ce que demandait explicitement le cahier des charges pour les essais. La différence avec le F-35 c'est que l'ensemble des systèmes sont "opérationnels". Les problèmes encore en activités ne concerne plus la foudre, la vision nocturne ou autres, mais uniquement des résolutions informatiques et des demandes d'améliorations. D'ailleurs, même avec ces problèmes de logiciels, ceux-ci n'ont pas générer de problèmes lors des essais, c'est bien le contraire, étant donné qu'il a battu de loin tout ses concurrents. L'inverse aurait été problématique et dans ce cas il n'aurait pas été choisi. C'es là que réside la différence!

Écrit par : Marco | 07/09/2021

Le Gripen E a été éliminé de la compétition car il était stipulé que chaque candidat devait apporter 2 avions. Or Saab n’avait qu’un seul Gripen E de disponible et sa proposition de participer à l’évaluation avec un Gripen E et un Gripen C fut rejetée.

Écrit par : Harry Spotter | 07/09/2021

Les pro-français, puisque c'est de cela qu'il s'agit ne comprennent pas que le choix du F-35 est le plus cohérent ! En fonction des technologies qu'il propose, il sera beaucoup moins vite dépassé que les deux autres ! Mme Amherd l'a clairement expliqué dans son exposé des motifs ! Rendez vous compte que si le Rafale ou l'Eurofighter avaient été choisis, vu qu'ils n'auraient pas été livrés avant 5-6 ans, ils voleraient respectivement depuis 25 ans pour le Rafale et 21 ans pour l'Eurofighter ! Non seulement ce sont tous les deux des avions 4 ème génération, mais en plus ils auront dépassé la moitié de leur durée de vie qui est estimée à +/- 35 ans ! Qui a envie d'acheter du vieux matos déjà dépassé ? D'autant plus que le F-35 qui est de la cinquième génération (la plus moderne) est proposé moins cher que les deux vieux avions ! Franchement, même si il coute un peu plus cher à l'usage, le bon choix qu'a fait pas Suisse est plus qu'évident !

Écrit par : Didime | 08/09/2021

@ Jo-ailes

VOTRE RÉPONSE : On peut aussi tourner la question différemment : vaut-il mieux avoir un avion qui est déjà équipé de systèmes qui ne sont pas encore complètement au point ou d'un avion qui sera peut-être équipé de ces systèmes (sans garantie qu'ils soient plus au point) dans 10 ans ?

Je comprends votre point de vue qui n’est pas faux, mais ?

Un avion est, je pense, le plus compliqué et délicat que ce soit : maniabilité – stabilité – aérodynamique – électronique – etc.

Un avion qui vole a Mach 1 ou 2 ou même moins vite, ne peut-ce permettre d’avoir un équipement défaillant ou être défaillant à tout moment ou que l’on ne peut ce fier dessus.

C’est ce que l’on retrouve sur le F35.

En avion vous avez 1 a 2 secondes ou même quelques dixièmes de secondes pour réagir a une situation qui peut vous faire craché, donc avoir des systèmes de fiabilité douteuse, au final le pilote doit ce fié sur quoi ?

Après avoir son avion tout équipé, mais que des composants de l’avion sont borgne et ne permette pas une sécurité optimale du pilote n’est, je pense, comme voler sur une bombe en sachant pas a quelle heure elle va explosée.

Après prenez votre avion qui est opérationnel à 95% et que les éléments qui seront installés seront fiable à 100%, je pense, le pilote sera en sécurité et n’aura pas besoin ce posé de question si une valeur est juste ou fausse, car l’équipement donnera le réel de la situation.

Écrit par : jean1 | 08/09/2021

Bonjour. Je suis français et je réagis au choix de la Suisse pour votre nouvel avion de combat. Je suis un peu étonné du "Rafale Bashing" et des soupçons d'ingérences de la France envers votre pays. Le Rafale est un avion de 4ème génération dont le 1er vol du démonstrateur remonte à 1986 et la mise en service en 2002. Il est "war approved", sa définition omnirôle et ses qualités répondent parfaitement au besoin de notre Armée de l'Air et de notre Aéronavale. En conséquence il ne prétend pas répondre aux besoins d'après-demain, c'est le rôle du Scaf. Mais tout comme le Typhoon et le F/A 18 Super Hornet, ils sont immédiatement opérationnels et polyvalents.
Le 1er vol du XF-35 remonte à 2000, le 1er vol du F-35 à 2008 mais il n'est pas encore pleinement opérationnel (des centaines de problèmes doivent encore être résolus) qui plus est dans un standard qui ne sera pas celui retenu par votre pays. Il est de type JSF furtif, c'est-à-dire optimisé pour le combat collaboratif et le bombardement dans un environnement hostile (à la condition que l'armement soit en soute ce qui réduit énormément les capacités d'emports). Il a été sélectionné par de nombreux pays de l'OTAN qui sont aussi des partenaires industriels. Avec ses nombreux capteurs, il partage ses données avec toutes les forces en présence sur le champs de bataille. Et les américains l'ont conçu de manière à ce que ses informations ne soient accessibles qu'à ceux qui en possèdent... Et ce qui concerne ce système collaboratif est-ce qu'il apporte une véritable plus-value à vos forces armées ? Et vos équipement sont-ils compatibles avec le F-35 ?
Un avion de ligne traverse votre espace aérien en quelques minutes seulement. Pour la police du ciel, il vous faut donc un un aéronef particulièrement puissant et performant. Suite à des retours d'expériences, le F-35 est volontairement "bridé" afin de ne pas endommager son revêtement furtif et le vieillissement accéléré de sa structure. Etant donné son concept JSF cela n'est sans doute pas trop pénalisant. Mais pour vos besoins de police du ciel cela risque de le devenir.
Devant les coûts exorbitants, les américains réduisent leurs commandes au profit d'avions de 4ème génération dotés des dernières technologies et accélèrent le développement de nouveaux avions.
La Suisse a négocié avec les USA une garantie sur les (éventuels) dépassements de coûts sur le standard (non opérationnel) que vous avez choisi. En cas de défaillances, de retard de livraison d'équipements, quelles garanties avez-vous des Etats-Unis pour maintenir un nombre suffisant d'aéronefs en état de vol pour vos besoins opérationnels ?
Même le plus performant des simulateurs ne remplacera jamais les heures de vols en particulier dans un milieu hostile comme les Alpes : est-ce qu'il est prévu que vos pilotes volent en parallèle sur le PC-21 pour économiser le potentiel et réduire les coûts ?
Un appel d'offre n'est pas un gage d'équité : il peut tout à fait être rédigé à partir des qualités d'un des protagonistes en occultants ses défauts...
Je souhaite sincèrement que le F-35 réponde parfaitement à vos besoins opérationnels dès leur mise en service et que la sécurité de l'espace aérien helvétique soit assurée 24h sur 24h avec la disponibilité requise, la maitrise des coûts et la durée d'exploitation annoncée.

Écrit par : Aston78 | 08/09/2021

@Aston78: Vous parlez de Rafale Bashing"? ou avez-vous lu qu'il y avait ce type d'action ici sur ce Blog ? Personne n'a critiquer le Rafale et d'ailleurs en Suisse cet avion est très apprécié et beaucoup pensait qu'il allait faire un carton et gagné la compétition. Par contre, un grand nombre de vos concitoyens se permettent ici de "cracher" sur notre choix, c'est même une habitude en France sur les forums que de lyncher le Gripen, l'Eurofighter et bien sûr le F-35 ! La presse spécialisée française n'est d'ailleurs pas plus impartiale sur le sujet.

Vous parlez de plus-value avec le F-35 américain, oui il y en a une excellente, reagrdez la certe de l'Europe. c'est l'avion qui sera le plus utilisé dans les 20 prochaines années, comme nos voisins italiens par exemple.

La police du ciel dites-vous, oui nous avons effectué des essais en montagne justement pour s'assurer de la comptatibilité des concurrents. Le F-35 est sortit grand gagnant, il n'est pas bridé, vous vous tromper de modèle avec le B & C. Les coûts exorbitants ont été expliqués, du moins les différences entre l'achat d'un paquet et un avion "NU" ici sur ce blog. Travail que vos journalistes français se sont bien gardés de vous expliquer et pour cause.

Les heures de vol, avec le F-35 s'est tout le système de formation qui change, alors qu'il fallait 6 à 7 sorties pour qu'un élève maitrise le combat BVR, avec le F-35 et le travail en simulateur 4 à 5 suffisent, dixit les austaliens et les israéliens. Vous comprendrez celà avec l'arrivée du SCAF/NGF.

Pour terminer pour jeter un doute sur l'appel d'offre. Y a-t-il eu réclamation d'un des avionneurs recalés ? Demande de protets après le choix ou la moindre critique sur le cahier des charges et le déroulement du concours qui est par ailleurs cité en exemple au niveau international avec un prix à la clef ? La réponse est NON !

Alors chers amis français cessez ce "Bashing" incessant dont vous nous faites part et commencer à chercher les raisons de l'échec du Rafale là ou elles sont, chez vous!

Écrit par : Martin | 09/09/2021

@Aston78: les coûts sont clairement expliqués plus haut ! Mais vous ne lisez pas !

Écrit par : Greg | 09/09/2021

Entièrement d'accord avec vous Martin.

Écrit par : Florence | 09/09/2021

@Martin: j'abonde entièrement dans votre réponse.

Écrit par : Serge | 09/09/2021

@Martin. Je crois que vous avez très bien défini la relation médiatique et populaire que nos chers voisins (pas tous) et les antimilitaristes de la Suisse ont avec le F-35....

Écrit par : Baz driver | 09/09/2021

Merci Martin,
totalement de votre avis aussi !

Même si je crois que les Français tentent par ce bashing incessant de soutenir l'aventure du réfrundum lancé par la gauche ! Décidément si le Rafale n'a pas brillé dans les selections des pays acquéreurs du F-35, il est de loin l'avion qui aura le plus emm...dé les Européens ! Habitant la Belgique, je vous témoigne de la même offensive pour essayer de bloquer le contrat des F-35 ici aussi ! Heureusement qu'en Belgique on s'est vitre rendu compte de la manipulation et surtout de qui était derrière ! Bon sang qu'ils le mettent dans un musée leur vieil avion si ils l'aiment tant que cela ! Pourquoi insister comme cela ? Il vont finir par faire acheter des Typhon ou des Gripen (qui est au point maintenant) aux suisses pour finir ! Comment leur faire comprendre que le Rafale n'a AUCUNE CHANCE EN SUISSE parce que fondamentalement, le "GROS" problème ce n'est pas l'avion !

Écrit par : Biscotteaubeurre | 09/09/2021

En effet, certains commentaires sont peu élogieux pour le Rafale (vieil avion bon pour le musée) où le F-35 (fer à repasser?!?). Gardons une certaine mesure, ces avions (les 4 en fait) sont de remarquables avions dont les dossiers avaient de réelles qualités. Tous les choix possibles sont cohérents d'une certaine manière. Pour ma part (je suis français), le F-18 me semblait sincèrement être le mieux placé. Mais je pense que les autres avaient eux aussi des arguments à faire valoir.

Libre à la Suisse de choisir (et aux Européens) l'avion qui leur semble le plus adapté à leurs besoins. Si tant de pays choisissent le F-35 c'est qu'il n'as manifestement pas que des défauts. Et il ne faut pas oublier que le Rafale ou l'Eurofighter ont eu eux aussi quelques soucis de jeunesse. Est-ce que LM va réussir à faire quelque chose de bien avec ce programme? C'est une question légitime que certains militaires américains se posent, mais si on est sincère, c'est pas vraiment impossible. Les modernisations sont là pour ça justement.

Le F-35 a de vrais arguments, c'est un avion de combat furtif qui dispose de technologies bien plus avancées que ses concurrents et si en plus, LM fait un rabais conséquent je comprend tout a fait que ce candidat marque sérieusement des points.

Malgré ça, je ne comprend pas vraiment les arguments développés par le Conseil fédéral. Et visiblement, je ne suis pas le seul. On annonce un cout global sur 30 ans de 15,5 milliards de francs. Ce cout est manifestement calculé sur la base de 2 critères très importants:
1- Les pilotes feront donc bien moins de formation réelle.
2-L'heure de vol n'excèdera pas 24 000$.

C'est là que les choses risquent sérieusement de se compliquer. Aucun fabriquant n'est capable de garantir le cout de fonctionnement de son avion. Au mieux, il peut s'engager sur le prix de l'avion, et le prix des pièces de rechange sur 10 ans. Difficile donc d'y voir vraiment clair sur les couts d'exploitation. Pour rappel selon LM ils sont en 2021 de 34 000$ (l'heure de vol) tandis que le R-U et la Belgique ne disent pas tout à fait la même chose.

Dans ces conditions, l'argument de l'avion le "moins cher" est argument un peu risqué, je trouve. Le CF avait affirmé à l'avance une transparence sur ses choix, moi je trouve qu'il y a de quoi être un peu sur sa faim. La seule information notable et transparente c'est ce milliard de francs moins cher que le second sur la question du cout d'acquisition.

Mais peu importe, vous aurez la chance de vous exprimer sur ce choix. Je vois bien que l'initiative n'est pas pas bienvenue ici, et je le comprend. Votre pays à une depuis longtemps une culture militaire réelle pour préserver sa neutralité politique. Une neutralité qui se repose sur des alliés ne l'est plus vraiment. Donc oui, la Suisse à besoin d'avions, ce n'est pas un luxe.

Par contre, s'il vous plait, cessez d'accuser les français d'être responsables du référendum (ça ne renvoie pas une belle image de vous), oui le F-35 est régulièrement moqué en France par des gens peu objectifs. Mais il existe aussi des critiques sincèrement objectives sur cet avion. Ces critiques sont faites par des français, mais aussi des américains (...) et même des Suisses. De mon point de vue, si vraiment c'est le meilleur et le moins cher alors ce référendum devrait être une formalité.

Écrit par : Marc Caudal | 11/09/2021

A Florence,Biscotteaubeurre,Greg,Chauffeur de F15,Martin,Serge et plus.
De France,mon vieux pays,je lis et relis vos échanges.
Pour un certain nombre,ils sont appuyés sur du concret, du technique, des rapports de professionnels ou de moustachus.......
Pour d'autres,trois fois hélas,ils sont bien dans l'air du temps. Ils ne sont fondés que sur des"sentiments" des"impressions" du "réinformé" ou pire encore sur de noires tendances qu'il serait bon de ne pas vanter.
Ici donc certains traitent ouvertement les Français au mieux d'aigris, d'arrogants,etc ou encore de d'intégristes et dévots de chez Dassault.
C'est au minimum pénible.
Donc à présent je pense que pour ces dossiers(F35&Patriot)le moment du"Wait and see" est venu.
Et je m'explique.
Une commission indépendante Suisse propose l'achat de matériels après études, comparaisons etc.....
Que je sache, la Suisse est une Démocratie au sens plein du terme.
En conséquence c'est l'autorisation finale ou non qui viendra de ses institutions qui fermera ces dossiers Suisso/Suisse.
Entendez le bien, c'est chez vous que cela se passe !!!!
En conclusion et pour vous divertir,je vous propose de réfléchir à la mise sur pied d'une défense aérienne indépendante en République d'Irlande.Là bas c'est un débat car les aéronefs de la Vieille Russie s'approchent régulièrement des cotes par l'Ouest.
Aujourd'hui c'est la magnifique RAF qui se charge de cette mission.
Mais dans ce cas où est donc l'indépendance du pays d'autant plus qu'il a les moyens pour financer les matériels adaptés.
Tout est donc à faire pour contrôler et défendre 480.583 km² (ZEE comprise).
De bonnes réflexions.
J.D Evreux.

Écrit par : JOUGLET | 12/09/2021

Bonjour, je vous remercie pour vos différents échanges et commentaires. Nous sommes peut-être chauvin avec notre Rafale :) mais nous savons également reconnaître la qualité des produits étrangers car nous avons sélectionné le PC-21 pour la formation de nos pilotes de chasse.
Dès la mise en service du F-35 je viendrai avec plaisir les voir voler à partir de Payerne !

Écrit par : Aston78 | 13/09/2021

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.