20/07/2021

Modernisation des J-11B !

1980981 2.jpeg

Une variante améliorée du Shenyang J-11B nommée « BG » est entrée en production en Chine.  La nouvelle version de l’appareil devrait mettre en œuvre des améliorations radar. Selon l’avionneur chinois, des essais avec un prototype ont été effectué et terminés avec succès à la fin de décembre dernier.

Selon la chaine de télévision Weibo, un J-11BG doté d’un dôme radar de couleur blanche a été présenté par l’avionneur chinois.  Cette version diffère des avions de combat J-11B précédents utilisent des dômes radar en noir.  A l’heure actuelle on ne connait pas la portée des améliorations reçues, mais il pourrait s’agir d’une version équipée d'un radar à balayage électronique actif avancé (AESA) ou passif de (PESA) pour remplacer l'ancien radar Doppler à impulsions. On sait que la Chine cherche à améliorer ses capacités radars en vue d’une meilleure connaissance de la situation sur le champ de bataille en détectant des cibles plus éloignées, en traçant plus de cibles simultanément et en permettant l'utilisation de missiles à plus longue portée. Selon certaines sources, l'Institut de recherche de technologie électronique de Nanjing, a développé le radar KLJ-7A de type AESA qui est peut-être installé sur le J-11B.

35.jpg

On notera également qu’une nouvelle nacelle est en cours d’installation sur les J-11B. Selon toute vraisemblance il s’agit d’une nacelle de contre-mesures électroniques (ECM) de nouvelle génération qui diffère du modèle KL700B utilisé jusqu’à présent.

Rappel

Suite à la décision livrer 76  Sukhoi Su-27SK en 1992 à Pékin, Moscou a vendu du même coup une licence de production pour 200 appareils, dès 1995. Baptisé J-11 et produit par le fabriquant d’avion Shenyang, à partir de composant livré par Moscou, la Chine a par la suite dénoncée ce contrat en 2003. En fait, le but étant de progressivement remplacer les éléments russes par des composants « made in china » mis à part les réacteurs de types Lyulka-Saturn ALF-31F et une partie de l’électronique « dite complexe » !

Par ailleurs, la montée en puissances dans la production de propulseurs a permis de faire progresser la part des pièces chinoises de 70-75% à près de 90% avec la mise au point par le constructeur AVIC I du moteur WS-10 capable de se substituer au moteur russe. Quoi qu’il en soit, le Shenyang J-11 n’est plus comme à son origine un avion russe, mais bien une parfaite contrefaçon chinoise à 100%.

Bras de fer avec Moscou 

La Russie a officiellement informé la Chine que la production de chasseurs J-11 constituait une violation des accords inter étatiques. Moscou a promis d’engager des poursuites judiciaires pour non-respect de la propriété intellectuelle et ceci en vertu d’un accord de 1996 qui interdisait toute exportation. Le sujet revêt une telle importance au point d’être à l’ordre du jour lors de la passation de pouvoir entre Vladimir Poutine et Dmitri Medvedev (selon l’agence novosti). Le dernier rebondissement dans cette affaire et la découverte par le FSB (ex KGB) d’une tentative discrète  des Chinois de placer le J-11 au Pakistan.

Le J-11 B chinois

Les J-11B chinois sont dotés :

D’un ensemble  de capteurs IRST chinois situé dans la position médiane comme avec l'OLS-27 au début du Su-27S.Un radar multimode à réseau planaire qui ressemble à la série Phazotron Zhuk-27. Il comprend un réseau d'interrogateurs IFF.

Un système de générateur d'oxygène embarqué (OBOGS). Seules les variantes russes les plus récentes ont un OBOGS. Un design de cockpit avec écrans couleurs, avec une disposition asymétrique assez différente des Su-30MKK/MK2 et Su-27SMK. Un système optique MAWS en bande UV.

article_600d790650c476_12057492.jpeg

Photos : 1 J-11B à nez noir@ Weimeng 2 Le possible J-11BG J-11BS @ Weibo

 

 

 

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.